Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web
strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html




Quand, ARTivision démontre que Paris Match, a lamentablement "loupé le coche", malgré les nombreuses démarches et requêtes faites par ARTivision sur le Web en direction de cette revue qui, on le sait bien, a pignon sur rue...


     Cet article est la suite directe de la page :

    Article mis en page le 25/11/2019, et revu 26/11/2019, et revu 29/11/2019.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil
     
http://www.artivision.eu/Quand-ParisMatch-en-1954-loupe-lamentablement-le-coche.html

    Nous allons donc aborder ici, notre neuvième focus, qui ne manquera pas de faire encore grincer les molaires des novices blasés du Système, en plein chambardement.

Neuvième focus.


        En effet, nous avons eu, le 20 Nov. au soir, l'opportunité, de visualiser à la télé, le documentaire à prétention scientifique suivant :


     On voit déjà ici, que l'image est cette fois, plus parlante et suggestive, que dans les TV-Mags précédents, puisque que l'on y voit une silhouette d'Alien , que l'on trouve désormais à profusion sur le Web, et silhouette, pourtant qu'aucun quidam ordinaire, n'a jamais encore vue (les sbires des Services Secrets de nombreux pays sont eux, parfaitement au courant ) :



    Il s'agit là, dit-on, d'une ancienne race d'extraterrestres, nommée les Petits Gris ( Short Greys) race souvent évoquée sur ARTivision.

         Seulement voilà, ces journalistes de Planète +, font comme leurs confères d'ARTE et de bien d'autres chaines, comme-ci, ils ignoraient, malgré les puissants moyens qu'ils ont à leur disposition ( Ce qui n'est pas du tout le cas d'ARTivision qui travaille actuellement, avec une tour fixe ayant toujours Windows XP), qu'il existe bien des vidéos incontournables, montrant des aliens retenus prisonniers dans des lieux américains ultra-secrets :

     Ces journalistes doivent obligatoirement savoir que ces derniers temps, circulent sous le boisseau deux vidéos exceptionnelles, qui n'ont pas été, bien sûr, mises en exergue par les sbires des médias ayant pignon sur rue ( et, nous sommes pas qualifiés pour démontrer leur authenticité, et aux spécialistes de parler), et vidéos dont voici les urls :

http://www.youtube.com/watch?v=RsQCXN4o4Ps&feature=player_embedded

https://www.youtube.com/watch?v=oZanQvY6agE

     Nous vous invitons évidemment à sauvegarder au plus vite, ces documents, car ils peuvent brutalement disparaître du Web à l'improviste.

     Si dans la première vidéo, il n'y a guère d'éléments tangibles, pouvant dater la réalisation du film (en voici 3 images furtives) :

    

, il n'en est pas de même de la seconde, qui fourmille de détails permettant aux spécialistes de dater la prise de vue.

    

     Aux spécialistes d'entrer en action, car cela est d'une importance hors normes pour toute notre humanité actuelle..

     Rappelons ici brièvement, que nous avons publié dès Janvier 1997 (il y aura donc bientôt 23 ans en Janvier 2020), un article clef intitulé :

"L'affaire Roswell,
et sept raisons (il y en a certainement beaucoup d'autres)
de cacher l'existence et la récupération d'ovnis.
"

Et que l'on trouve à l'url :

http://www.artivision.fr/raisonis.html

     C'est absolument scandaleux, que l' être présenté dans les images ci-dessus, qui a peut-être parcouru des millons de kilomètres pour arriver jusqu'à nous, soit traité avec tant de désinvolture et d'arrogance.

      D'ailleurs, selon, ARTivision, il faudrait être très fortiche en infographie, pour à l'epoque, trafiquer des images de cette qualité, et cela devrait donner des complexes très pointus, aux spécialistes des effets spéciaux d' Hollywood.

     Mais les irréductibles détracteurs zététiques auraient vite fait de traiter tout cela, comme de la véritable Science-Fiction, s'il n'y avait pas eu, le terrible et super texte, paru dès Octobre 2000, du Dr Michael Wolf (en qui, nous avons toute confiance), et qui fut, ce que l'on appelle actuellement, un vrai lanceur d'alerte.

     Voici une photo de lui, et celle de la couverture de l'ouvrage que l'on a publié de lui après sa mort, et qui hélas ne fut jamais, à notre connaissance bien sûr, traduit en français et pour cause ...car les français en général, croient être, des maîtres cartésiens inégalables...


et la couverture du livre en question, sorti sous le titre"The catcher of Heaven";


      Pour en savoir bien plus, prière svp, de consulter notre page intitulée :

"Quand ARTivision, met carrément, le pied dans le plat, au sujet des Aliens qui visitent assurément, notre Terre depuis des lustres... "

à l'url :

http://www.artivision.fr/LesAliens-en-clair-surARTivision.html

     Mais pour les novices blasés, et autres intellectuels zététiques, tout ce qui précède, est classé comme venant d'une imagination débridée d'un auteur de science-fiction, et d'ailleurs, on sait bien qu'ils classent vite fait, comme, des éléments de cérémonies rituelles religieuses, tous les motifs archéologiques suivants :


où l'on voit clairement des silhouettes, ressemblant à de vrais astronautes,

     Comme on le voit ici, une fois encore , sur le site ARTivision, chaque petit détail a son importance, et doit être exploré à fond, pour en tirer sa substantifique moelle, en temps utile.

      En effet, si l'on considère de nouveau, l'image extraordinaire suivante (déjà vue dans plusieurs de nos articles ) :


et tirée du super site :


      on voit alors que nos images :

     

prouvent que la tranchée en question, ne peut, en aucune façon, venir d'une météorite, qui aurait rasé horizontalement le sol lunaire.

     On y distingue, très nettement en effet,, une figure insolite, en forme de F, qui apparaît sur la gauche du tracé rectiligne .

     Donc, voilà un document extraordinaire, qui devrait appartenir à la NASA , qui date d'avant l'an 2000, et qui n'a fait l'objet d'aucune discussion, dans les revues d'Astronomie, qui ont pignon sur rue, et encore moins de débats télévisuels de prétendus journalistes et consorts cosmologistes, souvent à l'affût du moindre scoop d'actualité.

     Il reste alors, aux hardis scientifiques, qui le veulent bien, le devoir de déterminer à quelle époque cette tranchée, a pu être tracée sur notre Lune ?

     Cela ne manquera pas, il est vrai, de bouleverser toute notre connaissance sur le cursus historique des textes dits sacrés, des anciennes civilisations terrestres, connues, et par exemple, on comprendra enfin, la signification de l'incroyable verset, placé en Genèse Ch.3 ver. 22 de l'Ancien Testament, tel que :

" Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous"

et donc, à bon entendeur Salut ! ...

     Mais voici alors, pour ces contortionnistes psychiques, de l'histoire humaine, un certain plus, qui nous vient de notre ami Jean B..... (http://www.banlin.fr.), et cela est tiré de l'url d'un site archéologique concernant les Mayas :


et, montrant des découvertes faites dans le centre du Mexique, il y environ 55 ans, et montrant des entités semblables, aux yeux ovales très inclinés :

    


    


      Pensez-vous que les Mayas auraient representé, d'une manière si expressive, ces silhouettes, s'ils ne les avaient pas vues en chair et en os ?

      Mais de plus, nous dit aimablement, le 13/03/2013, l 'internaute Monique G...; " Avez-vous remarqué que chaque fois que leurs mains sont visibles, elles ne comptent que 4 doigts ? "

  


    Rappelons nous aussi nous dit Monique, que " La vénusienne Oréjona , qui d'après la légende a atterri avec son vaiseau spatial sur les bords du lac Titicaca, avait aux mains 4 doigts palmés":


D'après R.Charroux : Histoire inconnue des Hommes depuis cent mille ans. 1963.


     Mais ce jour, comme parait-il "il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", nous allons ici produire la preuve que ces extraterretres n'étaient pas des individus masqués participant à des cérémonies rituelles
, comme le prétentent, les archéologues officiels, en discutant de ces motifs curieux, (et qui préfèrent se fourrer le doigt dans l'œil, jusqu'au coude).


     En effet, dans les images qui précèdent, on voit parfaitement qu'il ne sagit plus du tout de masques rituels, mais bien d'astronautes manipulant des instruments dans une cabine :

    C'est alors que l'on découvre aussi, cette gravure surprenante :


     Que fait donc cet épi de maïs, sur le coté gauche de cet artefact ? Pour ARTivision, cela ne peut signifier que le fait, que ce maïs, a été effectivement apporté par les aliens aux yeux ovales et inclinés, de leur planète sur la Terre, au moment de leur arrivée comme le prétendent, les traditions ancestrales de ces peuples amérindiens N'est-ce pas !!!

      Mais, il y a mieux encore pour confondre, ces archéologues blasés, car nous avons nous-mêmes été aussi particulièrement surpris, de découvrir dans l'image ci-dessus, cette représention d'une planète ressemblant incontestablement à, Saturne ...


      On ne va tout de même pas, nous dire, que les mexicains de l'époque, qui ont sculpté ces artefacts, (il y a assurément, des centaines d'années, et un grand merci à l'internaute, qui nous en précisera, la datation exacte), avaient à leur disposition, des télescopes, pour capter l'image de Saturne, de notre système solaire, et pouvoir ensuite venir, la graver dans l'artefact en question.

      La meilleure explication est que ces êtres aux yeux ovales et très inclinés, vus plus haut, ont simplement représenté, dans cette image d'un corps planétaire, avec son anneau, la forme de la planète, d'où ils venaient. Point barre.

      À vous de juger, cette incongruité astronomique, qui pose de nombreuses questions ...

      Mais voilà, qu'au matin du 26 Novembre 2019, nous apprenons cette terrible nouvelle :


      Adressons d'abord, nos vives condoléances et notre très sincère soutien, aux familles endeuillées, dans cette très dure épreuve.

      En second lieu disons, une fois de plus, (et le développement frénétique des moyens actuels de communication, y contribuera bientôt assurément), que tous ces déboires militaires auraient pu être certainement évités, depuis belle lurette,
si les conjurés d'En-Haut, qui tirent sournoisement les ficelles,
avaient compris dès 1947, que désormais, il ne leur restait que deux solutions, pour neutraliser rapidement et très efficacement, les piètres velléités, des révolutionnaires "va-t-en-guerre"
:


- Soit, avouer, le fait que la Lune est habitée, depuis des lustres par des entités très évoluées, (dont la technologie dépasse de très loin la nôtre),et entités qui nous considèrent comme des ninus batailleurs insignifiants...

- Soit, avouer aussi, le fait que l'affaire Roswell :




est authentique, et prouve clairement que d'autres êtres cosmiques, visitent la Terre depuis des siècles. Point à la ligne...

     Mais ajoutons ici, une preuve supplémentaire, à ce qui précède et qui en confirme, la véracité :

     Reprenons alors ici, la couverture du fameux Paris Match n° 287 de Septembre 1954 :


où est inscrit ce passage inoui :


     On s'étonne alors, que les reporters du Paris Match, de l'époque ( Peut-être que cette revue People de l'époque, n'appliquait pas encore, la devise très célèbre : "Le poids des mots" et surtout "Le choc des photos"), n'aient pas bougé, le petit doigt, pour retrouver, chez les astronomes en question, un seul cliché de cette route lunaire, construite récemment, disait-on, à l'époque.

     Voilà le genre de preuve qu'un journaliste patenté, doit obligatoirement se procurer. C'est exactement comme si une météorite était tombée sur un arbre du Zoo de Vincennes, et avait calciné cet arbre, et que le journaliste s'était contenté du récit d'un visiteur pour raconter l'affaire, sans se rendre sur place pour photographier l'événement. Il serait n'est-ce pas inadmissible que l'auteur de l'article agisse ainsi. Alors pourquoi ne nous a-t-on pas montré, dans ce super Paris Match n°287, cette route lunaire si significative ?

      En poursuivant nos investigations nous avons alors découvert l'explication de l'affaire, dans la revue ( la revue Panète était très avant-gardiste et est parue dès l'année 1961), très célèbre telle que :


     Et, c'est dans ce n° 41 de Juillet-Août 1968, en pages 17 à 26, que nous avons découvert ceci (les colonnes sont de nous), :


      Et, ce n'est qu'une petite partie, de l'article en question. Il aurait déjà été n'est-ce pas, très surprenant, que tout cela ait été imaginé par un esprit pervers, alors que l'Internet, n'existait pas à l'époque.

      Donc, c'est dans ce n° 41 de Planète, de Juillet-Août 1968, que nous, avons découvert que la superbe route lunaire , mentionnée plus haut par le fameux Paris Match n° 287 de Septembre 1954, (et jamais montrée par les journalistes blasés de cette revue) , est assurément, la brèche, découverte le 6 Mai 1954, par le professeur Frazer Thompson de l'Université américaine de Tulane, dans la ceinture du cirque Piccolomini de la Lune, d'où partait une longue bande étroite et rectiligne large d'environ trois cents mètres, et ressemblant à une super autoroute ou à une piste d'envol.

      Nous demandons donc, avec la plus grande déférence possible, à l'internaute béni, possédant des images de télescope de cette brèche, de nous en envoyer, SVP, au moins une, car nous avons , une preuve absolue de l'existence d'entités Aliens, qui agissent sur notre Lune depuis des siècles, et qui pourraient nous venir en aide, si nous étions plus fraternels et solidaires, entre nous. Point Barre...

      Mais ce 29/11/2010, nous allons en dire un peu plus sur l'affaire du Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, de niveau absolument mondial, que le Webmaster d'ARTivision, avait initiée, dès Avril 1974, (il y aura bientôt 46 ans de cela en 2020) dans la revue ufologique Ouranos qui se présentait à l'époque tel que :


      Hélas, cette annonce stupéfiante, ne fut pourtant, du côté de ces Messieurs les ufologues et consorts cosmologistes jusqu'à présent, qu'un simple coup d'épée dans l'eau stagnante de leur indifférence...


     Cependant, un jeune écrivain, plutôt inexpérimenté, a bien voulu parler de cette affaire, dans son ouvrage de 1979, tel que :


     Sans même savoir, que l'information en question, se trouvait dans le Paris Match 1028 du 18 janvier 1969, il a écrit à la page 209 de son ouvrage, ce laïus très hargneux :


     Des années, après, il a contacté le Webmaster d' ARTivision, et il s'en est excusé, ( Mais pour ARTivision les excuses, ne diminuent pas les bosses, surtout si, ensuite, on ne fait rien, pour en adoucir, les gonflements), quand il a compris, qu'il avait, lamentablement loupé le coche, que nous avions positionné, juste devant sa porte.

      Il en sera de même, d'ailleurs, bientôt, pour tous les disciples et les béni-oui-oui de la NASA..., qu'il a pu inspirer, à l'époque.
Point Barre...

      En effet, pour les grands novices, qui ignorent l'essentiel des données cruciales du site ARTivision, voici une photo, venant de la NASA, par lettre postale et adressée à l'ufologue Jean Sider, il y a des années :


    Pas besoin de sortir de l'Ecole Polytechnique, pour s'apercevoir que l'on a installé une superbe pastille de camouflage :



juste à l'endroit, où nous avons détecté la Superstructure si nette, suivante :

( Cet agrandissement a été obtenu par Mr Michel Girard, en fin 1973)

    A vous de juger tout cela, documents à l'appui, et nous n'avons allons, maintenant en dire plus sur cette affaire affaire....

    En effet, nous allons maintenant vous conter quelques incidents, qui nous ont amené à contacter, il y a pas mal de temps de cela, certains responsables de la revue Paris Match.

      En effet, nous pouvons déjà dire, qu'un jour béni, nous sommes tombés sur le Paris Match n° 2738 de Nov 2001, qui nous permettra de faire ici, "d'une pierre trois coups":


      Nous avons ainsi appris, que l'auteur ( dont nous avons caché le nom), de cet éditorial était à l'époque rédacteur en chef de Paris Match. A la fin de cet éditorial, il y avait comme signature l'adresse e-mail de l'intéressé, (maintenant cela ne se fait plus du tout, et on a toutes les peines du monde, à trouver un e-mail d'un journaliste quelconque de Paris Match)

      Nous avons alors écrit une première lettre, à ce Monsieur, qui à l'époque ne travaillait plus à Paris Match, pour une raison que nous n'avons pas à dévoiler ici. Cette lettre concernait bien sûr l'affaire du PM 1028. Pas de réponse.

      Nous avons tenté le coup, une deuxième fois, et toujours pas de réponse. Nous sommes donc absolument certains, que ce Monsieur a reçu nos missives, et a dû prendre contact en douce avec ses anciens fidèles collègues, et qu'il leur a conté l'affaire du PM 1028, et nous pouvons même supposer alors, que l'histoire, par le bouche à oreille, est bien arrivée aux aux oreilles d'une certaine et célèbre Dame V.....T, qui travaillait depuis pas mal de temps dans cette revue.

      Autre événement : Si vous regardez sur le côté droit de l'image précédente, vous verrez que l'on y mentionne le nom d'un certain Mr Michel Peyard.

      Or c'est, le 9/10/01, que nous avons appris, l'arrestation par les Talibans, de ce journaliste de Paris Match, Michel Peyrard, avec deux de ses accompagnateurs Pakistanais, aussi journalistes (mais dont bizarrement les noms n'ont pas été révélés ). Ces journalistes, qui ont voulu pénétrer, déguisés dans une région en crise de l'Afghanistan, ont tout juste échappé à la lapidation totale par la foule en colère et ils ont été exhibés comme des espions. Ces journalistes se sont donc à l'époque placés "dans de très mauvais draps".

      Et nous avions écrit à ce moment là, dans un article très corsé ceci :

     "Franchement, dans le contexte de guerre très périlleux actuel de la zone en question et cela malgré l'avertissement solennel des responsables talibans, stipulant que tout étranger pénétrant sans autorisation dans le pays allait être considéré comme un espion à la solde d'un pays ennemi, nous pensons donc que l'incursion audacieuse de ces journalistes dans cette zone explosive, relève d'un défi inouï, qui même pour faire son métier, vaille que vaille, afin de recueillir l'information au cœr même de l'action et surtout (ce qu'on dit moins), pour assurer la pérennité de la célèbre devise : "Le poids des mots et le choc des photos", cela ne valait certainement pas la peine de risquer la vie de ces trois individus, pour la gloire éphémère d'un reportage journalistique si pointu et si désiré soit-il. ( Remarque : ces journalistes ont peut-être eux mêmes choisi de prendre le risque d'aller où on ne les a pas envoyés : c'est le système qu'il faut incriminer ici). Nous pensons aussi en effet que si Paris Match en ces temps de crise voulait faire monter son chiffre d'affaire d'une manière ahurissante, il lui aurait suffit de sortir de ses archives le n° 1028 du 18 Janvier 1969 et d' y extraire de la page 33, ce qu'aucun de ses journalistes n'avait remarqué à l'époque, (ni d'ailleurs aucun autre journaliste de la presse française) une chose incroyable, inimaginable et pourtant bien apparente, représentant un bien étrange "artefact" de la face cachée de la Lune, que nous reproduisons encore ici, pour ceux qui n'auraient pas pris connaissance de notre dossier placé à :

http://www.artivision.fr/match.html "

Fin de citation.

       Le 3 Novembre 2001, nous avons appris avec une grande satisfaction, que Michel Peyrard, avait été libéré par les Talibans qui le retenaient prisonnier depuis près d'un mois, mais ses confrères eux n'ont pas parait-il, eu encore la même chance. Paris-Match a dû faire jouer, vous vous en doutez bien, au plus haut niveau sa notoriété, pour réussir une telle prouesse en ces temps d'incertitude et de guerre qui règnent dans la région. Cette revue, maintenant que sa tranquillité d'esprit est revenue, avec le retour au bercail de son téméraire reporter, aura-t-elle aussi l'audace de sortir de l'oubli enfin, maintenant, l'affaire incroyable de son propre numéro 1028, affaire qui, aurait assurément remis les compteurs à zéro, dans tous ces conflits dérisoires qui arrivent en ce moment et réduiraient assurément le nombre de ces journalistes qui se font tuer dans ces conflits.

       Mais Paris Match a gardé pour cette affaire le silence de la pierre tombale.

      Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que nous avons adressé, à l'époque, à la revue Paris Match, pour féliciter son journaliste d'avoir eu la vie sauve, la missive suivante :

----- Original Message -----

From: fred.idylle

To: rlesommier@hfp.fr

Sent: Monday, November 05, 2001 5:47 PM.

Subject: félicitations à Mr Michel Peyrard.

     Bien chère équipe de Paris Match

      Nous venons ici vous transmettre, nos très sincères félicitations pour le retour sain et sauf de votre audacieux journaliste Mr Michel Peyrard , qui nous le pensons, a vraiment eu de la chance aujourd'hui, vu le contexte conflictuel qui règne en ce moment en  Afghanistan.  Nous n'avons hélas pas eu des nouvelles des deux autres journalistes pakistanais qui l'accompagnaient qui pourtant risquaient tout autant leur vie que lui.

     Nous vous prions donc de transmettre à Mr Michel Peyrard, le fichier joint ci-contre, dont il comprendra lui-même l'importance.  Même, s'il n'a pas d'adresse e-mail en ce moment, nous pensons qu'il sera heureux d'en avoir une copie de votre part, car la chance inouïe, dont il a bénéficié cette fois, ne sera peut-être pas au rendez-vous une seconde fois, et il lui appartient donc d'en tirer incessamment et utilement profit.

     Fidélement et tropicalement Vôtre:

           Fred IDYLLE

Fichier Joint: Dilemme à Paris Match et Photo de la superstructure du PM 1028 du 18 janvier 1969.

     Évidemment nous n'avons reçu aucune réponse, ni de la rédaction de Paris Match, ni de la part du journaliste en question, qui avait sans doute autre chose à faire que de répondre à un inconnu notoire, vu les sollicitations des médias qu'il a dû recevoir. Mais peut-être a-t-il dorénavant envie, comme d'autres journalistes de se pencher sur les mystérieuses affaires de la NASA, qui nous interpellent grandement (voir notre article :

http://www.artivision.fr/AffaireFigaro-RFI.html )


     Les responsables de cette revue Paris Match auraient mieux fait de bien analyser, il y a 45 ans ( en 2019), les propos extrêmement courageux pour l'époque, de l'écrivain Patrice Gaston dans son livre "Disparitions Mystérieuses" chez R. Laffont de janv. 1974 dans la prestigieuse collection "Les énigmes de L'univers" :

    

     Et voici, un bref aperçu de la page 232 :

" Les savants n'ignorent pas que la Lune est habitée, qu'une activité fantastique s'y déroule depuis des lustres, que parmi les milliers de photos qui ont été prises de son sol, il en est qui sont "la" preuve d'une d'une vie sur le satellite. Mais la Nasa se tait. Sans doute attend-elle qu'on lui donne le feu vert pour faire -publiquement- des révélations. Ainsi, la conquête spatiale prendra-t-elle sa véritable dimension...."

     Ce n'est pas à notre avis la conquête spatiale qui aurait pris une autre dimension si la Nasa avait parlé, mais c'est toute l'humanité qui aurait pris un autre visage... sans doute moins agressif.

     Bravo donc aussi à l'Editeur R. Laffont, d'avoir osé publier en 74, une déclaration aussi fracassante qui pourtant aurait dû inspirer davantage les grands rédacteurs de Paris Match, et peut-être auraient-ils, alors découvert, dans leurs propres archives (par exemple dans ce n°1028), la preuve irréfutable de cette mémorable déclaration dePatrice Gaston.

     Mais chose incroyable, les responsables de cette revue Paris Match, auraient surtout pu 20 ans avant, la sortie du remarquable livre de Patrice Gaston, plonger dans les propres archives de la revue, et y sortir le n° 287 de Septembre 1954 (sans doute le premirer article sur les soucoupes volantes de la revue et ils y auraient trouvé, on l'a déjà vu plus haut, assurément leur bonheur) :


     Bonheur, on le sait, qui pointe admirablement dans ces quelques phrases inouïes :




       A suivre... Fred IDYLLE.