Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :
http://artivision.eu


Quand Super hasard remet les pendules à l'heure, en utilisant, ces temps-ci, de subtils stratagèmes (ou signes avant-coureurs, selon nous bien sûr...), invitant en douce, le site ARTivision, à relancer l'affaire hors-norme du Paris-Match 1028 ...


I Introduction.

     C'est le samedi 14 Janvier 2017 que nous avons, comme à notre habitude, toutes les fins de semaines, que nous sommes allés, acquerrir, à deux cents mètres de chez nous, le journal France-Antilles, dans la petite épicerie du coin.. Quelle ne fut pas notre surprise, d'y rencontrer, une personne clef dans l'affaire du Paris Match 1028, et que nous appellerons, pour simplifier Xavier.

II Genèse de l'affaire.

Premier signe avant-coureur :


        Rappelez-vous, la substance du passage qui apparaît, dans de nombreux articles de notre site, où nous avons évoqué, l'extraordinaire aventure de ce Xavier, dont il s'agit à nouveau ici :

     " La deuxième preuve, est plus récente et c'est un de nos amis à la retraite (Xavier) , neveu d'un camarade de Faculté, qui fait la navette entre la Guadeloupe et les USA, et qui a rencontré là bas, par une chance inouie,(Il habitatait la maison voisine), d' un ancien employé à la retraite de la NASA , dans la maison même où ce dernier vivait. Dans la conversation qui s'en est suivie, ce Xavier, a parlé, à tout hasard, de l'affaire du Paris-Match 1028, et ce retraité de la NASA est parti à un moment donné, pour aller fouiller dans ses dossiers, et chose incroyable, il a remis à Xavier, un exemplaire du Paris Match en question... , en lui disant qu'il en avait fait des copies et qu'il pouvait le garder." .

     C'est ainsi que, nous avons appris, ce 14 Janvier 2017, que ce retraité de la NASA, avait acquis son Paris Match, à Paris, en le commandant, dans une maison spécialisée.

     Autrement dit, nous avons là, une preuve incontournable, que cette affaire est connue à un très haut niveau, ( n'en déplaise aux détracteurs ignares, qui tiennent à la traiter comme affaire négligeable), et que lorsqu'elle atteindra le grand public, elle sera un vrai buzz, qui ébranlera sévèrement, la Médiasphère actuelle., qui se contente plutôt de nous abreuver de nouvelles insignifiantes notoires, qui font, la une des journaux ces temps-ci, et qui n'apportent rien à la compréhension de notre environnement cosmique, et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète Terre , en grande mutation..

      Pourtant, il y a belle lurette (19 ans en 2017), qu' ARTivision, a déclaré sur le Web, qu'il convenait de se poser la question de savoir, si des gens auraient tout de même encore envie de se faire la guerre, ou même de se suicider, si nos dirigeants au plus haut niveau, avaient seulement avoué au peuple, la présence d'Ovnis, dans nos cieux et nos mers, ce qui implique évidemment comme corollaire, qu'il existe d'autres êtres, comme nous, vivant sur la Lune ou dans les environs, qui viennent nous visiter de temps à autre. Ces êtres seraient sans doute, prêts à nous faire bénéficier de leur savoir, si nous n'étions pas si vindicatifs et profiteurs envers nos propres frères.

      Que ceux qui ont la chance d'avoir des tympans et des yeux en bonne santé, les utilisent souverainement pour mieux entendre et surtout pour mieux voir (par exemple en page 33 du Paris Match n° 1028), ce qui ne nécessite même pas de loupe, et encore moins de microscope...


    Mais pour le novice ingénu, qui ne sait rien de cette affaire, en voici à nouveau, quelques éléments significatifs, et comme le dit si bien un texte sacré bien connu : " Il n 'y a rien de caché qui ne doive être un jour découvert, ni de secret qui ne doive être connu "

    Voici à titre indicatif, la couverture de ce fameux PARIS MATCH 1028 :


et revue, qui a présenté, à ses pages 32 et 33, une photo globale de la Lune avec une petite partie de la face cachée, jamais vue à l'époque, ni d'ailleurs jamais revue par la suite : :


Et comme par hasard, c'est sur cette petite partie de la face cachée que l' on découvre une superstructure phénoménale, placée semble-t-il à, 27° de la latitude Nord et 235 ° de longitude Est :


  C'est en 1972 que nous fûmes contactés en Guadeloupe, par Mr Michel GIRARD (A qui nous dédions cet article, car il a quitté ce monde le 30 janv 2003) par l'intermédiaire du Cercle Français de Recherche Ufologiques (CFRU) dont nous étions à l'époque, tous les deux, membres actifs. En fin 1973, Mr GIRARD, alors imprimeur de son état, nous montrait une étrange anomalie qu'il venait de découvrir en agrandissant une photographie de la face cachée de la Lune prise dit-on, par l'équipage d'APOLLO 8 en fin de Décembre 1968 et publiée dans le n°1028 du Paris Match du 18 Jan. 1969. Voyez donc l'image 1 ci-dessous:


   Nous avons alors commandé immédiatement ce n°1028 à Paris Match que nous avons reçu sans problème environ 15 jours plus tard. Nous avons eu alors, tout le loisir d'examiner à la loupe l'anomalie en question et de nous apercevoir qu'elle présentait l'aspect d'un demi porte-avions et en arrondissant, de prés de 30 kilomètres de long et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre apparemment surmontées d'une sorte de" flèche gigantesque". Voyez donc les deux images ci-dessous:


     Cependant, nous avons alors reçu le 27/05/2010, du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D, et dès lors, la structuration imaginée en 3D, devient la suivante :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image du Paris-Match 1028.

     A vous donc de juger, maintenant tout cela.

     Dans le courant du 2ème trimestre 1974, la revue OURANOS (alors organe du CFRU) publie grâce à notre initiative, la première photographie très nette de ce que nous appellerons désormais "la superstructure "du n°1028 :

     Voici la couverture de la revue et cette image d'Ouranos d'Avril 1974 :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

     Puis c'est le quotidien FRANCE-ANTILLES qui publiera, le 14 Fév. 1975, un article plus détaillé sur la question que nous lui avions envoyé. En voici une copie qui remonte donc en chiffre rond, à près de 42 ans en 2017:


     Notez-bien que France-Antilles, n'a pas jugé bon de publier la photo de la superstructure en question, et c'est nous-mêmes qui l'avons ajoutée pour faire des photocopies pour nos amis, en re-structurant aussi les colonnes.

      Il en a été de même pour deux autres de nos lettres, que ce journal a publiées sans la photo, et en voici deux portions :





     Nous n'avons jamais su pourquoi ce journal, a refusé de publier les photos envoyées de la superstructure en question, et lorsque cette affaire éclatera au grand jour l'Histoire, jugera sévèrement, ce journal, pour cette coupable négligence.

     Disons aussi ici que le premier ouvrage qui fera état de cette affaire sera celui d'Alfred NAHON "Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère du verseau", édité par Buchet-Chastel en Jan 1983, p. 160.

Nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

     Rappelons qu'Alfred Nahon, fut le premier auteur à publier le catalogue des Anomalies lunaires d'après un rapport de la NASA, (près de 570 cas de taches lumineuses brillantes et de changements temporaires sur la Lune, allant de 1725 à 1967), dans un ouvraqe remarquable publié en 1973, aux Editions MONT BLANC, en Suisse et intitulé : "La Lune et ses défis à la science".

     Quant à savoir si cette "superstructure" est naturelle ou artificielle, seule l'étude scientifique, du négatif de la NASA, utilisé par Paris Match, pour publier cette partie de la face cachée de la Lune à la page 33 du n°1028, pourra trancher cette question capitale...

     Voici le texte du Paris Match 1028, qui accompage cette superstructure, que personne n'a vu à l'époque :


     Nous avons souligné en jaune, le nom de l'organisme qui avait prêté, à Paris Match, ce négatif, qui permettrait d'agrandir admirablement cette super-structure insolite. Mais, voici un autre texte, d'un autre Paris Match plus ancien, où, tout est encore plus clair :

 


     Alors Messieurs les journatistes intrépides et consorts intellectuels blasés, il ne vous reste qu'à partir ( hélas avec un grand retard ), à la recherche des archives de l'Agence mentionnée au bas de cette image de droite, qui est, l'Agence World Book Science Service, et agence qui aurait, parait-il prêté à l'époque, ce négatif , à Paris Match.

      Hélas, cette agence n'existe plus, et ces journalistes intrépides, ont certainement le moyen de découvrir, où sont déposées actuellement les archives en question, de cette agence.

     En effet, si vous arrivez à metttre la main ( il a dû selon nous, etre retiré de la circulation, depuis fin Janvier 1969), sur le négatif en question , correspondant à la page 33 du PM 1028, alors ce sera pour le Journal, qui emploie ces journalistes, le gain du plus Gros Lot, que l'on puisse jamais imaginer. Point Barre.

    Finalement donc, dans cette affaire, Paris Match, n'a été qu'un support intermédiaire, très fortuit...

Nous pourrions bien sur, ajouter ici de très nombreuses autres anecdotesqui s'attachent à cette affaire incroyable du Paris Match 1028, mais, ce n'est le moment.

Deuxième signe avant-coureur :

     C'est le 31 Décembre 2016, que nous avons eu, à notre grande stupéfaction, pu admirer dans le France-Antilles de la même date cette info hors-normes :


     Bien sûr, sur le moment nous n'y avons pas porté, une grande attention, et ce n'est que plus tard que nous avons retrouvé, cette info sur internet :

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/photo-du-jour/la-guadeloupe-vue-de-l-espace-408914.php


     Nous avons alors pensé que si la Guadeoupe était ainsi à l'honneur, c'est qu'il y avait sans doute une raison car rien ne se fait par hasard sur cette planete, comme le croient encore, certains rationalistes très agnostiques.



Nous avons aussi retrouvé cela, sur le site :

http://la1ere.francetvinfo.fr/outre-mer-vus-espace-grace-aux-photos-astronaute-thomas-pesquet-431657.html



     Vous avez du mal à croire cela, alors relisez plutôt cette méditation transcendante, du très Grand Maître de Findhorn :

Rien n'est le fruit du Hasard .
Il y a un dessein et un plan parfaits
sous-jacents à toute vie,
et tu fais partie de cette globalité ;
tu fais donc partie de ce dessein et de ce plan parfaits.
Lorsque tu vois d'étranges choses se passer
et que tu te demandes pourquoi elles t'arrivent,
prends du temps pour voir comment tout cela s'articule,
et tu verras qu'il y a une raison à toute chose.

Les raisons peuvent te surprendre,
mais sois prêt néanmoins à les accepter et à apprendre au travers elles,
et ne lutte pas contre elles.
La vie devrait se dérouler sans effort.
Une fleur ne lutte pas pour s'épanouir au soleil,
alors pourquoi devrais-tu lutter pour t'épanouir
par la grâce de l' amour infini du Très Haut
?
Si c'est le cas, cela vient de toi, et cela ne fait pas partie
de Son dessein et de Son plan parfaits pour toi.
La simplicité est Son sceau, alors garde la vie simple.
Reste sans cesse en contact avec Lui,
et regarde-toi te déployer dans Son amour
.


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 30 Mars, après adaptation d'ARTivision.

     Comme on le voit, tout est lié dans ce monde et ailleurs n'est-ce pas ?

     
Donc, le Webmaster du siteARTivision, ne peut, que s'interroger vivement sur le fait que le sieur Thomas Pesquet, ait sorti cette photo inouïe de la Guadeloupe , en priorité, avant bien d'autres photos, alors qu'il avait à sa disposition, des milliers de clichés d'îles de cette planète, à capter normalement. Cette affaire serait alors bien plus ésotérique, que l'on pourrait s'imaginer .

Troisième signe avant-coureur :

       En analysant ce 19/01/2017, la page 43 du France-Antilles du 14 Janvier 2017, voilà ce que nous avons découvert :


       Ce qui nous interpelle ici ce n'est pas le cocorico relatif à cette sortie extravéhiculaire du français Thomas Pesquet en question, Mais c'est surtout la formule lapidaire, "Un autre monde", utilisée par le journaliste de cet entrefilet médiatique très ordinaire, car on le sait, cette affaire de sortie extra-véhiculaire, est connue depuis le 18 mars 1965, donc il a déjà 52 ans de cela, en 2017.

       Voyez vous-même, ce que l'on en dit sur le site :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sortie_extrav%C3%A9hiculaire



Ou mieux sur le site ;

http://spacemen1969.blogspot.com/2015/03/5eme-anniversaire-de-la-premiere-sortie.html


  

      Mais, voici encore quelques détails de plus pour les puristes, tiré du petit fascicule, publié chez Gallimard en Octobre 1986, tel que :


      Et en page 57, on trouve alors :


      Donc dans le cas qui nous occupe, on voit clairement, qu'il il n'y a vraiment rien de bien nouveau qui justifie l'expression insolite :"Un autre monde" du journaliste inconnu de France-Antilles .

      N'est-ce pas encore, un coup du subconscient, de ce dernier qui, comme pour le Sieur Jean-Claude Juncker (Voir alors notre article : Coupspendablesinconscients.html ), a voulu nous dire, qu'il y a dans cette affaire, bien plus à découvrir que l'on ne l'avoue, et c'est la rôle d'ARTivision, de tirer cela au clair...

      En effet si, (et ce si est d'une importance capitale),, le sieur qui a travaillé avec les ingénieurs de la NASA, et au courant de l'affaire colossale du Paris-Match 1028, qui a son origine dans des recherches faites sur cette nimuscule ile de Guadeloupe de la Caraibe, il est alors logique qu'il veuille, nous faire un petit coucou en passant, car il est bien incapable et les sbires de la Nasa avec lui, de nous expliquer qui a pu construire un batiment de près de 30 km de long, sur la bordure de la face cachée de la Lune, ayant cette forme très géometrique, déjà présentée plus haut :


      Comme ce ne peut être, des ingénieurs de nos nations actuelles, qui l'ont construit, on est bien obligé d'admettre que les édificateurs d'une telle structure, (et il y d'autres assurément sur cette face cachée) sont :

- Soit des ressortissants de l'Atlantide, qui se sont échappés de la Terre, au moment du cataclysme qui a englouti leur territoire, il y a environ, 12 000 ans...

- Soit, ce sont les Dieux et leurs fils, qui ont débarqué sur Terre, il y a des éons, et dont parlent de nombreuses mythologies de cette planète.

- Soit ce sont, plus près de nous, des voyageurs de cosmos, dont parlent les contactés nommés Georges Adamski ou Howard Menger, dont les récits pourtant très troublants, sont rejetés par les bien-pensants de nos Universités et de la Médiasphere artuelle

      A propos d'Adamski pendant que nous y sommes, on ne peut nier le fait que, tiré de son ouvrage de 1955, publié chez Abelard-Schuman :


    Et ouvrage qui ne sortira en français, que 24 ans plus tard, en 1979:


       On peut lire ceci, de très significatif :

       " - Beaucoup de vos savants ont exprimé l'idée que la Lune est un corps mort. Si cela était vrai et que la Lune était morte, suivant le sens que vous donnez à ce mot, il y a longtemps qu'elle aurait disparu de l'espace par désintégration. Non ! Elle est bien vivante et supporte une vie qui comprend des humains. Nous avons nous-mêmes un grand laboratoire juste au-delà du bord de la Lune, hors de la vue de la Terre, dans la section tempérée et fraîche de ce corps... ".

      Alors s'agit-il de la super-structure en question, découverte faite en Guadeloupe en 1973 ??


      Ce qui est très étrange, c'est que cet Adamski, alors qu'il avait sa disposition, de très nombeux ouvrages scientifiques parlant du cosmos, comme celui-ci qui fut édité en 1947, et que nous avons reçu, a une distribution de prix en 1960, en classe terminales :

  

     Cet ouvrage, résume en effet, toutes les connaissances astronautiques et planétaires de l'époque, qu'aurait pu lire, en anglais bien sûr, dans un livre analogue, cet Adamski, et c'est justement ce genre de données, que ce dernier, s'est autorisé audacieusement à contredire, contre toute attente, en prenant les astronomes et consorts affiliés, totalement à rebrousse-poil.

       Bien sûr, nous pourrions ici, en dire beaucoup plus, de très surprenant, au sujet de cet Adamski , si vilipendé, jusqu'à nos jours, par des journalistes ignares, adeptes de l'information facile, par copier-coller.

      A vous de juger tout cela, documents à l'appui...

      Avant d'aborder, cette affaire d'Atlantide, vue ci-dessus, présentons d'abord quelques éléments, de notre :

Quatrième signe avant-coureur :

     C'est, à la fin de semaine dernière, le vendredi 13 Janvier 2017, que nous sommes tombés, sur le numéro 154 de la revue Sciences et Avenir de Décembre 1959, qui se présente ainsi :


     A la page 641, on découvre alors cet article, très significatif :


     Mais voyons les images de plus près :


     Pas besoin de sotir de Polytechnique, pour découvir que la portion d'image suivante, qui ne semble pas du tout naturelle..., et où pullulent des blocs à arrêtes rectilignes parallèles de plusieurs kilométres de longueur, et des angles droits à profusion


     Cette photo prise par Lunik III lancé 4 octobre 1959, donc il y a déjà, 58 ans en 2017, ne semble pas avoir fait tilt, chez les observateurs et autres astronomes de l'époque .

    Pour les puristes, qui aiment partir des documents sources, voici d'abord la converture du Science et Vie 507 de Décembre 1959, qui parle de cet exploit soviétique de Luna III :


     Et voici la page 93, qui annonce l'exploit :


      Et enfin, voici les pages en question, montrant la photo de la face cachée de la Lune, prétendue photopgraphiée pour la première fois, par les soviétiques :


      Ce qui vraiment serait intéressant d'avoir ici, et cela n'a jamais été exposé à notre connaissance dans les médias, c'est la trajectoire suivie par Lunik III, pour contourner aisement, la Lune, sans que l'on ait besoin de dispositif de freinage, aux abords de notre satellite.

     Eh bien, notre connaissance s'améliore, car le 21/01/2017, nous avons trouvé ce schéma dans le numéro 135 de la revue Sciences et Avenir de Mai 1958 :


     Et que celui qui sait lire, ce qui se dessine clairement entre ces lignes... en tire la conclusion qui s'impose, et surtout , le besoin d'en savoir plus.

      Mais ce 22/01/2017, disons que tout ce qui précède, concernant l'exploit de la sonde Soviètique Lunik III en date du 7 Octobre 1959 pourrait d'après les déclarations d'Adamsky si souvent présenté sur notre site dont voici, pour le novice, une photo :



et aussi les incroyables affirmations de Milton William Cooper, faites dans son ouvrage (paru en anglais en 1989, et en français en 1999) vraiment hors normes (Âmes sensibles s'abstenir) :

  

       Eh bien... ces images floues de la face cachée de la Lune, d'après ces constestaires, pourraient n'être que des leurres bien calibrés, pour nous aiguiller sur de fausses pistes. Voir parmi de nombreux pages, celle dont l'url, est tel que :

http://www.artivision.fr/France-Antilles27Aout2012.html


       Mais comme dit-on qu'il faut battre le fer, pendant qu'il est chaud, voyons tout de suite notre :

Cinquième signe avant-coureur :

     Voilà donc de quoi il s'agit :

      Sur de très nombreux sites et en particulier celui-là ;

http://www.mediacongo.net/article-actualite-23404.html

, on peut alors lire :

En prêtant serment sur la Bible, Donald Trump est devenu le
45ème président des Etats-Unis


Donald J. Trump a prêté serment ce vendredi ( Le 20/01/2017) sur les marches du Capitole, au coeur de Washington, et est devenu ainsi En prêtant serment lors de cette journée historique, le milliardaire Donald Trump est devenu ainsi officiellement le 45e président des Etats-Unis, succédant à Barack Obama

. .Fin de citation.


       Mais, dès le 17/01/2017, le site du Figaro.fr, nous expliquait clairement cette affaire de double bibles, et la fonction de chacune :

ù


       Ce n'est pas demain la veille, qu'en France, le Président de la la République , prêtera serment sur une Bible quelconque. Autres lieux, autres mœurs... n'est-ce pas !!

       Mais, disons de suite, que cette affaire de construction gigantesque à découvrir uniquement à la page 33, du Paris Match 1028, (qui a été publié on le sait, en près d'un million d'exemplaires, qui sont encore dans la nature), nous fait affirmer que tout ce qui est écrit dans l'Ancien Testament, concernant les Elohim, doit être en relation avec cette construction multimillénaire, et donc finalement que, tous ces textes bibliques, et bien sûr, d'autres textes aussi dits Sacrés, ne sont que le condensé, du compte-rendu, du résumé, d'événements extraordinaires qui se sont passés dans les Temps Anciens, et qui ont été plus ou moins traduits de générations en générations avec toutes les lacunes, les erreurs, et omissions, voulues ou pas, par les transmetteurs et les vecteurs, des textes en question . Point Barre.

       Disons aussi qu'il n'est pas besoin d'être un agrégé de Philosophie ou de Psychologie, pour savoir que chaque individu, situe son appréhension des choses et  ses priorités en fonction de ses préocupations immédiates.  Cependant, il arrive souvent que quelques temps plus tard, ( parfois des siècles sont utiles pour cela, comme pour les textes dits bibliques), ces préoccupations se révèlent n'avoir été que  des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement, et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution .

     Et pour le novice qui débarque actuellement sur ARTivision, et qui se demande, pourquoi nous venons ici de faire allusion aux textes bibliques qui l'indiffèrent totalement, il lui faut savoir, que notre site, a mis, depuis des années, en exergue une affaire révolutionnaire ( et le mot est encore bien faible), mettant en cause des entités nommées Elohim, et qui sont mentionnées dans ces textes bibliques.

     De plus, il est très aisé de démontrer que l'Ancien Testament, parle clairement de ces êtres supérieurs nommés Elohim, qui ont trafiqué et manipulé le contexte planétaire terrestre de l'époque, et on voit alors aussi, que ces Elohim, n'ont rien à voir, avec le Dieu du Grand Maître Jésus-Christ, qu'il appelait mon Père.

    Pas besoin de chercher longtemps, ceux à qui profitait cet amalgame entre l'Ancien Testament et le Nouveau, et cela pour mieux soumettre l'innocent commun des mortels, et faire appliquer impitoyablement, la devise scélérate :

"Il faut diviser, pour mieux régner"
.

    Voici donc quelques articles, qui explicitent en détails, tout cela :

http://www.artivision.fr/bible.html
http://artivision.fr/peupleciel.html
http://www.artivision.fr/DocumentsermentObama.html
http://artivision.fr/Elohimfeminin.html
http://www.artivision.fr/blaspheme.html
http://artivision.fr/Elohimamer.html
http://www.artivision.fr/SirLaurenceGardner.html

    Autrement dit, on nous a trompés depuis des lustres, comme d'ailleurs, on continue à le faire actuellement ...

      Mais ce 24 Janvier 2017, voyons ce que, déjà en 1765, nous disait Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique, au chapitre qu'il consacre à la Genèse: (et voici alors une admirable image de ce grand philosophe : )

Extrait de la page 53 ce n° d'Avril 99 de la revue Science&Vie Junior,

     Voltaire donc, était, on le sait, le chef de file des "philosophes des lumières", et il a écrit ce passage très important et révélateur dans son Dictionnaire :

""Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre". C’est ainsi qu’on a traduit; mais la traduction n’est pas exacte. Il n'y a pas d’homme un peu instruit qui ne sache que le texte porte : "Au commencement, les dieux firent ou les dieux fit le ciel et la terre". Cette leçon d’ailleurs est conforme à l’ancienne idée des Phéniciens, qui avaient imaginé que Dieu employa des dieux inférieurs pour débrouiller le chaos, le chautereb."

     Fin de citation .

     Pour en savoir plus, sur Voltaire voir le site :

http://www.voltaire-integral.com/Html/19/genese.htm

     Seulement voilà, si Voltaire, voulait rester fidèle au texte hébreu, il aurait dû savoir que le mot traduit par Dieu, est en réalité Elohim (terme que chaque traducteur interprète à sa manière et que donc il est préférable de le garder tel quel, et il en est de même du vocable Eloah traduit aussi bizarrement par le même mot Dieu). En effet, pour aller plus loin dans cette scabreuse affaire, disons que si dans un livre d'anglais de sixième, on lit la phrase à traduire : "Mr. Picwick was walking with his dog", que l'on pourrait traduire modestement, "Monsieur Picwick, était entrain de se promener avec son chien,", on conçoit alors parfaitement que le vocable Picwick, n'ait pas été traduit... n'est-ce pas ! .

      C'est exactement la superbe bévue qui a été faite, par les très nombreux exégètes et traducteurs de la Bible, et cette bévue est la responsable de tous les désastres et les guerres, qui arrivent en ce moment sur cette planète, et on verra plus bas, pourquoi !!.

     Donc Voltaire , dans son Dictionnaire Philosophique, au lieu de :

"Au commencement, les dieux firent ou les dieux fit le ciel et la terre"

, aurait dû finalement écrire plutôt :

"Au commencement, les Elohim firent ou les Elohim fit le ciel et la terre"

     Pour mieux appréhender tout cela, considérons alors maintenant la phrase simple suivante :

" Généralement, les français, aiment le bon vin"
.
     Notez en passant, que l'on pourrait écrire aussi en réduction :

" Généralement, le français, aime le bon vin"

     Nous pensons cependant, qu'il ne viendrait à personne l'idée de refuser que l'on puisse écrire aussi, cette phrase, sous la forme :

" Généralement, la communauté des français, aime le bon vin".

      On voit alors que le verbe qui était au pluriel (aiment) est désormais au singulier (aime), et cela n'est pas génant du tout.

     Il s'en suit qu'inversement, dans cette dernière phrase, le vocable, "la communauté" peut être supprimé ici en français sans problème, à condition de changer le singulier en pluriel et le des en les (les hébreux, en faisant de même, il y a des siècles, pour gagner de la place, auraient pu vouloir supprimer, en plus, le les , et même, vouloir garder le singulier, ce qui nous donna cette phrase tordue :"Elohim fit le ciel et la terre") .

      On voit bien ici, que les hébreux ont considéré, à la longue, sans discernement que les Elohim, étaient une seule entité, exactement comme l'expression "Les français", qui devient par la suite, "Le français"

     Pour expliquer l'aptitude de l'époque, qu'avaient les hébreux à réduire leurs textes, faisons ici une très importante digression

:        En effet, dans un ouvrage remarquable de Brinsley le Poer Trench (Grand ufologiste et en réalité 8e comte anglais de Clancarty ), paru à Londres chez Neville Spearman en 1960, et aussi en France dans la collection de poche J'ai Lu, seulement en 1968, sous le n° A 252 :

  

     On découvre alors ce passage très important, en page 19 :



     Nous avons souligné en rouge, les mots clefs de ce texte, qui montrent que le support d'écriture de l'époque, papier ou parchemin, était très difficile à préparer et que donc chaque mot écrit, avait son importance, et même par exemple, le vocable Iahvé, peut représenter diverses entités, à des moments différents.

     Vous pensez bien, que les scribes si méticuleux de l'époque, ne se seraient pas permis de transformer le je masculin... "ani" :

en un je féminin ... "anochi" :

par simple plaisir.

     Mais le meilleur du Lord anglais, est bien dans ce qui suit, et qui est en page 21, et là, il va y avoir encore n'est-ce pas, des grincements assourdissants de dents, chez les agnostiques et autres intellectuels blasés...


Fin de la digression .

     Poursuivons alors notre affaire concernant les Elohim :

     Comme il n'est pas correct d'écrire en français " les Elohim fit le ciel et la terre ", et pour garder le verbe au singulier, le Webmaster du site ARTivision, propose donc la traduction suivante :

"Au commencement, la communauté des Elohim fit (ou mieux élabora),
le ciel et la terre"

     Donc il suffira que l'on remplace partout le terme Elohim par l'expression "la communauté des Elohim", pour que le texte de l'Ancien Testament, devienne tout à fait clair et lumineux, racontant ainsi l'arrivée sur Terre d'êtres venus des cieux, pour re-structurer cette planète.

     Il est grand temps, en effet, qu'un Éditeur prenne son courage à deux mains, pour publier enfin cette "Bible Cosmique", qui s'harmoniserait avec les dernières découvertes faites sur la Lune, sur Mars.. etc..., et découvertes qui ont été évidemment cachées, en Haut Lieu au commun des mortels, et cela pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique .

     En effet, les internautes fidèles d'ARTivision, savent par exemple, depuis belle lurette, que les mots ELOHIM et ADONAI du texte hébreu de l'Ancien Testament, ( traduits par Dieu et Monseigneur ou Éternel dans la plupart des bibles connues), sont assurément les pluriels de Eloah et de Adon, et donc devraient être remplacés par Dieux et Messeigneurs. Seules les Bibles, d'abord de CHOURAQUI,(COL.Desclée de Brouwer 1974, placée ici à gauche), celle-ci toujours, et parfois celle de DHORME (COL. La Pléiade, Gallimard 1956, placée à droite),

  

nous transmettent le terme ELOHIM, à la place des autres appellations telles que ( Dieu, Seigneur, Eternel etc...), et sont les seules Bibles, qui permettent de suivre le texte original, si l'on ne connaît pas un mot d'hébreu,.

     Mais pour être plus clair, voyons justement, les premiers mots de ces deux ouvrages ( Chouraqui à gauche et Dhorme à droite) :

  


     On voit déjà des différences sérieuses : Pour Chouraqui, on pourrait imaginer que le mot "EN TÊTE" peut signifier simplement "au départ de l'histoire" racontée (il y eu peut-être avant autre chose), tandis que pour Dhorme le mot Genèse pourrait signifier le point de départ absolu de l'affaire. (Mais ce ne sont que des suppositions. Faudrait demander cela aux spécialistes de l'hébreu ).

     D'ailleurs, en bas du texte, Chouraqui ne parle pas de premier jour, comme toutes les autres Bibles, mais de jour unique, ce qui n'est déjà pas du tout la même chose. Donc il ne sera pas nécessaire d'être académicien, pour découvrir que ces deux auteurs, se contredisent parfois, justement à propos du pluriel des Élohim.      Un exemple parmi tant d'autres :

     En Genèse ch. III ver. 5, Dhorme écrit: "..vos yeux se dessilleront et vous serez comme des dieux." (notez la minuscule "d" à dieux : DHorme précise lui même dans une note en bas de page 9, qu'il n'a pas voulu utiliser l'expression "comme des Elohim", et qu'il préfère traduire "comme des dieux", car dit-il le nom d'Elohim est réservé à Dieu )plutôt alambiqué, tout cela n'est-ce pas !!!

     Chouraqui écrit, lui, pour le même verset: "..vos yeux se dessilleraient et vous seriez comme Elohim". (Notez bien surtout l'absence du "des" et la majuscule "E" à Elohim, alors que l'on doit le savoir, les majuscules n'existent pas en hébreu. On voit donc clairement ici que chacun interprète le texte à sa convenance). D'ailleurs la Bible en français courant de l'Alliance Biblique Universelle de 1996, nous propose, elle, une version astucieuse, pour pallier à la difficulté: "Vous verrez les choses telles quelles sont, vous serez comme Lui...".

     Retenons au passage, que les autres Bibles écrivent :

soit :"... vous serez comme des dieux "
(dieux au pluriel avec une minuscule)

soit : "...vous serez comme Dieu".
(Dieu au singulier avec une majuscule)

et en anglais les Bibles des Présidents Donald Trump et de Barack Obama ne sont pas mieux loties en limpidité...

     Car on trouve aussi :

soit :"...ye shall be as gods... "
gods au pluriel avec une minuscule

soit "...And you will be like God".
God au singulier avec une majuscule

     Voila donc deux traductions totalement contradictoires, d'un même verset biblique, et on a accepté que cela circule partout, comme une lettre à la poste, sans jamais même, élaborer un Concile à ce sujet (réfomateurs ou pas), ou même faire un simple débat constructif sur l'affaire. C'est ahurrissant et renversant, et donc ces deux Présidents ont prêté serment, sur des documents faussés, depuis des siècles ... A bon entendeur salut !!!

A vous de juger, cette incongruité notoire ...      Donc comme on le voit ici, clairement, ce pluriel du terme Elohim, a embarrassé fichtrement bien des traducteurs. Mais "Chassez le naturel, il revient au galop". Démontrons alors, que ce pluriel étonnant, du mot Elohim, est indiscutablement présent, dans la Bible de Dhorme, Genèse Chap.XXXV vers.7 :

      Voici donc ce passage, qui surprend fortement le lecteur, et qui prouve absolument, que ce grand chercheur, a été particulièrement embarrassé, pour traduire le verset 7 du chapitre 35 de la Genèse. Et voici comment, il a très courageusement, résolu l'affaire :


     Dhorme, étant très gêné par ce pluriel, qu'il a dû employer, malgré lui, l'explique en bas de page, par une note n° 7 :


     Mettons y quelques couleurs, pour mieux visualiser cette incroyable affaire :

     " Il bâtit un autel et il appela l'endroit " Dieu de Bethel ", car là s'étaient révélés à lui les Elohim, alors qu'il fuyait devant son frère."

     Troublant n'est-ce pas... ce pluriel qui ici, nous crève les yeux !!!

     Et cependant, pour le même passage, Chouraqui, lui, dans sa version de 1974, préfère le singulier : "Il clame pour lui le lieu : EL de Beit-El, car là l'Elohim lui est apparu dans sa fuite en face de son frère". Il y a donc ici une nette contradiction entre ces deux chercheurs. Qui a raison, selon-vous ?

     Notons que toutes les autres bibles, écrivent généralement comme dans la Bible de Louis Second : "Il bâtit là un autel, et il appela ce lieu EL-Bethel ; car c'est là que Dieu s'était révélé à lui lorsqu'il fuyait devant son frère " . Et là, il n'est plus du tout question de pluriel, et aucune Bible connue, n'écrit par exemple : " C'est là que les dieux s'étaient révélés à lui", alors que l'expression verbale "s'étaient révélés", est bien au pluriel, dans le texte hébreu.

     Mais, nous pensons que le "Temps des retrouvailles de notre fabuleux Passé", est désormais bien arrivé, car nous avons découvert avec satisfaction que, dans une version datée 1985, Chouraqui, dans cette affaire du passage en Genèse Chap.XXXV vers.7, avait opéré un revirement tout à fait exceptionnel, qui rapproche désormais sa bible, de la structure espérée d'une œuvre que l'on pourrait appelée " La Bible cosmique".

     Pour les puristes qui recherchent les informations de première main, voici d'abord la page 6 de cette Bible de 2432 pages, puis voici aussi un recoupage des pages 7 et 8, montrant le caractère œcuménique de cet ouvrage :

  

     Et voici maintenant le passage clé qui change tout :


     Reprenons donc ce verset 7 incroyable :

"Il bâtit là un autel et crie au lieu: « Él de Béit-Él » oui, là, les Elohîm s’étaient découverts à lui dans sa fuite en face de son frère."

     Curieux n'est-ce pas ? Donc, tout est clair, car de 1974 à 1985, Mr Chouraqui, a viré de bord totalement, concernant ce pluriel des Elohim en donnant définitivement raison à Dhorme. Bravo donc pour le courage dont il a fait preuve, pour rétablir la vérité. Ce pluriel flagrant a été, on le sait, purement et simplement escamoté dans toutes les autres bibles connues.

      A vous donc de juger tous ces tripotages lexicaux de l'Ancien Testament , documents d'origine à l'appui ...

     Tout cela aurait pu être classé, par les éternels détracteurs zélés d'affabulations, s'il n'y avait pas eu aussi, les travaux pointus d'un chercheur français, nommé Jean Sendy, qui a publié en 1968, chez Julliard, cet ouvrage vraiment hors normes :

  

     Mais il faut savoir de plus, que ce livre La Lune clé de la Bible, a aussi été publié en livre de poche, chez l'Editeur J'AI LU n° A 208, en 1974, sans doute plus facile à trouver, et de plus cette version possède une postface importante, qui n'existait pas chez Julliard :

  


     Après son ouvrage précédent incontournable Jean Sendy, a aussi publié en Juin 1969 :


, qui complète parfaitement son livre précédent.

     Mais, le puriste gagnerait aussi à se procurer, ces ouvrages de Mauro BIGLINO publiés en 2014 par l'Editeur Nouvelle Terre :


      Nous avons écrit à l'Editeur, pour lui signaler, que ces deux ouvrages gagneraient, lors d'un prochain tirage, à s'intituler :

- L'Ancien Testament comme vous ne l'avez jamais lue.
- Le Dieu de l'Ancien Testament vient des Etoiles.


     La raison de cette démarche, est souvent expliquée, dans plusieurs de nos articles...

      Nous palerons la prochaine fois d'une affaire très ahurissante, qui nous montre que les fils des Elohim, ont fait des enfants avec les filles des humains....

       Mais, ce 26/01/2017, reprenons le passage très important du livre cité plus haut, du très savant Lord anglais : Brinsley le Poer Trench . N'oublions pas surtout que ce livre extroardinaire :


, fut publié dés 1960. ( à cette époque, nous, néophyte ingénu, quittions notre petite île de la Guadeloupe pour aller à Lyon, étudier, les ressorts généralement admis, de la Connaissance Scientifique .

      Voici donc, à nouveau, ce passage clef, qui a embarassé bigrement, les nombreux traducteurs et exégètes bibliques, et alors, ils ont vite parlé, à ce sujet, pour noyer le poisson, de " pluriel de majesté. " .:


      Mettons donc quelques couleurs, à ce verset Genèse Ch.3 ver. 22 :

" Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous ",

      Nous allons démontrer ici, noir , sur blanc , que puisque de plus, certaines bibles écrivent même "l'un d'entre nous", que ce "nous" , ne peut d' aucune manière, être qualifié de pluriel de majesté, car dans ce cas Iahvé l'Elohim aurait dit " Voici que l'homme est devenu comme Nous ".( Le Nous ayant on le voit, une majuscule). En effet, prenons un exemple plus pratique :

      Si, Louis XIV, ce super roi de France du XVIIe siècle, voulait parler du château de Versailles, il dirait, par exemple : "Nous avons décidé, de construire le château de Versailles pour la gloire de la royauté ", mais jamais, il ne dirait : "L'un de nous a décidé, de construire le château Versailles pour la gloire de la royauté "...

      Donc, puisqu'il y a l'un, c'est qu'il y a obligatoirement aussi, l'autre, quelque part, parmi nous.

       Il est donc ici, évident que Iahvé ne s'adresse pas à Adam, ni à Eve, car il aurait dit : "Te voilà devenu comme Moi", ou, s'il se parlait à lui même en aparté, il aurait dit " Voici que l'homme est devenu comme Moi " , mais s'il dit : l'un de nous , c'est parce qu'il s'adresse bien, à d'autres Elohim, comme lui même, présents à ce moment là, dans le jardin d'Eden. Notons cependant que la Bible de l'Alliance Biblique Universelle (A.B.U), contourne astucieusement la difficulté, en proposant la traduction :"Voilà que l'homme est devenu comme un dieu". (Notez bien la minuscule à dieu)

     Mais venons en maintenant à une autre affaitre encore plus déstalisante que ce qui précède car il s'y trouve des révélations tout à fait fantastiques...

et qui ont entrainé des débats sans fin ayant même trait à la notion de sexe des anges et débats non clots juqu'à présent.

     Pour démarer cette affaire très saugrenue, présentons le passage clef, de la Bible du Chanoine A. Crampon, publiée on le sait, en 1939 par Desclée & Co, à Tournai en Belgique :



     Cette traduction apparaît dans toutes les bibles classiques françaises connues, sauf on le sait dans deux (celle d'abord de Edouard DHORME (COL. La Pléiade, Gallimard 1956), puis celle André CHOURAQUI,(COL.Desclée de Brouwer 1974).

Voyons par exemple la version de Dhorme à gauche et celle Chouraqui à droite de ce fameux chapitre 6 de la Genèse :



     On voit alors en passant, que chez Chouraqui les géants, sont devenus "des déchus", et les belles filles, des bonnes filles. On étudira cela plus tard...

      Mais, dans l'ouvrage clef , déjà cité plus haut, et que nous représentons ici, étant donnée, son importance : :

  

      , le maître ésotérique français Jean Sendy, nous écrit en pages 17 et 18 :


      Vous avez bien lu, nous l'espérons, que l'expression hébraïque transcrite en, caratères latins : " bnei ha Elohim", signifie sans contestation possible : "les fils des Elohim", et compte tenu de cela, (et auusi de l'avis de nombreux spécialistes de l'hébreu), dans de nombreux articles, le site ARTivision, a expliqué clairement, que le début en question du Chapitre 6 de la Genèse, devrait se traduire dans la Bible cosmique, dejà évoquée plus haut, tel que, l'on ait le texte : :


     Mais justement, ces " fils des Elohim", d'où viennent-ils ? On les découvre ici sans aucune description préalable, ce qui prouve bien que les textes ayant donné naissance à l'A.T. nous sont parvenus sous une forme fragmentaire, et que ces textes ont été transcrits progressivement après bien des transformations et des oublis.

     Nous pensons, sans pouvoir le prouver pour l'instant de manière prosaïque, que " fils des Elohim" sont indiscutablement eux aussi, liés à l'élaboration de cette structure insolite, déjà présentée plus haut, et qui est placée, on le sait, sur la face cachée de la Lune :


     En cherchant, plus méticuleusement, peut-être pouvait-on trouver une partie de la réponse, au chaptitre 9 dans la Bible de 1939 du Chamone A. Crampon :


     Certains ont vite allègrement, pensé, que la nue signifiait un nuage, mais, il y a peut-être d'autres explications...

     Ces "fils des Elohim", ont d'ailleurs été plus tard assimilés à des "anges", de nature pourtant immatérielle par excellence, alors que le texte hébreu précise parfaitement qu'ils ont fait des enfants avec les filles des hommes, qu'ils avaient judicieusement choisies.

     Mais concernant toujours, les fils si décriés, on peut encore trouver bien mieux :

          Voyons d'ailleurs ce qu'en dit A.D.GRAD dans son livre "les Clés secrètes d'Israël" publié en 1973 dans la collection - Les portes de l'étrange : écrits ésotériques chez Robert LAFFONT, ouvrage réédité désormais par les Editions du Rocher. (Mr A. D. GRAD qui parle près de dix langues, a publié 23 livres sur la Kabbale Hébraïque, et est considéré comme un spécialiste mondial de cette science mystique et ésotérique. Nous avons eu le grand privilège de le rencontrer en 1990 à la Martinique où il réside actuellement) :

Page 29 : " Car ailleurs, "en Haut", dit le Livre des mystères kabbalistiques, les "anges " parlent hébreu. Les "anges d'En Haut " ne comprennent que les prières formulées en hébreu. C'est pourquoi le langage des "rebelles" de Babel a été confondu, afin de leur faire perdre la source de leur puissance, afin qu'ils ne soient pas entendus d'En Haut.

     En Haut.

     Mais où?

     Faut-il croire à un En Haut non mythique ?

     Faut-il croire à l'existence d'une ou de plusieurs planètes habitées, habitées par des "anges", et qui parleraient la langue d'Elohîm et du premier homme, la langue commune d'avant Babel, la langue des Hébreux?

     Et les Hébreux qui savaient avant tout le monde des savants que la Terre tournait, ainsi que nous le verrons dans le chapitre consacré au ZOHAR, et semblaient connaître la position non centrale de notre planète dans le cosmos, ont-ils jamais évoqué une planète autre planète que cette Terre sur laquelle ils affirment qu'ils sont étrangers?

     Bien sûr il y a les troublantes affirmations bibliques sur "les fils des Elohîm" (beney-HâElohîm), qui virent que les "filles de l'Adam" (Benôth-HâAdâm) étaient belles, et qu'ils choisirent pour femmes.

     Bien sûr , il y a la mention biblique de Nefîlîm -les "Tombés " (du ciel) qui parurent sur la Terre à cette époque et aussi depuis (et même après cela dit l'écriture), lorsque "les fils des Elohîm" se mêlaient aux filles de l'Adam et qu'elles leur donnèrent des enfants...."


     Fin de citation

     Que peut-on ajouter de plus, à un si remarquable passage de ce livre ? Vous avez bien lu, nous l'espèrons, que dans le texte hébreu, il s'agit assurément de l'expression les fils des Elohîm et non pas les fils d'Elohim ou les fils de Dieu comme l'ont écrit les auteurs précités pour accorder le texte hébreu à leur propre vision religieuse. ..

     Que ceux qui veulent en savoir plus, se précipitent donc évidemment sur l'ouvrage de A.D. GRAD, que l'on peut encore trouver, peut-être, dans les bonnes librairies.

( Notons en passant, d'après A.D.GRAD dans ce même ouvrage, "Les Clés secrètes d'Israël", que ces Elohim pourraient bien provenir de "Arqâ", lieu ou planète restant encore à identifier : Voir le verset de Jérémie (27) traduit d'après A.D.GRAD d'une manière totalement incongrue et inappropriée ).

     Il faut savoir aussi que ces fils des Elohim ou fils d'Elohim ou ces fils de Dieu selon la Bible choisie, sont décrits, chose très surprenante dans le Livre de Job, comme des êtres ayant eu le privilège d'observer, avec admiration, le processus utilisé par Iavhé l'Elohim, pour la mise en élaboration fonctionnelle de la Terre.

     Mais, voyons à ce sujet, ce que nous en dit, Monsieur Roger Vigneron, spécialiste de l'hébreu et de l'étude de la racine des mots (Philologie), dans son ouvrage intitulé "Elohim : Une autre lecture de la Bible" :

  

     Vous pouvez encore trouver ce texte en PDF à :

http://www.sciencedelaconscience.com/medias/ELOHIM_une_autre_lecture_de_la_Bible.pdf

     Pages 44 à 46.

" Des témoins enthousiastes.

      Eh ! oui, il s'était passé des choses auparavant. Là peut-être, et ailleurs, sûrement. On le sait, parce que la création, vaste entreprise, très localisée, d'aménagement d'une planète prise en charge dans un état chaotique, a eu des témoins. De près ou de loin, mais sans y participer, des témoins ont assisté au travail. Ils existaient donc bien déjà quand le chantier-Terre a été ouvert. Ils existaient AVANT. Ces témoins sont, d'une part, "les étoiles du matin ", et, d'autre part, "tous les fils d'Elohim". C'est écrit au Livre de Job (XXXVIII - 4 à 9).

     Dans le récit biblique, le malheureux Job est soumis, par IHVH (Elohim), à une batterie de questions ironiques destinées à lui faire mesurer son ignorance et sa petitesse. Ces "colles", du type "La pluie a-t-elle un père ? ", remplissent quatre chapitres. Depuis longtemps la science apporte des réponses définitives à la plupart de ces questions. Mais, à la haute époque de l'humanité, le pauvre Job en est resté coi. On le comprend d'autant mieux que nous n'avons toujours pas de réponse à des questions plus ardues, telles que celles-ci : "Où étais-tu, lui demande Iahvé (dans la version Dhorme) quand je fondais la terre ? (...) Qui a fixé ses mesures (...) ou qui a tendu sur elle un cordeau ? En quoi ses socles furent-ils enfoncés ou qui posa sa pierre angulaire ? Quand chantaient en choeur les étoiles du matin et que tous les fils d'Elohim acclamaient. Qui enferma, à deux battants, la mer (...) quand je mis une nuée pour son vêtement... "

     On notera que, dans un style très imagé, Elohim s'exprime en architecte-maître d'ouvrage, qui ne crée pas, au sens absolu, mais qui FONDE, qui édifie, avec les matériaux dont il dispose, un ensemble cohérent, où l'on retrouve la terre-sol-terrain et la mer, agencés comme les éléments d'un tout. Toutes les versions, sauf deux, disent que ce travail s'est fait en présence des "étoiles du matin ". Crampon et Maredsous inclinent pour que ces étoiles soient des " astres ". Il est vraisemblable que le " matin " soit la métaphore qui marque le début de la réorganisation planétaire. A moins qu'il soit, très antérieurement, le matin de l'univers cosmique... Il est évidemment surprenant de lire que ces étoiles-astres chantaient en choeur " (Crampon, Kahn, Dhorme, TOB), " éclataient en chants d'allégresse " (Segond, Scofield), " entonnaient des chants d'allégresse " (Synodale), " chantaient ensemble " (Darby), " jubilaient ensemble " (Chouraqui), " poussaient ensemble des cris de joie " (Ostervald, Monde nouveau), donnaient un " joyeux concert " (Osty), un " concert joyeux " (Jérusalem), des " joyeux concerts " (Maredsous). Curieux, non, ce comportement de bon public... humain ? A moins qu'il s'agisse de ce que Pythagore appelait "l'harmonie des sphères "... Nous retiendrons que la Bible indique que la mise en ordre de notre planète a commencé et s'est faite dans l'harmonie d'un cosmos déjà bien structuré, et " meublé ". Les étoiles du matin qui assistent à la fondation de la terre dérangent cependant l'ordre dans lequel le texte de la Bible déroule le scénario de la Genèse. Rappelons que ce scénario place la fondation de la terre le troisième jour, et l'apparition des étoiles (avec le Soleil et la Lune) le quatrième jour. Or, pour Job, les étoiles du matin sont données comme étant présentes dès le troisième jour, sinon dès le premier. La Bible ne pouvant se contredire à ce point, il convient de voir, là, un recoupement supplémentaire qui accrédite la thèse de " l'ordre aberrant ", preuve du processus spécial que nous avons analysé. Quant à "tous les fils de Dieu ", que seuls Dhorme et Chouraqui nomment, conformément au texte hébreu, "fils d'Elohim ", ils manifestent eux aussi leur enthousiasme par des "acclamations" (Ostervald, Synodale, Osty, Maredsous, Dhorme, Monde nouveau), des " acclamations unanimes " (Jérusalem), des " ovations " (Chouraqui), des "cris de joie" (Segond, Scofield, Kahn), des "cris d'allégresse " (Crampon), tandis que pour Darby ils " éclataient de joie " et que pour TOB ils " crièrent hourra "... comme des sportifs anglo-saxons. Les versions Ostervald, Synodale et de Jérusalem, omettent de signaler la présence de " tous " les fils d'Elohim, ou, pour elles, de Dieu ( Note du webmaster lire : fils de Dieu). Mais qui sont-ils donc, ces fils d'Elohim ? Dans l'envolée lyrique d'un texte qui, dans la Bible, se balance souvent sur deux pieds pour exprimer la même chose, sont-ils l'autre dénomination des " étoiles du matin " ? Nous verrons, ailleurs dans la Bible, des "fils d'Elohim " qui ne sont pas des étoiles, au sens astronomique du terme. Et nous verrons aussi des étoiles qui ne sont pas des astres. En attendant de mieux cerner ces " fils " bornons-nous à constater, ici, leur présence, au moment précis où Elohim, leur père, met en oeuvre une genèse particulière et ponctuelle, à laquelle, nécessairement, ils pré-existaient...
"

     Fin de citation

     Que d'interrogations soulévent n'est-ce pas, ces "fils des Elohim" !!!

     A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui...

     Mais, ce 30 Janvier 2017, nous voilà alors arrivés, à la séquence la plus extraordinaire de cet article, et entamons alors pour cela, notre :

Sixième signe avant-coureur :

      C'est en effet, le Mercredi 25 Janvier, que nous avons eu le bénéfice de visualiser à la Télé, le documentaire de France 5, suivant :


      Bien sûr, il y a eu, ces derniers temps, d'autres documentaires de même nature, comme par exemple aussi , aussi celui -ci :

:


     Ces documentaires s'interrogent d'abord sur les planètes de notre Système Solaire qui pourraient contenir, la Vie, si prolifique sur Terre...

      Mais ce que les organisateurs et commanditaires de ces documentaires semblent encore ignorer, c'est le fait que le site ARTivision, avait dès le 17/06/2011, répondu, noir sur blanc, au sujet du fait que le Mardi 14 juin 2011, L'Académie Antilles-Guyane avait proposé en Philosophie au Bac Série S, et sujet qui fut le suivant :

" Peut-on douter d'une vérité démontrée ? "

     Tout le site ARTivision, depuis sa création en 1997, démontre que la réponse est indubitablement :

OUI.

     D'ailleurs dès le 23/06/06, notre article :

http://www.artivision.fr/docs/connaitrelevrai.html

qui a reçu, tout de même 17170 visiteurs jusqu'à ce jour, donnait déjà le ton dans cette affaire.

      Faisons d'abord ici une certaine digression très significative, quant à l'esprit de certains savants, qui tenaient, il n'y a pas si longtemps, le haut du pavé de la connaissance scientifique :

      Nous avons en effet, le privilège de possèder, le n° 108 de Février 1956, de la revue Sciences et Avenir, dont voici la couverture :



      Mais voyons, maintenant, les pages 52 et 53 de notre Sciences et Avenir, en question :



    et puis, faisons un flash, sur ce passage significatif :



    Cette image, nous montre d'abord la calotte polaire de Mars qui brille, alors que la zone tout autour, est dans le noir. Nous expliquerons cela plus bas, bien sûr...

    En dessous de l'image de Mars, comme vous le voyez, un astronome bien connu de l'époque, nommé Arthur Eddington, (il est certainement décédé actuellement), n'avait pas hésité à écrire, (hélas on ne dit pas où et merci à l'internaute béni, qui trouvera où ...) :

" qu'il croyait assez volontier que notre humanité pouvait être la seule à contempler les beautés de l'Univers".


    
A l'époque, (dans les années 50), il fallait tout de même, une sacrée dose d'orgueil, pour en arriver à cette conclusion, n'est-ce pas !!! (alors que les sieurs George Adamski et Howard Menger, très vilipendés, par d' ignares bien-pensants, prouvaient photos à l'appui, le contraire) .

    Nous espérons, que maintenant, ce Mr Arthur Eddington évolue dans une autre dimension, où, il appréhende bien plus, directement , la conscience de l'aspect fanstastique de l'Univers .

     Le 20/06/2013, nous avons aussi traité ces sujets très philosophiques>
- La science se limite-t-elle à constater les faits ?
- Interprète-t-on à défaut de connaître ?
- La raison peut-elle comprendre le réel ?


     Voir notre article : , dans notre article :

http://www.artivision.fr/docs/artivisionBac2013.html

     Et finalement, nous sommes arrivés à la conclusion que :

     "La science orthodoxe se limite souvent à constater les faits ...et elle les interprète historiquement, à sa convenance, à défaut de les connaître ".

     Nous avons aussi, exprimé le fait que, si, l'on pourrait définir assez facilement et philosophiquement, ce qu'est la raison, il n'en était pas de même, du réel, qui se montre toujours plus complexe et souvent très difficile à saisir. (voir l'article en question)

     Et mieux encore, puisque nous sommes alors dans le contexte philosophique du Bac 2013, il ne nous reste ici, qu'à mettre en exergue, une fois de plus, la célèbre phrase d'Hamlet de Shakespeare :

"Il y a plus de choses au Ciel et sur Terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie."

     Pour noyer rapidement le poisson et continuer à faire comme l'autruche, en fourrant la tete sous le sable, les détracteurs irréductibles habituels, ont classé assurément tout cela, comme des illusions d'optique. Point Barre...

    Fin de la digression.

     Mais, avant de poursuivre notre exposé, concernant les découvertes scientifiques modernes sur la Vie dans notre système solaire , voyons comment en Janvier 1958, la communauté scientifique, appréhendait cette importante question, ce qui devrait réjouir les puristes qui aiment partir des sources tangibles d'une affaire.



     Et, en page 42 puis 43, on a :



     Puis, en page 44 et 45, on a :



     Et finalement , en page 46, on a :


     On voit donc, que dans cet article, de début 1958, on était certain que Mars avait uue végétation galopante selon la saison et la fonte des glace des pôles. On n'avait pas encore pu déterminer la durée de la rotation de Vénus à cause de son épaisse atmosphère digne d'un fog londonien.

     De même, nous dit-on, que Mercure, qui est environ à 40 millions de km du Soleil, lui présente toujours la même face, comme la Lune vis à vis de la Terre . Que la planète Jupiter, étant située à quelques 800 millions de km du Soleil, reçoit 27 fois, moins d'énergie que la Terre...etc ...

     Remarquez bien en passant, cependant le caractère très déchiqueté des montages lunaires et caractère qui jure terriblement avec les rondeurs notoires, (voir l'exemple suivant d'Apollo15)


des paysages lunaires des missions Apollos des années 1969 et suivantes.


     Mais revenons au documentaires de France 5 en question, du Mercredi 25 Janvier 2017.

     On nous parle aussi, des astres de notre système solaire qui pourraient contenir de l'eau, et ainsi abriter la Vie et on nous montre des images de Mars, d'Europe, un satellite de Jupiter, d'Encelade et de Titan satellites de Saturne...

     On nous parle aussi bien sûr, des dernières avancées scientifiques en matière de la découverte d'exoplanètes, exactement dans le même sens, que nous l'exposait le journal France-Antilles du Samedi 12 Février 2011,



      D'énormes progrès ont été faits depuis, et on en est, à près de 3500 exoplanètes découvertes de nos jours, et il parait même que l'on vient d'en découvrir une dans les environs de Proxima Centauris, à 4,2 années-lumière de nous . Voyez cela, sur le site du Le Monde : Le MondeExoplanètes ceci :


     Voyons maintenant, quelques images que nous avons pu heureusement,, capter de cette émission de France 5 :



     Mais nous voilà maintenant, en face de Titan qui est, redisons le, pour le novice ingénu, le plus gros satellite de Saturne, dont le diamètre est de 5150km ( plus gros que Pluton ( 2280km ) et même que Mercure (4960 km) ). , ce sattelite géant fut filmé en fin Juin 04, par la sonde américaine Cassini Huygens lancée le 15 Octobre 1997 de Cap Canaveral Air Force Station, en Floride . Un module de Cassini nommé Huygens, a même réussi à se poser sur Titan, le 14 Janvier 2005:


     Et voilà, une autre image de Titan :
:

     Le meilleur est, bien sûr, encore à venir ...

     Mais ce 1er Février 2017, présentons encore quelques images du documentaire de France 5 en question :



     Mais, on se perd en conjectures, pour expliquer l'érosion des structures du sol de Titan, structures, qui se présentent telles que ces blocs arrondis :


      Et plus encore, on s'interrroge, sur les formations internes très tourmentées de Titan, telles que :


      Mais, ce que le site ARTivision, remarque dans les images ci-dessous, c'est qu'à aucun moment, on nous présente une image, telle que, par exemple, celle-ci, où l'on découvre au bas droit de l'image une étrange luminosité :


      Cette photo fut prise en 2004, par la celèbre sonde Cassini Huygens, déjà évoquée plus haut, et ayant frôlé Titan, le 26 Octobre 2004.et tirée à l'epoque du site :

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/Cassini_Multimedia_Collection(Search_Agent)_archive_1.html

      Voici une modeste traduction du texte en question :

     Cette image prise par la sonde Cassini montre la surface et l'atmosphère de la lune de Saturne Titan, sur une gamme de longueurs d'ondes infrarouges, de
8 à 5.1 microns. Cette image fut obtenue par le spectromètre à cartographie
infrarouge et visuelle de Cassini , le 26 octobre 2004, alors que la sonde survolait
Titan à une altitude approximative de 450 000 kilomètres (280 000 miles).
A certaines longueurs d'ondes spécifiques, des caractéristiques de la surface peuvent
être vues à travers les brumes de Titan, tandis qu'à d'autres longueurs d'ondes,
le complément de la surface reste caché complètement.

     La mission de Cassini-Huygens est un projet coopératif de la NASA ,
L'Agence spatiale Européenne et de L'Agence spatiale Italienne. Le JLP , (Laboratoire
de propultion de lancement de fusées)
, est une division une division de l'Institut de Technologie de Californie
de Pasadena, qui gère la mission de Cassini-Huygens pour la mission de la Direction
Scientifique de la NASA à Washington, D.C. La sonde Cassini et ses deux
caméras intégrées furent conçus, développées et rassemblées à JLP .
L'équipe de la cartographie par infrarouge par spectrométrie visible est basée à
, l'Université de l'Arizona, Tucson.


       Si nous avons voulu vous montrer cette image, c'est parce qu'il existe aussi une autre de même nature montant cette fois aussi une zone très brillante dans la partie nord de Titan :


     Pour les puristes, qui aiment partir des sources, disons que cette image est tirée de la page 21 du site de la NASA, saturn.jpl.nasa.gov/, accompagnée de la mention : "Red spot on Titan" :

      Curieux n'est-ce pas ce secteur qui brille admirablement, tout seul, au sommet de la planète !!!

     Mais voici encore mieux ,qui nous permet de parfaire le décor "éblouissant" de Titan. Voici en effet une image que nous tirons de la page 37 du n° 701 de la revue "Sciences et Avenir" de Juillet 2005, et où nous découvrons l'entrefilet de gauche suivant, juxtaposé avec une superbe image bleue de Titan, dont nous parlerons plus bas :

   

     Comme vous le voyez, il est question d'un "cryovolcan", qui serait en forme de structure "brillante" de 30km, dans une zone parfaitement obscure, que met en relief un très petit carré. Il faut donc vraiment y aller à la loupe, pour y voir cette prétendue brillance. Par contre, celle énorme, qui crève les yeux au pôle sud de Titan , ne fait l'objet d'aucun commentaire de la revue. La politique de l'autruche, est donc toujours de rigueur en la circonstance. A vous de juger...

       De plus, le 05/08/05, nous avons aussi découvert la même étonnante image, à gauche ci-dessus, dans le n° 423 d'Août 2005 de la revue "CIEL & Espace", page 32 , dans un article intitulé; "Sur Titan les volcans crachent de la glace". On aimerait aussi savoir, si ce sont des volcans crachant la glace qui sont indirectement responsables (par une sorte de reflet très opportun des rayons de notre soleil), de cette incroyable luminosité qui apparaît au bas de Titan dans l'image en question. Rappelons que cette revue, depuis Juillet 2004, n'a jamais présenté;, ni commenté; évidemment, (même à titre de curirosité), cette autre extraordinaire luminosité , au Pôle Sud de Titan, qui interpelle grandement depuis des lustres le site ARTivision:

    Mais, "comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", venons en maintenant à l'affaire du Titan bleu : présentée justement ci-dessus et dont voici encore la superbe image que nous aurions vraiment aimé decouvrir dans le documentaire de France 5 ou de celui de Planète +, mentionnés plus haut


      Disons alors que la photo précédente vient, chose curieuse, de la NASA en début Juillet 2004, et dont l'url du site est placé à :

http://saturn.jpl.nasa.gov/search/?searchbox=Titan&category=Images

     On découvre alors ceci d'abord justement en noir et blanc :


Et voici alors, un semblant d'explication de la NASA :


     En rouge, on comprend : " Un brillant nuage de particules de méthane apparaît au pôle sud des 3 images. .."

     Oh là ....un "un nuage de particules de méthane", disons que ce méthane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

      Et...désormais, c'est à vous de juger en toute connaissance de cause ...

     Puis, poursuivons maintenant en couleur, notre analyse, où l'on trouve aussi ceci :



     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu ( Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!) . A vous de juger.

     Voyons cela de plus près maintenant, avec des couleurs toujours étonnantes :


     Comme vous l'avez sûrement remarqué, ce qui surprend grandement sur ces premières photos de Titan, c'est le point extrêmement lumineux que l'on aperçoit au bas de la planète, et, vu sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque d'environ 300 Km de diamètre .

     Isolons alors le globe de couleur bleue, et agrandissons le, quelque peu :



      Pas besoin de redire ici, que c'est cet œil surprenant de Titan , extrêmement brillant ci-dessus, qui nous interpelle assurément, et où l'on voit nettement juste en-dessous une sorte réverbération sur les couches de l'atmosphère de la planète prouvant que cette luminosité vient de l'intérieur . (voir le bout de la flèche rouge).

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan.....

      Nous avons longtemps cherché, dans de nombreuses revues et de multiples journaux, les tenants et les aboutissants de cette affaire de disque brillant au Pôle sud de Titan. Très peu d'explications logiques, nous ont été fournies. C'est ainsi que sur le site :

http://www.astro5000.com/Ephemerides/news.php?doc=cassinihug_1_2004


, On voit cette image :

     On découvre aussi alors, ces propos :

Le 3 juillet 2004 : La surface de Titan

"La sonde Cassini a pu prendre une photographie de la surface de Titan. Titan étant recouvert d’une atmosphère opaque (photo ci dessus à gauche) cette image a dû être réalisée par le spectromètre infrarouge de la sonde. Comme tous les spectromètre il lui est impossible de prendre directement une image de la surface, un spectromètre ne photographiant qu’une très étroite bande. Toutefois il est possible de modifier la position de cette bande affin de "scanner" l’objet à observer et donc prendre une image où on voit Titan avec une résolution verticale de 28 pixels (photo de droite). Selon les interprétations actuelles les zones jaunes sont des mers d’hydrocarbures, le vert de la glace, un nuage de méthane blanc est visible en bas."

     Mais voyons aussi, ce que nous dit la revue "Science&vie" n° 1043 d'Août 2004, comme tentative d'explication de ce disque brillant de Titan.


     Vous constatez donc que l'on qualifie, ici encore, avec une assurance notoire, ce disque superbement brillant de Titan de "champ de nuages de méthane", ce qui diffère peu "du petit nuage blanc", que l'on avait soi-disant repéré, sur Neptune en Août 1989, et qui brillait encore plus. (voir plus haut).

     Encore cette affaire de méthane dont la brillance nous interpelle grandement. Décidément ces scientifiques ont de la suite dans les idées, et savent très bien se passer le mot, dès que possible.

     Notons cependant l'article d'une scientifique astronome à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, paru dans le journal "Le Monde" du 10/11/04, et article dont nous avons placé intégralement les importants éléments à :

http://www.artivision.fr/docs/LeMonde101104.html

     De cet article précédent, nous allons extraire surtout la phrase suivante, qui a particulièrement retenu notre attention :

    " Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs." "Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressemble à un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète ", raconte Mme Coustenis. "

     Voilà au moins le vocable "Vortex", qui apparaît ici. Nous notons donc bien, que Mme Athéna Coustenis, dit qu'elle ne sait pas, comment qualifier cette sorte de nuage ( elle évite cependant de parler de sa superbe brillance), que l'on aperçoit au Pôle Sud de Titan, tel qu'il se présentait à l'époque selon l'image bleu, que nous replaçons volontairement ici, et dont le diamètre ,nous l'on dit plus haut, tourne selon nos modestes calculs, autour de 300 km :


     Voilà donc, enfin une astronome qui avoue que sur Titan, il y a "une sorte vortex nuageux" tournant au pôle sud de la planète, et vortex, qu'elle qualifie cependant de complexe météorologique. A vous de juger tout cela ...

     Mais ce n'est pas tout, d'autres scientifiques avouent aussi, leur incompréhension du phénomène :

     Ainsi sur le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( merci d'avance à tout internaute qui en retrouvera le nouvel url) :
http://www.aerov.jussieu.fr/themes/APACHE/CVs/Rannou/RANNOU.html

on trouvait alors en 2004 , cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants : "Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998) a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là.

     Tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout de quoi il s'agit...

     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", que nous avons souvent évoqué dans de nombreux articles ...

     Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait à défaut d'en connaître sa structure véritable"

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront, que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     En effet, le Webmaster, de ce site, a eu l'idée un jour, de se demander, si, au Pôle Nord de Titan, il existe aussi un tel disque lumineux ?

     Hélas nous sommes d'abord tombés sur cette image du Pôle Nord de cet astre, où subsiste une ombre notoire très génante, comme si l'on tenait à cacher quelque chose ou encore, que cela pourrait recevoir plus tard, une explication toute naturelle.



     Mais, le 14 Janvier 2010, Super Hasard, est venu une fois de plus à notre secours, car en pénétrant occasionnellement, dans le site :

http://saturn.jpl.nasa.gov/photos/?subCategory=10

, à la rubrique concernant Titan ( faire bouger l'ascenseur à côté de GO jusqu'à Titan) , et alors on y découvre dans le tableau n°1 de 12 clichés, cette extraordinaire image :


, avec comme explication en dessous : Reflection of Sunlight off Titan Lake.

     On peut retrouver aussi bien sûr cette photo de Titan, sur le site officiel de la NASA :

http://saturn.jpl.nasa.gov/search/?searchbox=Titan&category=Images

tel que l'on trouve ce montage :


     Vous avez bien lu, nous l'espérons la mention "The cassini spacecraft will look for a glint of sun light reflecting off a methane lake", que nous traduirons grosso modo "la sonde Cassini regardera un reflet d'un rayon du soleil qui s'est réfléchi sur la surface d'un lac de méthane".

      Comme vous le voyez, c'est de la NASA elle-même, qu'est sortie cette fumiste explication, que bien d'autres revues ont reproduite, sans même voir qu'elle était nulle et non avenue...

     Mais, en droite ligne de cette incroyable affaire, présentons aussi ici, le super entrefilet, de la revue bien connue de notre ami Roch Sauquere "TOP SECRET" n° 47, publié en Février 2010. Et pour les puristes, qui aiment partir des sources, voici d'abord la photo de couverture de cette revue :


     Puis, voici l'image de cet entrefilet :


     Et voici maintenant le texte important de cet entrefilet (Les couleurs sont de nous bien sûr):

TITAN.

Un point lumineux récurrent.

      La NASA a dévoilé, samedi 18 Décembre 2009, une incroyable photographie de Titan. On y découvre une forte lueur jaune qui serait selon l'agence le reflet du soleil sur un lac de méthane.

     Ce "reflet spectaculaire" au pôle nord a été photographié par la mission Cassini depuis l'hémisphère nord de cette lune.

     Curieusement, par le passé, la NASA, nous a déjà montré plusieurs photos de Titan montrant déjà la même lumière au pôle Sud. Une première fois la NASA avait parlé de nuages et une autre fois de "tempête tropicale"... Nous vous parlions déjà de cette anomalie dans les news de TOP SECRET N°20, N°30, et aussi dans le Hors Série N°1 page 55-56. Sur certaines images la lumière semblait même jaillir de la planète. Alors ?

     Après nous avoir parlé de nuages de méthane, ou de tempête tropicale, et maintenant de lac de méthane, la question que nous avons envie de poser à la NASA, c'est comment expliquer qu'il y ait toujours ce même "reflet", très brillant, à la même place et d'un même diamètre ? Cette lumière n'est-elle pas plutôt issue de l'intérieur de Titan ? Ce qui nous ramène une nouvelle fois à l'hypothèse des "Planètes creuses"...

Source: http://solarsystem.nasa.gov/multimedia/gallery.cfm?Category=Planets&Object=Sat_Titan

     Fin de l'entrefilet.

      Cette explication officielle, ne tient donc pas du tout debout, pour ce disque polaire nord si brillant ..., surtout si l'on sait, d'après les dires des savants officiels. que le Soleil est très loin de là, et que sa lumière devrait arriver à bout de souffle à cet endroit. En effet nous vous invitons alors à découvrir en page 44, ce qui est écrit dans le n° Hors Série de Mars 2008 de la revue Science-Vie que voici :



, et qui confirme ce qui précède :



     Vous avez bien noté, le passage souligné en rouge, qui précise que le flux de lumière est 900 fois plus faible qu'au voisinage de la Terre. Et pourtant ce flux de lumière, très affaibli, est arrivé tout de même, à nous faire une superbe réflexion sur un hypothétique lac inconnu de Titan .

     On a du mal n'est-ce-pas, à ne pas se tordre de rire... à la lecture de cette aberrante incongruité.

    A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui.


       Mais ce 2 Février 2017, il se pourrait que des détracteurs irréductibles et autres consorts intellectuels blasés, s'imaginent que c'est le Webmaster , du site ARTivision qui fait du zèle, en parlant Du Très Haut , ou de La Source, a propos du très Grand Maître de Findhorn, qui s'exprime parfois dans les articles (voir justement plus haut)

       Mais, méditez plutôt, sur ce qui suit :

:

Cesse de chercher de l'aide chez les autres,
cherche-la à l'intérieur, et tu la trouveras.

Va toujours à La Source pour trouver la réponse,

et ne te satisfais de rien qui ne soit pas neuf,
ni du plus haut niveau.

En commençant au fond et en remontant,
tu seras nettoyé et purifié complètement
et tu pourras commencer
avec des fondations solides semblables à du roc
que rien
ni personne ne peut ébranler ou détruire.

Une fois que tes fondations sont solides,
tu peux continuer à construire et ce sans aucune inquiétude.

Veille à ce qu'elles soient enracinées
et enfoncées dans La Source ,
dans les voies de l'Esprit et non dans les voies du monde,

qui sont là aujourd'hui et auront disparu demain.

Vis, vibre et garde ton être tout entier en Elle.

Laisse Sa paix et Son amour te remplir et t'envelopper.

Elève ton cœur en un amour profond
,
en louange et gratitude profondes
et sois parfaitement en paix
alors que tu fais
Sa volonté et suis Son chemin.


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 24 Janvier , après adaptation d'ARTivision.

     Comme on le voit, tout est lié, aux vivrations de La Source, pour grandir en esprit, et s'y dévélopper

       Pour en savoir plus, voir aussi :

https://www.youtube.com/watch?v=mv4S_CMO_A4


      Mais voici aussi, un texte qui nous entretient de la problèmatique conceptuelle des choses venant du Passé. Dur... Dur, vous allez voir :

Tu ne peux pas créer le nouveau en demeurant immergé dans l'ancien.

Un nouveau-né ne peut demeurer attaché à sa mère.

Le cordon ombilical doit être coupé afin qu'il devienne un être autonome.

Il en est de même avec cette vie spirituelle.

Une fois que tu as mis le pied sur le chemin spirituel
et que tu as décidé de vivre selon les voies de l'Esprit,
tu dois faire une coupure nette avec ton ancienne manière de vivre.

Tu ne peux pas avoir un pied dans chaque monde.

Le choix t'appartient.

Ne reviens pas sur ce choix.

Avance sans cesse. .
C'est quand la marche est rude
que tu peux désirer fortement
les soi-disant « bons vieux jours »
et vouloir retourner en arrière

II n'y a pas de retour en arrière possible dans cette vie.

Un bébé ne peut pas retourner dans le sein de sa mère
quand la vie lui devient trop pénible
Un poussin ne peut retourner dans sa coquille,
ni un papillon dans sa chrysalide.

La vie ne peut retourner en arrière.

Elle doit aller en avant,
toujours en avant .

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 26 Janvier , après adaptation d'ARTivision.

     Autrement dit, si vous savez lire entre les lignes, ce Maître de Findhorn, nous invite à profiter des bienfaits de la Vie spirituelle, qui devrait être en perpétuelle progression vers l'Unité de la Source, présentée plus haut. Et de plus, il semblerait qu'il applique aussi la loi cosmique, "du vivre dans l'instant présent"...

     Pour mieux saisir l'importance de ce concept (qui doit sérieusement faire grincer des dents les intellectuels blasés, bien assis dans cette société), plaçons ici, une fois encore, les sublimes paroles, du Collectif Soria , formé on le sait, de 4520 entités cosmiques. En effet dans le premier ouvrage de ce collectif transcendant :

  

     On lit page 14 :

    "Le passé est dans le présent et le futur l'est aussi. Illusion du temps, il n'y a pas de passé ni de futur ; seul existe le moment présent. Cette notion va prendre corps et sera assimilée dans les dix ans à venir. D'ici là, les événements futurs viendront du chemin ouvert par vos pensées. La lumière dégagée depuis cinquante ans a aplani beaucoup de difficultés et d'épreuves, et a sauvegardé votre planète."

     En effet, nous savons maintenant que cette notion révolutionnaire du temps cosmique était assurément connue du Maître Jésus-Christ, (dont l'existence est niée par certains agnostiques et autres mécréants matérialistes), puisque qu'il préconisait on le sait, ouvertement de "ne pas se préoccuper du lendemain et de vivre au jour le jour", sans doute pour mieux s'ancrer dans l'énergie relevant de la quatrième dimension, ce qui lui permettait évidemment de réaliser ce que nous avons appelé "des miracles", et , miracles qu'il avouait, lui-même, être à la portée de chacun de nous.

     Mais ce 05/02/2017, revenons à l'affaire de Titan, au moment précis, où nous avons stigmatisé sévèrement l'explication dérisoire, voulant expliquer le brillant disque stationnant au Pôle nord de Titan. De plus nous savons qu'il y en a, un autre encore plus brillant au Pôle Sud, de l'astre :


       Donc ces scientifiques de la NASA, sont pour nous, dans le même cas, que celui de Madame Kellyanne Conway, de l'entrefilet ci-dessous, qui veut parler d'une chose, dont elle ignore totalement, la vraie substance :


     Mais il existe aussi un autre fait incontournable qui démolit totalement la thèse délirante, des partisans du disque lumineux nord de Titan, venant d'une réflexion parasite sur d'éventuels lacs inconnus de méthane et consorts, miraculeusement bien placés sur la surface de Titan.

      En effet, dès le 5/07/10, nous avons eu le bénéfice, de découvrir dans une Grande Surface de notre environnement, la revue de vulgarisation scientifique, Science Magazine26 des mois de Mai-Juin-juillet 2010 :


et, notre attention a été encore bien sûr, très retenue, par l'image inouie en question, du Pôle Nord de Titan :


      Extrayons-en alors de cette revue, quelques titres et paragraphes significatifs, que nous transmet un responsable des programmes d'explorations du Système solaire du CNES:


     Et, mettons bien en relief ceci :


     Le fait important à souligner ici est que Titan, a une atmosphère environ, 12 fois plus épaisse, que la nôtre (1200 km au lieu de 100 km).

      Dans les images précédentes, nous avons souligné en rouge les termes qui nous interpellent directement. Ainsi donc, à près de 1,5 milliard de Km, les rayons faiblards de notre Soleil, arrivent à percer sans problème, une atmosphère environ 12 fois plus épaisse, que la nôtre et ensuite, ces rayons ( dont l'incidence d'arrivée joue donc un très grand rôle, presque magique), vont aller se refléter sur les zones sombres lisses (où le radar lui-même n'a pas d'écho), et retraverser cette épaisse atmosphère très dense pour donner ensuite cette source ponctuelle très lumineuse au Pôle Nord de Titan. Même si l'on imaginait que les lacs de méthane en question se trouvaient par magie, sous la forme d'un plasma chauffé à blanc, par une énergie inconnue et providentielle, cela ne marcherait pas à cause de l'épaisseur de l'atmosphère de Titan.

      Donc toute cette explication officielle, ne tient absolument pas du tout debout, d'autant plus que ce spécialiste des programmes d'exploration du Système solaire du CNES,évite soigneusement de comparer cette situation lumineuse insolite du Pôle Nord de Titan, avec celle vue déjà plus haut, encore plus extraordinaire du Pôle Sud de cet astre.

     Que celui qui a bien lu tout cela, en tire le bienfait plein d'éclaircissements qui s'impose, et surtout le désir latent d'en savoir plus.

     Mais de plus, il faut savoir que le niveau du secret des gouvernements concernant l'affaire des disques brillants polaires de Titan, et de bien d'autres astres de notre Système Solaire, , est un secret qui est au-dessus de beaucoup d'autres (et même celui concernant les ovnis) que l'on pourrait imaginer, et donc tout est fait, pour nous cacher au Plus Haut Niveau, la Vérité sur cette affaire qui concerne, cela va de soi, l'Humanité entière.

     En voulez-vous une preuve flagrante :

      Le 21/09/2012, nous avons eu l'opportunité de découvrir dans la même Grande Surface voisine de chez nous, le N° 508, de la revue d'astronomie "Ciel&Espace" de Sept. 2012, donc voici la couverture :


et en feuilletant ce fascicule, nous sommes tombés en arrêt, devant cette image en page 55 :



     Image, bien sûr déjà vue plus haut.

     Cependant à la même page 55 de cette revue, on trouve ceci :



     Nous découvrons alors dans cette déclaration concernant la sonde Cassini-Huygens qu'elle est prévue " pour durer 4 ans, et que sa mission devrait durer jusqu'en Septembre 2017. Elle aura alors effectué 127 survols de Titan, scannant toute la surface en radar et en infrarouge" .

     Si nous calculons toute cette affaire en jours de l'année, nous voyons qu'en 2004 à partir du 3 juillet 2004 compris jusqu'en fin 2004, cela fera 182 jours. Puis en comptant les années bissextiles de 2005 jusqu'en fin 2016, cela fera 4383 jours, et en ajoutant les 253 jours de Janvier 2017 à fin Septembre 2017, on arrive au total de 4818 jours, correspondant à ces 127 vols de Titan. Mais du 3 Juillet 2004, à aujourd'hui 05 Janvier 2017 , on trouve 4601 jours . Un calcul élémentaire, tel que (4601 x 127) / 4818, donne environ : 121,279... que nous arrondissons, vite fait à 121 rotations de Cassini autour de Titan, jusqu'à ce jour...

      . On s'étonne donc alors franchement, que dans ces 121 survols, déjà effectués, qu'aucune autre photo, du superbe vortex sud de Titan, n'est apparue dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée, et il en est de même bien sûr pour la très insolite photo du Pôle Nord, de cet astre, justement vue plus haut...

     Que sont donc devenus tous ces autres clichés fantastiques des pôles de Titan, qui, on l'a vu, nous interpellent au plus haut point ?

     A vous de juger, une fois de plus, ces anomalies notoires et saugrenues ...

      Mais pour mieux encore saisir le fin fond de cette affaire, nous allons devoir monter le niveau de cet exposé, à un degrè qui va assurément donner des sueurs très froides à nos détracteurs irréductibles et autres consorts intellectiels blasés du système sociétal actuel...

      Regarderez en effet, cette autre image de Titan, tirée du "Figaro Magazine", du Samedi 13 Nov. 2004 :


      On voit alors que la partie droite de l'image de Titan de ce "Figaro magazine" en question, présente une luminosité remarquable, et, on nous dit alors, que c'est,"notre soleil, qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan".

      Voici encore une autre photo de Titan tirée cette fois-ci du n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo ne semble pas très différente de la prédédente ci-dessus, du "Figaro magazine", où la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre soleil

     On ose nous dire alors, que cette luminosité remarquable, vient aussi de notre soleil qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan. Mais revoyons encore, ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial déjà vu plus haut, de Mars 2008:



     Donc, il est bien spécifié ici, que , le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre.

    Alors, on se demande, comment ce flaiblard flux, pourra à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique, exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan de 1200 km d'épaisseur, (contre environ 100 km pour la Terre). C'est donc tout à fait stupéfiant , et les images suivantes de Titan :

  

, ne présentent pas du tout, comme les scientifiques de la NASA l'affirment, des paysages glaciaires, correspondant à une température de - 180°, mais plutôt, des paysages d'une zone désertique très chaude, comme celle du Sahara. A vous de juger tout cela...

      Mais ce 7 Février 2017 ( retenez bien ce chiffre 7 ) pour expliquer le fait que nos instruments de mesure sont construits, en fonction des lois admises dans le cursus universitaire, nous allons ici, devoir aborder notre :

Septième signe avant-coureur :

      Pour éclairer très prosaïquement, cette affaire d'instruments mal adaptés, à une situation inconnue, faisons ici, une petite digression :

     En effet, dans un article intitulé "La conquête du Pôle Nord" de Mr Philippe Nessann, du n° 115 d'Avril 1999 de la revue Science&Vie Junior, nous avons eu le bénéfice de découvrir comment en général, on peut s'orienter au Pôle, en considérant évidemment que la Terre est à peu près une sphère soumise aux rayons obliques du Soleil. Nous reproduisons donc ci-dessous, l'admirable schéma très didactique de Mr Jean-Jacques Hatton, qui donne toute la démarche que devrait effectuer un explorateur pour calculer sa position en arrivant au Pôle Nord.


    Mais, il va de soi, que s'il existe au Pôle Nord une courbure de la Terre, vers son intérieur , (non enseignée dans nos universités), comme le montre cette extraordinaire photo (commentée par nos soins), déjà vue dans de très nombreux articles du site ARTivision :


alors, que les angles Alpha, Bêta, et Gamma, ne correspondront plus à ceux que nous présente, ce schéma du Science&Vie Junior, et donc que la position déterminée par l'explorateur, en sera automatiquement faussée sur le terrain par les instruments utilisés, où la courbure quasi sphérique est programmée.

      Il en résulte que c'est en toute bonne foi, que ces explorateurs ont cru être arrivés au Pôle, alors qu'ils n'étaient, en fait, que sur le bord de concavité polaire, que nous évoque notre bien pratique schéma suivant, d'une pomme.

  


       Ou encore cette carte, montrant la position du trou polaire :


  Autrement dit l'instrument utilisé peut ne pas être conforme aux lois de l'environnement et, peut parfois induire en erreur l'expérimentateur, et c'est donc le cas, de l'instrument qui a mesuré, une température de - 180°, à la surface de Titan...

           Fin de la digression

     Bien sûr les éternels mécréants intellectuels zélés et zététiques, vous diront : "Tout cela, c'est de la manipulation médiatique et politique, pour discréditer les véritables chercheurs scientifiques de la NASA en qui nous avons assurément foi..."

     Nous répondrons à ces zélés mécréants, que cela fait 58 ans en 2017, qu'est sorti, l'extraordinaire ouvrage incontournable suivant, que nous avons eu en mains par Internet, le 13/02/2014

  

où l'auteur ( aussi villipendé par des ignares bien-pensants que le sieur Adamski ), affirme au début de la page 150, qu'il est passé en soucoupe volante au large du Soleil, et qu'après traduction cela donne :

      "Ma première réaction, quand je me levai, fut d'aller jusqu'au hublot et de regarder à l'extérieur pour voir où nous étions. Des sortes de boules de couleurs étaient partout visibles, ainsi qu'une boule rouge de dimensions gigantesques, qui semblait être une énorme planète. Ils me dirent plus tard que c'était le Soleil; je ne sais pas pourquoi, il n'était pas brillant. "

       Cette traduction est tirée, de l'ouvrage que nous avons acquis à Lyon en 1966, tel que :


paru aux Editions DERVY-LIVRES en Juillet 1965

       Mais tout cela, serait des paroles en l'air, si cet Howard Menger, n'avait pas produit dans son livre, des photos de la Lune, dont voici une, qu'aucun spécialiste, (pourtant avec les moyens informatiques énormes dont on dispose actuellement ), n'a pu expliquer la provenance et l'élaboration, jusqu'à présent :


      On y voit parfaitement dans le coin supérieur gauche, une portion du hublot de l'astronef, qui a transporté l'auteur jusqu'à la Lune.., et si l'on arrive à démontrer que cette photo est authentique, pas besoin d'imaginer l'implication et les répercutions, que cela pourrait avoir. Mais là , les infographistes et les journalistes curieux d'habitude, se taisent lamentablement à ce sujet et fourrent la tête sous le sable comme l'autruche . Voir l'image et le commentaire ci dessous :

  


tiré du livre admirable de J.G. DOHMEN, sorti par les Editions TRAVOX au 2etrimestre 1972

      Sur l'image de droite, on peut lire en haut à droite :

"il est important que nous prenions conscience de nos options instinctives et que nous regardions en face toutes les hypothèses qu'une sorte de censure intérieure nous empêche d'évoquer et de considérer." René Fouéré.

A vous de juger désormais, une fois de plus, documents à l'appui toute cette affaire.

      Poursuivons alors, l'exporation de cette théorie inouie , qui contredit amèrement , ce que l'on raconte dans nos écoles et universités ...

     Cette affaire folle et incroyable concernant notre Soleil, a déjà été évoquée plusieurs fois par ARTivision, et on en a déduit alors, que la surface du Soleil ne serait pas du tout brûlante. Pour expliquer plus avant cette affaire, prenons l'exemple simple suivant, en partant du simple schéma de fonctionnement, d'une loupe convergente :


     Un primitif vivant au fin fond de l'Amazonie, qui serait déjà surpris, en voyant qu'en plein jour que l'on peut allumer un feu avec cette simple loupe, il serait encore plus étonné de découvrir qu'après l'arrivée de la flamme dans les brindilles de bois, que la loupe est parfaitement froide.

     Cette analogie avec la loupe, va nous permettre à un niveau bien supérieur, de comprendre ce qui se passe du côté du Soleil.

     On sait en effet, que l'axe de l'équateur et celui de l'écliptique sont inclinés l'un sur l'autre de 23° environ et, il en résulte que le pôle n'est plus le point où la lempérature est minima. Pour mieux visualiser tout cela, empruntons à l'ouvrage "Astronomie et l'exploration spatiale", publié à Hachette Jeunesse en juillet 1985, le schéma suivant, que nous avons un peu modifié:



     Mais, ce qui est rarement expliqué dans les manuels scolaires, c'est qu'étant donné que la Terre ne décrit pas exactement un cercle autour du Soleil, mais une ellipse, on découvre alors que la distance de la Terre au Soleil est environ de 147 millions de kilomètres au mois de Janvier, et est de 152 millions de kilomètres au mois de Juillet, et autrement dit le Soleil est, paradoxalement plus près de la Terre en hiver, qu'en été, de 5 millions de Km . Le site :

http://fr.vikidia.org/wiki/R%C3%A9volution_de_la_Terre_autour_du_Soleil


, nous illustre schématiquement tout cela admirablement :


Et on voit bien là, que la Terre, est plus proche du Soleil en hiver, qu'elle ne l'est en été.

     Dans les sphères officielles, on explique ce phénomène justement par l'inclinaison de 23 ° de l'axe de la Terre par rapport au plan de l'écliptique et qui fait que les rayons du soleil sont toujours obliques par rapport à l'axe de rotation de la Terre. Et, pour ARTivision, cela est très discutable...

     Si donc, le soleil était une boule de feu émettant chaleur et lumière en direction de la Terre, son action aurait certaimement augmenté grandement en avançant de 5 millions de Km de sa cible. Des maquettes à l'échelle, et des simulations informatiques, le démontreraient sans doute.

     Mais , si vous tenez à avoir une explication non officielle de ce surprenant phénomène, alors accrochez vous solidement aux murs car cela peut-être, va vous déstabiliser fortement :

     Surprenant n'est-ce pas !!! Qui dit mieux !!!

     Mais voyons maintenant l' explication qui est présentée par un certain Maître cosmique nommé POMAR, et document extraordinaire placé dans la revue suivante très précieuse bien sûr pour nous :


     C'est dans cette revue que nous avons découvert à l'époque, cette chose inouie, dont l'article de 5 pages débute ainsi :


     Et voici le texte inouï intégral en question :

VOYAGE EN OVNI : le système solaire

Extrait de la revue Ondes Vives n°83 de Mars 1973

     " Nous avons pris contact avec un groupe de Bologne (Italie) qui reçoit des messages télépathiques d'Extra-Terrestres. Ce groupe présente l'immense intérêt d'avoir des relations directes avec eux. De ce fait le témoignage des sens exclut toute fantaisie imaginative. Voici un résumé d'une de ces entrevues qui eut lieu le 15/10/62. C’était la 7e rencontre. Ondes Vives : (Itacar et Saki sont deux extraterrestres)

     Le 15 Aout 1962, à 23 heures, appelé télépathiquement comme d'habitude, je me rendis au lieu de rencontre. Itacar et Saki m'y attendaient et m’embrassèrent. Nous entrâmes dans la soucoupe volante. Itakar, passant la main sur le triangle, démarra. Quelques minutes plus tard nous étions arrivés. Nous sortîmes et je vis que nous étions dans un grand cratère volcanique dont le fond poli servait de base d'atterrissage. Itacar me dit que nous étions sur le satellite de la Terre, c'est-à-dire la Lune. J'eus tout loisir d'examiner l'installation avec ses grandes portes en arche, éclairées comme en plein jour. Nous entrâmes par l'une d'elle et suivîmes un corridor de 4 m de large et 400 m de long, éclairé par le plafond, mais on ne voyait pas de lampes. De part et d'autre il y avait des portes surmontées de signes géométriques. Nous entrâmes dans l'une qui portait comme sigle un cercle avec un point rouge au centre. Je vis une chambre circulaire de 20 m de diamètre avec, au centre, une table ronde aussi, de 3 mètres de diamètre, entourée de sièges. Itacar et moi nous nous assîmes tandis que Saki sortait.

     Bientôt entra un homme que je connaissais déjà. Je me levai et lui serrai la main. Il me dit:

     "Je suis POMAR, de la planète ATOUN. Me trouvant sur la Terre où je devais passer plusieurs jours, je pensais te revoir et te parler de choses que tu ne sais pas et que tu ne comprendras peut-être pas maintenant. Néanmoins, imprime-les bien dans ta pensée afin de t'en souvenir et de les répéter à tes frères. Donc écoute:

     Nous appelons votre Terre SARAS, d'un mot chaldéen ancien : SHAN-RAN (SHAN la Croix, RA cercle) Saras fait partie du Système solaire en vertu du mouvement qui l'anime. Si ce mouvement venait à cesser, il en résulterait une rupture d'équilibre qui affecterait l'harmonie de la Création et bouleverserait les lois précises qui la gouvernent. La Terre ne pourrait plus exister comme telle. Il lui faut donc, pour subsister, continuer son mouvement qui lui permet non seulement de parcourir son orbite définie, mais de se mouvoir selon les calculs extrêmement exacts de la nature, en synchronisme avec tout le reste du Cosmos.

     Dans l'espace compris entre tes mondes "matériels", il existe un immense filet éthérique, un océan éthérique où ces mondes naviguent avec leurs satellites. Le Cosmos où nos mondes orbitent est TRINO parce qu'il représente la totalité des formes "intérieures". La nature est conforme à la loi binaire parce qu'elle est la manifestation des formes "extérieures". L'un est le point de départ, l'autre le point d'arrivée. Les deux sont reliés au cercle éternel des phases dualistes naturelles, d'évolution ou d'arrêt. Ce dualisme trouve sa réplique dans divers symboles. En fait, sur ta Terre, l'axe vertical symbolise l'ascension, la vie, la flamme montant vers le haut, le principe, la levée. Au contraire l'axe horizontal représente l'assise, la fin, l'eau, l'immobilité, le sommeil, la mort.

     L'union et l'équilibre de ces deux lignes, verticale et horizontale, forme la CROIX, symbole métaphysique des événements de la nature dans son dualisme , accouplement des deux forces fondamentales qui générèrent l'équilibre des quatre éléments représentés par les quatre bras de la croix.

     Vos savants se sont-ils demandé la véritable signification du symbole de la croix ? Jamais, parce qu'ils sont athées ou semi-athées. Cela veut dire que, n'ayant pas foi en Dieu et ne connaissant pas à fond la métaphysique, ils ne réussiront jamais à comprendre les lois cosmiques multiples qui règlent les mondes et leurs évolution. Vos hommes de science n'ont jamais pensé à ce que deviendrait l'existence humaine si ces lois venaient à faillir ne serait-ce qu'un instant. Eh bien, cela pourrait se produire, pour absurde que cette hypothèse puisse sembler à la suite de multiples explosions atomiques. L'astre solaire, étincelle de la création est par rapport à l'Univers comme l'Esprit est au corps. De même que l'Esprit vivifie la matière, le Soleil anime tout le système solaire. S'il vous était donné de le regarder hors de votre atmosphère, vous seriez stupéfaits de le voir comme une balle violette aux reflets verts opaques, parfois iridescents d'une multitude de couleurs où domine le bleu profond. Vous auriez aussi pour la première fois l'impression que le Soleil est "obscur" et que l'énergie de chaleur et de lumière qui semble émaner de lui, n'est qu'un aspect de la radiation effective de l'astre.

     Combien de conceptions erronées ont été émises par vos savants, et combien de doutes les assaillent ! Tout cela parce qu'ils marchent sans foi dans une voie fausse. En fait, le Soleil ne représente pas autre chose qu'un centre d'émanation, une source d'ultra-micro-ondes radioactives à une fréquence extrêmement haute concentrant un potentiel de haute valeur.

     Tel quel, il ne peut donc être qu’absolument froid, ce qui est contraire aux conclusions de vos savants qui attribuent au soleil une chaleur de millions de degrés, tentant d'établir la valeur thermique de l'astre. - Se peut-il que la loi de Wien soit fausse ? La sensibilité des bolomètres serait-elle en défaut ? Rien de tout cela et cependant le Soleil est froid en réalité. L'erreur est dans le principe, sans lequel il est inutile de formuler une théorie. Il faut rechercher la cause de la lumière et de la chaleur, dans les phénomènes qui se manifestent dans le non parcours ou encore mieux dans la "réaction" de résistance queson énergie suscite loin du centre d'émanation. Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie.

     La résultante de ces oscillations n'est pas la lumière mais un "rayon" inconnu de vous, qui part du Soleil et se propage dans le Cosmos en vertu du vide éthérique et par conséquent porteur d'une charge électrique à corpuscules radioactives, grâce auxquelles il acquiert la puissance radiante.

     Vous connaissez déjà quelques-unes des propriétés du radium par les simples applications que vous en faites et vous savez combien est mystérieuse cette substance qui émet une incalculable énergie soit sous forme radioactive, soit en pouvoir dissociant et consumant (dûs tous deux à des propriétés positives et négatives complexes et inconnues de vous).

     Vous avez fait des expériences avec le radium et vous avez constaté que tout objet soumis à son action ne peut que bruler ou devenir lumineux. Le même phénomène se produit dans le Cosmos et les radiations du Soleil bien que froides et obscures, peuvent donner, en des points déterminés "d'arrivée", lumière et chaleur. En fait, le rayon obscur qui traverse l'espace, acquiert cette propriété ignorée de vous, selon la planète sur laquelle il est projeté. Son effet étant en rapport avec l'atmosphère déterminée qu'il traverse.

     L'émanation radioactive obscure à l’origine, et transportée à travers le Cosmos, se transforme donc en rayons lumineux au contact de l'atmosphère qui peut être plus ou mois dense et volumineuse. Il se produit en ce cas une réaction entre l' énergie "d'arrivée" et les composants gazeux de l'air. Il en résulte une production de micro-ondes lumière dont l'intensité augmente à mesure qu’elle approche de la croûte de la planète lorsqu'il y a des substances gazeuses toujours plus raréfiées. Un rapport analogue entre puissance irradiante et radiation se trouve dans votre lumière électrique que vous ne connaissez pas encore à fond. L'énergie est produite dans une lointaine centrale hydroélectrique alors que l'effet lumineux à travers le filament conducteur se manifeste à distance, dans un ballon de verre où existe une ambiance idoine pour porter le filament à l’incandescence.

     La Terre est comme une énorme lampe lorsqu’on la voit dans la nuit éthérique. Elle illumine une partie infinitésimale de l'infini et ce faisant, elle brille. Le cercle d'illumination en montre le diamètre alors que la ligne équatoriale en symbolise la résistance. C'est maintenant compréhensible parce que règne la plus profonde obscurité dans les espaces sidéraux infinis. Ce phénomène est vérifiable, bien qu'il soit en contradiction avec les conclusions de toutes vos recherches scientifiques. Il est donc tout simplement absurde de formuler un principe selon lequel la chaleur est inversement proportionnelle à la distance. Il s'ensuivrait pour vous, terriens, comme résultat logique, que Mercure devrait être une fonderie de bismuth et de plomb, alors qu'au contraire Mercure possède les mêmes éléments que la Terre, et il est le centre radio de notre système habité par des hommes physiologiquement et spirituellement plus élevés, que vous. Donc votre science erronée est en contradiction avec la leur en tant qu’ils obéissent aux lois universelles de l'Esprit Créateur : Dieu.

     "Il y a aussi un autre fait qui contribue à démolir les théories scolastico-scientifiques grâce à la giration de la Terre autour du Soleil, vous avez l’été lorsque vous êtes au point le plus éloigné du Soleil, et l’hiver quand vous en êtes au plus près. Pour justifier anomalie votre science a émis l'hypothèse de l'obliquité des rayons et de la durée des jours. Cela est vrai, mais en fait, c'est dû à l'action des rayons obscurs qui viennent du soleil. S'il en était autrement, l'énorme accroissement de température que la Terre devrait subir au périhélie ne pourrait expliquer le retour cyclique de votre pâle et froid soleil des journées d'hiver. Je chercherai plus tard à vous confirmer le principe que je viens d'exposer : plus grande est la densité des stratifications atmosphériques traversées, plus grande est la chaleur des rayons. Comme toute autre planète, votre Terre, dans son mouvement de rotation autour de son axe, doit entraîner la rotation de l'atmosphère qui prend de ce fait un aspect parabolique. Elle se dispose donc sous une forme ellipsoïde avec le petit axe superposé à celui de la Terre. Il s'ensuit que le rayon solaire traversant l'équateur trouvera une plus grande épaisseur atmosphérique et par conséquent produira plus de chaleur qu'aux pôles. Voilà pourquoi la zone équatoriale est brûlante alors qu'en zone polaire règne la glace. En conclusion il faut se convaincre de l'erreur de vos savants qui font du Soleil ce distributeur d'énergie, une gigantesque pile infernale, qui devrait être aussi la cause des valeurs hyperboliques de la température des étoiles.

     Ceci est une autre théorie bâtie par vous, terriens, avec vos fausses convictions qui amènent des conclusions inexactes , à cause de l'insuffisance du préjugé initial. L'orgueil de nier l'Esprit Créateur et Ses lois dans le crépuscule où vous êtes, vous fait approcher toujours davantage de minuit.

     Que celui qui a des oreilles entende; que celui qui a des yeux les ouvre à la lumière
"


     Pomar se tut. Je me sentais étrangement léger de corps et d'âme. Je comprenais parfaitement tout cela comme je l'avais toujours su. Je fus coupé de mes réflexions par Pomar qui me dit:

      "D'ici peu tu connaîtras d'autres frères de SARAS qui croient et qui travaillent selon leurs possibilités, mais avec foi. Ils t'aideront en tout ce dont tu auras besoin pour continuer ta vie. Beaucoup d'obligations te sont réservées et tu seras instruit en conséquence. Maintenant je dois partir "

     Il se leva, me tendit la main et dit "j' ai vite appris ta langue . Donc nous nous reverrons bientôt."

     Il partit. Nous sortîmes de la salle et nous rejoignîmes la soucoupe où Saki nous attendait. Nous décollâmes à la verticale et, en peu de minutes je fus déposé à l'endroit habituel. Nous nous saluâmes..

     De retour à la maison, je m'aperçus qu'il était 3 heures du matin. J'étais resté avec eux pendant 4 heures. Par bonheur tout le monde dormait à la maison. Personne, même ma femme, ne s'aperçut de mon absence.

     NOTA : Lors de son voyage à Catane, en Octobre 1972, Mr J.C.Salémi (le rédacteur en chef et directeur de la revue Ondes Vives) a présenté ce récit à Mr Eugénio SIRAGUSA , pour lui demander s'il était authentique, puisqu'Eugenio a des rapports avec les E.T. depuis 22 ans, et qu'il a lui-même voyagé en Soucoupe Volante. Eugénio a répondu, que c'est bien ainsi que les choses se passent. "

     Ondes Vives

     Fin du texte de la revue Ondes Vives

     En somme, si nous comprenons bien tout cela, le système fonctionnerait comme le four à micro-ondes, qui chauffe rapidement l'aliment que l'on y place, mais le four lui-même, demeure parfaitement froid, dans son environnement.

     Avouons donc que, si tout ceci est sorti du cerveau d'un auteur plein d'imagination, il est vraiment fortiche, et il pourrait facilement écrire un roman de Science-Fiction qui surclasserait de loin les meilleurs du genre. A vous de juger.

     N'empêche que le webmaster du site, ARTivision, serait aux anges, si un internaute connaissant parfaitement l'italien, pouvait trouver dans la région en question, d'autres textes aussi fantastiques, que celui de ce prodigieux POMAR. Merci mille fois d'avance

         Mais pour comprendre encore mieux, ce 7 Février 2017, ces paroles sublimes de POMAR, voyons ce que le Maitre de Findhorn, nous dit en la circonstance :

Prends du temps pour sonder ton cœur.

Prends-tu quoi que ce soit, ou qui que ce soit comme un dû ?

Éprouves tu jamais de l'ennui et un "ras le bol " en vers la Vie ?

Es-tu quelqu'un qui donne ou qui prend ?

Ta vie est-elle une vie de service pour tes compagnons humains
ou exiges-tu certains droits pour toi même ?

Tu ne peux pas t'attendre à trouver un bonheur vrai et durable
à moins de donner, à moins d'être là pour servir
Sans aucune exigence, pour toi-même d'aucune sorte
ce n'est que lorsque tu pourras accepter que

cette Vie est une Vie de service,
de don, de dévouement complet à la Source, et à Son service,
une Vie où tu t'oublies toi-même

et où tu vis pour le Tout
que tu pourras comprendre ce que la Source veut dire
lorsqu'elle dit que
la Vie est vraiment pleine et splendide
et combien tu es puissamment béni .

Alors commence dès maintenant à élargir ta conscience .

Commence à vivre et à travailler pour le Tout,

et mesure combien toute ton atttitude et toute ta façon de voir

vont changer.



La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 11 Février, après adaptation d'ARTivision.



       Mais ce 12/02/2017, nous allons poursuivre la présentation de documents qui certifient, que les rayons du Soleil, ne vehiculent ni chaleur, ni lumière, comme on nous l'affirme dans nos écoles et nos universités.

       Reprenons, si vous le voulez-bien, en la relisant avec la plus grande attention, cette très étrange expression, du Maître Pomar, vue plus haut :

       " Les vibrations radiantes projetées par le soleil dans l'espace, sont reçues par l'éther qui n'est pas le vide absolu, mais bien un ensemble d'espaces qui s'étendent de planéte à planète et qui les unissent comme le ferait une mer dont les substances éthériques agissent comme des conducteurs d'énergie."

         Disons alors, que cette notion d'éther évoquée par le Maitre Pomar, a divisé la communauté scientique dès la fin du XIX e siècle. En effet en 1887, eu lieu la célèbre expérience de Michelson et Morley qui, a conduit les physiciens à mettre en doute l'existence de l'Éther, qui était le pensait-on le support matériel des vibrations d'une onde électromagnétique comme la lumière, ou tout au moins de son mouvement. Cela montrait aussi que la vitesse de la lumière était la même dans toutes les directions. C'est dans l'histoire de la physique l'une des plus importantes et l'une des plus célèbres expériences, qui valut à Michelson le prix Nobel en 1907. Et jusqu'à nos jours tous les scientifiques officiels, en sont restés . Voilà un fait, clair et net, que l'on croit avoir démontré, une fois pour toute.

     Mais, ces temps-ci, un scientifique ayant aussi étudié l'alchimie, Isaac Plotain, remet en cause les conclusions de cette célèbre expérience, en disant, qu'elle avait été mal orchestrée, à l'époque, et que l'éther existe bien. Voici deux ouvrages qui présentent cette histoire plutôt "éthérique" :

  

     Cela est d'ailleurs, confirmé par le groupe transcendant Soria, souvent évoqué sur ARTivision, et voici par exemple quelques propos de Soria, à ce sujet dans divers ouvrages :

     "Nous leur lançons un avertissement sérieux et espérons ne pas voir la réalisation de cette réalité qui, malheureusement, est déjà en train d'être enregistrée dans l'éther de votre planête.....

     ...La chimie subtile de la rose circule dans les couches d'air, aussi bien celles de la Terre qu'autour ou dans l'éther lointain. Cette chimie véhicule des énergies fines pouvant réactiver l'ouverture d'un cœur (son chakra). Celles-ci s'infiltrent dans le réseau de la chaîne de ce chakra, glissent dans les molécules de l'air et parviennent au cœur de la plus petite parcelle de vos atomes. L'énergie de la rose demeure la nourriture la plus subtile nécessaire à l'apport de la chimie de l'Amour dont a besoin une bibliothèque intérieure.

     L'Éther est une matrice vivante , animée par des atomes.
...etc....


Oh là..., une "matrice vivante" , les meilleurs ouvrages de Science-Fiction sont alors là, tout à fait surclassés n'est-ce pas !!

     Mais, pour clarifier encore mieux tout cela et puisque le Maitre Pomar, nous parle asssi de Mercure , voici un petit plus à ce sujet et relatif encore à cette affaire d'éther, ignorée, on le sait, de nos scientifiques contemporains. Cette information est tirée du volet V de l'affaire Kraspedon de la revueONDES VIVES n° 94 de Fév 1974 que nous avons vraiment aussi la chance de possèder :


     Et en page 5, on trouve ceci, et chers novices, veuillez SVP bien attacher solidement votre ceinture :



     Vous avez bien lu, nous l'espérons, que la couche éthérique est de 624 000 km pour Mercure , alors qu'elle n'est que de 400 000 pour la Terre , (elle arrive donc jusqu'à la Lune), et que la largeur de la couche d'éther d'une planète, est inversement proportionnelle à son éloignement du Soleil.

     Décidément cette Nature qu'ARTivision nomme parfois La Source ou le Très Haut nous surprendra toujours plus, quand on veut bien analyser son fonctionement .

     Voyons maintenant quelques déclarations élémentaires, accessibles à tout un chacun, mentionnant également, le fait extraordinaire, que le soleil ne serait pas brulant.

Première déclaration :

     Au mois de Décembre 2000, la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie", et voici pour les puristes, la couverture du numéro en question :



     Il convient donc de garder précieusement ce numéro, où nous avons noté, à l'époque, certaines anomalies .

     Concernant notre Soleil, à la page 41 de cette revue, nous notons le texte suivant: "Retour vers le futur: Plus de 50 ans après, on ne connaît toujours pas le mécanisme précis du chauffage de la couronne. Il semble que Hans Alfvèn ( Prix Nobel de Physique en 1970) soit le plus proche de la réalité. Certaines ondes dites "magnétohydrodynamiques" se propageraient dans la couronne et la chaufferaient. Les satellites d'observation du Soleil, comme Yohkod, Soho, ou Trace, ont mesuré sa température : Elle dépasse les 2 millions de degrés !"

     Vous avez bien lu nous l'espérons : On ne connaît pas encore le mécanisme du chauffage de la couronne", et nous souhaitons que les appareils de mesure de cette couronne ne soient pas du même gabarit que ceux qui ont mesuré la température de Titan (-180 °)

Deuxième déclaration :

     Bien que cela soit assez ancien, et ambigu, il convient d'en dire deux mots :

     A la page 289 d'un livre remarquable intitulé "La barrière du temps" de l'écrivain explorateu rAndrew Tomas, Edité par Julliard., Paris (1969) :



, nous lisons alors, la phrase attribuée vers 1882 , aux "Mahatmas" : " Le Soleil n'est ni un corps solide, ni un liquide. Ce n'est pas cependant un gaz incandescent, mais une boule gigantesque de force électromagnétique, le réservoir de la vie et du mouvement universel ".

      Etonnant n'est-ce pas !!! Dommage que l'on ne nous dit rien, au sujet de sa température

     Donc, laissons aux spécialistes, le soin de discuter de tout ceci, et surtout de ce que nous allons vous révéler ci-dessous, car nous n'avons pas la compétence requise pour savoir si cela est vrai ou non. Notre rôle se résume, nous l'avons déjà exprimé ailleurs, à montrer des documents qui n'ont pas connu, en leur temps, la publicité, qu'ils auraient dû normalement avoir.

Troisième déclaration :

       Nous voilà arrivé, au point le plus crucial, de cet exposé:

    En effet Il cnvient de présenter d'abord ici, l'ouvrage publié en 1953 chez Werner Laurie Hc, est intitulé "Flying saucers have Landed". Il fut écrit en collaboration avec un auteur anglais Desmond Leslie ancien pilote de la RAF et était le neveu de Wiston Churchill , qui a quitté ce monde en 2001 à 79 ans :


     On peut encore peut-être avoir la chance de trouver cet ouvrage en français chez "J'ai Lu"A 260, dans la prestigieuse collection hélas disparue "L'aventure mystérieuse du cosmos et des civilisations disparues", publié au début de 1971 sous le titre "Les Soucoupes volantes ont atterri":


     C'est alors que, Desmond Leslie, nous déclare pages 144 à 145, du livre en français, ceci , qui est tout à fait hors-normes :

    " Mais pour le moment, notre propos est de découvrir l'origine des véritables soucoupes interplanétaires. Les planètes voisines semblent apporter la réponse la plus plausible: Mars et Vénus. Mais alors, pourquoi pas aussi Saturne, Jupiter, Uranus, Neptune, Pluton et toutes les planètes encore inconnues? On nous oppose que la chose est impossible car toutes les planètes au-delà de l'orbite de Mars sont trop glacées pour que la vie puisse y exister, et que Vénus et Mercure sont trop brûlantes, mais rien ne nous affirme que la chaleur en tant que telle émane du soleil. Les textes anciens nous apprennent que le Soleil produit une énergie irradiante mais pas de chaleur (telle que nous la connaissons) que cette chaleur n'est qu'un sous-produit de l'énergie soumise à la friction de notre atmosphère. Dans ce cas, cela expliquerait la ceinture d'air chaud récemment découverte à 60 kilomètres d'altitude où toute vie serait impossible dans ces températures avoisinant 170°. Selon les Anciens, une atmosphère planétaire agit à la fois comme convertisseur d'énergie et comme filtre réglant la quantité de chaleur ainsi formée. Ainsi, il est fort possible que toutes les planètes de notre système aient une atmosphère semblable à la nôtre. Imaginons un instant que nous puissions emporter nos instruments sur Mars et contempler la Terre, nous verrions cette ceinture brûlante et nous penserions qu'à la surface de ce globe la température est de 170°. Et si les Martiens n'ont pas de meilleurs instruments que nous, on leur pardonnera de penser que toute vie humaine est impossible sur la Terre. Donc, tant que nous ne serons pas allés examiner de près les autres mondes, il serait plus sage de ne pas pontifier dans un sens ou un autre."

      Que dire de plus devant une telle affirmation de Desmond Leslie, qui rappelons-le, était le neveu de Wiston Churchill , et n'avait donc pas l'habitude de raconter des balivernes. Il est bien dommage cependant que cet auteur ait oublié de citer au moins un des textes anciens auxquels il fait référence, de même que les travaux sur lesquels, il s'appuie pour affirmer l'existence d'une ceinture brûlante placé à 60 Km d'altitude dans notre atmosphère. Nous invitons les internautes spécialistes qui auraient quelques informations à ce sujet, à bien vouloir nous contacter pour tirer au clair cette affaire. Merci d'avance...

      De même, Adamski reprend cette curieuse affaire concernant le soleil dans son troisième ouvrage de 1961, publié aussi par Abelard-Schuman, qui restera non traduit en français ,pour le grand public, pendant 55 ans. Mais voir plus bas la trduction de 2017. :



     On peut découvrir ce livre en PDF, sur le site :

http://fr.scribd.com/doc/19217712/George-Adamski-Flying-Saucers-Farewell-1961

     Mais ARTivision posséde, une traduction privée de 1962 , exécutée par la courageuse, Mme H. Verdin Roussel. Voici d'abord, de ce livre, (extrêmement précieux et sans doute introuvable actuellement) , l'image de la couverture que nous avons du refaire parce qu'elle était abimée et surtout, celle de la première page avec la typographie et les inscriptions de l'époque:

   


     Nous lisons alors chapitre II (intitulé "l'activité de l'espace dans notre système solaire") page 32:

     " La première chose à réaliser est que le Soleil n'émet pas de la lumière et de la chaleur sous la forme que nous observons sur Terre. La radiation du Soleil ne se manifeste comme lumière et chaleur que lorsqu'elle pénètre dans l'atmosphère des planètes elles-mêmes. L'espace extérieur est dépourvu de lumière, telle que nous la connaissons. Dans l'espace extérieur la lumière est une lumière froide, causé par la phosphorescence de vastes nuages de particules et de gaz, répondant à la radiation émise par le Soleil. Pour un observateur humain, l'espace extérieur parait être un vaste vide obscur, rempli de billions de billions de minuscules étincelles de lumière multicolore. Toutes ces minuscules lumières sont en état de mouvement continuel et d'activité. "

     Notons en passant que ce n'est du tout là, le genre de discours utilisé par un affabulateur psychopathe, ou un gourou de secte. C'est en effet, à ce genre d'individu que certains auteurs, (émules de la désinformation officielle ou encore auteurs qui ont oublié de se recycler en données ésotériques modernes), ont voulu assimiler cet Adamski, qui n'a pas fini de nous étonner.

     Tout le chapitre en question, est pratiquement consacré à la lumière et l'espace. Nous signalons cependant que les premiers astronautes comme Glenn et Carpenter ont bel et bien été confrontés à ce problème de particules lumineuses dansant devant leur hublot, et particules qu'Adamski avait lui-même qualifiées, bien avant eux, de "lucioles" (Voir ci-dessous le "France Soir" du 25/05/62, ou le Paris-Presse l'Intransigeant : même date:)

   


       En 2017, une traduction du troisième livre d'Adanski est sortie, telle que :

Ecrire alors à Moutet-Editeur
       A vous de juger tout cela.

Quatrième déclaration :

     Voici ce que déclare Dino Kraspédon, (déjà présenté plus haut dans le Ondes Vives de FéV. 1974), dans un ouvrage publié à Londres en 1959, non traduit en français (mais dont nous possédons aussi, une traduction privée plutôt rare ) , et ouvrage intitulé "Mon contact avec les ET. " à la suite de la question suivante qu'il fait à l'extraterrestre:

     " Certains disent que la chaleur présente dans l'atmosphère terrestre vient du soleil. Y-a-t-il du vrai dans cette affirmation ? "

     Réponse de l'extraterrestre:

     " La chaleur vient du Soleil, mais sous forme d'ondes hautes fréquences qui sont converties en rayonnements calorifiques. Cette conversion se produit dans l'atmosphère des planètes. Ils ne viennent pas du soleil sous cette forme car la chaleur ne peut pas voyager dans le vide. Même la chaleur du soleil est supportable car il n'est qu'un champ générateur de force électriques. Un générateur est froid, mais les courants qu'il engendre peuvent produire de hautes températures. Il est absurde d'affirmer que des températures de plusieurs millions de degrés existent sur le Soleil. Sa luminosité n'a rien de commun avec sa chaleur. Sur Terre, on peut trouver des sources de lumière froide . La lumière d'un néon n'est pas chaude. Nombre d'insectes produisent de la lumière froide, de même que certains légumes sous une action bactériologique. Comme vous le constatez mon ami, votre science regorge d'erreurs. je n'en suis pas surpris, car les choses de la vie sont jugées par les vérités qu'elles peuvent avoir, pas par leurs erreurs."

     C'est encore très surprenant, n'est-ce pas ?

     Mais, arrêtons ici maintenant, ces déclarations insolites, pour ne pas trop indisposer nos amis internautes...

       Nous voilà arrivés au 14 Février 2017, où nous allons présenter d'autres déclarations, concernant cette incroyable affaire de Soleil non brulant :

Cinquème déclaration :

      Disons alors qu'il l serait aussi judicieux de placer ici, un texte tiré du troisième livre, très surprenant du collectif Soria formé de 4520 entités cosmiques transcendantes , et collectif channellisé par la française Régine Françoise Fauze :

  

     Et en pages 204 et 205, ce texte qui nous entretient, justement de la température du Soleil , au sujet de laquelle, on s'interroge :

   "...Aussi, vos scientifiques supposent une température élevée autour du noyau atomique du Soleil. Or celle-ci n'excède jamais plus que votre température normale, soit 37,6°. Votre corps reflète l'exacte réplique des données solaires. Votre Soleil communique aussi avec vous de cette manière. Oui le noyau solaire ne représente aucun danger; seul le rayonnement des frictions atomiques amène une zone de radiance supposément à haute température. Là aussi de grandes découvertes seront faites. Pourtant, malgré cela, les portes du Soleil ne souvriront pas avant longtemps pour votre corps physique. Il faudra attendre votre passage dans l'étude des trois chakras supérieurs pour l'emmener sur la surface de votre Soleil et découvrir les merveilles de ce monde. Vous ferez alors connaissance avec les lois fondamentales rattachées à chaque chakra et leurs mondes associés..."

   Extrait de Voyage tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

    Voilà donc un texte très surprenant n'est-ce pas? Et ne dépasse-t-il pas de loin, tout ce que nos meilleurs spécialistes de la science-fiction ont imaginé..?

    Mais une question "brûlante" se pose cependant à nous: " Que représentent vraiment les fameuses éruptions solaires qui projètent à des milliers de kilomètres du disque solaire des sortes de matières incandescentes?"

    Soria, nous donne cependant aussi une"explication" à ce sujet :

    "...Partons visiter ce système solaire. Toute vie vient du Cœur de votre Soleil, donc d'Hélios et de Vesta, ces deux Êtres exemplaires par leur tolérance et l'étendue de leur Amour. Ils ont la charge de maintenir la cohésion de toutes les particules atomiques selon un schéma prétabli pour ce Soleil et reçu afin de développer une expression du Grand Constructeur. Chaque Soleil déploie une énergie différente; celle-ci teintera les formes de vie qu'il engendrera...

   Les parents, Hélios et Vesta, coordonnent régulièrement l'idée maîtresse du système solaire, des planètes et des êtres vivant à l'intérieur de la zone d'influence de leur rayonnement. Les éruptions à la surface du Soleil indiquent des mouvements régulateurs pour tout le système solaire. L'effet de celles-ci induit des énergies agissant indépendamment les unes des autres afin de réactiver la géométrie sacrée déposée dans la cellule mère de chaque planète. Nous appelons cellule mère celle qui détient le schéma expansif de la Vie pour un corps défini. Les éruptions solaires sont donc provoquées en réaction à un développement négatif de la personnalité d'un groupe dans une zone cernée. Prenons l'exemple d'Urantia Gaïa (La terre : note du Webmaster). Sa zone d'influence (même en quarantaine) est contenue dans un cercle de 125 000 km au-dessus de la surface de son sol. Au-delà de ce périmètre, il y a des portes d'entrée où tous les tests sont effectués permettant à des visiteurs de pénétrer dans son secteur de vie. Des capteurs renvoient les signaux d'identification du taux d'élévation de cette humanité ou de son involution. Ces signaux sont reçus à la surface extérieure du Soleil et déclenchent des réactions, d'où ces éruptions parfois. Ce sont des réajustements temporaires qui s'effectuent quelquefois sur plusieurs planètes en même temps. De toute manière, un réajustement sur l'une ou l'autre d'entre elles a des répercussions sur l'ensemble du corps communautaire. La première planète (citée plus haut) agit uniquement sur une sphère lors de son passage, là où sa zone d'influence interpénètre la zone de l'autre planète.
"

  Extrait du même ouvrage pages 81 et 82.


    Oh là là... Ici nous devons avouer vraiment, qu'il faudrait que nous puissions augmenter notre niveau d'assimilation de la Mémoire Akashique Cosmique, pour avancer dans la compréhension de ce texte. Bravo à vous, si vous avez tout compris, mais notre rôle ici est simplement avant tout, de présenter cela en temps utile : mission accomplie donc !

      Mais, avançons si vous le voulez bien, un peu plus, dans notre affaire de Soleil non brulant :

Sixième déclaration :

     En effet, c'est le 23/02/04, nous avons eu en main l'ouvrage de Ramtha "Les sessions : Les jours à venir ", publié aux Éditions du Roseau, au deuxième trimestre 1992 :

 

      Comme par hasard, ce livre s'est ouvert à la page 28, où nous avons à notre plus grande surprise découvert ce qui suit : (cela fait en effet quelques années que nous avons ce livre et nous avions totalement oublié d'y avoir lu ceci :)

" Le soleil a une influence profonde sur vous et sur votre terre. Votre équilibre est précaire en ce qui le concerne même si peu d'entre vous le réalisent. Les particules de lumière et les vents solaires contrôlent votre température. Si le soleil reste intact dans un équilibre harmonieux, votre température demeurera également harmonieusement équilibrée.

      Le soleil diffuse une radiation qui se reflète sur la surface de votre terre. La chaleur vient de la friction des particules dans l'atmosphère. C'est pourquoi vous avez chaud quand vous sortez un jour ensoleillé. Ce n'est pas la lumière du soleil qui vous réchauffe, c'est sa friction. Les nuages conservent l'équilibre entre les vents solaires et la friction des particules de lumière qui atteignent la Terre. Les nuages transportent de la vapeur depuis les océans, ils la purifient et ils vous approvisionnent en eau.

      Avez-vous déjà entendu parler de "taches solaires" ? Savez -vous ce que c'est ? C'est l'explosion de la Pensée. Voilà pourquoi elles sont si noires et ressemblent à des trous sans fond. Dans ces taches, la pensée explose et crée la fission des particums X,Y,et Z.

     Durant cette éruption de la "Pensée, se transformant en matière", les vents solaires sévissent comme des ouragans...
"

Fin de citation.

     Arrêtons voulez-vous, ces déclarations hors normes de Ramtha, qui se poursuivent sur deux pages et qui ne disent pas que le soleil a une basse température, mais qui précisent bien une fois encore, que la chaleur ne vient pas du soleil, mais " vient de la friction des particules dans l'atmosphère " et que "ce n'est pas la lumière du soleil qui vous réchauffe, c'est sa friction ".

     En ce qui concerne la Pensée, comme par hasard, cela confirme nos dires dans notre article intitulé:

http://www.artivision.fr/Fouvolant.html


      Là..., le moule est cassé n'est-ce pas!!! A vous de juger....

Septième déclaration :

      C'est le 10 Octoble 2012 que nous avons eu le grand privilège de recevoir la missive suivante :

From: Phil ........
Sent: Wednesday, October 10, 2012 6:38 PM
To: Fred IDYLLE
Subject: Du Soleil froid...

    Bonjour Cher Fred,

    Votre article quant au Soleil froid est fascinant. Sauf erreur de ma part, il me semble que Fulcanelli n'a pas été mentionné...

    En effet, dans "Les demeures philosophales" Tome 1, l'auteur écrit des choses à propos du Soleil froid...

    Etes-vous au courant ?

    Si cela vous intéresse, je vous scanne la page concernée.

    A bientôt Fred.

    Phil


    Nous avons remercié vivement Phil , pour cette affaire de Soleil froid (que nous ne connaissions pas), du Grand alchimiste Fulcanelli.

     Voici donc quelques lignes des pages 50 et 51, de l'ouvrage en question :



Renversant n'est-ce pas !!!. Mais nous l'avons dit plus haut car le moyen de prouvez cela existe bien. En effet tout invitons tout infographite confirmé à utiliser tout son noble art pour démontrer, que la photo d'Howard Menger , de la Lune, que nous reprenons volontairement ici, n'est pas une vulgaire maquette :


mais représente bien sol lunaire (des ordinateurs puissants pourraient alors en retrouver l'emplacement) et donc que la déclaration de ce Howard Menger, disant que Soleil qui n'était pas brillant, a aussi de très grandes chances d'être vraie.

Huitième déclaration :

    Transposons alors, grossièrement, ce schéma de la loupe, déjà vu plus haut, tel que :


et essayons de mieux saisir ce qui se passe, au niveau de notre environnement solaire :


    Précisons alors que cette coupe diamétrale, n'est pas du tout à l'échelle, et que le complexe moléculaire et vibratoire, en forme de loupe, est en réalité une sorte de sphère, qui existe tout autour de la Terre.

    Mais, après l'alchimiste Fulcanelli du soleil, dans son ouvrage "Les demeures philosophales" Tome 1, voici ce qu'en pensait en 1903, le Maître Philippe de Lyon d'après l'ouvrage "Vie et paroles de Maître Philippe", par A. Haehl aux Editions Paul Derain 1959 :

    " Notre soleil peut être comparé à une lentille dont le foyer principal serait notre terre près de l'équateur mais dans la mer, pas sur terre. Il n'est pas éclatant et comme nous nous le figurons. Au fur et à mesure que nous nous élevons dans l'atmosphère, nous nous aperçevons que son éclat et sa chaleur diminuent, sa couleur devient rouge et plus obscure. Il n'est, en effet, que le reflet d'une autre source lumineuse placée au-delà. Un voile seul, nous empêche de le voir tel qu'il est ..."

    Curieux n'est-ce pas...cette étrange déclaration faite pourtant, il y a déjà 110 ans.

     Que celui, qui a lu tout cela, avec attention, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout le désir latent, d'en savoir plus.

     Mais ce 16/02/2017, poursuivons nos déclarations ahurissants d'internautes, concernant cette très insolite affaire solaire:

Neuvième déclaration :

     Disons alors que, c'est 28 Février 2004, que nous avons eu le privilège de recevoir, la remarquable missive suivante:(les couleurs sont de nous évidemment)

----- Original Message -----
From: D....M...
To: fred.idylle
Sent: Saturday, February 28, 2004 11:57 AM
Subject: Re: Du nouveau sur ARTivision

Quelque chose en rapport aux taches solaires a été dit par Edgar Cayce:

Extraits de l'ouvrage: [Edgar Cayce et le destin de l'homme, par Lytle W. Robinson. Éditions J'Ai Lu N° A 305] [pages 234 à 240][ 3]

"Comme le soleil a été créé pour gouverner le système solaire, n'est-il pas normal qu'il ait un effet sur les habitants ainsi que sur les plantes et les minéraux de la terre?... Comme le Soleil est fait pour apporter la lumière et la chaleur aux enfants de Dieu sur la terre, il est donc de la même composition que l'homme, et donc que la terre; cependant nous savons qu'il existe de la matière solide, du liquide, de la vapeur. Toutes sont alliées, mais dans quel but? Pour l'homme, pour l'homme divin! alors quand celui-là défie cette lumière faite pour exalter la gloire du Seigneur, sa beauté, sa miséricorde, son espoir, sa patience aussi, peut-on s'étonner que se reflètent sur la face du soleil ces troubles et bouleversements causés par les péchés de l'homme? " (Cas N° 5757-1) [taches solaires et ses nombreuses perturbations quoi!]

    Si cela est vrai, la sensibilité du soleil est bien surprenante. Cayce l'explique ainsi : "Comment la colère, la jalousie, la haine, l'animosité vous affectent-elles? Comme cette confusion causée sur la terre par ce qui apparaît comme une tache solaire. La rupture des communications de toute nature, entre les hommes, c'est quoi? Souvenez-vous de l'histoire, de l'allégorie si vous préférez, de la Tour de Babel. .... Car, ce que vous faites au plus petit d'entre nous, vous le faites au Créateur, de même qu'au soleil qui reflète ces troubles qui surviennent chez vous, jusqu'aux tremblements de terre, aux guerres, aux haines, à tous les événements de la vie courante. Alors, que sont les taches solaires? Une conséquence naturelle de ces troubles subis par les fils de Dieu sur la terre, et leur reflet. " (Cas N° 5757-1)

    Ainsi la loi de l'action et de la réaction, ou karma, semble bien universelle. Cayce répétait inlassablement que les troubles passés, présents et futurs, les boulversements, les séismes, résultaient de la désobéissance de l'homme. Si cela est vrai, le verset de la Bible : "Ne vous y trompez pas, Dieu ne se laissera pas moquer" , prend une nouvelle signification. La loi de cause et d'effet peut être beaucoup plus importante que nous ne l'avons pensée jusqu'ici.

     Si, chez des mystiques vivant à divers endroits et des époques différentes, c'est le hasard qui est à l'origine de ces propos affirmant que les mauvaises pensées provoquent les taches solaires, il serait certes, bien plus qu'intéressant, d'étudier comment ces les lois du hasard ont permis l'élaboration de tels concepts..!

          Dominique M......


     Et voici notre réponse:

----- Original Message -----
From: fred.idylle
To: D..........M.......
Sent: Sunday, February 29, 2004 1:07 PM
Subject: Re: Du nouveau sur ARTivision

      Chère Dominique

    Je suis particulièrement admiratif au sujet des termes de votre missive qui sera intégralement, avec votre accord bien sûr, insérée à la fin de mon article Byrdalice sous la forme d'un prolongement révélateur spécifique. Votre anonymat sera évidemment conservé.

    Votre missive complète d'ailleurs parfaitement mon article concernant le surprenant E. Cayce placé à:


    Merci beaucoup donc pour votre participation aux articles d'ARTivision.

    Vives amitiés tropicales

        Fred


      Tout cela est bien stupéfiant n'est-pas !!! Encore une fois, nous ne sommes là, que pour l'exposer, sans pouvoir affirmer que c'est vrai ou pas....

Dixième déclaration :

     Mais, c'est le 12/06/04, que nous avons trouvé , la cerise sur le gâteau, en la matière de ce site, hélas en anglais, que nous a fait connaître notre ami Eric B. bon fouineur sur le Net :
     
https://www.luisprada.com/the_sun_is_cold_i/


     Le 06/07/04 , nous avons reçu, la dernière mise au point de la traduction intégrale de la page du site ci-dessus, et traduction que nous devons à l'extrême gentilesse de l'ami Eric Barkian que nous remerçions encore, ici vivement. Vous trouverez cette traduction ainsi que le texte anglais annexé à :

http://www.artivision.fr/Soleilfroid.html

           Là, en effet, nous pensons en effet que l'auteur a mis le pied dans le plat. Point barre...

Onzième déclaration :

     Mais il y a eu aussi cette admirable missive, en date du 9 Déc. 2003 :

----- Original Message -----
From: C....o
To: fred.idylle .
Sent: Tuesday, December 09, 2003 7:45 AM.
Subject: Re: au sujet du soleil.

     Cher Fred

     Je suis tombée sur un texte à propos d'un certain Eugène VICAIRE qui pensait que la surface du soleil n'était pas plus chaude que nos flammes habituelles, et que le noyau était froid et obscur. Voici le lien:


     Nous avons visité, ce site et nous vous proposons aujourd'hui ces extraits:

Joseph Marie Hector Eugène VICAIRE (1839-1901)

     Polytechnique (promotion 1856), corps des mines. Épouse Mlle ROGER en 1867. Père de 9 enfants dont 3 polytechniciens, en particulier Jules Étienne Antoine VICAIRE (1868-1962 ; X 1887) dont une fille épousa Armand Gaston Louis COLOT et dont un fils, Eugène Mlarie Henri VICAIRE dirigea l'exploitation de Schneider à partir de 1949. Son fils Marie Jules André VICAIRE (1876-1952 ; X 1896 corps des mines) fut directeur général de Schneider de 1930 à 1948.

Citation de Louis Aguillon (1927) : Vicaire enseigna, avec un soin également appliqué, la métallurgie à l'École des mines de Saint-Étienne, les chemins de fer à celle de Paris, et fit une suppléance de mécanique céleste au Collège de France.



     Dans une notice sur Eugène Vicaire Inspecteur des mines publié ( dans le Annales des Mines 9e série, tome 20, en 1901) par un certain M. Ocane ingénieur de Ponts et Chauchées et Président de la Societé mathématique de France, nous lisons entre autres choses ce passage important :

     " L'Astronomie physique ne lui a pas non plus été étrangère, particulièrement dans la partie où elle traite du Soleil. Sur la température de la surface de cet astre, sur sa constitution physique, sur l'explication de ses taches, il a, dans une série de note, émis nombre d'idées originales qui ont été pour lui l'occasion de diverses polémiques, toujours soutenues avec la plus parfaite courtoisie. En ce qui concerne la température de la surface solaire, il s'est trouvé en désaccord avec le P. Secchi. En substituant à la loi proportionnelle de rayonnement posée par Newton, la loi exponentielle de Dulong et Petit, il arrive à conclure que cette température, bien loin d'atteindre le chiffre énorme que lui assignait le savant astronome romain, serait comparable à celle de nos flammes. Cette conclusion, qui réunissait de prime abord les adhésions d'Henri Sainte-Claire Deville, d'Edmond Becquerel et de Fizeau, s'est trouvée depuis lors confirmée par les travaux de Violle, de Rossetti et de Le Chatelier.

     Pour ce qui est de la constitution physique du Soleil, Vicaire a cru devoir revenir à la théorie du noyau intérieur relativement froid et obscur
, qu'avaient adoptée Wilson, Herschel et Arago, et s'est efforcé, dans cette hypothèse, non seulement de donner l'explication de toutes les apparences observées dans le Soleil, mais encore de faire ressortir les vérifications offertes par l'histoire de la terre d'après les vues géogénétiques de H. de la Béche, d'Elie de Beaumont et de Daubrée. ajoutons que sur ce terrain, Vicaire à rencontré plusieurs contradicteurs parmi lequels on doit surtout citer M. Paye."

Fin de citation

      Comme vous le voyez, chers internautes, dès la deuxième moitié du 19e siècle cet Eugème Vicaire lui aussi, et d'autres chercheurs, dont on nous cite les noms (Wilson, Herschel, Arago,.. H. de la Béche, Elie de Beaumont, Daubrée..) ont clairement explicité le fait que notre soleil est froid et obscur, contrairement à ce que l'on pense actuellement. Mais alors que de recherches en perspectives sur tous ces chercheurs, nous attendent encore !!!

Douzième déclaration :

      Mais ce jour du 16 Février 2017, nous allons aussi, vous transcrire, deux passages, extraits d'un ouvrage extrêmement surprenant, que nous avons en main depuis 42 ans, et ouvrage daté de 1972 pour sa publication en France chez R. Laffont, mais qui est paru, dès 1921 aux USA, sous le titre : "Live and Teaching of the Masters of the Far East".

 

     Mis à part le mot éther dont nous avons déjà parlé plus haut, et qui n'a certainement pas ici la même acception que lui accordent les scientifiques modernes, les termes utilisés dans ce texte sont si clairs et si percutants, pour l'époque de leur écriture (début du siècle 1900), que l'on en reste muet d'admiration... Et pourtant, ils confirment bien notre propos tout à fait hors-normes d'un soleil froid :

   Page 166 : " Dans le domaine des sciences naturelles, une légende répandue ici dit que toute chaleur, toute lumière, et beaucoup d'autres forces naturelles sont contenues dans le sein de la terre. Le soleil ne possède en soi ni chaleur ni lumière. Il a des virtualités qui tirent chaleur et lumière de la terre. Après que le soleil a extrait les rayons lumineux et calorifiques de la Terre, la chaleur est reflétée à nouveau vers la Terre par l'atmosphère qui flotte dansl'éther. Il en est à peu près de même des rayons lumineux réfléchis vers la Terre par l'éther. L'épaisseur de l'atmosphère est relativement faible. L'effet des rayons calorifiques est donc variable entre la surface terrestre et les limites extérieures de l'atmosphère. A mesure que l'air devient moins dense il y a moins de réflexion. En conséquence la chaleur diminue et le froid augmente avec l'altitude. De même chaque rayon lumineux tiré de la terre et réfléchi vers elle retombe sur la terre où il se régénère. En atteignant les limites de l'air, on atteint les limites de la chaleur. Il y a similitude entre les rayons lumineux tirés de la terre et ceux réfléchis par l'éther.

Celui-ci est infiniment plus dur que l'acier.

       L'éther s'étendant beaucoup plus loin que l'air, les rayons lumineux ont toutefois un trajet beaucoup plus étendu à parcourir avant d'être tous réfléchis En atteignant les limites de l'éther, on atteint les limites de la lumière. Quand les limites de la chaleur et de la lumière sont atteintes, on arrive au grand froid. Celui-ci est infiniment plus dur que l'acier.

     Il comprime l'éther et l'atmosphère avec une force irrésistible et en assure la cohésion...

    Maintenant que la question du domaine supérieur est réglée, abordons l'autre légende scientifique, celle du domaine inférieur. Selon cette légende, la masse terrestre est en fusion à peu de distance de sa surface. Elle est si chaude que toute substance y fond. Le noyau central en fusion tourne plus lentement que la croûte solide extérrieure . Il en résulte une friction à la ceinture de jonction .
"

    Fin de citation

    Mais hélas, si le texte parle d'une légende scientifique, concernant l'intérieur de la Terre, il ne donne pas d'autres explications (sans doute car le moment n'était pas venu à l'époque) , sur la nature réelle de l'intérieur de la Terre, ni sur le Soleil central en miniature qui pourrait flotter à l'intérieur.

    Mais cependant, il y a mieux ailleurs : Nous savons que c'est, douze ans après son lancement le 20 Aout 1977 du cap Canaveral que la sonde Voyager -2 de 825 kg  alimenté en énergie par une source radio-isotopique après avoir frolé Jupiter , Saturne, Uranus, s'est approchée de la huitième planète Neptune du système solaire, le 25 Aout 1987 après avoir parcouru près de 4 milliards de Km, pour nous en présenter l'admirable photo avec son œil extrêmement brillant qui a dû troubler plus d'un observateur curieux. (Voir la photo de Neptune suivante:)



    Mais, sans que l'on sache pourquoi, c'est justement, de la planète Neptune, découverte en 1846 par le Français Le Verrier et aussi l'anglais Adams...dont nous entretiennent les pages 303 et 304 suivantes toutes aussi fantastiques pour un texte du début du siécle précédent et qui évoquent comment Neptune a pris naissance, alors que l'on aurait plutôt imaginé que l'on nous parle des planètes plus proches de nous (Mars ou Venus par exemple)
 
   " C'est l'image de la naissance de la planète Neptune, qui n'est encore qu'un grand ensemble de particules micocopiques ou atome, éjecté avec puissance du soleil générateur.

    Le point lumineux apparu avant l'explosion finale est un centre solaire qui posséde à son tour le pouvoir d'attirer à lui les particules les plus infimes et d'en maintenir la cohésion en même temps que celle des particules plus grosses issues du soleil générateur.
   A première vue, vous croiriez qu'une explosion a eu lieu et que des fractions du soleil ont été lancées dans l'espace. Arrêtez un instant et observez ce qui est réellement arrivé. Pourquoi les particules et les gaz gardent-ils de la cohésion et prennent-ils une forme sphérique précise ? C'est à cause de la loi intelligente qui a formé les modèles et qui guide l'ensemble des univers dans une harmonie parfaite. C'est la preuve qu'il ne s'agit pas d'un accident, mais que tout s'accomplit selon un ordre parfait régi par une loi infaillible.

   Le point lumineux ou noyau est l'étincelle centrale, le soleil, le Christ de l'Humanité autour duquel tourne toute l'humanité. C'est la force déterminée de l'Esprit dont la loi prévaut parmi toutes les unités humaines. L'étincelle centrale est un point de pure lumière blanche, le Christ qui a pénétré la première cellule. Il croît ensuite, puis se divise, et communique sa lumière à une autre cellule. Née de la scission, celle-ci reste cependant attachée à la première par une force de cohésion appelée AMOUR.

    La nourriture et la cohésion des particules sont assurées comme celles d'un enfant serré et nourri par sa mère. Il se forme en réalité un enfant du soleil qui contient en lui-même le noyau ou soleil central. Ce noyau est à l'image et à la ressemblance du parent qui vient de lui donner naissance. Dès qu'il est né, ce nouveau soleil central possède les mêmes pouvoirs que son ascendant pour attirer, consolider, et maintenir les vibrations d'énergie qui l'entourent et qui sont nécessaires à sa vie et à sa croissance. Il se consolide finalement en formant la planète Neptune, la plus ancienne de notre univers et celle qui occupe l'orbite la plus éloignée. (Note du webmaster: Neptune est en effet, parfois plus éloignée de nous que Pluton. C'était peut-être le cas au moment du propos de l'interloculeur. A vérifier donc ).

   Quand Neptune naquit et que son soleil central commença d'attirer l'énergie vers lui, principalement celle en provenance de son parent le soleil, l'atome commença à prendre la forme du moule projeté pour lui avant sa naissance. Neptune occupa alors l'orbite matricielle, intérieure à celle que Mercure occupe aujourd'hui. Sur cette orbite, l'enfant est mieux capable de tirer sa substance du parent, car il en est encore très proche.
"


    Extraits de l'ouvrage : La vie des Maîtres de Baird. T. Spalding publié en 1974 chez Robert Laffont dans la célèbre collection "Les portes de L'étrange" ou en livre de poche J'ai lu dans la collection "L'aventure secrète" n° 2437 en 1995.

     Mais ce 21 Février 2017, posons ici une 13 e déclaration, qui est, vous allez vite le voir, tout à fait extraordinaire :

Treizième déclaration :

      En effet, c'est le 3 Mars 2009, donc il y a dejà huit ans en 2017, que nous avons eu la grande stupéfaction, de recevoir la missive suivante, dont nous avons un peu rectifié le style :

----- Original Message -----
From: Matthias Haertel
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Tuesday, March 03, 2009 7:42 PM
Subject: Soleil froid

          Cher Monsieur,

     Je viens de découvrir votre article sur le Soleil froid sur votre page:


     Je suis un écrivain allemand, et j' espère, que vous comprendrez mon très mauvais français...

     Jusqu'à présent, j'étais certain d'être le seul individu, à avoir affirmé quele Soleil est véritablement froid,, et je suis donc très content, de voir, que vous aussi vous en puissiez en parler sur votre site.

     Mon premier livre s'intitule, "Das Geheimnis unserer eiskalten Sonne" :



qui signifie : "Le Secret de notre Soleil froid", et que j'ai écrit en 2005, et depuis cette époque là, les scientifiques allemands m'attaquent en masse, mais je m'en moque grandement, et je fais avec. Pour en savoir plus, prière d'aller sur la page :


     Malheureusement, mon livre n'est disponible qu'en allemand, et si vous ne maîtrisez pas cette langue, vous ne pourrez pas accéder à son contenu. Mais ce n'est pas grave, car moi, je suis très heureux de savoir que vous m'accompagnez un peu dans ma démarche.

     Voici, hélas en allemand, un très court résumé de mon livre :

Haben Sie sich in einem ruhigen Moment schon einmal Gedanken darüber
gemacht, weshalb wohl das Universum dunkel und kalt ist, obwohl sich
doch in dem selben Universum Billionen und aber Billionen von Sonnen
befinden? Genau mit dieser ursprünglich von der Tochter des Autors
formulierten Frage, beschäftigt sich das hier vorliegende Buch. Nun ist
diese Frage zwar durchaus nicht als neu zu bezeichnen, denn sie wurde
bereits, so ähnlich formuliert, im 18. Jahrhundert gestellt und ging als
das Olbersche Paradoxon in die Geschichts und Lehrbücher ein, allerdings
gab sich der Autor mit den Erklärungen der heutigen Wissenschaft, die
das Olbersche Paradoxon als gelöst betrachtet, das Phänomen eines kalten
und dunklen Weltenraumes betreffend, nicht zufrieden und fand im laufe
seiner Recherchen Hinweise in alten Texten und Schriften des angehenden
19 Jahrhunderts, die ihm plötzlich eine ganz andere Sicht und auch
Denkweise offenbarten. Mit Hilfe dieser Texte, intensiver Beobachtungen
und nicht zuletzt einiger wohl schon sonderbar zu nennender Zufälle
kommt nun der Autor zu ganz anderen, der Wissenschaft widersprechenden
-, völlig neuen Ansichten und Denkansätzen. Die - als Ergebnis der neu
gewonnenen Ansichten - vom Autor aufgestellte neue Theorie, widerspricht
den Erklärungen der Wissenschaften für eine heiße Sonne eklatant und
erklärt gleichzeitig auf eine verblüffend einfache Art und Weise, warum
das Universum kalt und dunkel ist, da der Autor im verlauf seines Buches
eine Beweisführung antritt, die in der Behauptung gipfelt, das unsere
Sonne in Wirklichkeit kalt ist und kein Licht ausstrahlt! Eine wahrhaft
gewagte Theorie, die der Autor nun aber nicht einfach so im Raume stehen
läßt, sondern die Wissenschaft anhand von zwei von ihm vorgeschlagenen
Experimenten auffordert, die von ihm postulierte neue Theorie einer
kalten und lichtlosen Sonne entweder zu bestätigen, oder aber auch als
haltlos zu verwerfen. Nicht zuletzt macht der Autor einen sehr konkreten
Vorschlag für den Bau einer Maschine, die Freie Energie erzeugen kann.
Beim lesen dieses spannend und sehr persönlich geschriebenen Buches,
werden Sie eine Überraschung nach der Anderen erleben und sich bestimmt
des öfteren fragen, wieso Sie die vielen dargelegten Beispiele
eigentlich selbst noch niemals so gesehen haben, wie sie der Autor ganz
offensichtlich sieht, erklärt und darstellt.


          Bien cordialement.

          Matthias Härtel


      Nous avons alors, par la suite, remercié de nombreuses fois, Mr Matthias Härtel pour sa sollicitude envers le site ARTivision, et puis, nous avons contacté notre ami canadien Jean Restayn, déjà mentionné dans nos articles, qui a été le premier à nous envoyé dès le Vendredi 13 Février 2004, la plus extrordinaire photo du pôle Nord qui soit sur le Web mondial ::



pour la traduction du passage précédent.

     Et voici à la date d'aujourd'hui ce que l'on pourrait y comprendre :

----- Original Message -----
From: Jean Restayn
To: fred.idylle
Sent: Thursday, April 23, 2009 2:05 AM
Subject: Fw: Re: Soleil froid

     Sorry Fred , pour le retard mais voici de quoi il s'agit :

          Amitiés
          Jean.

      " Vous êtes vous déjà posé la question pourquoi l'univers est sombre et froid, mais que dans cet univers se trouvent des billions et des billions de soleils ?

     C'est exactement cette question, posée à l'origine par la fille de l' auteur, que traite le livre présenté ici. Mais cette question n'est pas nouvelle, puisqu' elle fut formulée au XVIIIé siècle de manière semblable par le nommé Olbersche Paradoxon ( paradoxe d' Olber), s'inscrivant ainsi dans l' histoire et les livres scientifiques. L' auteur ne se déclara pas satisfait par les explications scientifiques actuelles, qui discréditent le paradoxe d'Olber, et trouva au cours de ses recherches dans des textes et des calculs du XIXé siècle, des données lui permettant d'avoir une autre vision de ce phénomène.

     Grâce à ces données et aussi quelques heureux coups du hasard, l' auteur arriva à une tout autre conclusion qui contredit entièremnt la solution proposée actuellement par les scientifiques.

     L' auteur va jusqu'à affirmer que non seulement l' univers est sombre et froid, mais que le soleil lui même l'est et n' irradit aucune lumière, le prouvant de manière simple et persuasive. L'auteur propose deux expériences confirmant sa thèse et demande l'expérimentation et la confirmation de cette thèse ou bien et simplement le rejet de sa théorie, si la preuve du contraire peut être faite..

     l' auteur enfin propose la construction simple d'une machine à énergie libre. A la lecture de ce livre captivant et plein de suspens, on va de surprise en surprise, et l'on se pose la question de ne pas avoir fait soi-même ces observations, tel qu'elles sont présentées par l' auteur.
"

     Merci donc mille fois, à l'ami Jean, pour l'éclairage qui nous a permis d'avoir, sur ce livre hors-normes.

Merci donc à l'internaute béni, qui maitrisant la langue allemande, pourrait nous préciser, si l'ouvrage extraordinaire de Monsieur Matthias Haertel a été depuis lors, traduit en français.

Mais ce même 21 Février 2017, posons ici enfin, une dernière 14 e déclaration

     Mais voici maintenant en effet pour détendre l'atmosphère, une petite fantaisie, tiée de l'ouvrage d'un très grand penseu nomméBrinsley Le Poer Trench, dejà mentionné plus haut et texte tiré de son livre de1960, intitulé à l'origine : "The Sky People" :


ouvrage, on le sait, que l'on peut trouver en français dans la collection de poche J'ai Lu, publié en1968, sous le n° A 252 :

  

      Mais voyons de quoi, il s'agit vraiment aux pages 160-161-162, du petit livre en question de 190 pages bien remplies, on le sait, de choses inouïes :



      pour détendre un peu l'atmosphère, nous y avons mis en pointillés bleus, deux mots, que l'on s'amusera à découvrir ...

      Si vous avez trouvé assez facilement ces deux mots, , Bravo..., car ces mots, n'étaient pas si évident à trouver vous allez le voir. en fin de compte il s'agit d'un même mot pour les deux emplacements . C'est le mot habité, et bien que nous ayons un texte, qui explicite cela, nous allons passer bientôt, à cette affaire de la comète ISON, qui est passée fièrement à côté du Soleil, en Nov-Déc 2013, sans se désintégrer comme le prévoyaient les scientifiques.

      Mais, il nous semble, au préalable, utile de présenter, cette ancienne revue de Juin 1957 :


Où l'on présente en page 270, cette comète nommée AREND-ROLAND, et on voit que cette revue ne peut pas expliquer, la présence devant cette comète, d'une sorte d'aigrette ou corne rectiligne inexplicable, précédant cette comète dans sa trajectoire :


      Avez vous trouvé, une explication tangible à cette affaire ?

Voici d'ailleurs, pour le puriste, les pages 270 à 274 de la revue, qui présentent cette énigme :







      Mais ce 23/02/2017, disons que cette comète AREND-ROLAND comme bien d'autres, devait agir par des fluctuations qui nous sont inconnues, sur l'éther, cette matrice vivante, qui entoure nos planètes, comme le dit si bien, plus haut le collectif SORIA.

         On va voir maintenant qu'en 2013, une autre comète nommée ISON et bien d'autres plus vielles, remettent également en cause les acquis scientifiques, concernant fait que :

- Soit les comètes ne sont pas des " boules de glace et de neige sales".

- Soit que l'on doit ce jour, tout revoir, concernant le fonctionnement du Soleil .

     Voici une photo magnifique de la comète ISON le 15 Nov 2013, un peu avant qu'elle aille frôler notre Soleil. (Voir l'url du site L'Express plus bas ):



ou encore juste avant le contour du Soleil :



     Comme cette comète, allait tourner le Jeudi 28 Nov 2013, tout près du soleil ( à environ 1,6 millions de km de son centre):


image tirée du site http://fr.sott.net/article/18171-Pourquoi-la-comete-ISON-n-at-elle-pas-fondu-au-soleil-Comment-la-NASA-et-la-science-officielle-ont-encore-tout-faux

, une très grande proportion de scientifiques a pronostiqué sa disparition totale, car dit-on la température de la couronne solaire, ferait des millions de degrés, et cette cométe devrait être volatilisée.

     Hélas pour ces bien-pensants, la comète a poursuivi son petit bonhomme de chemin, peut-être un peu déplumée. Nous n'avons pas trouvé encore de photos nettes de cela . Nous pouvons cependant présenter ces images où la cométe est hélas tronquée (Url site vu juste au-dessus) :


Sur le site remarquable site dejà vu plus haut juste au dessus :

http://fr.sott.net/article/18171-Pourquoi-la-comete-ISON-n-at-elle-pas-fondu-au-soleil-Comment-la-NASA-et-la-science-officielle-ont-encore-tout-faux

, on trouve aussi, ce passage à lire avec une attention bien soutenue :


     Très bizarrement les photos de la comête ISON après son passage derrière le Soleil, sont plutôt rares . Disons donc déjà merci, à l'internaute béni, qui en trouvera d'autres que celles présentées.

     Mais, plaçons cependant ici, le magnifique schéma suivant trouvé sur le site :

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/video-mais-qu-est-devenue-la-comete-ison_1303916.html


     Et avec nos indications en plus, on a :



     Ce schéma confirmerait parfaitement ce que dit le site du Monde.fr/ Science :

http://www.lemonde.fr/sciences/video/2013/12/02/la-comete-ison-aurait-survecu-a-sa-rencontre-avec-le-soleil_3523733_1650684.html


où, l'on découvre ceci ; " La comète ISON aurait survécu à sa rencontre avec le Soleil.
     On la supposait morte à la suite de sa rencontre avec le Soleil, jeudi. Pourtant, une nouvelle vidéo mise en ligne par la NASA semble prouver que la comète ISON a repris sa route. Après un quart de tour en orbite autour du centre de notre système, elle apparaît certes rétrécie mais toujours bien présente.
"

    Cette affaire serait considérée par ARTivision comme anecdotique, s'il n'y avait pas eu d'autres cas semblables : En effet on apprend aussi qu'en 2011, qu'une comète nommée Lovejoy, a également plongé dans le bord solaire et en est ressortie intacte sans changer de vitesse et de direction. Même topo pour la grande cométe de Septembre 1882, et qui restera visible, à l'œil nu jusqu'au mois de Mars 1883. Plus près de nous, il y a eu aussi la comète nommée C/1965 S1 (Ikeya-Seki), plus communément appelée comète Ikeya-Seki, qui a aussi rasée à 450 000 km, le Soleil, le 21 Octobre 1965, et on dit seulement que son noyau s'est brisé en deux, et qu'elle devient visible en plein jour et présentait une queue s'étendant sur 45° de la surface du ciel.

     Tous les sites en question, et bien d'autres, tentent d'expliquer le fait que la comète ISON n'ait pas fondu ou explosé, uniquement en mettant en cause la structure et la composition, mal connues de cette comète, qui en fin de compte, ne serait peut-être pas, une jolie "boule de glace et de neige sales ".

     Aucun de ces sites n'a osé mettre en cause, la nature et la constitution de notre Soleil, et c'est justement cela que met en exergue, le site ARTivision, qui n'est pas, on le sait, un site scientifique, mais un site ésotérique, qui possède des documents hors normes et incontournables, pour prouver ses dires.

        A vous, une fois de plus, de juger tout cela ...

      Mais ce 26/02/2017, avançons toujours davantage dans cette affaire très peu orthodoxe qui affirme que notre soleil n'est pas du tout une infernale boule de feu...       C'est le 26 Juin 2015, que sur le site de Direct Matin :

http://www.directmatin.fr/paranormal/2015-06-26/vaisseau-ou-croix-un-ovni-mysterieux-frole-le-soleil-706695


, que nous avons vu, apparaître cette image :



Bien sur les détracteurs parleront de défauts de pixels ou de truccages informatiques . De même sur le site :

http://www.nouvelordremondial.cc/2016/01/02/un-ovni-aile-localise-aux-abords-du-soleil-dans-les-archives-de-soho-video/


, on découvre ceci :



Puis en mieux on a :



De même sur le site :

http://ovniparanormal.over-blog.com/2016/08/la-sonde-soho-a-photographie-cet-ovni-cube-pres-du-soleil-le-8-aout-2016.html


On découvre alors aussi :



Terminons ce panorama hors-normes avec le site :

https://www.odla.fr/2016/01/02/un-ovni-ail%C3%A9-localis%C3%A9-aux-abords-du-soleil-dans-les-archives-de-soho/



Bien sûr, les bien-pensants, vont encore rire sous cape et traiter tout cela de fumisteries informatiques. Mais ils seront moins à l'aise, quand la prochaine fois, nous donnerons la déclaration du très grand penseur ésotérique, que fut, aux début des années 1900 et suvantes juqu'en 1949 Georges Ivanovich GURDJIEFF...

      En attendant relisons encore cette méditation transcendante du 26 Fevrier du très Grand Maître de Findhorn :


     Mais ce 28 Février 2017, posons ici une 14 e déclaration, qui est, vous allez vite le voir, tout aussi extraordinaire que les précidedentes :

Quatorzième déclaration :

     C'est depuis le 15/01/2005. que nous avons eu l'avantage de découvrir dans notre bibliothèque, la célèbre revue Planète, seule revue française bimestrielle de bibliothèque de l'époque, dont le premier n°, paru en Octobre-Novembre 1961, et le dernier en Mai 72, après quelques channgements de titres. Cette revue a repris les différents thèmes abordés dans le célèbre ouvrage de Jacques Bergier et Louis Pauwels "Le Matin des Magiciens " de 1960 :

  

ouvrage qui eu un grand succès, mais qui fut amplement critiqué par des bien-pensants, bien assis dans la société de l'époque

     Voici donc pour les puristes, la couverture de la revue Planète en question :


      Donc c'est l' article de Claude Valin publié par le n° 35 de la revue Planète de Juillet-Août 1967, et article intitulé "Notre vie avec Monsieur Gurdjieff", que nous avons appris que Grand Penseur Georges Ivanovitch Gurdjieff, est né vers 1866 à Alexandropol (Aujourd'hui Leninakan) en Arménie. Il a quitté ce monde en Nov 1949.

      Le philosophe Ouspensky dit que ses premières années se sont écoulées dans une atmosphère de conte de fées, de légendes et de tradition. Autour de lui, le miraculeux restait un fait réel. Les prédictions que Gurdjieff avait faites, s'étaient réalisés et cela avait fortement "ouvert les yeux" à Ouspensky lui même.

     Après avoir suivi des cours de préparation à la prêtrise au séminaire d'Alexandropol, Gurdjieff opte pour des études médicales, puis exerce quelque temps, puis quitte le Caucase pour entreprendre des voyages durant près de 25 ans, où il visite les hauts lieux de la connaissance: le Chital, le mont Athoos, des écoles en Perse, à Boukhara et dans le Turkestan Oriental. Il va ainsi cotoyer des derviches de différents ordres et on dit même qu'il aurait été chargé par les autorités tibétaines de divers postes de contrôle financier et de l'armement des troupes. Sa culture spirituelle l'aurait dit-on élevé au grade de précepteur du Dalaï Lama, qu'il aurait accompagné dans sa fuite à l'époque de l'invasion des Anglais. Puis il rentre en Russie en 1914, à l'age de 46 ans et diffuse alors dans les cafés de Moscou et de Saint-Petersbourg, une connaissance approfondie sur les danses, la musique et les doctrines des religions orientales initiatiques. Ses premiers disciples apparaissent en 1917. Il organisera même des tournées en Amérique et à Paris à partir de 1922 avec son grand ballet "La lutte des mages".



     Son enseignement, à la manière des yogis, associe un système philosophique et une gymnastique de l'esprit qui vise à faire l'adepte à prendre conscience de son soi et maitriser parfaitement son corps par les méthodes se rattachant aussi bien à une psychologie d'avant garde, qu'aux disciplines les plus anciennes.

     Le premier livre de Gurdjieff fut "Rencontres avec des hommes remarquables". Il a aussi écrit en deux tomes, " Récits de Belzebut à son petit fils ", dont certains passages ont justement retenu notre attention.

     On peut noter pour terminer que Louis Pauwels l'auteur avec Jacques Bergier du fameux "le matin des magiciens", a écrit un ouvrage de plus de 500 pages sur Gurdjieff, intitulé " Monsieur Gurdjieff " aux Editions du Seuil. On peut aussi trouver l'ouvrage de Thomas de Hartman, intitulé " Notre vie avec Monsieur Gurdjieff ", publié aux Editions Planète.
Voir aussi les sites:
http://perso.wanadoo.fr/revue.shakti/gurdjief.htm

http://www.meditationfrance.com/enseigne/gurdjieff.htm


     Si nous vous avons parlé de ce célèbre "mage" hors normes, ce n'est pas évidemment pour agrémenter la culture littéraire européenne contemporaine de l'internaute. Voici donc la couverture de l'ouvrage cité plus haut, imprimé par Le Courrier du livre en 1966 à Paris, ISBN 2-7029-0149-5 :



     Dans le chapitre 17 (commençant à la page 134), intitulé : Archi-absurde "D'après les assertions de Belzebuth, notre soleil n'éclaire, ni ne chauffe."

Et voici un paragraphe assez significatif: " Et Belzébuth reprit avec un sourire amer :

      - Toi, mon enfant, qui as une présence normale d'être tri-cérébral, et une " oskiâno " - ou, comme on dit là-bas sur la Terre, une " éducation " - intentionnellement implantée en ton essence, et fondée sur une morale reposant sur les seuls commandements et prescriptions de l'Etre-Un lui-même, ainsi que des Très Saints Individuums qui lui sont proches... eh bien ! si tu t'étais par hasard trouvé parmi eux, tu n'aurais pas pu, en certains cas, réprimer en toi le "parkhitrogoul êtrique ", c'est-à-dire le processus nommé sur Terre "fou rire intérieur irrésistible" - et ce fou rire serait devenu inextinguible à la vue de leur surprise, s'ils avaient tout à coup ressenti et compris avec force que non seulement aucune " lumière ", " chaleur ", etc... ne vient de leur soleil sur leur planète, mais encore que ce soleil qu'ils supposent être une " source de lumière et de chaleur " gèle lui-même presque autant que le chien pelé de notre vénérable Mullah Nassr Eddin.

      En réalité, la surface de cette " source de chaleur , comme celle de tous les soleils ordinaires de Notre Grand Univers, est peut-être plus couverte de glace que la surface de ce qu'ils appellent le " Pôle Nord ".

      Ce foyer "incandescent" aurait bien emprunté lui-même un peu de "chaleur" à quelque autre source de substance cosmique, plutôt que d'envoyer une partie de la sienne à une planète quelconque, surtout à celle qui, ayant eu le côté arraché, est devenue une sorte de monstre éclopé, et représente actuellement pour ce pauvre système Ors une " honte affligeante ".
"


      Donc si le Webmaster du site ARTivision, résume ces propos plutôt "obscurs" de Belzébuth à son jeune interlocuteur, on arrive laborieusement à comprendre, qu'il prétend bien qu'une planète, ne reçoit aucune lumière , ni chaleur, venant du soleil, mais en plus, il affirme que ce soleil que l'on suppose être une source de lumière et de chaleur, peut être aussi froid d'un bloc de glace.

      Curieux et troublant, n'est ce pas... ce langage !!! Et Bravo...si vous avez tout compris... Bon courage si vous voulez poursuivre la lecture de l'ouvrage en question., dont le style d'époque, est totalement opposé à celui d'ARTivision, où le "verbe" essaye de garder, le plus possible, une limpidité notoire.

       Notons ici cependant pour le puriste,(avant que l'on nous accuse d'inventer n'importe quoi), la page du Planète n° 35, où il est bien précisé que que ce Maitre à penser du 20e siecle, que fut Georges Ivanovich GURDJIEFF... , a bien été un instructeur du Dalai-Lama :



         Mais, le 26 courant de ce mois, nous avons aussi comme par hasard découvert dans notre garage dans une boite en carton, toute tordue, cet exemplaire n° 20 de la revue L'autre monde de Mai 1978, qui pour nos puristes, va agrémenter admirablement cet exposé :



Et voici donc 3 pages (Les deux premières et la dernière), de cet excellent article, de la revue en question, qui vient de nous tomber si opportunément, sous la main :




    A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui.


      On pourrait bien sûr ce 19/03/2017, nous dire que 14 déclarations, sont largement suffissantes, pour prouver que notre soleil n'est pas du tout un astre brulant infernal. Cependant à la suite de la missive suivante, nous sommes obligés d'ajouter une 15 e déclaration :

Quinzième déclaration :

      En effet, c'est le 26/02/2017, nous avons en plus reçu, d'un très avisé correspondant canadien : Gilles, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Gilles....
To: IDYLLE Fred
Sent: Sunday, February 26, 2017 9:14 PM
Subject: La chaleur du Soleil

            Cher Fred

      Si cela peut être utile !

      Voilà un extrait d'une conférence, prononcée le 23 juin 1963, en France sur la Côte d’Azur.

       "Les savants méconnaissent le Soleil. Le Soleil n'est pas un corps si chaud qu'une créature ne puisse y vivre. C'est un paradis dont les habitants chantent et se réjouissent. Tout cela vous fait sourire, parce que vous ne l'avez jamais envisagé, mais est-ce vraiment impossible et choquant?

      Les rayons du soleil se transforment en chaleur dans l'atmosphère au voisinage de la terre. Vous savez bien que plus haut vous montez, plus il fait froid.

      Je vous avais dit autrefois, que le soleil n'est pas incandescent, mais qu'il est simplement rayonnant et que son rayonnement en atteignant certaines couches ionisées de l'atmosphère, se transforme en chaleur et en lumière."

      Nous pouvons prendre sérieusement ce commentaire de ce philosophe et Maître spirituel nommé Omraam Mikhaël Aïvanhov.

      Gilles


      Nous avons bien sur, vivement remercié l'internaute Gilles, pour sa si aimable participation, aux recherches si pointues ARTivision.

Nous avions déjà parlé du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov. dans notre article bibliographique :

http://www.artivision.fr/biblioterrecreuse.html

tel que :

79 LE VERSEAU ET L'AVÈNEMENT DE L'ÂGE D'OR d' Omraam Mikhaël Aïvanhov (Juillet 1979) Oeuvres complètes, Tome 25 publié aux Editions Prosveta. A la page 270, l'auteur nous parle d' Ossendowski et de son livre cité plus haut, et affirme l'existence du Roi du Monde dont le sanctuaire est l'AGARTHA et dit que ce Roi du Monde, ne va pas tarder à se manifester, car "la Fin des Temps" est proche.

et de plus, l'internaute Gilles, nous a envoyé les couvertures de cet ouvrage remarquable :



et même la très signicative page 270 :


     Cependant, vous avez bien noté, qu'au cours de sa conférance prononcée le 23 juin 1963 à Nice à la quelle nous aurions pu assiter à l'epoque il a été dit la chose incroyable que notre Soleil était un paradis dont les habitants chantent et se réjouissent...

Il se trouve que nous avons justement dans nos dossiers, une missive reversante qui parle de cela :

     Le 11/07/04, nous avons reçu de l'ami Dujma Hery d'Afrique du Sud, (que nous remercions vivement ici, pour sa participation aux recherches d'ARTivision>) l'adresse d'un site surprenant, qui nous parle aussi du Soleil froid, en des termes très explicites, qui apparemment résument tout ce que nous avons déjà époqué, plus haut dans cet article : Jugez vous même...! :

Tiré du site très ésotériquehttp://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/TR04.html

     En voici quelques extraits hélas bien trop courts :

Un disciple interroge le Maître Samaël :

     « Maître, je voudrais profiter de ce que je suis près de vous pour apprendre beaucoup de choses que j’ignore. L’une d’elles concerne la formation et la constitution du Soleil, de quoi il est composé, quelle est sa température, etc., si cela ne vous dérange pas trop Vénérable Maître, j’aimerais que vous me donniez une explication à ce sujet ».

         Le Maître, me regardant dans les yeux, et comme devinant l’importance que j’attachais à cette question, acquiesça de la tête.

        «Je vais t’expliquer et t’enseigner tout cela avec le plus grand plaisir, pour que tu aies au moins une base et que tu puisses le communiquer à tous les frères de l’Association Gnostique.

    Indéniablement, sur le Soleil tout le monde s’est trompé ; et même le Docteur Rudolf Steiner, l’Initié allemand, a fait fausse route concernant l’Astre-Roi qui nous éclaire. Ainsi, il croyait fermement que le Soleil physique n’existe pas ; il a avancé l’idée très saugrenue que ce qui nous éclaire c’est un groupe d’Etres Divins qui n’ont rien de matériel, c’est-à-dire que si, par exemple, nous pouvions nous rapprocher du Soleil, nous rendre jusqu’à lui, nous ne rencontrerions rien physiquement parce que, selon lui, ce qu’il y a là c’est un groupe d’Etres ineffables qui irradient leur lumière, cette lumière dont nous bénéficions tous.

      C’est la façon de penser de Steiner, il n’a pas voulu se rendre compte que l’Esprit et la Matière sont en parfait équilibre et que le Soleil physique existe, il n’a voulu voir que la partie spirituelle du Soleil mais nous devons savoir qu’il existe aussi physiquement ».


      J’interrompis le Maître pour l’interroger concrètement sur une chose qui me tenait particulièrement à cœur :

        « Les hommes de science affirment que le Soleil est une grande boule de feu, un corps à l’état incandescent qui a une chaleur de plusieurs milliers de degrés, et dont la constitution ignée produit cette chaleur qui parvient jusqu’à nous ; mais ce ne sont que des théories, des hypothèses, et la vérité c’est que nous ne pouvons rien savoir de certain sur le Soleil, quelle est sa température, de quoi il est fait, etc., pourriez-vous me donner une explication concrète, Vénérable Maître ? ».

        « Avec la plus grande joie, mon estimable frère missionnaire. Les gens communs et ordinaires croient que le Soleil est une boule de feu incandescent,et cette conception est tout aussi erronée que celle de Steiner, elle est complètement fausse, c’est une manière de penser tout à fait médiévale. Au Moyen-Age on croyait que cet astre qui nous éclaire était une boule de feu, et cette vision erronée a persisté à travers les âges sans que personne ne veuille la remettre en question : c’est ainsi qu’est l’humanité.

        Un homme de science que je ne nommerai pas suppose que le Soleil est un nuage d’hélium également à l’état incandescent, et s’il en était ainsi, alors les planètes du système solaire sortiraient de leur orbite pour se projeter dans l’espace, elles ne graviteraient pas autour du Soleil ; le seul fait que les sphères célestes gravitent autour de ce centre lumineux nous indique en toute clarté qu’il s’agit d’un Soleil physique. Ce scientifique qui affirme que le Soleil est un nuage d’hélium et qu’il ne pèse rien, se basant sur des calculs erronés, est indubitablement un ignorant diplômé.

       Je le demande : si cet homme avait raison, comment les planètes pourraient-elles se maintenir dans leur orbite, quelle force centripète les attirerait, sur quel centre nucléaire ou gravitationnel pourrait se baser le système solaire ?. Le fait même que les mondes gravitent autour de cet astre nous indique que cette étoile appelée le Soleil pèse beaucoup plus que toutes les planètes du système solaire ; ainsi seulement pouvons-nous nous expliquer que les mondes gravitent autour du Soleil. Mais c’est une chose que les hommes de science ne veulent pas comprendre.

       Nous, les occultistes, nous disposons d’instruments merveilleux pour l’investigation de la vie dans les mondes supérieurs : le corps Astral, l’Eidolon, nous permet de voyager d’une planète à l’autre.

       Grâce à ce véhicule appelé Eidolon ou corps Astral ou corps sidéral, je me suis transporté plusieurs fois sur l’Astre-Roi ; par conséquent, je le connais très bien, je sais réellement de quelle façon il fonctionne, de quoi il est fait, comment est sa surface et ce qu’il y a sur lui, etc.

       Je peux te dire que le Soleil est un monde gigantesque, des millions de fois plus gros que la Terre ou que Jupiter, et qu’il a une riche vie minérale, végétale, animale et humaine. Il a des chaînes de montagnes très élevées, des mers immenses et profondes, des forêts extraordinaires, et ses pôles nord et sud sont recouverts de glace.

       Bien que cela paraisse incroyable, il y a des endroits sur le Soleil où l’on pourrait mourir de froid , des montagnes énormes couvertes de neiges éternelles et où il fait extrêmement froid, il y a aussi des climats tempérés, très agréables, et des climats chauds ; les côtes, par exemple, les bords de mer, à cause de la basse altitude, sont très chauds.

       Ainsi donc, tous les climats existent sur le Soleil. Les habitants du Soleil ne vivent pas dans des villes, ils considèrent absurde le fait de se rassembler dans des villes et je suis entièrement d’accord avec eux, car la vie dans les villes est réellement dommageable et nocive au plus haut point.

       Dans les villes, nous les êtres humains vivons entassés les uns sur les autres dans des édifices à plusieurs étages, dans des maisons collées les unes contre les autres, parmi la fumée des usines et des automobiles, nous meurtrissant mutuellement, nous faisant du mal de façon volontaire ou involontaire.....

       .....Les différents élémentaux de la nature se retrouvent aussi sur le Soleil, comme sur toute planète, la vie flue et reflue comme partout ailleurs, avec sa perpétuelle        Les scientifiques sont persuadés que le Soleil est une boule de feu ou un nuage d’hélium incandescent, ou autre chose du genre, les gens communs et ordinaires voient le Soleil comme un grand brasier dont on ne pourrait se rapprocher sans s’exposer à être brûlé, mais il n’en est rien.

       Faites l’escalade d’une montagne de cinq milles mètres et vous verrez qu’à cette altitude il est possible de mourir de froid, et si, dans un globe stratosphérique vous vous élevez jusqu’à la stratosphère, il vous faudra un équipement spécial pour ne pas périr de froid ; dans les espaces interplanétaires, la température atteint cent vingt degrés sous zéro. Il est absolument faux d’affirmer que le Soleil est une boule de feu ; c’est un monde extrêmement riche en mines d’uranium, de radium, de cobalt, etc., et comme ce monde est gigantesque, il est clair que la radiation de ses mines est très forte, très puissante : la somme totale de toutes ces mines produit de formidables irradiations, et toutes ces irradiations, toute l’énergie atomique qui provient de ces mines, traverse l’espace interplanétaire, et lorsque ces radiations atteignent l’atmosphère terrestre, celle-ci les décompose en lumière, chaleur, couleur et son. C’est plus précisément la couche supérieure de l’atmosphère terrestre qui se charge d’analyser et décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son, mais dans l’espace interplanétaire, il fait un froid intense qui, comme je l’ai dit, atteint facilement cent vingt degrés sous zéro.

       Ainsi donc, ce n’est pas que le Soleil soit une boule de feu, comme le croient les gens communs et ordinaires et comme le supposent à tort certains scientifiques, c’est plutôtqu’il est riche en mines de matières radioactives, dont les irradiations se décomposent dans l’atmosphère de la Terre et se transforment en lumière, chaleur, couleur et son. Ces irradiations du Soleil n’atteignent pas seulement la Terre mais aussi toutes les planètes du système solaire, et sur chacun de ces mondes il se produit la même chose.

       Nous devons donc nous ôter une fois pour toutes de la tête ces idées fausses à savoir que le Soleil est une boule de feu, etc. Beaucoup d’astronomes s’amusent à étudier l’auréole, la couronne du Soleil, ils pensent que cette couronne est formée par des jets de flamme provenant d’explosions de la masse physique en fusion, de la masse dense incandescente du Soleil, mais il n’en est rien : la couronne du Soleil est une espèce d’aurore boréale formée par l’électricité et le magnétisme de cet astre, c’est tout ».


       J’entendais des choses qui n’avaient jamais été dites auparavant, des secrets m’étaient révélés que personne, sur Terre, n’avait jamais entendus, mes identifications d’humanoïde rationnel étaient fortement ébranlées et mes facultés court-circuitées par la stupéfaction. Une question cependant me traversa l’esprit :

     « Pardonnez-moi, Maître, de vous interrompre, mais je voudrais vous poser une question : si la Terre n’avait pas d’atmosphère, alors notre planète serait plongée dans l’obscurité ? ».

     A quoi le Maître Samaël répondit :

        « Oui !, s’il n’y avait aucune espèce d’atmosphère sur Terre, notre planète devrait être un monde obscur. Dans ce cas, on m’objecterait qu’il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune mais qu’il y a pourtant des moments de lumière et des moments d’obscurité ou, disons, une moitié est éclairée tandis que l’autre est dans l’obscurité, c’est-à-dire, comme on le sait, que le mois lunaire est divisé en une période de lumière et une période d’obscurité.

       En fait, il y a bel et bien une atmosphère sur la Lune, il existe une atmosphère, mais raréfiée, et c’est une chose qui a été acceptée officiellement ; il y a une atmosphère raréfiée, éclaircie, et cette atmosphère est parfaitement capable de décomposer les rayons solaires en lumière, chaleur, couleur et son.

        Donc, s’il n’y avait pas d’atmosphère sur notre planète Terre, s’il n’y avait pas de décomposition des rayons solaires, notre monde devrait être dans les ténèbres ; mais étant donné que la masse dense de la Terre opposerait une résistance aux radiations solaires, de la chaleur serait produite par cette résistance, et il serait dès lors possible que cette masse dense, en opposant une résistance à la radiation, resplendisse, transforme la radiation non seulement en chaleur mais aussi en lumière, et alors de toute façon il y aurait de la lumière, mais avec une chaleur insupportable ».


        Fin de citation

      Un fois de plus, chers amis internautes, que dire après tant d'affirmations vraiment hors normes, au sujet de notre Soleil ? A vous de juger...

      Pour nous, comme d'habitude, restons fidèle à notre conventionnelle attitude: No Comment...

       A suivre...


     Article mis en page le 16/01/2017, et revu le 19/01/2017, et revu le 24/01/2017, et revu le 30/01/2017, et revu le 01/02/2017, et revu le 02/02/2017, et revu le 05/02/2017, et revu le 07/02/2017, et revu le 12/02/2017, et revu le 14/02/2017, et revu le 16/02/2017, et revu le 21/02/2017, et revu le 22/02/2017, et revu le 23/02/2017, et revu le 26/02/2017, et revu le 28/02/2017, et revu le 17/03/2017, et revu le 19/03/2017.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil