Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas




Quand ARTivision, fait un flash back sur l'affaire ahurissante en 1968 de l' Agence World Book Science Service .


I Introduction.

      L'attentat perpétré à Manchester le 22 mai 2017, vers 22h 30, et qui est expliqué par le journal "Le Monde", tel que :


nous invite, une fois de plus, à dire que si nous ne pouvons arrêter pour l'instant, cette escalade d'attentats, perpétrée par des individus décérébrés et fanatiques, peut-être alors qu'en agissant sur le cursus culturel archaïque, de ces djihadistes, l'on aurait alors un résultat plus positif.

       Pour mieux comprendre cette déclaration, faisons une fois encore, cette première digression importante :

       Imaginons alors d'une manière plutôt réaliste, qu'il n'y a pas bien longtemps, dans l'histoire du Nouveau Monde, deux tribus amérindiennes voisines d'Amérique du nord, ( par exemple les Sioux et les Comanches), et ou même d'ailleurs, cela n'a aucune importance, s'entretuent à l'époque de Christophe Colomb, à l'aide de flèches bien aiguisées et empoisonnées, pour une vulgaire et futile question de zone d'influence, ou d'une infignifante limite territoriale.

     C'est alors qu'arrivent, à leur plus grande stupéfaction, ceux appelés au Nord, pudiquement les pionniers, et au sud les conquistadors, munis de chevaux effrayants, de canons tonitruants, et de fusils qui tuent à de longues distances, et envahisseurs qui chassent sans remords les belligérants, dont nous venons de parler, pour s'emparer de leurs précieuses terres, faisant l'objet des litiges évoqués entre les deux tribus.

Que pensez-vous qu'il arriva ? Croyez-vous vraiment que ces amérindiens vont continuer à se battre entre eux, sous le regard cynique et amusé, de leurs envahisseurs ?

     Nous pensons au contraire, que ces deux peuples amérindiens vont vite s'unir pour faire front, sans doute hélas d'une manière dérisoire, à la nouvelle menace venue de l'Est, et menace qui, nous le savons maintenant, sera l'une des plus graves atteinte à l'écologie mondiale (voir à ce sujet l'excellent article de A. DOROZYNSKI page 72 à 84 de la revue "Science&Vie" n° 892 de Janvier 1992, et intitulé "Le plus grand bouleversement écologique de l'Histoire").


      Mais, lisons aussi cela, tiré de l'ouvrage"Voyage " du collectif Soria, formé, on le sait de 4520 entités cosmiques :

  

      Ces derniers temps, nous avons été amenés à plusieurs reprises, à sortir de notre bibliothèque l'ouvrage deSoria, vieux de 15 ans (en 2017), ci-après , extrait des pages 185 et 186 :

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux, à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants ! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!,, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos médias actuels ne pourrait soutenir un tel langage...! Point Barre...

      Fin de la première digression.

       Tout ce qui précède, nous invite à croire qu'il est grand temps que, nos dirigeants avouent au monde entier, qu'il existe bien des entités intelligentes sur la Lune ou dans les environs, qui sont bien plus avancées que nous, nous le sommes par rapport aux fourmis ou aux termites. On sait maintenant, le fait que ces entités qui nous surveillent depuis des siècles et qu'elles seront totalement à l'abri, si un immense déluge arrivait sur Terre, comme cela est raconté dans la Bible et dans d'autres textes sacrés.

       Faisons ici, alors une deuxième digression, sachant que certains détracteurs sous informés, nieront cette affaire de déluge gigantesque, alors qu'ils en ont eu, un très petit avant-goût, en Indonésie, le 26 Décembre 2004, quand en plein jour, près de 250 000 personnes, ont péri dans un terrible tsunami,, que ces détracteurs semblent avoir vite oublié, et pour les puristes, présentons ici ces trois pages sur cinq, de Geneviève Vanquelef, de la superbe revue :


      Et en pages 32, 33 et 34, on trouve alors :




      Pour être encore plus clair, présentons alors, ce texte fantastique, paru en page 48, de l'ouvrage de poche, si souvent nommé par ARTivision, du grand extralucide américain, Edgar Cayce , qui avait le pouvoir d'explorer, ce que les ésotéristes appellent, les Annales Akashiques, où sont enregistrés, comme sur un immense disque dur, tous les événements qui arrivent sur Terre. Cet ouvrage est intitulé : "Visions de l'Atlantide", et est paru à l'époque, dans la collection J'ai Lu, sous le n° A 300 en 1973.

  

      Voici donc ce texte fantastique :


       Ici on voit, qu' Edgar Cayce fait allusion au continent disparu la Lémurie, ( il a souvent aussi plutôt parlé de l'Atlantide, dans cet ouvrage), mais en plus, on découvre qu'à une époque, le Nil, au lieu de se jeter dans la Méditerranée, se jetait alors dans l'Atlantique. Mais de plus, oh surprise énorme, on apprend aussi, que l'axe terrestre s'est un jour renversé, ce qui s'oppose totalement à la théorie des Universités modernes : "l'uniformitarisme" , qui prétent que sur cette planète, il ne peut y survenir, que des changements très progressifs , et jamais de grands boulversements planétaires, comme nous le souligne, cet Edgar Cayce , hors-normes.

       Disons en plus, que rien dans l'univers n'est statique, et on se souvient parfaitement, par exemple, que l'on a assisté en direct, au mois de Juillet 1994. à la dislocation cosmique de la comète Shoemaker-Levy 9, ( en abrégé SL9), qui est alors entrée en collision, avec la planète Jupiter :


    Ce spectacle a émerveillé de très nombreux astronomes et consorts, mais imaginons que cette comète au lieu de se fracasser sur Jupiter, avait touché plutôt la Terre, qui, du point de vue cosmique, est à deux pas de cet astre Jupiter. Les détracteurs cités plus haut et leurs consorts intelletuels blasés, n'existeraient probablement plus, (et ARTivision, non plus bien sûr), pour épiloguer sur tout ce qui précède...Et donc, on le sait, tout est relatif dans ce monde, et il convient de s'en souvenir régulièrement...

    Et, c'est donc bien ici, le moment de redire avec insistance, qu'il n'est pas besoin d'être un docteur en Philosophie, pour savoir, que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Cependant, il arrive souvent que quelques temps plus tard, ( pour les textes bibliques, par exemple, il faudra attendre des siècles), ces préoccupations se révèlent n'avoir été, que des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement, et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution .

     Si nous n'avions pas sous la main la photo de cette superstructure incroyable, qui fait près de 30 km de long , ( voir le développement de cette affaire plus bas) :


et, placée sur la face cachée de la Lune, nous aurions des réticences à croire, ce que nous dit justement le grand chercheur ésotériste français, Jean Sendy, dans son ouvrage révolutionnaire (et le mot est à peine convenable) : "La Lune clé de la Bible", de 1968 :

  

(voir aussi : La Lune clé de la Bible de J. SENDY Editeur J'AI LU n° A 208, édité en 1974, sans doute plus facile à trouver que la version de 1968, chez Juilliard, et de plus cette version possède une postface importante, qui n'existait pas chez Julliard) :

  

    Mais notons en passant que c'est encore le nommé Adamski, qui déjà en 1955, nous disait ceci en page 81, de son remarquable ouvrage "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace":

  

    Le livre de gauche, fut publié en 1955 par l'Editeur Abelard-Schuman, et celui de droite ne fut publié en français que 24 ans plus tard en 1979 chez l'Éditeur Michel Moutet :

    " - Beaucoup de vos savants ont exprimé l'idée que la Lune est un corps mort. Si cela était vrai et que la Lune était morte, suivant le sens que vous donnez à ce mot, il y a longtemps qu'elle aurait disparu de l'espace par désintégration. Non ! Elle est bien vivante et supporte une vie qui comprend des humains. Nous avons nous-mêmes, un grand laboratoire juste au-delà du bord de la Lune, hors de la vue de la Terre, dans la section tempérée et fraîche de ce corps... ".

    Bien sûr, nous aurions aussi des réticences à croire cela, quand nous avons découvert l'ouvrage de 1979 de l'Editeur Moutet, si nous n'avions pas déjà à l'époque, sous la main, le fameux Paris Match 1028, montrant la superstructure en question, que les médias ( même ceux que l'on dit "people"), ayant pignon sur rue, n'ont jamais osé présenter ouvertement dans leurs colonnes, car cela remet en cause tous les fondements culturels de notre société. A vous de juger !!

       Fin de la deuxième digression...

       En conséquence, cela démontre qu'il est totalement stupide de s'entretuer entre nous, sur une sorte de Titanic, qui, on le sait bien, part à la dérive ces temps-ci. (on verra plus bas ce que signifie cette affaire notoire de Terre à la dérive ).

      Le site ARTivision, a démontré dans de très nombreux articles, que tout cela est vrai, car il existe sur la face cachée de la Lune, des constructions gigantesques, dont voici une très significative, et dont nous reparlerons plus loin :


      Revoyons alors les 2 agrandissements de cette structure, juste présentée ci-dessus :


       Mais, pour avancer dans cet exposé, concernant l'Agence World Book Science Service, il nous appartient de partir d'abord du site :

https://photo1028.wordpress.com/2012/08/26/photographes-de-world-book-science-service/

et d'en extraire en premier lieu, cette image :


       Ce Monsieur, aurait pu être assurément, à l'origine de la création de l'Agence World Book Science Service, dont nous allons parler ici.

      Poussons plus avant l'investigation :


      ll semblerait donc que cette Agence ait pris corps, autour de 1965, et nous demandons avec déférence, à l'internaute qui sait comment fonctionnait cette agence en 1968 ( Directeur, siège, lien avec la NASA..etc ), de nous en toucher deux mots...


II Genèse de l'affaire.

       Pour bien fixer les données importantes de cette affaire, nous voilà arrivés en Décembre 1968, où l'on découvre ce document important :

 


      Ce texte est tiré du n° 1025 du Paris Match du 28 Décembre 1968, dont la page de couverture montre la photo des trois astronautes des USA, Borman, Anders et Lowell , les passagers d'Apollo 8, qui allaient décoller pour faire soi-disant le tour de la Lune, le 21 Décembre 1968, avec le gros titre en question :


      Donc, vous l'avez bien lu, nous l'espérons, c'est bien l'Agence World Book Science Service, qui à l'époque, avait fourni, à Paris Match des photos de la prétendue mission Apollo 8.

      Vous l'avez lu : "Le sort en est jeté : Ils foncent vers la Lune". Sur 22 pages très détaillées, toute l'épopée du lancement est montrée en long et en large

     Pour bien nous placer dans l'ambiance et dans l'action des protagonistes de l'époque de cette mission, Apollo 8, il convient de placer ici le texte qui suit, tiré du petit ouvrage de poche intitulé "La Saga de L'espace", publié chez Gallimard en Octobre 1986:



      "Au début de l'automne 1968, les États-Unis et l'Union Soviétique sont prêts à reprendre leurs vols habités. à la mi-octobre, le vaisseau Apollo 7 accomplit un vol parfait de onze jours autour de la Terre . Les soviétiques suivent quelques jours plus tard : Le 26 octobre Georgi Beregovoi s'élance a bord de Soyouz-3 pour rejoindre sur orbite un Soyouz 2 inhabité, satellisé auparavant. Sa mission ne sera qu'un demi-succès car les deux vaisseaux ne pourront s'amarrer, mais elle rassurera pleinement le pays sur la sécuritc du Sovouz .

Des objets terrestres reviennent de la banlieue lunaire.


      Les succès d 'Apollo 7 et de Soyouz-3 sont importants. Mais lorsque les équipages de ces vaisscaux reviennent de 1'espace fin octobre, la grande affaire n'est plus la realisation de vols spatiaux autour de la Terre. Le problème est de savoir qui de 1'URSS ou des Etats-Unis enverra le premier des hommes autour de la Lune, Les Soviétiques viennent en effet d'accomplir un pas décisif dans cette voie : le 14 septembre 1968, ils ont lancé un prototype de leur Soyouz lunaire, Zond-5, qui a effectué un suryol a 2000 km de la Lune, avant de revenir se poser avec succès dans 1'océan Indien. pour la première fois un objet terrestre est revenu de la banlieu lunaire . Un autre succès suit avec Zond-6, le 17 Novembre. Le doute n'est plus permis : les Soviétiques sont prêts à envoyer un cosmonaute (sans doute Pavel Beliaiev) autour de la Lune. Et une opportunité s'offre à eux de procéder à cette expérience le 7 décembre 1968...

     Mais les Américains n'ont pas attendu le retour de Zond-6 pour prendre une décision d'une audace inouie : le 11 novembre 1968, un nouvel administrateur de la NASA, Thomas Paine, annonce que la mission Apollo-8, prevue pour Décembre, ne sera pas un vol expérimental autour de la Terre, mais une mission habitee autour de la Lune ! Le pari est fantastique.

     C'est vraiment que se situe le tournant dans la course a la Lune. Si 1'Amérique ne.fait pas d'Apollo-8 une mission circumlunaire, elle est sure que 1'Union Soviétique la devancera au cours des mois suivants, et recoltera 1'essentiel des lauriers de la conquête lunaire. A quoi cela servirait-il, des lors, d'envoyer plus tard des hommes sur la Lune ? Mais si la mission Apollo-8 échoue, c'est tout le programme Apollo qui est compromis.

     En fait, 1'Amérique joue là, son avenir spatial à quitte ou double. Et elle va gagner...

Trois hommes fêtent Noël à une centaine de kilomètres de la Lune

     Pour une raison que 1'on ignore, les Soviétiques laissent passer leur dernière occasion de battre les Américains;

     Le 7 Décembre, aucun Soyouz lunaire ne s'élance de Baïkonour. La route est desormais libre pour les Etats-Unis. Le 21 Décembre à 16 h 51
(heure de Paris), les trois astronautes d'Apollo-8, Frank Borman, James Lovell et William Anders,, quittent la Terre au sommet d'une monstrueuse Saturn-5. Deux jours et demi plus tard, leur vaisseau approche de la Lune et passe derriere elle.

     Apollo-8 ne se contente pas de survoler la Lune. Il est placé en orbite autour de 1'astre, et c'est à 112 km au-dessus de la surface lunaire que les trois homrnes passent la nuit de Noël 1968... Ils repartent vers la Terre le lendemain matin et se posent sans probléme dans le Pacifique le 27 Décernbre.

     Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders, jouaient leur vie et celle du programme Apollo. Lorsqu'ils reviennent de la région lunaire, ils ont virtuellement fait gagner à 1'Amérique le pari de John Kennedy. Le triomphe d'Apollo-8 marque la defaite de 1'Union sovietique dans la course à la Lune. Après une réalisation aussi brillante, il ne servirait a rien d'envoyer un seul cosmonaute dans un petit Soyouz effectuer un bref survol de la Lune. Le programme Zond habité est donc abandonné. Les preparatifs d'une mission plus ambitieuse rnais plus lointaine, l'alunissage de cosmonautes, sont en revanche poursuivis, au cas où la NASA ne parviendrait pas à atteindre cet objectif. "

     Fin de citation.


     Évidemment, celui qui veut en savoir plus gagnerait, à lire avec attention, le reste de cet excellent petit ouvrage. Nous avons déjà ici mis en relief ici, certaines phrases qui sont selon nous, à double sens, et nous allons maintenant expliquer pourquoi !

      Vous avez bien noté, nous l'espérons l'expression ci-dessus, que nous avons mise en exergue telle que :

"Lorsqu'ils sont partis, Borman, Lovell et Anders, jouaient leur vie et celle du programme Apollo".

      Mais revenons à notre agence World Book Science Service. Elle a alors disparu comme par enchantement, et il est de la plus haute importance, qu'un journaliste intrépide et surtout curieux, retrouve ce que sont devenues les archives de cette agence, car en effet, c'est cette agence qui fournira aussi à Paris Match, quelques jours plus tard, le stupéfiant document, déjà présenté plus haut, possédant, une remarquable portion de la face cachée de la Lune, paru en pages 32 et 33 de son désormais incontournable n° 1028 du 18 Janvier 1969, qui allait allait poursuivre plus amplement la narration de ce mémorable voyage bidon d' Apollo 8, et voici le texte du Paris Match 1028, qui accompage cette superstructure, que personne n'a vue à l'époque :


      Mais, comme on dit, qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, anaysons alors, en pages 32 et 33, un superbe schéma (53cm -34cm), que le Paris-Match 1025, nous présentait alors, et schéma, que nous avons eu bien du mal à reconstituer à cause de notre petit scanner:


    Et pas besoin de sortir de Polytechnique pour deviner, la grande complexité de l'entreprise, qui conduirait les protagonistes jusqu'à environ 400 000 km de la Terre, et entreprise menée à l'aide d'ordinateurs, qui à l'époque, avaient à peine la puissance d'une calculette actuelle de lycéen...

    Mais pour les puristes, présentons en plus clair, les étapes de l'expédition :


    Mais faisons déjà ici, une troisième digression importante, concernant l'étape n° 7 :

    Sur le site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_8

     Nous lisons : "Le dernier évènement important avant leur entrée en orbite lunaire consistait à ralentir, pour obtenir une vitesse de 0,6 m/s. À la 61e heure très exactement, alors qu'ils étaient à 39 000 km de la Lune, l'équipage alluma le RCS pendant 11 secondes.

     À la 64e heure de vol, ils préparèrent l'insertion en orbite lunaire (Lunar Orbit Insertion-1, LOI-1). Cette man?uvre ne permettait aucune erreur et devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre. L'ordre positif fut donné à la 68e heure. Après 68 heures et 58 minutes de vol au total, le vaisseau passa derrière la Lune et perdit tout contact radio avec la Terre.

     Dix minutes avant l'opération LOI-1, l'équipage vérifia les systèmes du vaisseau. Ils aperçurent enfin la Lune, du côté caché. Seulement deux minutes les séparaient du lancement et ils n'avaient que peu de temps pour apprécier la vue.

     L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant comme les "quatre plus longues minutes de leur vie". Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune.


     Fin de la troisième digression.

     Vous avez bien noté, nous espérons, (en souhaitant qu'un spécialiste de l'Espace, puisse nous le confirmer) que l'insertion en orbite lunaire, donc le freinage correspondant pour y arriver, devait se passer, lors du premier survol de la face cachée de la Lune, à un moment où aucune communication avec la Terre n'était possible. "

     De plus, on voit que c'est une affaire de seconde en plus ou en moins autour des cruciales 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire, car c'était ou, l'échappée vertigineuse dans l'espace cosmique, ou pire, l'écrassement sur la Lune... Quel dilemme n'est-ce pas !, pour avoir à jongler avec un simple petit bouton.

     A vous de juger...

     Mais de plus, nous allons voir tout de suite, qu'il manque au super schéma en question, certaines étapes importantes, que l'on a, sans doute volontairement oubliées, pour le simplifier.

     En effet, et c'est ici, une exclusivité d'ARTivision, si nous rapprochons les étapes 6 et 7 du superbe schéma :


     On découvre alors que la capsule conique de commande, qui contient les 3 voyageurs a un sens inversé de l'étape 6 à l'étape 7. En effet Apollo 8, à la 61e heure très exactement, devait se trouver à 39 000 km de la Lune, et l'équipage alluma le moteur central du module de service pendant quelques secondes bien précieuses, pour passer de la vitesse de 1 216 m/s à celle dit-on de 0,6 m/s. Un sacré freinage n'est-ce pas !!. Mais ce que ne montre pas le schéma, c'est qu'il faut quelque temps avant, inverser le vaisseau dans son sens de circulation, pour que la tuyère principale du Module de Service, soit en avant de la marche. Cette cette inversion est donc d'une grande délicatesse nécessitant une prise de risque énorme. Or ceci n'est, on va le voir, mentionné nulle part, dans le récit du célèbre Raymond Cartier, très grand reporter à Paris Match, qui a certainement pris, les informations qui précèdent, directement à la NASA. Tout ceci est très curieux, et on se demande, si ce n'est pas la NASA elle-même qui n'a pas jugé bon, de le mettre au courant de cette affaire de retournement du vaisseau Apollo 8, qui en effet , hypothéquait la réussite de l'opération

     Cette affaire de retournement d'Apollo, , est mentionnée certes pour, Apollo 11, par exemple sur le site :

http://larecherche.typepad.fr/la_lune_sprint_final/2009/07/mercredi-16-juillet-1969--3h15-du-matin-l%C3%A9quipage-dapollo-11-constitu%C3%A9-de-neil-a-armstrong-commandant-michael-collins.html

, tel que :

     H + 3h17mn05 s : le troisième étage est largué

     H + 3h24mn03 s : après une manœuvre de retournement, le véhicule Apollo vient s'amarrer au module lunaire. Les trois modules assemblés sont en route vers la Lune.


     Et il y a même mieux en forme de schéma dans un document PDF placé à :

http://www.google.fr/url?url=http://francophone.dansteph.com/%3Fdownload%3D79&rct=j&frm=1&q=&esrc=s&sa=U&ei=-p0dVNXGD8fkar68glA&ved=0CC4QFjADOAo&usg=AFQjCNFrMyO_uS-xNqWxd7r6-zQ09K-jCw

, tel que :


     Tout cela pour bien montrer la complexité de cette affaire d'Apollo 8, comme bien sûr pour les autres missions Apollo.

     Remarquons que cette affaire de retournement d'Apollo, , pourrait être commandée de la Terre ( à près de de 361 000 km de là avec, on le sait des ordinateurs très balbutiants), mais cette opération pourrait aussi être entreprise directement avec beaucoup de risques par l'équipage d'Apollo 8.

     Mais il y a encore, une autre étape délicate, qui n'apparaît pas sur le super schéma, en question. Voyez vous-vous même ce coin :


     On voit très clairement que les vaisseaux en question sont inversés, ce qui signifie qu'à un moment donné, il y a eu un autre retournement, non également mentionné sur ce beau dessin. Ce retournement pourrait avoir lieu en effet, immédiatement après le premier survol de la face cachée de la Lune, mais il aurait pu avoir lieu, à un autre moment des 10 révolutions effectuées autour de la Lune, d'après le site :

http://lachroniquespatiale.over-blog.fr/article-noel-1968-l-extraordinaire-pari-d-apollo-8-66065643.html

     Mais , ce retournement pourrait devoir être amorcé à partir du survol de la face cachée, et ce sont alors les membres de l' équipage, qui en seraient responsables, avec tous les inconvénients en puissance, car ils ne pourraient communiquer avec la Terre, s'il y avait un pépin.

     Voyons maintenant, d'après Paris Match, quelques prouesses techniques utiles ( les phases vraiment dangereuses sont en violet), pour réussir cet exploit:


     On voit alors bien, que dans ce texte réduit et ramassé, on parle bien de moteurs de Vie et de Mort et jamais du processus de retournement du Module de Service.

    Mais faisons déjà ici, une quatrième digression importante, concernant l'étape n° 7 :

      Or, on le sait, d'après ce que nous dit le site Wikipédia bien connu, tel que :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_8

la manœuvre en question, ne devait être soumise à aucune erreur, et surtout qu'elle devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre ....

     De plus, on voit que c'est une affaire de seconde en plus ou en moins, autour des cruciales 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8, en orbite elliptique lunaire, car c'était ou, l'échappée vertigineuse dans l'espace cosmique, ou pire l'ecrassement sur la Lune. Quel dilemme n'est-ce pas ! pour avoir à jongler avec un simple petit bouton.

     Il va sans dire que avec les ordinateurs primitifs qui existaient à l'époque, cette opération était d'une complexité inouïe, et dont le risque était assurément à éviter, par tous les moyens.

     A vous de juger...

      Demandons encore, au site Wikipédia, de nous éclairer davantage sur cette affaire et de ce laius plutôt ambigu, retenons seulement les paragraphes ;

Entrée en orbite lunaire .

       "Après environ 55 heures et 40 minutes de vol, l'équipage d'Apollo 8 devint les premiers êtres humains à entrer dans la sphère d'influence gravitationnelle d'un autre corps céleste : l'attraction gravitationnelle de la Lune devenait plus intense que celle de la Terre. Ils étaient alors à 62 377 km de la surface de la Lune, à une vitesse de 1 216 m/s par rapport à celle-ci. L'équipage calculait toujours sa trajectoire à partir du site de lancement, et continua ainsi jusqu'à la correction à mi-parcours qui devait leur permettre de changer de référentiel pour repartir sur Terre. Cette dernière n'était prévue que pour leur treizième heure de vol en orbite lunaire.

      Le dernier événement important avant leur entrée en orbite lunaire consistait à ralentir, pour obtenir une vitesse de 0,6 m/s. À la 61e heure très exactement, alors qu'ils étaient à 39 000 km de la Lune, l'équipage alluma le RCS pendant 11 secondes.

      À la 64e heure de vol, ils préparèrent l'insertion en orbite lunaire (Lunar Orbit Insertion-1, LOI-1). Cette man?uvre ne permettait aucune erreur et devait être effectuée de la face cachée de la Lune, sans contact possible avec la Terre. L'ordre positif fut donné à la 68e heure. Après 68 heures et 58 minutes de vol au total, le vaisseau passa derrière la Lune et perdit tout contact radio avec la Terre.


Apollo 8 passe derrière la Lune .

      Dernière transmission du vaisseau avant de passer derrière la Lune .

       "L'allumage des propulseurs se fit 69 heures 8 minutes et 16 secondes après le lancement, le moteur brûla pendant 4 minutes et 13 secondes, plaçant Apollo 8 en orbite elliptique lunaire. L'équipage décrivit cet instant comme les « quatre plus longues minutes de leur vie ». Si la propulsion n'avait pas duré exactement le temps prévu, le vaisseau aurait eu une trajectoire très excentrique voire aurait été éjecté dans l'espace. Si elle avait trop duré, ils se seraient écrasés à la surface de la Lune. Après s'être assurés que le vaisseau fonctionnait, ils eurent l'occasion de jeter un ?il à la Lune, autour de laquelle ils allaient être en orbite pendant 20 heures.

      Sur Terre, le centre de contrôle attendait. S'il y avait eu un problème, le vaisseau apparaîtrait trop vite et les corrections devraient être effectuées rapidement. Au moment prévu, un signal fut reçu en provenance du vaisseau, confirmant son orbite (311,1 km par 111,9 km) autour de la Lune.
"

      Fin de citation :

      Nous avons demandé à un vrai spécialiste, ingénieur aérospatial, dont le site est tel que :

http://www.angelfire.com/moon2/xpascal/MoonHoax/MainPageF.HTM

, de nous dire, si les dispositifs RCS et consorts mentionnés ci-dessous, dans la page de Wikipedia, sont vraiment un moyen pouvant freiner le Module de Service de 1216 m /s, à 0,6 m/s,, sans qu'il y est eu, une inversion de ce module ?

       Et voici, sa réponse en date du 7 Mars 2016 :

----- Original Message -----
From: X..... P..........
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Monday, March 07, 2016 6:51 AM
Subject: Re : Apollo 8

      Pour répondre plus précisément à la question que vous m'avez posée dans votre mail:
      Dans Apollo 8, le module de commande aurait réussi à décroître sa vitesse de 1216m/s à 0,6m/s en allumant son RCS (i.e. les réacteurs latéraux, bien moins puissants que le réacteur principal) pendant 11 secondes; cela fait une décélération de plus de 100m/s²!!! C'est complètement délirant; à titre de comparaison, dans la période de freinage du module lunaire dans la descente motorisée de l'alunissage, celle où il décélère le plus, la décélération était inférieure à 4m/s² (et elle était faite avec le puissant moteur principal, pas avec les réacteurs latéraux).
      Cela montre à quel point c'est aberrant.
      Ce qui est drôle est que ceux qui écrivent ces pages sur Wikipedia pensent écrire quelque chose de très scientifique, et ne se rendent meme pas compte qu'ils peuvent écrire les plus grandes aberrations, et personne ne s'en rend compte...à part des gens comme moi qui y regardent de plus près.

Fin de citation

      Fin de la quatrième digression

      Reprenons étant donnée, son importance le texte en question du Paris Match 1925 tel que :

      Nous insistons une fois encore, sur le fait surprenant, que ce texte parle bien de moteurs de Vie et de Mort , et qu'il n'est jamais question du processus obligatoire de retournement du Module de Service.

     Mais, lisons alors, ce qui est écrit, au bas de cette photo de Williams Anders ( bien sûr il y aussi celles des autres astronautes et aussi des textes concernant leur curriculum vitae ) :


     C'est donc un quidam plutôt rigoureux et cultivé. Alors, pourquoi a-t-il déclaré (d'après Paris Match bien sûr), cette phrase tout à fait insolite et inadaptée :

     " Nous avons moins à craindre que Lindbergh lorsqu'il vainquit l'Atlantique . "

     Et malgré, l'explication fantaisiste et opportuniste, de Paris Match, qui nie les justes réserves, du grand astronome anglais Sir Bernard Lowell :


      Et donc, nous affirmons ici, volontairement, que, étant donnée la complexité de cette mission Apollo 8, et des risques énormes évidents encourus, le site ARTivision, persiste à dire que, ce propos très insolite d'Anders, est une sorte de bouteille à la mer, bien calibrée, pour les générations futures, et cela signifie en clair :

" Soyez logique voyons, tout cela n'est, qu'un grand bluff... "


      Et le site ARTivision ajoute, qu'Apollo 8, fut en fait, le premier témoignage de cette fumisterie d'affaire, et toutes les autres missions "Apollo", sont à mettre, dans le même sac.

     De très nombreux sites maintenant, démontrent clairement cette imposture, mais de plus, où le bât blesse, c'est que l'on découvre que les spécialistes soviétiques de l'Espace, eux qui, ont dû découvrir ces truquages dès Juillet 1969, n'ont pourtant, absolument rien dit ....

     C'est donc, qu'ils étaient, parfaitement complices de cette mascarade, et le concept de Guerre froide, qui battait son plein à l'époque, n'est qu'un autre bluff, mis au point par les soviétiques et les américains, pour noyer le poisson, et poursuivre en douce leur scélérate collaboration avec "Les Petits Gris", que nous évoquerons, plus en détails plus bas..

     De plus, disons aussi que les soviétiques n'auraient jamais abandonné, leur dur système politique, sans une raison d'Etat supérieure, à tout ce qui est économiquement et socialement et surtout militairement valable. S'ils ont laché prise, c'est parce qu'ils ont appris l'existence effective d'un troisième larron, plus puissant que les américains et les soviétiques, et donc que ces deux derniers pays, n'avaient plus aucune raison de se taper dessus ...

     A bon entendeur Salut...

     Certains admirateurs zélés de la NASA, très horrifiés de s'être faits lamentablement bernés, pendant des dizaines d'années, vous diront ouvertement : "Mais cette phrase d'Anders doit certainement une signification bien plus banale que vous lui acordez et il n'y pas pas là de quoi fouetter un chat!!"

      Pour répondre à cette cinglante réplique, (et ces admirateurs zélés et consorts
intellectuels blasés
, doivent savoir que le site ARTivision , a toujours en réserve, des données irrécusables prouvant ses dires)
, disons ce, 24 Mai 2017, qu'un autre occupant de la capsule d'Apollo 8 , a lui-aussi, prononcé une phrase très bizarre :

       En effet le Paris Match n° 1025, du 28 Décembre 1968, nous donne aussi, la silhouette habituelle de pasteur d'une église épiscopale de Franck Borman :


       Voyons maintemant, ce qu'il a déclaré, lui aussi, de très bizarre :



      Mais pourquoi donc ce pasteur, lui-aussi, a-t-il eu besoin de justifier son excursion spatiale, en la qualifiant d'action moins dangereuse que d'aller au Vietnam ..., où les prémices d'une guerre , avec les USA, se faisaient déjà sentir à l'époque...

     Mais si, comme nous venons de le suggérer, si le voyage lunaire des occupants de la cabine Apollo 8, n'a jamais eu lieu, d'où viennent alors, ces magnifiques photos ( ces occupants, n'avaient pas eux, au moins à rapporter des cailloux lunaires) ? :

     

     

       Bravo, si vous avez pu résoudre cette incongruité photographique, et c'est à vous, qu'il appartient une fois encore, de juger tout cela , documents à l'appui...

       Mais ce 26 Mai 2017, disons que tout ce qui précède, concernant la mission Apollo 8, n'est qu'une petite partie, des arguments d' ARTivision, montrant la supercherie en question, et nous allons aujourd'hui en dire bien plus.

    Mais, il serait peut-être utile, de présenter ici, le passage qui suit du site :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Module_lunaire_Apollo

     " Lorsqu'en 1961, le président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, fixe comme objectif à l'agence spatiale américaine d'envoyer des hommes sur la Lune avant la fin de la décennie, le programme spatial américain est encore balbutiant. Après avoir étudié plusieurs configurations pour le vaisseau spatial, la NASA choisit en 1962 d'avoir recours au LEM, module destiné au débarquement sur la Lune, malgré les interrogations que suscitent à cette époque le recours au rendez-vous orbital lunaire (LOR) que sous-tendait ce choix. Seule cette solution permettait en effet de tenir l'échéance fixée, en réduisant la masse à satelliser et en limitant les coûts et les risques techniques.

     Le LEM comporte deux étages : un étage de descente dont le rôle principal est de faire atterrir verticalement le module lunaire grâce à un moteur à poussée variable et un étage de remontée doté de son propre moteur et dans lequel se situe la cabine pressurisée où séjournent les astronautes. Malgré la complexité de sa mission et une contrainte de masse très sévère (15 tonnes), le LEM a réussi à six reprises à amener sans défaillance grave, et faire séjourner deux hommes dans un environnement lunaire particulièrement hostile et à l'époque mal connu..
" v

     Fin de citation.

     Vous avez bien noté, nous l'espérons, le fait que des spécialistes de l'espace, affirmaient que le rendez-vous lunaire avec l'affaire du LEM, posait déjà, de notables interrogations malgré la complexité de la mission, et pourtant, on a tout de même pu, réussir sans embages, 6 jonctions ( et on pourrait aussi ajouter celle d' Apollo 10, donc cela fait 7 en tout), entre un étage de remontée du LEM, avec le Module de Commande d'Apollo, tournant autour de la Lune.

   Alors, on se demande maintenant, comment ces mêmes américains, ont pu réussir (comme dans un fauteuil) 7 rendez-vous lunaires, sans aucune anicroche, à environ 400 000 km de la Terre, avec des ordinateurs très primitifs, qui n'avaient même pas à l'époque la puissance d'une calculette actuelle de lycéens. Et cela en plus, malgré le terrible cône d'ombre électromagnétique, que représentait la Lune, vis à vis de la Terre, en fonction des positions des éléments des vaisseaux à joindre.

   C'était donc là, l'un des moments les plus cruciaux de la trajectoire, suivie par ces astronautes revenant de la Lune et, c'est aussi là, que nous avons le moins d'information et aucune image de cela (voir plus bas) .

      Voyons maintenant ce que l'on peux dire au sujet de la mission Apollo 10 :
      En effet, le site :
http://phil.ae.free.fr/astro/espace/precurseurs4.html

, on peut lire ces phrases très significatives :

La mission Apollo 10.

     "Finalement, Stafford, Young, et Cernan décollèrent le 18 mai 1969 et, après avoir passé quelques heures en orbite terrestre en vérifiant le vaisseau et les systèmes, ils allumèrent le troisième étage du lanceur Saturn 5 pour partir en direction de la Lune. Comme pour Apollo 8, leur trajectoire était "à retour libre", c'est-à-dire qu'elle les emmenait autour de la Lune, et en cas d'échec à l'allumage du moteur principal, elle les ramenait directement sur Terre. Cependant, comme lors de toutes les missions Apollo, ce moteur fonctionna parfaitement.

     Contournant la Lune à 110 km au-dessus de la face cachée, l'équipage alluma le moteur pendant quatre minutes pour freiner et entrer en orbite lunaire. Vingt minutes plus tard, le vaisseau émergea du limbe oriental de la Lune, retrouvant le contact radio avec la Terre. L'heure de la réapparition du vaisseau était suffisante pour confirmer qu'il était sur l'orbite prévue. Pendant les heures suivantes, Stafford et Cernan vérifient le LM. Après un repos nocturne, ils se séparent de Young et, au-dessus de la face cachée, ils allument le moteur de descente pendant trente secondes pour se placer sur une orbite qui les amène à 14 500 m d'altitude au dessus d'un point situé 480 km à l'est du site prévu pour Apollo 11.

     En approchant du point bas de leur orbite, ils se trouvent assez près du sol pour tester le radar d'alunissage du LM et procéder à une inspection visuelle de la zone au cas où un site de rechange soit nécessaire lors du premier atterrissage.

     Ensuite, au lieu d'allumer le moteur de descente pour freiner leur course et atterrir, ils accélérent et prennent une nouvelle orbite qui, passant à 350 km au-dessus de la face cachée, les amène cette fois juste au dessus du site prévu pour Apollo 11.

     Deux heures plus tard, à la fin d'une autre orbite lunaire, Stafford et Cernan sont prêts à répéter la manoeuvre d'ascension et de rendez-vous. Après avoir survolé une nouvelle fois à basse altitude le sud-ouest de la mer de la Tranquilité, ils éjectent l'étage de descente et allument le moteur d'ascension pendant environ 15 secondes. Peu après, ils effectuent un parfait rendez-vous avec Young. .

     Presque tout s'était passé parfaitement, à part un moment d'anxiété quand l'étage de remontée, à peine séparé, commença à tourner et rouler follement sur lui-même. Il fallut près de huit secondes à Stafford pour reprendre le contrôle du vaisseau. Un simple interrupteur actionné une fois de trop avait provoqué la remise en route du système de fusée d'attitude.

      Deux orbites après cet épisode "à dresser les cheveux" (dixit Stafford), le rendez-vous avec le CSM s'effectue. Une orbite plus tard, Stafford et Cernan rejoignent Young à bord du Module de Commande. Le LM est alors largué et Houston l'envoie sur une orbite solaire par un dernier allumage de son moteur.
"

     Fin de citation .

      Nous insitons une fois encore, sur le fait surprenant, que dans le texte précédent, il n'est jamais question du processus obligatoire de retournement du Module de Service, pour réussir à freiner convenablement le vaisseau, et entrer ensuite, en orbite lunaire.

     Quant à nous faire croire que les deux excursionnistes : Gene Cernan et Thomas Stafford, vont pouvoir partir en ballade avec le LEM, jusqu'à aller contempler la Lune à 15,6 km de sa surface, puis revenir sans aucune anicroche, rejoindre John Young dans le Module de Service, tout cela relève pour ARTivision, de la pure et insolente fantaisie ...

        Mais allons encore plus loin dans cette affaire .

       En effet, il n'est pas difficile pour ARTivision, de mettre en évidence, le fait incroyable , que donc ni Jonh Young d'Apollo 10, ni Michael Collins d'Apollo 11, ni Richard Cordon d'Apollo 12, ni Stuart Rossa d'Apollo 14, ni Alfred Worden d'Apolo 15 ( celui qui retient, en cet exposé, notre attention), ni Thomas Mattingly d'Apollo 16, ni Ronald Evans d' Apollo 17 , les 3e "voyageurs" des diverses missions "Apollo", qui ne sont pas descendus sur le sol lunaire,n'ont jamais photographié par les sas d'entrée, leurs collègues de retour de leurs dangeureux périples sur la Lune (ou simplement vers la Lune pour Apollo 10).

     Pour bien analyser cette nouvelle énigme, nous nous souvenons d'abord, que c'est en Décembre 1965, que les américains eurent un gros problème avec Gemini 6 ( avec les astronautes W.Schirra et T Stafford), qui n?a pas pu s?arrimer à un satellite cible qui devait être un étage de la fusée Agena, spécialement équipée pour que le nez de la cabine Gemini 6 puisse s?y emboîter. Agena ayant échoué dans son lancement, la NASA, décide brusquement de modifier ses plans. C?est le vaisseau Gemini 7 (avec Fank Borman et J . Lovell ) qui servira de cible à Gemini 6. L?expérience devient alors peu spectaculaire, puisque l?arrimage étant impossible, le 15 Sept 1965, les deux cabines ne vont pouvoir que s?approcher à deux pas l?une de l?autre, et vont effectuer ainsi en tandem plusieurs révolutions orbitales.

   Le véritable rendez-vous avec la fusée Agena inhabitée n?aura en fait lieu qu?en Mars 1966 avec Gemini 8 (avec N. Arsmtrong et D. Scott) et encore que le vol fut interrompu à cause d'un court-circuit.

    Mais où cela est surprenant, c'est que nous n'avons pas trouvé d'autres d?exemples, où des astronautes américains de deux vaisseaux Apollo différents (avant bien sûr la mise en orbite de la navette spatiale), se sont réunis dans la même cabine, après un rendez-vous spatial programmé.

    Mais, il nous appartient maintenant de noter ici, ce fait important : Le 15 juillet 1975, fut lancé le vaisseau soviétique Soyouz 19 avec les cosmonautes A. léonov et V. kubasov , et ils effectuèrent 96 révolutions autour du globe terrestre. Cette mission aurait été parfaitement routinière et sans intérêt majeur pour les médias , si l'un des derniers vaisseaux américains Apollo, ne s'y était pas venu amarrer pendant deux jours. Toute la man?uvre d'approche et le passage par le sas de contact, des visiteurs américains : T. Stafford , V.Brand et D.Slayton, ont été largement filmés et retransmis, dans toutes les télés, radios et presses du monde entier. Les deux équipages ont bien d'abord montré leur grande joie de se rencontrer, et par la suite, ils ont expérimenté et testé les processus d'amarrage des deux vaisseaux, pour toute nécessité ultérieure. Voir ci-dessous en effet, une photo de cette rencontre mémorable, montrant la joie profonde des astronautes :



    Mais, justement maintenant, il nous vient à l'idée, que la NASA, n'a jamais montré, pour aucune des missions "Apollo", (à notre connaissance bien sûr et les internautes qui en auraient la preuve, nous feraient un grand plaisir de nous l'envoyer ), ce qui serait somme toute tout à fait normal et bien chargé d'émotion, les retrouvailles des astronautes revenant de la Lune, avec de leur compagnon d'infortune, qui lui fut privé, hélas, du débarquement, et qui est resté sagement dans le Module de commande, à attendre leur retour et à suivre leurs évolutions sur notre satellite. Or ce dernier avait assurément, à sa disposition à l'intérieur de la cabine, une caméra pour filmer, tout ce qui se passait autour de lui...

Aux spécialistes de répondre et de nous dire pourquoi aucune photo des retrouvailles n'a été montrée.

    Quelle joie ce serait en effet, pour lui, de filmer le passage, par le sas d'entrée, après un retour si périlleux de ses deux compagnons et de montrer ensuite ces photos d'intense émotion, au monde entier ?

    Non rien de tout cela ne nous a été présenté par la NASA !!!

    On sait d'ailleurs maintenant, qu'en plus des caméras placées sur les vaisseaux Apollo , les astronautes possédaient chacun un appareil photo - un Hasselblad muni d'un objectif Carl Zeis - adapté à leurs combinaisons spatiales.

      Tout de même, voilà deux astronautes qui ont risqué grandement leur vie sur la Lune, qui reviennent au bercail après des péripéties uniques en leur genre et qui sont accueillis, par un troisième compagnon, sans tambours ni trompettes, ni même une petite photo de souvenir !!!..Ne trouvez-vous pas cela bien bizarre... ?

      Nous attendons alors, vos précieuses conclusions...

      Mais ce 30 Mai 2017, poursuivons notre analyse des photos de la mystérieuse Agence World Book Science Service, et voici une photo de cette agence, qui fut publiée par le Paris Match 1027 du 11 Janvier 1969, (sorti bien sûr, après le retour des cosmonautes d'Apollo 8, le 27 Décembre 1968), et dont voici seulement une partie de la couverture en raison de largeur trop petite de notre scanner :


      Au bas de cette image apparaît la mention, qui nous interpelle bien sûr :

      " En couleur, les photos les plus bouleversantes jamais faites "


      Disons d'abord, que nous serions très curieux de savoir, si étant donnée la courbure de la Lune présentée, est-ce que le diamétre du globe terrestre montré, est conforme à la réalité, et s'il n'est pas trop petit, montrant ainsi qu'il ne s'agit que d'un piètre montage photographique, mal calibré à l'époque. d'autant que dans me même dossier spatial de ce Paris Match 1027 (qui est incontournable pour étudier de l'affaire d'Apollo 8 ), il y a aussi sur 2 pages, cette image, dont nous vous donnons que la moitié, (en raison de notre petit scanner), et où l'on voit la Terre, bien plus grosse :


Merci d'avance, aux spécialistes de l'espace, ayant des ordinateurs puissants, et qui pourraient très aimablement, nous en dire plus, à ce sujet...

      En second lieu, visualisons quelques images des pages centrales détachables, de ce Paris Match 1027
:

     Cette revue, nous offre en effet, un super dossier central de 16 pages, concernant l'épopée d'Apollo 8 et surtout un texte concernant les prospectives pour Apollo 11, et dossier intitulé :


     Voyons maintenant le bas de l'image ci-dessus :


     Vous avez bien noté en violet, l'expression gonflée d'orgueil "Conquête de la Lune", utilisée par le journaliste blasé de l'époque.

      Il nous parle aussi de 1500 photographies obtenues par Apollo 8 , et on aimerait aussi savoir pourquoi ce dossier de 16 pages, ne nous montre pas une seule photo de la face cachée de la Lune, alors que jusqu'à présent nous n'en connaissions, que deux très passablement floues :

  

Ne trouvez-vous pas bizarre, que dans les 16 pages du dossier, il n'y a pas eu une petite place, pour une photo de la face cachée ?

      Voyons maintenant ce que l'on trouve en page 4 et 5 du dossier en question :

      Sur ces deux pages en haut on trouve ceci :

      " Dans cinq mois , deux hommes pilotant debout un étrange insecte,
se poseront sur la Lune."


      En bas de la page 4 on trouve alors ceci :


qui montre bien le caractère dangereux de la mission, mais voyons ce qui suit en page 5 bis :


:      On voit bien, que l'image présentée, nous vient aussi de l'Agence World Book Science Service .

     Mais, il y a aussi cette affirmation du journaliste Jean Paul OLLIVIER :

      " ... et ils seront livrés sans recours à un monde désolé sans atmosphère respirable."

     Ce journaliste blasé, n'avait évidemment pas lu, les ouvrages de George Adamki et d'Howard Menger, qui disent tout à fait le contraire :


     Ce journaliste souligne aussi les moments cruciaux de l'expédition et semble s'étonner, que tout ait si bien marché, pour l'expédition d'Apollo 8 à peine terminée, car il dit bien inconsciemment : " Si la machine obéit à l'homme avec la même perfection démontrée par Apollo 8" . Autrement dit, on pourrait comprendre : "c'est trop beau, pour une permière fois".

      Ce journaliste aurait aussi pu, avant de raconter des banalités, s'inspirer de ceci, qui est tiré de l'exceptionnel Science&Vie de l'époque d'Avril 1964, que tout collectionneur des choses de l'espace, se devrait de posséder dans sa bibliothèque :


     Pour le puriste qui aime à rechercher, la source d'un document, disons que dans ce n° 559 dans la rubrique L'UNIVERS, figure un article incroyable pour l'époque, jamais repris ensuite dans ce magazine, et intitulé : " Des lueurs étranges sur la Lune". Voici donc comment se présente le début de cet important article :


     Mais revenons au Paris Match 1027, et c'est surtout les pages suivantes, qui ont retenu notre attention, car on y produit un condensé des phases du prochain alunissage, avec en tête des pages cette explication précise :


     Voici maintenant en deux colonnes, au lieu d'une seule, les phases qui devraient précéder l'alunissage pour Apollo 11 :


      Vous avez bien noté, nous l'espérons que dans l'image 2, en bas à gauche, la capsule doit effectuer un retournement à 180 °, une deuxième fois, après celui indispensable pour réaliser le freinage aux abords de la Lune..et il l y a de quoi avoir le tournis, par tous ces retournements, n'est-ce pas !!!

      Puis, pour la quatrième photo, en bas à droite, on distigue nettement n'est-ce pas, les jets puissamment lumineux du moteur de descente, vers le sol lunaire.

     Voyons alors plus loin en page suivante, ce croquis qui correspond au départ et décollage de la Lune :


     Le jet du décollage est là, éblouissant, et on ne peut pas imaginer que Paris Match, ait modifié (pour faire plus beau), les clichés de l'AgenceWorld Book Science Service qui bien sûr suivent, les indications de la NASA, concernant la présence de ce jet.

      Or ARTivision le sait, sur la photo de la NASA n° S72-55421 concernant Apollo 17, on nous présente ainsi, le décollage de la Lune de la partie supérieure du LEM contenant deux astronautes qui devaient aller joindre le compagnon d'infortune dans le module de commande, en orbite autour de la Lune :



   Le hic, c'est que l'on ne voit pas un seul petit jet des gaz d'éjection, assurant la poussée verticale de l'engin devant s'extraire de l'attraction lunaire... Quelle malchance et bravo Messieurs les ingénieurs photographes pour avoir déclenché votre appareil juste au moment, où il n'y avait plus rien à filmer d'important.

      Notons cependant à ce sujet la réplique judicieuse, des fidèles adeptes du débarquement lunaire des américains sur le site :

http://www.ufologie.net/htm/moonhoaxf.htm

     On trouve alors cette explication prétendument scientifique et dont on aurait aimé voir les descriptifs officiels de la Nasa : "Pourquoi lorsque le module se détache de sa base et s'envole pourquoi ne voit-on pas de la fumée de ses réacteurs ? "

      Parce que la fumée de cette fusée ne se voit pas : elle marche au dinitrogène tetroxyde et à l'hydrazine, qui brûlent sans flamme ni fumée, surtout quand il n'y a pas d'air.... C'est le tetroxyde qui "remplace" l'air pour cette combustion.

     Pas mal comme explication n'est-ce pas, mais elle est contredite, (on l'a vu dejà dans le Paris Match 1027), par des dessins issus des cartons de la NASa elle-même !

     Voyons autre chose pour éclairer cette affaire saugrenue:

a) En premier lieu :

     Nous avons sous la main l'ouvrage publié pour la jeunesse de l'Editeur Hachette à Paris en 1984, et dont voici l'image de la première couverture :


     Et en page 44 , nous pouvons contempler la surperbe planche suivante :


     Comme on le voit, le dessinateur nous présente un magnifique jet des gaz d'éjection de l'étage supérieur du Lem, lors de son décollage pour aller rejoindre (n°13 et cela semble plutôt aisé ici), le Module de Commande, où se trouve le troisième astronaute en orbite autour de la Lune.

     Les fidèles du site précédent moonhoaxf.htm, auront vite fait de nous dire, que le dessinateur en question n'est qu'un profane en matière de gaz de fusée, et ceci explique qu'il ait pu représenter ce jet inexistant.

b) En second lieu :

      Mais, pourrait-on dire aussi cela du célèbre dessinateur Hergé ? On sait en effet, qu'il était en contact direct avec les ingénieurs de la Nasa, qui l'ont conseillé pour la sortie de ses albums concernant la Lune. Peut-on affirmer sans risque, qu'il s'est aussi mis franchement "le doigt dans l'oeil jusqu'au coude ", en montrant inopportunément, ce jet inexistant, dans la vignette ci-dessous :



   Voici donc, pour les puristes, comment le grand dessinateur Hergé (qui avait, on le sait, un souci inoui du détail authentique) imaginait ce décollage du Lem pour Apollo 12, dans un album spécial de 1985, intitulé "Ils ont marché sur la Lune : De la fiction à la réalité".

   Comme vous le voyez, le dessinateur ici, a une vue plus réaliste du décollage du Lem, que celle que nous montre la photo vue plus haut de la NASA. Qui a raison ? On le saura certainement un jour prochain et pas trop lointain.

   Toujours pour les puristes et pour bien montrer que ceux qui ont élaboré cet album d'Hergé, étaient bien loin d'imaginer que tout cela n'était qu'un grand bluff de la Nasa, voici la première page de cet album :


   On y trouve une verve poétique émouvante, qui se termine par : "Il s'en fallait de vingt ans : Le 21 Juillet 1969, Armstrong descendait de la fusée et posait le pied sur le sol lunaire : la réalité rejoignait la fiction.". Hum...Hum, la réalité est parfois très trompeuse, on le sait...

      Terminons l'affaire du Paris Match 1027, par cette intéressante dernière image du dossier, montrant le cheminement des prétendues8 révolutions, du vaisseau spatial d'Apollo 8 :


      Notre scanner ne pouvant pas prendre l'image en totalité, nous vous en avons présenté presque les 4/5 èmes.

      Le commentaire de la revue est alors : " Le trait indique les huit révolutions d'Apollo VIII à 112 km d'altitude. Ce parcours a permis le survol des sites convenant à un alunissage. Les nunéros désignent les cratères reproduits dans nos pages : 1: Cauchy ; 2: Gocleninus ; 3: Magelhaens ; 4: Colombo ; 5: Lagrenius. "

      Nous aurions, bien sûr, aimé avoir la même image correspondant à la face cachée de la Lune, et de plus ce globe lunaire semble correspondre parfaitement à cette reconstitution en carton-pâte, de la NASA, comme on nous le montre, sur les photos suivantes :

  

     Pour en savoir bien plus, prière de consulter le site :

http://apolloreality.atspace.co.uk/

, ou encore, le site :

http://www.thelivingmoon.com/45jack_files/02archives/Apollo_Reality.html

C'est à vous, une fois de plus, qu'il appartient de juger, les incongruités mentionnées ci-dessus, documents à l'appui...

      Mais, ce 31 Mai 2017 demandons une fois de plus, au Maître de Findhorn, pour le 24 Mai passé, de nous ouvrir les yeux, sur toute cette affaire incroyable :

Sors de ton petit trou

et élargis ta conscience,

et réalise, qu'il n'existe pas de limite.

Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas
voir plus loin qu'eux-mêmes
ou le groupe ou la communauté où ils vivent.

Ils sont tellement liés par des petites choses mesquines
qu'ils ont de la difficulté à grandir de quelque manière que ce soit.

C'est là que d'immenses changements sont nécessaires,
et au plus vite.


Ne sois pas satisfait uniquement

par ce que tu peux comprendre,


mais sois prêt à aller plus loin,

à oser aller là où tu n'as plus pied

et à faire ce qui est apparemment impossible.

C'est ainsi que tu progresses.
Accepte d'être étiré jusqu'à être sur le point de craquer,
et encore plus loin !

Vis aux confins de quelque chose de
complètement nouveau,
Ne crains pas le nouveau et l'inconnu,
mais fais simplement un pas à la fois
dans la confiance et la foi absolues
,
en sachant que chaque pas te conduira vers
le merveilleux Ciel nouveau,

et la merveilleuse nouvelle Terre .

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 24 Mai, après adaptation d'ARTivision.


Dur... dur, n'est-ce pas... que ce programme, et il a donc encore du pain sur la planche. Le site ARTivision, fera tout avec ses faibles moyens, pour s'y atteler si le Maître du Temps , lui en offre l'opportunité.

       Mais, ce 02/06/2017, poursuivons l'affaire stupéfiante de l'Agence World Book Science Service, qui a passé un document exceptionnel, à la revue Paris Match n° 1028 du 18 Janvier 1969 , (que tout chercheur des événements cosmiques devrait absolument avoir dans ses dossiers), et dont voici la première couverture :



, et revue, qui a présenté, à ses pages 32 et 33, une photo globale de la Lune, avec une petite partie de la face cachée, jamais vue à l'époque, ni d'ailleurs jamais revue par la suite : :


       Nous avons déjà vu plus haut, la partie de gauche de cette extraordinaire photo que nous replaçons ici étant donnée son importance :


       Où nous avons souligné en rouge, le fait que ce cliché unique au monde, nous vient bien, de l'Agence World Book Science Service. (merci mille fois à l'internaute béni, qui découvrira une telle image, dans une autre revue quelconque ).

       Mais voyons cette photo de plus près, avec quelques indications de plus :


       Dans la region cerclée de rouge de la face cachée, comme par hasard, l' on découvre une superstructure phénoménale, placée, semble-t-il à, 27° de la latitude Nord et 235 ° de longitude Est :

       Mais agrandissons un peu tout cela :


       Nous avons eu alors, tout le loisir; en son temps, d'examiner à la loupe, l'anomalie en question, et de nous apercevoir qu'elle présentait l'aspect d'un demi porte-avions , et en arrondissant, de prés de 30 kilomètres de long, et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre, apparemment surmontées d'une sorte de" flèche gigantesque". Voyez donc les deux images agrandies ci-dessous :


     Le 27/05/2010, nous avons alors reçu du Service de Création d'une entreprise spécialisée dans la 3D, la structuration imaginée en 3D suivante :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante structure, du Paris-Match 1028.

     Nous pouvons donc affirmer, aux chercheurs intrépides, que s'ils retrouvent, le cliché en question, dans les archives de l'Agence World Book Science Service, ils auront gagné alors, bien plus que le Gros Lot du LOTO...

     A vous donc de juger, maintenant tout cela, et à bon entendeur Salut...

     Mais avant d'en arriver à l'affaire de l'énorme caviardage, qui a suivi la publication du Paris-Match 1028, le site ARTivision, affirme que la revue Paris Match en question, qui sans doute avait signé un contrat d'exclusivité pour les photos d'Apollo, avec les dirigeants de l'Agence World Book Science Service, n'a été qu'un simple intermédiaire, dans cette affaire qui aurait pris une toute autre configuration si l 'extrordinaire cliché en question, avait été publié à l'origine par une revue comme "La Recherche" ou "Sciences et Avenir". Il serait alors possible, qu'un journaliste très avisé de ces revues, découvre, alors il y a de cela, 48 ans (en 2017), cette superstructure très insolite de la face cachée de la Lune. Alors on suppose qu'il ferait tout n'est-ce pas, pour savoir ce qu'est cet immense truc, placé surtout, sur la face cachée de la Lune, et bien sûr, la NASA, aurait été obligée de vendre la mêche.,. et sans doute, la face du monde, en aurait été tout à fait bouleversée, car les anarchistes révolutionnaires et autres va-en-guerre jihadistes décérébrés, auraient plutôt envie de vivre en paix, avec leurs frères considérés ainsi qu'eux-mêmes, comme des quidams minables, par ceux qui nous gouvernent en haut lieu.

       Mais comme ce fut la revue people Paris Match ( ce n'est pas une critique car à "chacun ses goûts" ), qui a publié en page 33, le truc inouï connu, aucun citoyen lambda très cultivé ou pas, ne s'est permis de scruter la photo en question, avant ami Michel Girard, imprimeur de son état, qui a découvert l'anomalie en fin 1993. .

       Nous aurions considéré tout ce qui précède, comme de la bonne Science-Fiction, si nous n'avions pas reçu, le 18 Sep. 2000, la missive très significative suivante :

       Disons en plus, que l'internaute en question a été enquêteur dans la revue très sérieuse d'ufologie LDLN...

Bonjour,

       Juste pour vous signaler qu'en 1991, j'ai eu en main les originaux des photos concernées, remises à un ami à moi par une personne de la NASA, ces photos étaient plus nombreuses ( environ une dizaine ) et partaient de la face globale de la lune pour arriver à un zoom de ce qu'on pourrait qualifier de réservoirs ou de citernes sur les cotés de l'objet.

    Depuis je cherche désespérément à retrouver des photos de la zone en question mais visiblement tout a disparu... on se demande pourquoi ...??
  En tout cas bravo pour votre investigation et votre site très intéressant.
         à bientôt.....


  Et voici réponse  à ce Monsieur envoyée le lundi 18 sept 2000.

Bien cher Monsieur

  Je tombe à la renverse, à la suite de votre message. Nous avons fait des pieds et des mains pour retrouver l'original de la page 33 du PM 1028 et vous me dites que vous que vous l'avez eu en main avec d' autres en plus ? C'est tout simplement incroyable.
    Si vous voulez que j'en parle dans mon article, ce serait formidable et vous seriez alors un émule du scientifique J.F.Gille, qui n'a pas hésité de mettre avec éclat, le pied dans le plat (voir mon article... le concernant). En attendant d'avoir, de votre part, plus de détails sur votre incroyable incident, je demeure confiant en votre prochaine missive où vous m'en direz sûrement un peu plus sur tout cela, au sujet duquel, je n'en reviens toujours pas.


    Fidèlement Vôtre:
    Fred

Fin de la missive du 18 Sept. 2000.


   A vous donc de juger, cette affaire, maintenant que vous avez en main, des éléments, disons plutôt ...substantiels...


      Mais, c'est peut-être ici le moment de reprendre quelques épisodes surprenants, qui touchent de près cette incroyable affaire reliée à un cliché très saugrenu, que l'Agence World Book Science Service, aurait refilé en début de 1969, à la revue Paris-Match et cliché qui a disparu comme par enchantement de la circulation, comme d'ailleurs l'Agence elle-même.

      Ce cliché introuvable jusqu'à présent, qui devrait ressembler à ce qui suit, sans les flèches d'alunissage d' Apollo 11 :


nous offre doncla preuve irrécusable que l'on a caché au monde entier, cette superstructure de près de 30 km de long , placée sur la face cachée de la Lune.. ( et pour ne pas subir un désagrable vertige, mieux vaut ne pas parler de sa hauteur), que nous ne donnons pas, à dessein :


     Rappelons pour le novice ingénu,, que c'est d'abord pour la première fois en France hexagonale, dans le courant du 2ème trimestre 1974, (il y donc déjà 43 ans en 2017), que la revue OURANOS (alors organe du Cercle Français des Recherches Ufologiques ), publie grâce à initiative, la première photographie très nette de ce que nous appellerons désormais " la superstructure " du n° 1028 :

     Voici la couverture de la revue et cette image d'Ouranos d'Avril 1974 :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

     Mais ce jour, il nous vient aussi l'idée de rendre un hommage bien mérité à la revue NOSTRA, considérée à l'époque par les bien-pensants, comme une feuille de chou dérisoire.

     En effet, notons ici également, le fait que le 8 sept. 1983 dans son n° 586 la revue, NOSTRA, a publié une de nos lettres, avec en plus la photographie de la "superstructure", du Paris Match 1028.

     Plutôt que de parler en l'air, voici donc, la missive en question :


      Mais, (nous l'avons déjà dit plus haut), comme qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, faisons ici une cinquième digression :

     En effet, il serait aussi bon de mentionner ceci, qui se trouvait déjà, 3 ans plus tôt, en page 8 du Nostra n°405 du 10 au 16 Janv. 1980 :


     Alors Messieurs les journalistes avides de scoops souvent dérisoires, soyez assez aimables pour tenter d'approcher vos scientifiques qui se disent à l'affût de la Lune, et, pour leur permettre de gagner un temps précieux, invitez-les alors à contacter au moins ces scientifiques M.V. KELDITCH et A.P. VINOGRADOV, soviétiques de l'époque, (s'ils sont bien sûr, encore vivants, ou leurs collègues plus jeunes), et vous aurez alors directement accès à un dossier hors normes, qui ne circule pas encore, dans le grand public.

     On se demande d'ailleurs, pourquoi des périodiques, à l'époque, dits haut de gamme, comme "le Monde" , "Science&Vie", "Science et Avenir", "La Recherche", ..etc..., n'ont pas publié, ( à connaissance bien sûr, et nous publierons alors toute information à ce sujet), une seule ligne, sur cette conférence de presse scientifique soviétique. Il faut aussi remarquer que ce genre d'information venant des soviétiques, était chez Nostra, sous le regard scrutateur du savant atomiste, Jacques Bergier, l'homme phénomène, qui était un lecteur rapide hors normes, et cela en plusieurs langues, dont le Français, l'anglais, le russe, l'espagnol, l'hébreu, le tchécoslovaque, le polonais, l'italien et deux ou trois autres langues encore. Donc côté russe, ce Jacques Bergier, avait certainement quelques amis fidèles, pouvant lui transmettre en "temps réel", des données sensibles. D'où est sorti, sans doute, le super communiqué ci-dessus...

     Fin de la cinquième digression :

     Quant à savoir, si cette "superstructure" est naturelle ou artificielle, seule l'étude scientifique, du fameux négatif dont on voit plus haut un modèle assez ressemblant, que l'Agence World Book Science Service, a fourgué inintelligemment à Paris Match (sans s'apercevoir qu'il y avait une là, une anguille sous roche), pourra trancher cette question capitale..

    Or, on le sait dejà ce négatif est introuvable .

    L'éminent ufologue Mr Jean SIDER, auteur de plusieurs ouvrages très documentés sur les ovnis (et en particulier "ULTRA TOP-SECRET: ces ovnis qui font peur" préfacé par le Pr Rémy CHAUVIN aux Editions AXIS MUNDI 1990)

  

, a fait des pieds et des mains, pour retrouver ce négatif à Paris et à la NASA, et a dû finalement abandonner ses recherches.

    En Janvier 1987, le Chef des Archives Photos de Paris Match que Mr Jean Sider a interrogé à ce sujet, n'a pas su donner des détails sur les références codées de ce négatif, ni même sur la destination précise, qui lui a été octroyée après son utilisation par sa revue et Mr Jean Sider, a été aiguillé versl'Agence SCOOP (Service de diffusion d'articles) qui ignorait également ce qu'est devenu cet important négatif, qui aurait été (on le sait bien), la propriété de l'Agence World Book Science Service , qui hélas n'existe plus.

(Voir les missives en question dans article) :

http://www.artivision.fr/lettreouverteTF1.html

    Précisons bien que tous les clichés d'Apollo 8, expédiés par la NASA, à Mr Jean Sider ne présentent plus rien, au même emplacement, où était supposée être cette superstructure sur le Paris Match 1028.

    Voici une photo en question de la NASA, où nous avons inscrit un petit cercle rouge correspondant à l'emplacement de la superstructure :

(Voir le cercle rouge de la photo Nasa 1) :


(Voir aussi la photo Nasa 2):


    Mais il est à noter qu'à l'intérieur de ce cercle rouge, dessiné par nos soins, apparaît une auréole caractérisée qui pourrait être le résultat de l'application d'une"pastille de camouflage"" .

    En effet pas besoin de sortir de l'Ecole Polytechnique, pour s'apercevoir que l'on a bel et bien installé une superbe pastille de camouflage, juste à l'endroit où nous avons détecté la Superstructure en question :

   

ou encore :

   

     C'est, n'est-ce pas, ici peut-être, que les internautes qui ont la grande chance de posséder le logiciel TUNGSTENE, (dont nous ignorons totalement les capacités), peuvent entrer en action, pour démontrer s'il s'agit bien, d'une pastille de camouflage.

     Alors Messieurs les journalistes curieux, partez plutôt à la recherche des archives de cette Agence World Book Science Service, (hélas disparue), et si vous trouvez ces archives, alors, vous aurez fait avancer d'un très grand pas, cet insolite dossier.

       Terninons ce jour, propos, par cette sixième digression :

      Disons en effet aussi ici, que le fait de savoir que des êtres intelligents occcupent la Lune, a été camouflé purement et simplement pour satisfaire les désirs de puissance des nations, alors que la connaissance de cet événement porte en lui même, la raison majeure d'unir l'Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres dérisoires qui la déchirent depuis des siècles. Mais, on le sait bien, la devise de ceux qui nous dirigent, est assurément : "Diviser pour régner".

     Pour en savoir bien plus, sur cette affaire lunaire, prière SVP, de consulter aussi le Hors Série n°7 de 2009 de la revue Top Secret tel que :


      Vous y trouverez alors, en pages 4 et 5, préface singulière telle que :



     Notons aussi le livre d'Alfred Nahon, paru bien plus tôt , en Janvier 1983, et qui s'intitule"Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère verseau", et qui fut édité par Buchet-Chastel, et nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

et, cet ouvrage qui fut, il faut le savoir, le premier livre en France hexagonale, à faire état de cette super structure gigantesque, du Paris Match 1028, jamais expliquée jusqu'à présent, et placée, on l'a vu plus haut, sur la face cachée de la Lune.

     Mais, ce qui nous réconforte ici, est de savoir que ce grand chercheur et ami, que fut Alfred Nahon, a eu le temps de découvrir, l'ouvrage paru 16 ans plus tôt avant son déces en 1990, de l'écrivain Patrice Gaston, intitulé "Disparitions Mystérieuses", et paru chez R. Laffont en Janv. 1974 dans la prestigieuse collection "Les énigmes de L'univers" :

    

     Et voici, un bref aperçu de la page 232 :

     " Les savants n'ignorent pas que la Lune est habitée, qu'une activité fantastique s'y déroule depuis des lustres, que parmi les milliers de photos qui ont été prises de son sol, il en est qui sont "la" preuve d'une d'une vie sur le satellite. Mais la NASA se tait. Sans doute attend-elle qu'on lui donne le feu vert pour faire - publiquement - des révélations. Ainsi, la conquête spatiale prendra-t-elle sa véritable dimension...."

     Ce n'est pas, à avis, la conquête spatiale qui aurait pris une autre dimension, si la NASA avait parlé, mais c'est toute l'humanité qui aurait pris un autre visage...sans doute plus fraternel, et certains conflits à revendications militaires, commerciaux; et souvent religieux... n'auraient plus de raison d'être.

     Disons donc aussi Bravo, à l'Editeur R. LAFFONT, pour avoir osé publier en 74, (cela fait déjà 43 ans, en 2017), une déclaration aussi fracassante, qui pourtant aurait dû inspirer davantage les détractreurs psycho-sociaux et consorts intellectuels blasés, qui continuent à fourrer la tête sous le sable,

pour ne pas nuire, à leur petit confort intellectuel et social
.

       Fin de la sixième digression ...

      Mais ce 2 Juin 2017, il importe aussi de transcrire ici, les paroles relatives à cette date, Maître de Findhorn, afin qu'il nous ouvre un peu plus les yeux, sur tout cela

T u peux tout faire lorsque
ta foi et ta confiance sont dans la Source,


et que tu n'as ni doutes ni craintes qui te retiennent.

Il n'existe rien que tu ne puisses faire,


rien que tu ne puisses accomplir dans cette vie,
lorsque ton attitude et ta façon de voir sont justes,
et que tu as une entière confiance en ta capacité à le faire.

Tu as en toi
tout pouvoir, toute sagesse, toute force,

toute intelligence et toute compréhension .


C'est la Source, en travaillant en toi et à travers toi,

qui te permet d'accomplir
ce qui, apparemment, est impossible
.

Ne crains jamais de viser haut;
ne crains jamais
de t'attendre
à ce que l'impossible devienne possible.

Ne vis pas coincé dans tes limites,
mais bien au-delà de toi-même,

et ainsi donne à la Source, l'occasion de te montrer comment tout est possible avec ELLE.


Si tu ne Lui en donnes pas l'occasion,
comment peux-tu espérer savoir ce qui peut être accompli

lorsque qu'ELLE est en contact, qu'ELLE guide et dirige ta vie ?
Laisse-toi aller, laisse-Lui le soin, de prendre les rênes,

et vois ce qui se passe!


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 2 Juin, après adaptation d'ARTivision.


      Dur.. Dur.. . n'est-ce pas !!! , cette nouvelle méditation du Grand Maître, qui va assurément faire grincer des dents, les irrédustibles détracteuirs blasés du système. Mais peut-être alors, comprendront-ils, le fait extraordinaire que la Lune n'est pas arrivée, à sa place actuelle, par hasard, mais qu'elle y a été téléportée, comme nous l'affirme, la contactée, Rose C, dans nos articles hors normes :
http://www.artivision.fr/RoseC.html

http://www.artivision.fr/Roselune.html

    Mais ce 04 Juin 2017, poursuivons voulez-vous, la présentation des anomalies, constatées sur les prétendues photos d'Apollo 8.

    C'est le 18 Février 2017, que nous avons reçu, de l'ami canadien André J....... l'adresse du site :

http://www.gettyimages.fr/detail/photo-d'actualité/the-moon-as-seen-during-the-apollo-8-mission-photo-dactualité/53379172

     On y trouve, la superbe photo, venant soi-disant d'Apollo 8 :


que l'on peut voir, un peu plus agrandie, à l'adresse :

http://www.gettyimages.fr/license/53379172

, telle que :


     Cette photo, on le voit, porte le n° 53379172, et il est bien précisé que :


     Mais, voyons cela de plus près :


     En scrutant, le bout de la flèche rouge, pas besoin de sortir de Polytechnique pour y apercevoir aussi ici encore, une pastille à peine visible, en forme de cerf-volant :

       Mais, si nous tapons à Google imges la mention : Apollo 8 + Getty-images + 53379172 , on aboutit à l'url : http://www.gettyimages.fr/photos/apollo-8 , qui présente alors les photos préliminaires suivantes :


       La première photo est, on le voit bien, l'image Getty précédente . Voyons ce que l'on peut tirer de la troisième photo :


       Hélas dans le coin utile, tout est d'un blanc éblouissant :


       Inutile donc d'y retrouver une structure quelconque, n'est-ce pas !!.

      De plus, analysons un petit crateère, placés vers le milieu, à droite de la Mer des Crises :


      La deuxième image est celle l'image montrée par le Paris Match 1028, et à sa droite c'est celle du globe ci-dessus. La finesse des détails de l'image du PM 1028, et la rudesse de ceux du globe ci-dessus, nous conduisent à en déduire, que le globe précédent, n'est qu'une vulgaire reconstitution en carton-pâte de la Lune, déjà montrée plus haut. :

     Mais il y a mieux, nous avons été très surpris de découvrir sur le site suivant :

http://photovni.free.fr/anomalie%203/pm1028.htm

     Les photos d'Apollo 8 suivantes : n° AS8-18-2872 et n° AS8-18-2884, telles que :


Et aussi :


     La résolution des deux images, n'est pas très bonne, et il semblerait cependant qu'il existe une sorte de triangle de camouflage, bien juxtaposé à l'endroit où est sensé, se trouver la superstructure en question.

     Et il appartient dès lors, aux infographistes équipés de logiciels adéquats, de nous dire, s'ils détectent une pastille de camouflage, dans les petits carrés rouges présentés.

      Et, le plus surprenant est, que le site quasi officiel, des photos de la NASA:

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

, ne montre rien, qui concerne les deux photos précédentes AS8-18-2872 et AS8-18-2884

     Merci mille fois déjà, à l'internaute béni, qui pourrait, nous retrouver l'url du site d'origine de ces deux photos.

      Avouez que cela est très curieux, et nous plonge dans une très grande perplexité...

A vous donc de juger une fois de plus, tout cela ....documents tangibles à l'appui .

       Mais ce 06 Juin 2017, disons que nous n'avons pas toujours trouvé la date exacte à laquelle l'Agence World Book Science Service, a été sabordée, alors qu'elle avait tout en main, pour poursuivre la diffusion des admirables photos de la Lune, présentées si majestueusement dans les incontournables Paris Match 1025 - 1027 et surtout 1028, que tout spécialiste des affaires spatiales, se doit de posséder dans ses dossiers, et le site ARTivision, a présenté de très nnombreux articles, qui expliquent pourquoi ...

       En attendant que nous puissons en savoir plus sur cette affaire concernant bien sûr la fameuse Agence World Book Science Service , présentons alors d'autres anomalies qui s'attachent assurément aux missions Apollos, et anomalies , qui prouvent noir sur blanc , qu'elles sont toutes, prodigieusement bidonnées.

       Mais voici d'abord une Septième digression :

      Le Samedi 3 Juin 2017, nous avons pu lire dans le quotidien France-Antilles cet entrefilet dont nous ne vous présentons que le début :


      Mais il y a vait eu aussi, dès le 31 Juin 2017 :


      Et aussi cette interview de RFI , encore plus significative présentée sur le site :

http://www.rfi.fr/science/20150620-interview-integral-astronaute-francais-thomas-pesquet

     Où l'on découvre alors :


      Et aussi une partie des propos échangés :

RFI : Mars justement, c?est un rêve pour vous ? Vous y rendre ?

Thomas Pesquet : Bien sûr ! Je suis de la première génération d?astronautes qui est née après les premiers pas sur la Lune. La sélection de 2009, elle a eu lieu en Russie, aux Etats-Unis, au Japon, au Canada, et en Europe en même temps. Ce n?était pas spécialement fait exprès, mais il se trouve que ça correspond à toute une génération, un peu partout dans le monde, qui n?était pas née au moment des premiers pas sur la Lune. C?est la première fois que ça arrive. On n?a donc pas tellement tendance à regarder ce qu?il s?est fait avant, et plus à regarder vers l?avenir. Nous sommes la génération, clairement, qui a Mars en ligne de mire. Peut-être que ce ne sera pas quelqu?un d?entre nous. J?espère que si, et évidemment moi à plus forte raison. Mais peut-être que ce ne sera pas le cas. Et ce n?est pas grave, car c?est une génération qui y travaille vraiment.

      Le but avoué de tout le monde, on n?a pas peur de le dire, c?est de mettre un homme sur Mars, dans peut-être 20-25 ans. La Nasa travaille sur le véhicule Orion, l?ESA est embarquée sur ce projet aussi.. On fournit la partie propulsion électrique qui est une partie critique. Puis un jour, on ira tous ensemble dans une mission internationale vers mars. Ca me fait rêver à titre personnel, mais c?est aussi très réel. Mon présent, c?est la Station spatiale internationale, mais dans le futur, on va réellement aller de plus en plus loin. Ce ne sont pas juste des projets sur papier ! La capsule Orion a déjà fait un vol de test et ça va continuer comme ça dans les années qui viennent.


RFI : Comment est-ce que vous expliquez qu?on n?ait toujours pas été sur Mars ? Pour la Lune il a fallu une dizaine d?années seulement, Mars, cela fait plus de cinquante ans qu?on en parle?

Thomas Pesquet : On a mis 10 ans à aller sur la Lune, c?est vrai, mais avec un effort financier qui était conséquent. En terme de pourcentage du PIB américain, le programme Apollo était infiniment supérieur à ce que la Nasa a aujourd?hui, même si elle a un bon budget en soi. Mais on nous fait aussi le reproche que ça coûte cher. Ce n?est pas tellement vrai en fait, et ça ne me dérange pas de le dire. Ca ne coûte pas cher. Le budget de l?Agence spatiale européenne, aujourd?hui, c?est 12 euros par an et par citoyen européen. C?est une place de cinéma un peu chère à paris. Les vols habités, envoyer des humains dans l?espace, c?est le prix d?un café, par an, par citoyen européen. Ce n?est quand même pas grand-chose ! Quand on construit une autoroute, évidemment c?est utile, mais ça coûte beaucoup plus cher. Un jour de guerre en Irak, c?est l?équivalent de 10 ans de programme Apollo ! Quand on déploie des porte-avions, des milliers d?hommes avec de la logistique, ça coûte extrêmement cher. Il faut mettre les choses en perspective...

     Fin de citation .

     Donc, on voit que Thomas Pesquet, affirme ceci : "Je suis de la première génération d?astronautes qui est née après les premiers pas sur la Lune." . Pour ARTivision, ce spationaute qui n'etait pas né à l'époque ( et qui ne tient pas à salir sa si brillante réputation), est parfaitement au courant du fait que "les premiers pas sur la Lune", qu'il évoque ici, ont été une vraie fumisterie, et qu'Armstrong et ses confrèresd' Apollo XI, n'ont jamais foulé le sol de satellite. Point Barre...

     Fin de la septième digression ...

     Reprenons donc ici certaines images clefs qui montrent assurément cette arnaque lunaire :

     Commençons, par exemple, par Apollo XI, en y extrayant certaines images du site quasi officiel suivant :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

    Et en cliquant sur l'onglet Apollo11, puis allons d'emblée à l'image ap11-S69-40308 suivante :


     Pas besoin en effet, de sortir de Polytechnique, pour s'apercevoir que l'ombre de "l'astronaute" de droite, est bien plus longue, que celle de son confère. Les rayons du soleil viennent de l'infini, et en plus ce Soleil est assez proche de l'horizon. Les deux ombres doivent être parallèles et surtout pratiquement de même longueur (les individus en question n'ayant que quelques centimètres de différence dans leur taille) , et comme on le voit, ce n'est pas ici, le cas pour la longueur de l'ombre. Pour vérifier cette affirmation, nous avons réalisé la modeste expérience suivante :

      Un jour vers 16 h 20 locales, nous avons simplement placé dehors, deux bouteilles identiques d'eau minérale, et nous avons constaté de visu, que les ombres étaient parfaitement parallèles et que l'ombre portée mesurait 98 cm pour chacune d'elles .


       En conséquence, il s'en suit que :

- Soit que les deux "astronautes" sont éclairés (sur Terre évidemment), par de puissants et différents projecteurs dans la zone de simulation du Névada ou de l'Arizona...

- soit, pire encore, il s'agit d'une vulgaire manipulation photographique de deux photos différentes, prises pour chaque "astronaute" séparément et cela , bien entendu, sur Terre.

       De plus, étant donnée la position de la hampe du drapeau au pied de "l'astronaute" , ce drapeau devrait se projeter sur l'astronaute de gauche grosso modo, comme le montre modèle grossier un peu trop noir (Merci à l'internaute qui pourra corriger cela ):


     Pourquoi donc ce drapeau n'a-t-il d'ombre sur l'"astronaute" en question ? Certains, vous diront, vite fait, que c'est le blanc du scaphandre, qui a saturé le flaiblard noir de l'ombre du drapeau. Mais, nous avons démontré dans cerains article que c'était faux... Point barre.

      De plus, nous n'avons pas reçu, une seule réponse, concernant le gros point d'interrogation, que nous avions soulevé dans d'autres articles, et qui consiste à simplement dire : Qui a pu filmer et prendre cette image, si bien agencée , des deux "astronautes", évoluant côte à côte, sur la Lune. On sait en effet, que le troisième confrère, nommé Collins, était très éloigné, en haut dans le ciel lunaire, et dirigeait le Module de Commande. Il ne pouvait donc, en aucune manière, prendre une photo aussi nette !!

      Où était fixée la caméra en question ? A-t-elle été commandée automatiquement à distance, ou a-t-elle filmé en continu, quitte à gaspiller de la pellicule, pourtant si précieuse en ce lieu ? Aucune réponse ne nous a été fournie jusqu'à présent...

      La même question se pose pour les photos suivantes concernant Apollo 16 :

  

      Qui a pris cette photo coincée entre les gros rochers, que l'on aperçoit à l'avant plan ? Le LRV; ne semble pas pouvoir s'y intercaler. Où était donc déposée la caméra, qui ainsi a pu permettre de faire les photos en question ? On ne nous a jamais présenté, le trépied pouvant permettre d'y placer une imposante caméra !!! Si vous trouvez, une réponse orthodoxe, n'hésitez pas à nous le faire savoir. Merci d'avance...

      Mais pendant que nous sommes à Apollo 16, étudions plus avant, cette surprenante photo de la NASA AS16-107-17446 :


      C'est grâce au fait que nous possédions par le plus grand des hasards ( Hum hum ), un poster de 47,5 cm sur 40,5cm, de cette image célèbre, que nous y avons découvert une anomalie incroyable.

    Mais visualisons d'abord maintenant, ceci :


    Cette page est tirée de la page 41 d'un fascule intitulé "Textes et Documents pour la Classe", TDC 671, dont nous avons hélas perdu la date de sortie, et dont le sigle de couverture, se présente tel que :


    Le 3/01/2014, un très aimable internaute François..., nous apprenait que ce TDC, était daté du 1er au 15 Mars 1994, et donc que poster avait été réalisé, près de 22 ans, après "l'exploit", d'Apollo 16, en question.

      C'est aussi ensuite grâce à la perspicacité d'une aimable internaute, que nous avons pu extraire, de cette photo cette image surprenante du site :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg


et sur poster plus coloré, nous avons aussi, extrait cette image avec nos commentaires incontournables:



      Donc, on ne peut ici que constater, que les deux traces de roues sont tout à fait différentes...

     Celle de gauche, pourrait s'identifier, à la moitié de la trace d'une jeep Willys, bien connue dans les films de guerre américains :

  

    Cette jeep ne peut rouler sur la Lune, car son carburateur a besoin d'air pour fonctionner.

    L'autre trace du bas, vient de la jeep LRV dont la structure nous est donnée sur le site :
http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/vehicules-et-technologies/lm/lrv.html

     Voici les photos des quatre roues juxtaposées de la jeep (LRV) :

  

       Que peut-on alors dire sur cette nouvelle affaire, de deux traces différentes de jeeps, avec celle de la Willys qui n'est, elle, jamais montée sur la Lune.

       Allons plus loin dans l'analyse de la photo AS16-107-17446 :

    Bien sûr, en fouillant encore un peu plus dans cette photo, on découvrirait d'autres anomalies notoires, qui ont été largement mis en évidence, dans de nombreux articles d'ARTivision.

     Mais, pour les puristes, nous allons consulter aussi , l'admirable livre "Lumières sur la Lune" (le grand doute) de Philippe Lheureux, publié aux Editions Carnot en Novembre 2000:

  
Voir la nouvelle édition sur le site : http://lheureux.free.fr/


On y découvre surtout en page 39 cette image :


     Mais au bout de la fleche rouge, on distingue alors une sorte de lettre C, sur le rocher .


    Et cela est bien plus net, sur poster , (que nous possédons, on le sait, depuis 1994 ), :


     Pourquoi cette lettre C, de l'alphabet est-elle écrite sur un rocher de la surface lunaire ?

    Il s'agit certainement d'un rocher bien calibré et utilisé, par un Centre de simulation des USA, et cette lettre désigne un emplacement précis, qu'il fallait respecter, mais on a oublié de retourner le rocher, au moment de la prise de la photo. Point Barre

     Mais et mais , est d'une importance capitale, ce C, s'est volatilisé comme par enchantement, sur le site quasi officiel, et aussi sur de très nombreux autres:

http://dayton.hq.nasa.gov/IMAGES/LARGE/GPN-2000-001123.jpg

     En effet, sur la droite et en bas de l'image des flèches permettent de l'agrandir très confortablement. On voit alors avec un grand étonnement, que, sur le rocher en question le C , a disparu comme par enchantement. Ne trouvez-vous pas cette disparition plutôt suspecte ?

   

    Meme topo, sur le quasi officiel déjà présenté plus haut:

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html


     La lettre C, a aussi , disparu comme par magie. Pourquoi ? Qui avait intérêt à la faire disparaître ?


    Comment donc ce C, qui se trouve sur poster au moins déjà en Mars 1994, et encore sur l'ouvrage"Lumières sur la Lune : Le grand doute", de fin 2000, et même dans le documentaire que nous avons pu visualiser le Dimanche 6 Février 2005 :


, un volet de 30 minutes de la chaîne de l'époque "Planète Choc", intitulé "l'espace intersidéral" de la série d'émission" théories du complot", dont le générique était :


et, où on voit nettement ce C tel que :

   


    Alors, comment expliquer, que ce C ait pu disparaître comme par magie, sur les sites modernes ?



A vous de répondre...

     Mais, il y a bien mieux, que cette petite affaire littérale.

    Vous l'avez remarqué sur la droite du rocher ci-dessus, on voit une partie du + pouvant servir, on le suppose, au cadrage des éléments du paysage comme le quadrillage établi par les archéologues sur le site d'un terrain ou sous la mer. Ces + devraient toujours se situer en avant des objets de l'image . Mais la photo NASA AS16-107-17446, possède à ce sujet une anomalie notoire, qui se situe à cet endroit de l'image :



    Comme vous le voyez, la branche horizontale gauche du + , passe bien derrière le bout de l'objet de forme rectangulaire et même aussi un tout petit bout de la branche verticale du bas de ce + disparait, lui aussi, derrière l'objet. Ceci est la preuve absolue que cette photo a été réalisée par la juxtataposition de plusieurs photos et l'opérateur de la NASA, ne s'est pas rendu compte de l'erreur lors du montage. Voir cependant le développement plus poussé de cette affaire de croix réticulaire, à article : http://www.artivision.fr/Lumieresoit.html, où nous neutralisons l'objection disant que c'est le blanc du dessous qui sature le noir de la croix. A vous de juger cela encore une fois .

    Mais voyons une autre anomalie, en revenant encore à l'image agrandie du site :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

      Analysons alors cette portion :


       On découvre alors un flou caractérisé derrière les roues du LRV (Lunar Roving Vehicle). Il semblerait donc que là encore, ce flou inadmissible ici (vu la masse de la jeep LRV qui dépasse de loin celle de l'astronaute), c'est une tentative de voiler, la trace embarrassante de la jeep Willys par une manipulation photographique dérisoire.

       D'ailleurs, une cinquième anomalie saute aux yeux, quand on analyse de près le dessin des roues de cette photo AS16-107-17446 . En effet d'après le site vue plus haut :

http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/vehicules-et-technologies/lm/lrv.htm

, ,on peut lire : " Pour faire face aux restrictions de masse et permettre la mobilité nécessaire sur la Lune, on développa des roues hors du commun. Outre les jantes en titane et les enjoliveurs en aluminium, celles-ci ne sont pas équipées de pneus conventionnels. En effet, l'enveloppe extérieure de celui-ci est fabriquée en treillage métallique."

       Ce treillis métallique brillant s'est semble-t-il métamorphosé ici en vulgaire pneu conventionnel à enrobement élastique et très terne. Voyez donc le dessin des sculptures :



       Pourquoi la NASA a-t-elle substitué ici pour Apollo 16, les vraies roues par des fausses ? Ces deux roues conventionnelles ne pouvaient en aucune manière fonctionner sur la Lune, à moins être pleines uniquement de matière élastique.

      Mais ce jour , disons aussi, qu'il existe encore une cinquième anomalie, qui saute aux yeux, quand on analyse de près, la trace des roues de la Jeep lunaire de cette photo célèbre AS16-107-17446 .

     En effet, certains chercheurs ont supposé que l'astronaute qui a conduit la jeep, où elle s'est arrêtée, était vraiment un piètre chauffeur pour l'avoir fait grimper sur un énorme rocher , (au risque de casser un essieu ou quelque chose d'autre plutot difficcile à remplacer sur la Lune), et qu'il a aussitôt après, en plus, braqué brusquement à presque 90°.

         Mais analysons, voulez-vous, de plus près, cette photo :



   Nous y avons placé deux flèches rouges extrêmement importantes. La flèche n°1 nous montre que les dessins de la roue de droite de la jeep arrivent tout à fait au bord d'un petit monticule de gravas, comme si ces dessins passaient en dessous de ce monticule (Rappelons que cette trace de jeep Willys est déjà impossible sur la Lune). Pour la flèche n°2, regardez en effet bien la trace gauche de la rainure de la roue en question, trace qui démarre d'une manière trés proche derrière le gros rocher, et trace, qui ne devrait pas exister, si la roue était montée vraiment sur ce rocher.

     Avec nos faibles moyens, soyons voulez-vous, encore plus pragmatique et scannérisons la roue arrière de droite de la jeep de poster



    Prenons alors, à peu près, le diamètre de cette roue, puis dessinons la sur du papier calque et plaçons le schéma, juste au dessus du caillou, et de telle sorte que le bord de la roue, arrive jusqu'à la trace visible sur le sol. Évidemment la perspective n'est pas très orthodoxe et nous vous prions d'excuser le manque de moyens dans ce domaine et soulignons, alors par un trait rouge, la portion approximative de la trace qui ne devrait pas exister, si la roue etait montée sur le rocher. :



    Bien que montage soit très approximatif, on voit parfaitement, la marge qu'il y aurait de trop, sur la rainure gauche de la trace de la roue, au cas où, celle-ci serait vraiment montée sur le rocher.

    Des spécialistes en infographie auront, nous l'espérons vite fait de rectifier l'imperfection de montage.

    Si ces spécialistes, qui travailleraient sur les documents originaux, confirment avec une bonne perspective montage, on ne pourra qu'en déduire de la roue droite de la jeep n'est pas montée sur le rocher, mais qu'assurément le rocher et la terre avoisinante, ont été placés accidententellement sur les traces déjà existantes de la roue, après le passage du véhicule.

    ll en résulterait alors des implications énormes, car on ne voit pas du tout,Pourquoi un astronaute sur la Lune, considérablement gêné aux entournures dans son scaphandre plutôt rigide, va s'amuser à projeter de la terre, et de gros cailloux, sur les traces du passage d'une jeep. C'est donc une photo, faite sur Terre, dans le centre de simulation du Nevada ou ailleurs , où la terre d'à côté, a été remuée maladroitement pour une raison ignorée, et elle est venue couvrir le dessin de la roue de la jeep, avant que l'on ait pris la photo en question, et cela sans que le photographe de la NASA s'aperçoive de ce détail scabreux.

     Aux spécialistes de répondre au sujet de cette étrange anomalie, et à ce nouveau gros point d'interrogation, que nous soulevons ici.

    Pour être fair play, précisons que les rationalistes détracteurs ont trouvé la parade à cela, en disant que : " En fait on doit imaginer une dénivellation importante, tout de suite derrière le rocher. Comme une sorte de décaissement (que l’on devine peut-être un peu sur la droite) d’au moins 50 cm en pente raide. Donc la roue de la jeep est tombée derrière le rocher sur cette pente abrupte (là pas possible de voir de trace, puis 1m50 plus loin elle réapparaît en fait en remontant la pente (que l’on devine aussi un peu au niveau de la trace arrondie) et elle réapparaît visuellement juste derrière le rocher alors qu'elle se trouve en fait à plus d’1 mètre. Ce qui donne alors l’illusion d’optique d’une impossibilité de voir la trace à cet endroit si on ne tient pas compte de la différence de niveau. De plus la perspective sur les photos Apollo est très trompeuse , tout le décor semble comme écrasé, et il est donc possible que cette dénivellation n’apparaisse pas sur la photo mais qu’elle soit bien là. Et dans ce cas la taille de la trace s’explique aussi, c’est simplement qu’il s’agit d’une trace du passage superposé des DEUX roues droites, celle de l’avant et celle de l’arrière… et avec le décalage la trace qui apparaît comme la trace du passage d’une seule roue à cause de l’illusion d’optique, parait plus grande que nature…et parait donc impossible alors que ce serait logique avec cette thèse."

     Toujours l'explication par l'illusion d'optique, comme vous le voyez. Nous répondons à cela que des infographistes confirmés, peuvent parfaitement déterminer, avec les moyens puissants qui sont à leur disposition, qu'il n'y a aucune dénivellation cachée possible, au bout de la flèche n° 1, tel que :



, et donc, les traces de la roue passent bien sous les gravas et cela, donnera pleinemernt raison à ARTivision. Point barre.

     Mais, avec nos faibles moyens, dès le 7/11/2010, nous avons tenté de présenter une modeste preuve, de cette curieuse affaire, qui se joue au bout de la flèche n°1.

    En effet, partons de l'image très agrandie placée sur le site :

http://spaceflight.nasa.gov/gallery/images/apollo/apollo16/hires/as16-107-17446.jpg

    Puis extrayons en, la portion adéquate suivante :



    On voit alors que si la roue était montée sur les gravas, elle aurait laissé au moins une trace approximativement à l'endroit, où nous allons placer nos pointillés rouges.



    Or, pas un seul filet de poussiére, ni une seule petite trace ne subsiste aux endroits précités...Revoyez cela, vous même avec une grande attention l'image précédente :



    On voit alors aussi que la trace de la roue s'arrête brusquement, et que des gravas la couvrent. Ces petits gravas, auraient dû être écrasés par la roue, si elle était montée dessus :



    Donc, nous en déduisons, que les gravas ont bien été projetés sur la trace de la roue et que finalement, celle-ci n'est pas montée sur ces gravas, ni sur le gros rocher en question. Point Barre.....

    Il ne reste aux détracteurs désormais, que de pouvoir expliquer pourquoi un astronaute sur la Lune, considérablement engoncé, dans son rigide scaphandre, va s'amuser à projeter, avec une pelle non visible ici , de la terre et de gros cailloux, sur les traces du passage d'une jeep, comme s'il cherchait un trésor.

      Mais terninons cette affaire de la prétendue mission d'Apollo 16 , par ce petit coup d'œil, sur cette superbe photo, placée à

http://www.hq.nasa.gov/office/pao/History/alsj/a16/a16pan17619-26EvM.jpg

      Quel beau panorama n'est-ce pas ?

       Mais, voyons cela de plus près :


      Bien que la roue semble métallique cette fois, elle a laissé une trace totalement incompatible avec les sculptures très obliques qu'elle porte. D'ailleurs la plupart des traces sur sol, découvertes dans les photos des Apollos, sont presques toutes des moitiés de traces de jeep Willys, sur lesquelles on a juxtaposé maladroitement, une moitié de traces de jeep LRV, comme le montre bien cette image placée à :

http://www.hq.nasa.gov/office/pao/History/alsj/a16/AS16-107-17433.jpg

      et que voici, avec nos commentaires :


      Mais voici le bouquet, qui appartient à cette image d'Apollo 17 et que nous avons relevé sur le site quasi officiel dejà présenté plus haut :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html


      Cette photo porte le n° AS17-137-20979.

   On note bien ici, que le site ARTivision, n'a jamais bien su, comment le garde-boue de la jeep lunaire a été cassé. Mais, on dit tout de même, que cela a eu lieu lors de la première sortie des "astronautes".

    Donc, on devine que les "spationautes", d'Apollo 17, ont effectué après leur premier périple mouvementé, sur des "km de sol lunaire", une réparation de fortune du garde-boue de la roue arrière droite du LRV (Lunar Roving Vehicle), et ils ont fait rouler la jeep jusqu'à son emplacement actuel. Comment ont-ils pu l'amener ici, sans qu'elle laisse des traces sur le sol ?

    Donc là, tout est clair,
comme de l'eau de roche, et ce LRV, n'a pu être placé ici, qu'avec un élévateur bien terrestre, mais cela, dans un centre de simulation du Névada ou de l'Arizona, où l'on avait reconstitué l'apparence du sol lunaire. Mais, on a oublié de faire rouler un peu la jeep, avant de faire la photo. C'est le très petit détail qui, comme dans le célèbre film d'Alfred Hitchcock, sorti en 1954 : "Le crime était presque parfait" , a confondu le coupable...Point barre...

       Donc, à vous de juger, une fois de plus cette affaire de débarquement lunaire.


     Que celui, qui a de bons yeux, pour voir tout cela, en tire l'illumination logique qui s'impose, et surtout, le désir latent, d'en savoir plus.


        Mais ce 10 Juin 2017, nous allons devoir en dire plus sur ces affaires scabreuses des Apollos, beaucoup plus extraordinaires que l'on ne pense.

       En effet dès 2005, dans article (et dans beaucoup d'autre sarticles) :

http://www.artivision.fr/Ameriquechocretournote.html
, nous avons mis en relief, le texte transcendant et très extrordinaire suivant :

VUE D?ENSEMBLE DES CHANGEMENTS IMPORTANTS DE LA CIVILISATION MONDIALE

Nouvelles révélations hors normes d'Arcturius .


et où il est mentionné noir sur blanc
, que :

"...et également comment le Programme lunaire d?Apollo était une technologie supérieure secrète. ".


       C'est donc à vous qu'il appartient, de trouver quels sont les faits qui prouvent cela et il est clair que les photos et autres enregistrements sont bien sûr, encore sous le boisseau.

      Cependant il nous est possible ici, de montrer que d'après leurs conportements, vis à vis de leur interlocuteurs, certains spationautes comme Neil Armstrong (le premier dit-on à avoir foulé, le sol de la Lune) , et bien d'autres du même acabit, n'ont en fait jamais quitté la banlieu terrestre, pour redescendre ensuite, comme vient de le faire le célèbre Thomas Pesquet, déjà présenté ci-dessus.

       Pour ARTivision , cette affaire commence, lors de la réception des missives suivantes :

Première missive :

       En effet, le 27 Janvier 2011, nous avons reçu la missive suivante du Canada :

----- Original Message -----
From: Jean R......
To: Fred Idylle
Sent: Thursday, January 27, 2011 3:01 PM
Subject: TR: ... DIE NASA-MOND-LANDUNG ... IM STUDIO ON PLANET ERDE
accompagné d'un petit film


       Deuxième missive :

From: Maryse B................
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Sunday, August 14, 2011 6:02 PM
Subject: moon rising "montée de lune"

          Bonsoir/jour Fred,

     Juste au cas, où vous l'aurez pas vu, une petite vidéo



     Amicalement, Maryse


    Troisième missive : (il y en a eu bien d'autres):

----- Original Message -----
From: chanal S...
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Thursday, December 15, 2011 8:27 AM
Subject: Les américains n'ont pas été sur la Lune

      Bonjour Fred,

     Je sais que vous prenez du repos et j'espère que tout se passe au mieux.

    Je suis tombée sur une séquence relativement courte mais étonnante.
Sur le site www.moontruth.com. Je vous la mets par hasard en pièce jointe.
Et encore merci pour tout votre immense travail accompli.
C'est un vrai plaisir sans cesse renouvelé que d'aller sur votre site.
     Bonne continuation.

Chantal......


    Nous avons bien sûr, répondu à ces aimables intenautes à l'époque, en disant que nous connaissions le petit film en question, depuis au moins 2005, et cette courte vidéo s'appelait autrefois "Moontruth". On pouvait la voir à l'époque sur près d'une demie douzaine de sites, et actuellement il reste encore celui là, sans doute pas pour longtemps :

http://www.youtube.com/watch?v=7_GzwzaJuwY


    On y voit donc un système de projecteurs qui dégringole à côté de "l'astronaute".

    

    Cela surprend évidemment, mais les détracteurs français zététiques et autres debunkers anglosaxons, vous diront que ce film provient effectivement du centre d'entraînement, où l'on était entrain de préparer les gestes précis à faire, et donc que ce film a bien été tourné sur la Terre et probablement ce n'est même pas Armstrong, qui descend de l'échelle et qui prononce le phrase clef. Point Barre.

    Mais, ce que ces détracteurs zélés ignorent, c'est que nous avons assisté à l'époque, à la télévision, aux déclarations en direct d'Armstrong lors de l'emission de FR3 "Les Dossiers de l'écran" , le 15 Août 1979, et à un moment donné Armstrong, a affirmé devant des millions de téléspectateurs, groso modo, que sa phrase fut spontanée et non prévue à l'avance, lors de son débarquement sur la Lune. Cette vidéo prouve donc qu'il a berné tout à fait, les journalistes de l'émission, alors que le premier quidam rencontré après cette émission, sans être docteur en psychologie, vous dirait d'emblée, que cette phrase ne pouvait, en aucune manière, avoir été spontanée, pour quelqu'un debarquant sur une autre planète pour la première fois dans l'histoire de l'Humanité. Chaque mot et chaque pas, devaient assurément, être étudiés à l'avance :

    Merci mille fois à l'internaute qui retrouvera sur Google, l'url où le DVD, de cette émission des "Les Dossiers de l'écran" , pour bien analyser dans le détail, les propos d'Armstrong, correspondant à sa célèbre phrase. Nous avons nous-mêmes écrit , à la revue Nostra à propos de cette émission . Voici la lettre en question :


    La vidéo MoonTruth , (que l'on a intérêt à enregistrer rapidement, car elle pourrait disparaître comme par enchantement), prouve sans contestation, que la phrase d'Armstrong,, prononcée solennellement en posant le pied sur le sol, avait bien été calibrée d'abord, et donc Armstrong, devait savoir cela : Pourquoi a-t-il menti ? Aux spécialistes de répondre...Nous attendrons avec ferveur, leurs conclusions pour les publier joyeusement...

    Mais, puisqu'on est certain ici, qu'il a menti, nous pouvons lui appliquer sans réserve, l'aphorisme célèbre :

"Qui vole un œuf, peut voler aussi un autre jour, un bœuf".

    Et, alors on peut dire que, si Armstrong, a menti une fois, il peut très bien le faire en mieux, une autre fois. On pense même que ce film aurait été tourné en Angleterre sur le plateau de cinéma, où fut réalisé le célèbre film de Stanley Kubrick : " 2001 l'odyssée de l'espace" :

      Un documentaire ironique, nous explique tout cela d'une manière très ambigüe :


      Si en plus, on étudie le comportement aberrant de ce prétendu "spationaute", on reste sidéré devant une telle attitude fallacieuse, car cela ne cadre pas du tout avec le stoïcisme et le caractère avenant que l'on prête en général à un héros de la nation, et nous invitons maintenant, les internautes curieux, à analyser avec le plus grand soin, les quelques lignes suivantes extraites d'un vieux Paris Match n°1242 du 24 Février 1973, où figure un article courageux, tout à fait hors-normes, et intitulé :



     Le langage est donc clair : les "astronautes" sont devenus "les désaxés" soit, les "misfits" de la NASA.

  


     Mais, tours à l'intention de novice en question, et pour mieux analyser cette affaire, rappelons ici les propos très poétiques de l'explorateur américain Israel Isaac Hayes "La mer libre du Pôle" de 1877:


    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 :

" Tout le démontrait: j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

" Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions... "

      Fin de citation

    Tout ce qui est raconté ci-dessus, est superbement rassemblé dans une gravure montrant ce fantastique paysage, qui à juste titre a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici à nouveau cette gravure sublime :


     Et en aquarelle en couleur, c'est mieux :


    Cette émotion toute naturelle, n'a pourtant pas plu aux bien-pensants explorateurs modernes des pôles, comme un certain Paul-Emile Victor.(Voir notre article : http://www.artivision.fr/LaMerlibreduPoleNord.html)

    En comparant cette déclaration de I. I. Hayes avec le comportement d'Armstrong, on voit alors, que nous passons d'une extrémité à l'autre. Où l'émotion bien humaine s'exprime avantageusement, selon nous bien sûr, pour Hayes, voici que pour Armstrong, décédé on le sait, le 25 Août 2012, qui, dans une situation encore plus extraordinaire, puisqu'il s'agissait de débarquer sur un autre astre, (et là, il serait tout naturel, à notre avis, d'avoir à cet effet, le souffle coupé , devant un tel paysage d'outre-terre), ce dernier, en véritable robot, refuse même de dire devant ses interlocuteurs seulement, que la Lune est belle et même, il agit comme si la lune lui avait donné "le dégoût de la Terre" . Mais relisez donc à nouveau, bien ce passage :


     Voilà, Messieurs les journalistes intrépides, un sujet d'article passionnant, que représente ce parallèle à faire entre deux explorateurs si opposés dans la conception de la Vie.

     Il y a là, même, pour des étudiants en Psychiatrie, Psychologie , Philosophie et consorts Sociologiques, une thèse toute trouvée et surtout jamais réalisée à notre connaissance, sur une étude comparative de ces deux modes d'expression, des explorateurs précités...

     On voit donc clairement dans le texte du Paris Match 1242, présenté ci-dessus, que "le Spationaute" Neil Armstrong, est bruquement devenu comme "un ours en cage", et on dit, parait-il, qu'il ne voulait plus entendre du tout parler de la Lune. Le titre même de ce Paris Match 1242 , est déjà à notre avis, en lui-même, très explicite: "Ils sont encore dans la Lune".

     Il y a donc bien "anguille sous roche", pour cet "explorateur", qui est devenu après son "voyage" vers la Lune, un obscur professeur d'université, face à des étudiants, ignorant de lui, tout ce qui précède et ce qui va suivre.

      Certains sceptiques, qui voudraient encore mettre en doute, nos déclarations sur Neil Armstrong, doivent savoir que ce dernier aurait pu amplement tirer, de grands profits par les contrats publicitaires faramineux qui lui ont été proposés. Connaissez-vous en effet, cher internaute, un américain qui refuse de ramasser des millions de dollars qu'on lui offre sur un plateau d'argent, comme certains footbaleurs français ou étrangers, bien connus, l'ont honnêtement bien fait ?

      Et bien oui, il en existe au moins un, c'est Neil Armstrong, l'homme qui on le sait, fut dit-on, le premier, parait-il, à mettre le pied sur un autre "astre que la Terre"

     Voici aussi, d'autre part, quelques phrases tirées de la page 99 de l'ouvrage très documenté de Pietro Banucci , intitulé "La Lune", et publié aux Éditions Bordas 1989 :

      "Après son débarquement légendaire, sur la mer de la Tranquillité, Armstrong se replie sur lui-même, et évite, dans la mesure d possible, de parler du passé. Séjournant dans un quasi-exil à Cincinnati, il évite les journalistes et se contente d'un poste d'enseignant en technologie aérospatiale dans une université locale... A plusieurs reprises, il émet des opinions négatives sur la NASA. En Décembre 1972 après la mission Apollo 17 qui marque la fin de l'exploration humaine de notre satellite, il refuse une invitation de la NASA, à une cérémonie au cours de laquelle il aurait dû poser pour une photo avec les onze autres astronautes du programme Apollo. La photo de groupe est donc incomplète. En Juillet 79, il refuse de se rendre à une party, à laquelle l'a invité le Président Nixon.. Il snobe également une réception donnée par l'ex-président en l'honneur des astronautes du programme Apollo , dans sa villa du Pacifique en Californie...
".

     Mais, il y a aussi ceci : Lorsque l'astronaute Armstrong, a soi-disant débarqué sur la Lune et cela, ( 5 heures avant l'heure prévue, ce qui a désorganisé tous les programmes des médias qui suivaient l'événement ), il a flanqué la caméra dans une direction et elle n'a plus bougé ...

     Jamais, il n'a fait (à notre connaissance bien sûr, et nous aimerions avoir la preuve du contaire), un panorama du paysage, comme le ferait tout alpiniste, qui arrrive au sommet d'une montagne...

     C'est inadmissible, au prix où l'on avait soi-disant payé cette caméra... Des spécialistes ont démontré d'ailleurs, que la caméra n'avait aucune protection contre les dures conditions et radiations, qui régnent sur la Lune, et que par conséquent, les films obtenus auraient été tous "brûlés"...

    Arrêtons là, voulez-vous, ces propos significatifs sur Armstrong, qui justifient parfaitement, à notre avis, notre expression "un ours en cage" citée ci-dessus...

      Voilà donc, quelques éléments très prosaïques et il y en a d'autres, qui nous invitent à croire qu'Armstrong qui, on le sait, apassé l'arme à gauche le 25 Août 2012, n'a probablement, jamais mis les pieds sur la Lune, et pour cause....

      Donc ce n'est pas comme le pense le France-Antilles du 27 Août 2012, présenté ci-dessous, , une affaire d'Humilité,



qui a présidé au comportement aberrant, d'Armstrong, mais, pour nous, la seule façon de comprendre ce comportement, c'est de se dire qu' Armstrong, a eu un sursaut évident, de dignité et de moralité, et il a donc refusé de participer à cette mascarade cosmique, montée par son gouvernement et la NASA, pour de vulgaires questions de prestige politique, économique et militaire de sa nation. Point-Barre...

     Mais, dans ce même numéro 1242 de Paris Match, il y a aussi cette incroyable page 79 :



, où l'on apprend que, le second "voyageur de la Lune", d'Apollo XI, Buzz Aldrin, qui aurait été interné deux fois, a prononcé cette phrase très insolite :

"On nous croit des héros, mais la Lune nous a brisés"
.

     Il y a donc bien quelque chose d'incroyable qui s'est passé au sujet de la Lune également pour Aldrin, n'est-ce pas !!

     Mais parlons aussi un peu de, Mikael Collins (le troisième larron qui a seulement tourné en rond autour de la Lune dans le Module de Commande, quand ses camarades étaient "déscendus", sur le sol lunaire), et qui parait-il a été si choqué par son "aventure lunaire", si bien qu'il ne participera plus à aucun autre vol spatial. Voir à ce sujet, la revue "Valeurs Actuelles" n° 1725 de Déc. 1969 page 22:




     Que celui qui a bien su lire tout qui précède, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout, le désir latent d'en savoir plus, documents à l'appui.

Mais il y aussi le cas où l'on découvre que Neil Armstrong, a refusé de jurer sur la Bible, qu'il a vrraiment mis le pied sur la Lune

     Voici une image qui prouve que l'on a bien mis Armstrong au pied du mur dans cette affaire :


     Si en France, cette affaire de jurer sur la Bible, n'a plus cours devant nos tribunaux, aux USA, où le puritanisme est encore vivace, il n'en est pas de même. Dans l'mage précedente, on voit un journaliste très intrépide et audacieux, qui interroge Bible en main Armstrong ( pour ARTivision, ce genre de journaliste hélas, ne court pas les rues) . Voir le reste de l'affaire sur la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=44WwLCudYI0

      Sur Google, vous trouverez près de 11000 documentaires sur cette affaire .

      Le Webmaster du site ARTivision, pense lui, qu'Armstrong, avait tout intérêt à dire simplement "Je le jure", au lieu de faire tout le tralala, qu'il a si malencontreusement exécuté.

     A vous de juger tout cela, documents incontournables à l'appui .

      Mais, ce 12 Juin 2017, poursuivons l'analyse des incongruités significatives, qui prouvent< /FONT>, une fois de plus qu'il y a bien eu, une scélérate magouille, dans ces affaires scabreuses des Apollos...

      En effet, c'est le 7/01/2011, nous avons reçu par la Poste, l'album de 220 pages suivant :



, et cela essentiellement, pour vérifier les prétendus dires d'un habitué, quelque peu fantaisite, (Akeenoya) d'un forum (voir notre article Apollo8enquestion.html)

      Pour les puristes qui aiment remonter aux sources d'un document, disons que ce livre de John Barbour, fut publié en 1969, dans la collection Desclée De Brouwer, mais cet ouvrage est sorti, la même année, dans un dossier de l'Associated Press à New York tel que :



    En refeuilletant le 28/12/2012, cet ouvrage luxueux nous y avons retrouvé, l'image bien connue :



    Puisqu'il s'agit de "Quelques pas sur la Lune", analysons alors, justement, les pas des astronautes (Arsmtrong ou Aldrin ) au bas de l'image. Disons d'emblée que seul le rapport d'un spécialiste en podologie ou en étude de la marche d'un astronaute engoncé dans son lourd scaphandre, peut faire foi. Nous ne proposons ici, que de modestes pistes de recherches :

    Considérons d'abord l'écartement des pieds, que l'on pourrait croire convenable dans l'image suivante :



    Nous n'avons trouvé, que ces deux pas apparemment orthodoxes et assez rapprochés, au bas de la première image.

    Mais, voyons le reste :



    On voit là, que l'écartement des pas de "l'astronaute", est excessif, étant donné la rigidité et l'encombrement du scaphandre. Donc :

     - Soit les astronautes ont marché, à deux reprises sur une ligne, en chevauchant leurs pas, ce qui ne semble pas commode avec leur scaphandre encombrant...

     - Soit ces traces de pas, ont été ajoutées par juxtaposition, à une photo primitive...

    Mais, le point le plus surprenant, est bien le pas qui se trouve, tout seul, de travers entre les deux "pistes parallèles". Comment un astronaute, en marchant sur la Lune, dans une direction, peut-il laisser la trace d'un seul pas ?...A vous de juger..."

     Mais le meilleur est bien dans ce qui suit :

      C'est en effet, le 25 Juillet 2015, que nous avons reçu de notre très bonne amie Nicole, le message extraordinaire suivant :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred IDYLLE
Sent: Saturday, July 25, 2015 3:10 AM
Subject: Armstrong et sa combinaison

      Bonjour cher Fred,

      Ces imbéciles de la NASA, se sont grillés eux-mêmes avec la ... :



      Juste pour vous faire rigoler un peu, je vous ai envoyé ce lien . L'article original paru dans StopMensonges est interdit de visionnement, mais j'ai continue à chercher et j'ai trouvé l'article dans un autre site. Vous verrez dans la vidéo une image très claire de la semelle de la combinaison differente ce l'empreinte supposee etre sur la Lune ! C'est à mettre dans ARTivision, C'est une preuve indubitable de l'arnaque !!

      Donc comme vous le voyez, on peut toujours contourner la censure, et il suffit de chercher et on trouvera aussi pour Byrd. Quelqu'un aura bien fini par laisser passer l' info capitale, que vous cherchez à ce sujet.


      Fin de citation

      Un grand Bravo au site CAGOU.com, qui a su si bien dénicher, cette info hors norme.

     Dans la vidéo en question, les deux charmantes dames :

  

, nous exposent en anglais approximativement ce qui suit :


      Puis, en cliquant sur l'image, nous découvrons cela :


      Et enfin la vidéo, arrive à cette image :


Et en agrandissant la semelle, et en y mettant un peu plus de relief, nous avons obtenu ceci :


     Pas besoin donc de sortir de Polytechnique pour s'apercevoir qu'il y a maldonne :

     Nous avons beaucoup hésité, pour mettre cette affaire en ligne, à cause du fait que cela pourrait être un canular, monté de toutes pièces par des infographistes timbrés, qui veulent se faire mousser dérisoirement, sur le Web. Mais le fait que l'on ait pas présenté l'image de conclusion en juxtaposant les deux semelles, nous fait croire à l'authenticité du document. Un infographiste pervers n'aurait pas manqué de le faire assurément.

       Mais nous ne sommes pas au bout de l'affaire, car la NASA, en cachant les documents de référence, peut toujours dire qu'au moment du départ pour la Lune, on a mis d'autres bottes plus étanches, car nous dit très justement notre amie vigilante Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ): " Je suis très étonnée par l?allure de cette semelle, lisse et ne correspondant pas du tout à un soulier protégeant du vide spatial (coutures apparentes, et donc étanchéité faible).

       Je m?étonne donc, peut-être s?agit-il d?une sorte de "chausson", et les cosmonautes enfilaient-ils des bottes par dessus ? Si ce n?est pas le cas, alors, c?est vraiment bien la preuve que ce type de chaussure a servi plus à marcher sur les plateaux de cinéma, que sur un terrain accidenté. Votre réflexion sur les empreintes jumelles est tout à fait cohérente, à moins que l?on ait voulu absolument montrer le premier pas sur la lune, on se demande bien où peut être le second... "


      En effet, nous nous sommes toujours demandés, pourquoi la NASA, n'avait présenté qu'un côté de l'empreinte d'Armstrong, sur la Lune, alors qu'il devrait en avoir deux, presque côte à côte que les spécialistes du sol lunaire auraient un vif plaisir à étudier. Qu'est que cette empreinte avait de particulier pour être choisie, si impérieusement ? Bien sûr, on vous répondra, que c'était le premier pas, qui comptait avant tout.

    En effet, voici en mieux, le premier pas d'Armstrong sur la Lune, déjà montré plus haut :



    Comme on pretend qu'Armstrong, a sauté de l'échelle du LEM, pour descendre sur la Lune, il ne peut le faire qu'en rapprochant ces deux jambes, et donc on devrait au moins apercevoir une partie de son autre pas, comme dans cette photo tirée d'une image d'Apollo 11 justement, mais il y a certaiment ailleurs, d'autres images significatives, des pas rapprochés, d'Amstrong.



    Cette image est tirée, en bas à droite, de celle-ci, nommée par la NASA : AS11-40-5872 :

:


, où l'on voit deux disques lumineeux insolites, jamais expliqués par la NASA..., et qui ne sont en fin de compte que des reflets des nombreux projecteurs, qui éclairaient la scéne du champ cinématographique, bien terrestre....

      A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui...


      Mais, ce 12 Juin 2017, demandons une fois de plus, au Maître de Findhorn, de nous dévoiler sa super méditation quotidienne :

:

La beauté de la vie est partout autour de toi.
Ouvre les yeux et découvre la,
absorbe la, apprécie la, reflète-la

et fais en partie

Si tu t'atend à voir la beauté, tu la verras ;
tandis que si tu t'attends à voir la laideur,
c'est elle que tu verras;

Le choix t'appartient toujours

A breuve-toi aux fontaine de la beauté
et tu ne pourras t'empêcher de la refléter

Car ce qui est au-dedans,
se reflète au dehors.

tu es comme un miroir,

tu ne peux cacher ce qui est est en toi ,
quelle que soient les tentatives que tu puisses faire

car ce qui est à l'intérieur ne peut être retenu.

Tôt ou tard , cela s'exprimera dans le monde exterieur ;

alors, laisse le couler librement,
et n'essaie jamais d'arrêter ce flot.
Elève ta conscience et tu seras capable de voir

la beauté en toute chose et en chacun.
C'est La Source que tu verras reflété à ce moment là ,

car ELLE est beauté, harmonie et perfection .

Apprends à exprimer cette beauté et cette harmonie ,

dans tout ce que tu penses, dis et fait
..


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 12 Juin, après adaptation d'ARTivision.

     Comme on le voit, tout est lié, dans ce monde et ailleurs à la notion de beauté et d' harmonie, ce qui ne court pas les rues en ce moment, où l'on s'entretue à foison, et où l'adage très en vogue, est plutôt : " ôtes de là, que je m'y mette ..."

     Rappelons qu'Eileen Caddy, était la cheville ouvrière, de ce que l'on a appelé, les jardins de Findhorn...


         Mais ce 14 Juin 2017, pour expliquer, plus avant, cette méditation sublime du Maître de Findhorn, ( qui n'arrête pas de nous avertir à ce sujet), disons qu'il serait aussi bon, de jeter un petit coup d'œil, sur le deuxième livre paru en Août 2003, d'Aurelia Louise Jones : TELOS Tome II :

  

      Nous avons alors été émerveillés de relire ces temps-ci, ce paragraphe placé aux page 140 et 141 cet ouvrage, tel que ;



      Notez bien la couleur fuchsia qui correspond pour nous, à tout ce qui s'attache à la Quatrième dimension ou plus.

Voir aussi, nos articles clefs à ce sujet :

http://www.artivision.fr/monamielarose.html
http://www.artivision.fr/dimcos.html

     Pour parfaire tout cela, disons aussi que le site ARTivision , dans de nombreux articles, a écrit ceci :

     " Il en résulte que vous subissez inéluctablement et tout ce qui est vivant également (les plantes, les animaux), les contraintes vibratoires du milieu dans lequel vous évoluez et si le concept de mort, y a été construit et admis comme infaillible, vous l'assimiler et vous mourrez. C'est aussi simple que cela. Mais rien n'est plus difficile que d'éradiquer de votre langage et de votre civilisation des concepts et des images qui ont été érigés et galvaudés depuis des lustres, surtout maintenant que les moyens de diffusion de l'information sont très multiples. Vous pensez bien que ce n'est pas demain la veille, que vos radios, télés, journaux, etc.. supprimeront de leurs expressions verbales et iconographiques les notions de mort, de décrépitude, de violence et d'agressivité tant physique que morale ...etc...

    De même tant que vous n'aurez pas compris qu'il faut fuir toute information vous apportant des images montrant la Peur, la Haine, les crimes, les massacres, etc ..( Ce que hélas nos médias actuels s'évertuent à diffuser largement), en somme tout ce qui est négatif, vis à vis de l'Esprit d'Amour, vous pataugerez dans la violence jusqu'au cou et ce sera vous-mêmes, qui en serez responsables, en créant ce qu'on appelle un égrégore vibratoire de basse énergie ( Note du webmaster : certains l'appellent le Diable), qui vous réclamera toujours plus de sang.

        La Source vous a donné votre libre arbitre, ELLE ne saurait vous l'enlever, en vous promettant une punition quelconque. Votre seule punition, est celle que vous avez vous-même choisie. Mais rassurez-vous, vous avez encore le moyen d'agir sur cette situation ( Et il faut faire cependant très vite car le temps presse) en refusant d'accepter de regarder des films noirs et d'épouvante, de lire des romans funestes où règnent violence, crimes et exactions de toute nature, d'écouter de la musique qui déprime déjà les plantes, etc... (Utiliser un vérographe moderne ultra-sensible pour cela), alors et alors seulement, il vous sera peut-être possible de retrouver assez tôt, Paix et Sérénité , au sein d'un Âge d'Or retrouvé.."

      Fin de citation .

      Disons aussi cependant, pour compléter ce qui précède, que :

     - Les pensées enracinées dans la Peur produisent une énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.

     - Les pensées enracinées dans l'Amour, produisent une énergie qui s'étend, s'ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.."

     et aussi que :

     Le secret de la Vie, n'est pas d'avoir tout ce que la société actuelle par sa nature, nous porte à désirer, mais plutôt de désirer tout ce que l'on a en Soi et dont on ignore souvent la nature.

    Par exemple, si vous arrivez à projeter votre corps astral (celui qui, dans votre sommeil, pendant que vous rêvez, voyage hors de votre corps physique), vous n'aurez plus besoin d'un poste de télévision pour aller visiter n'importe quel lieu sur cette Terre, mais aussi, et cela est plus merveilleux, n'importe quel lieu en dehors de la Terre..."

      Paroles venant d'un très Grand Maître, exprimées dans l'ouvrage : "Nouvelles Révélations" de Neale Donald Walsch, publié aux Editions Ariane au premier trimestre 2003.


      Mais alors peut-être, allons-nous tenir compte plus sérieusement de ce qui suit, et qui affirme que nous prenons donc exactement le même chemin, que cette super civilisation que fut l'Atlantide, qui perpétuait, un horrible systeme d'exploitation des masses innocentes, avant sa disparitiion totale, il y a près de 12000 ans .

      On peut alors consulter l'ouvrage de 2013, de Guillaume Delaage, tel que :


     Et nous vous invitons aimablement et très humblement, à découvrir les phrases extrordinaires, situées en pages 179 et 180, de l'ouvrage en question :


       Mais, ce 04/07/2017, disons que les éternels détracteurs zététiques et leurs consorts intellectuels blasés, vous diront vite fait, bien assis dans leurs supposés cocons feutrés et rassurants de cette société en profonde mutation, que tout cela n'est que de la piètre Science-Fiction, digne de nos films catastrophes habituels, et que nous n'en avons aucune preuve scientifique.

     Ce que ces zélés détracteurs oublient, c'est que le site ARTivision, a toujours dans ses dossiers, d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     Pour ceux qui aiment aller, au fond des choses, disons que le site ARTivision, pendant les 20 ans de son existence, a parlé de cette super civilisation atlante (encore niée par pontifes universitaires, toujours bien gonflés d'orgueil), dans nos articles :



     Mais, c'est le célèbre Commandant Cousteau, qui va malgré lui, nous permettre de mettre >les points sur les Is, dans cette fantastique affaire d'Atlantide,

     Mais avant d'en arriver, au paragraphe qui parle du commandant Couteau, il nous appartient de rappeler aux ignares bien-pensants et autres consorts zététiques ou djyhadistes décérébés , (qui ont sans doute vite oublié cequi suite et qui a déjà été exposé plus haut ) , qu' il y a treize ans, à peine (en 2017) les humaims ont assisté au phénomène du fameux tsunami du 26 Décembre 2004
, qui, en une matinée a détruit plus de 220 000 vies humaines, en Indonésie, et nous pouvons imaginer facilement, que ce tsunami, aurait pu parfaitement arriver sur les côtes d' Europe ou d'Amérique, ou même de la Caraïbe, et alors les médias ayant pignon sur rue, en parleraient toujours actuellement.

     C'est pour cela, que nous allons aujourd'hui, évoquer ici, encore une fois, une des découvertes les plus extraordinaires, (conjointe aussi avec la découverte des cartes de Piri Reis : Voir nos articles : piri.html et Dorianrevelations.html)

     Cette affaire d'Atlantide, aurait été vite oubliée si , un personnage tout à fait hors normes, nommé Edgar Cayce, ( se prononce Caïci ), n'en avait pas parlé, très clairement (voir photo ci-dessous :)


     C'est en l'état d' autohypnose quece fameux Edgar Cayce, avait l'inéfable possibilité d'explorer ce que les grands mystiques , appellent les Annales Akashiques, sortes de disque dur de l'Univers, et ainsi, il nous a laissé des milliers de comptes-rendus (appelés des Lectures) , dont des centaines, qui exposent la vie au temps de l'Atlantide

      Pour faire plutôt court, demandons au remarquable site :


de nous résumer rapidement quelques éléments préliminaires, de la vie extraordinaire de cet Edgar Cayce(on pronnonce Caïci) :


      Voir aussi notre article placé tel que :


      Pour en savoir bien plus, sur cet"ahurrissant sensitif", le novice pourrait déjà commencer, par découvrir les ouvrages intitulés "L'univers d'Edgar Cayce" de D.K.de BIZEMONT aux Editions Robert Laffont 1985.

  

    Mais il existe de très nombreux livres et articles sur ce fameux Edgar Cayce: voyez aussi celui-ci :


  


     Mais voyons aussi, en passant, ce que Cayce, nous dit dans l'ouvrage remarquable de poche suivant, déjà présenté plus haut :

  

          Et Cayce nous situe donc l'Atlantide en pages 46-47, telles que :


     Et en page 96, on trouve ceci :


     On voit alors que la situation est identique actuellement entre les spritualistes écologistes et les matérialistes avides de puissantes énergies, et donc on le voit bien, " Il n'y a rien de nouveau sous le soleil ".(Ecclésiaste Chap. I vers.9)

      Mais ce que les détracteurs en question ignorent probablement, c'est que Edgar Cayce, a précisé aussi clairement, la localisation géographique de l'Atlantide.

      En pages 46 et 47, du livre de poche précédent, on trouve alors ce passage important:


      Notez bien le vocable Bahamas. On y reviendra plus bas.

     Comme vous le voyez, ce Edgar Cayce, n'avait pas sa langue dans la poche.

     Mais, comme il est dit ci-dessus, que certaines archives de l'Atlantide ont été transportées en Égypte. Voyons donc cela, plus en détail en pages 93-94 :


      Il n'est pas besoin d'insiter ici sur l'importance de cette déclaration d'Edgar Cayce, et sur l'intérêt que l'on aurait à possèder cet incontournable livre de poche n° A 300 en J'ai Lu, dans la collection, hélas disparue : " L'aventure mystérieuse du Cosmos et des civilisations disparues".

     Tout cela serait de la bonne science-fiction pour intellectuels blasés, si justement, pendant le mois de Septembre 1968, l'équipe d'un certain professeur MANSON VALENTINE, ?uvrant pour le Musée des Sciences de Miami en Floride, n'avait pas découvert au nord-ouest de Bimini, petite île des Bahamas (bien mentionnée, on le sait maintenant, par Edgar Cayce , dans ses étranges lectures ) , à environ 1200 km de la Guadeloupe, des structures cyclopéennes immergées à environ 6 mètres sous la surface de la mer. Cette découverte fut rendue possible grâce à l'engin Remora M-114-E, scooter sous-marin construit par Dimitri Rebikoff, explorateur, ingénieur spécialisé dans le domaine de la photographie sous-marine et grâce également au concours de Paul Aranda aviateur et de Robert MARX, célèbre plongeur , passionné de recherches sur les anciennes navigations et sur l'archéologie sous-marine des îles Bahamas. Voyez donc l'image ci-dessous :


     Donc en fin de 1971, des chercheurs découvrirent qu'il s'agissait, d'une gigantesque structure, de la forme d'un grand U, pouvant faire office de port dont la jetée courbée mesurait plus de 600 m de long sur 10 m de large, et formée de blocs de pierres dont la constitution ne présente aucune ressemblance avec les formations naturelles qu'ils surplombent. ( Voir le croquis ci-dessous :)


Extrait de l'ouvrage remarquable de Pierre Carmac "l'Histoire commence à BIMINI"
publié en 1973 chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection : "Les énigmes de l'Univers".


      Ces blocs sont régulièrement alignés, parfaitement à l'équerre dans leurs trois axes et assemblés par une sorte de ciment. Certains d'entre eux avaient près de 5 m de côté, et leur épaisseur variait entre 50 et 150 cm , ce qui parfois correspondait à une masse d'environ 5 tonnes par bloc. De plus, on constata en effectuant des tranchées d'exploration que certains de ces blocs étaient posés sur des piliers carrés de 30 cm de hauteur, ce qui détruisait définitivement la thèse, de certains géologues profanes, comme le nommé Harrison, qui d'emblée sans attendre la fin de l'exploration de l'équipe Valentine, avaient déclaré que le mur de Bimini était un ensemble d'origine strictement naturel. Par la suite, on découvrit encore aux alentours de Bimini, d'autres structures de formes linéaires, rectangulaires, polygonales et même pyramidales .

     Mais quel pouvait être l'âge de ces constructions? Des études de datation au carbone 14, estimèrent que pour une profondeur de 6 m, ces structures devaient être à la surface il y a environ 10 000 ans, ce qui ne signifie pas qu'elles venaient d'être édifiées à ce moment là. Mais en ce qui concerne les bâtisseurs, c'est le mystère le plus total. En effet rien de ce qui nous est connu de l'histoire des amérindiens, (qui remonte à environ 2000 ans avant J.C), ne nous permet la moindre hypothèse, concernant le peuple qui vivait à cette époque, et même en Europe aucune peuplade n'aurait été capable en cette période d'édifier une construction aussi monumentale. C'est pourquoi, il valait mieux étouffer cette affaire dans l'?uf, comme certains ont cru devoir le faire aisément. Quelques revues sérieuses en ont cependant fait état sommairement : Science&Vie n°640 de Jan.1971 - Sciences et Avenir les numéros 286, 291, surtout 298 de Dec.1971, puis vint, on le sait l'ouvrage de Pierre Carnac : "L'Histoire commence à Bimini" chez R. Laffont 1973 .

  

       Disons donc ici déjà, un Super Bravo, à cet Edgar Cayce, qui a déboussolé plus d'un bien-pensant, confortablement enveloppé de sa culture universitaire classique, et qui nous a fait comprendre clairement que le Passé de la Terre, est bien plus fantastique, que ne sauraient l'imaginer, les meilleurs auteurs de Science-Fiction.

Mais voici un petit plus pour la route si aisée des mécréants. En effet, il s'agit d'un petit film de 1978 du commandant Jean Yves Cousteau, et film que nous avions eu la grande joie d'enregistrer en cassette video et de visualiser à l'époque de nombreuses fois. Mais l'Ecclésiaste , nous dit : , "Vanité des Vanités tout est vanité" , et cette cassette est désormais bonne pour la voirie, car l'humidité qui règne au pied du volcan où nous habitons, en a fait un recueil de moisissures de toute nature.

      Heureusement qu'il y a toujours un bon Dieu pour les canards sauvages, et que Google a été inventé au bon moment, puisque nous avons retrouvé ce petit film documentaire, à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=4wcJOjblEmw

      Et seules les 15 premières minutes ont su vraiment retenir incomparablement notre attention et nous allons voir, ci dessous, pourquoi!

      En voici donc, quelques images clefs ( et nous remercions vivement alors le réalisateur de cette super vidéo, dont on va voir ici l'importance)

     Dans le générique, on trouve bien sûr :

  

  

     Bien que, le commandant Cousteau, considérait à l'époque l'Atlantide (contre l'avis de Platon), comme faisant partie de l'île de Santorin au large de la Grèce, il a eu l'audace d'aller avec son équipe, dont son fils Philippe, et un certain Docteur Zink (écriture non garantie et Docteurr, probalement mandaté par le Musée Océanographique de Monaco)), explorer le fameux mur de Bimini, dont on évite soigneusement actuellement, de discuter la présence dans les médias ayant pignon sur rue.

     et voici donc quelques aspects furtifs du mur en question :

  

  

     Philippe Cousteau s'installe alors sur l'aile de l'hydravion de l'équipe avec le Dr Zink :


     Et Philippe demande alors au Dr Zink s'il a écarté l'hypothèse d'une formation simplement naturelle ?

Réponse du Dr Zink :

     " C'est à peu près, ce dont je suis certain. Mes arguments sont essentiellement basés sur la forme et la structure des pierres. Dans la Nature, il est extrêmement rares de voir des lignes de fractures se terminer aussi brutallement. Si c'est du beachroc formé sur place, on s'attendrait à plus de cohérence entre les blocs et le substrat rocheux. Or nous avons bien constaté que ce n'est pas le cas. souvent des petites pierres supportent les grandes en laissant un vide en dessous..."


     Le docteur Zink présente alors le schéma en forme de J, de la structure, composée de petites et de plus grandes pierres :

  

     ..Philippe , demande si ce site pourrait être à l'origine du mythe de l'Atlantide ? .

Réponse du Dr Zink :

     " Il y a là, peut-être, une relation à cause de l'ancienneté de la formation, mais ce ne pouvait être qu'une sorte de poste avancée, une colonie éloignée. "

     Croyez vous que Platon ait tout inventé ? demande ..Philippe

Réponse du Dr Zink :

     "Tout est possible aux époques d'angoisse et d'incertitude quant au présent et au futur, il est confortable psychologiquement de se tourner vers un Âge d'Or. C'est une façon d'interpréter cette histoire. Mais, il y en a d'autres

Et si l'on découvrait l'Atlantide demande Philippe ?

     " Quiconque porte le moindre interêt à l'Atlantide, pense à l'effet qu'aurait une telle découverte . L'effet serait de nous montrer, que nous aussi, nous pouvons disparaître, et qu'une civilisation hautement évoluée, peut s'anéantir "


     Imaginons alors, que lors du 26 Décembre 2004 en Indonésie, le Tsunami avait été lègèrement plus fort, ou plus près, et avait noyé totalement la centrale atomique de Fukushima, et que celle-ci avait explosé, le japon serait probablement sous le eaux en ce moment.

     Mais ne jouons pas les oiseaux de mauvais augure, et pausons, nous seulement la question de savoir, ce que seraient devenus les révolutionnaires matérialistes et autres terroristes barbares, comme ceux qui pullulent, un peu partout en ce moment, sur cette planète .

    Alors chers jeunes quidams blasés, méditez encore un peu, sur tout cela, et surtout remerciez aussi le Dr Zink , pour sa super clairvoyance, dans cette affaire, mais sachez que le plus surprenant, est encore à venir, et à bon entendeur Salut !!!.

       Mais, revoici, d'Edgar Cayce, la page 48, déjà vue plus haut, et que nous reprenons ici, volontairement


       Edgar Cayce, y a bien précisé on le sait, que que l'axe terrestre, s'est un jour renversé, ce qui présume d'immenses catastrophes, et un redimentionnement total de la vie, sur cette planète...

       D'autre part, nous aimerions (bien que ce qui suit, se trouve loin de la localisation de la fameuse Atlantide) que les zélés détrateurs, soient plus locaces pour expliquer, dans des débats télévisuels, les récentes découvertes, que nous présente le site :

http://stopmensonges.com/des-megalithes-de-3000-tonnes-decouverts-en-siberie-un-record/

      Mais, au cas où ce site, disparaîtrait comme par enchantement, voici quelques infos préliminaires, données à Epoch Times le 08/12/2016 :


      Voici l'immense Pierre de Baalbek, et en-dessous, une autre, du coin sibérien, plus énorme encore :


      Enfin voici un petit plus, pour la route :


      Nous attendons, bien sûr, avec ferveur, pour les publier, les explications orthodoxes de ces Messieurs, les blasés d'en Haut.

       Mais, ce 06 Février 2017, on le sait, comme parait-il "il faut battre le fer pendant qu'il est chaud ", jetons maintenant, un coup d'œil, sur cette tête olmèque publiée le 2 Février 1947, par le journal américain "The Miami News" :


     On nous parle, du peuple olmèque , sorti tout armé et civilisé, de la préhistoire mexicaine. On sait alors, que ces têtes, qui parait-il mesurent de 1,47 à 3,4 m et pèsent entre 6 et 50 t, ( et, ce que l'on évite soigneusement de dire), ne peuvent qu'avoir appartenu manifestement, de leur vivant, qu'à d'impressionnants géants, comme ceux de l'île de Pâques, et géants, dont aucun savant actuel, ne peut nous dire, d'où ils venaient :


      Mais voyons aussi ceci :

  

     Allez voici un petit plus, où une une amie sert à donner l'échelle).



      Des noirs considérés comme des Dieux, puisque, l'on a jugé bon de leur ériger de colossales statues dont certaines pésent près de 18 tonnes s,, comme celle-ci de Véracruz:


      La question à 1000 ?, est désormais de savoir comment des noirs, qui habituellement vivaient en Afrique, sont arrivés là, au Mexique, bien avant le commerce appelé pudiquement " le commerce triangulaire", dit aussi esclavagiste. Chez les ethnologues, archéologues et consorts, c'est le silence de la pierre tombale. Mieux, pour éviter de contredire ce que l'on enseigne dans les universités, la parade a vite été trouvée : " Ces têtes mexicaines n'ont rien à voir avec les noirs d'Afrique, car il existe aussi des têtes asiatiques, et c'est donc une communauté inconnue."...Point Barre.

      Ce qu'ils oublient de dire, c'est que ces têtes sont casquées et sanglées comme des explorateurs en mission, et même, regardez bien l'oreille gauche, de ces deux là :


    En effet, sur l'oreille gauche du sujet, apparaît nettement branché, une sorte d'appareillage très particulier.


      A quoi cet appareillage pouvait-il bien servir ? Ces explorateurs connaissaient-ils un moyen d'amplifier et de capter le son à distance ? Bien sûr les archéologues officiels vous diront que c'est simplement un dispositif pour tenir en place le casque . Point barre...

      D'ailleurs, ce que ces archéologues officiels, éviteront aussi d'expliquer, c'est quelle usine à l'époque, aurait pu fabriquer ces casques aussi sophistiqués, dignes de designers les plus modernes ? Leur réponse serait sans doute, comme celle ci-dessous, dans l' image de gauche, qui parle tout bonnement, de l'œuvre, d'habiles artisans précolombiens inconnus :


  


       Mais, si vous voulez en voir plus, analysez donc sur la droite, avec le Dr Smith, cette manifique courbure, d'une autre boule :

       Là non plus, on ne pourra pas nous dire, que se sont des artistes bricoleurs, qui ont réalisé ces boules si parfaites, avec les outils primitifs qui sont supposés, d'après nos universités, exister à l'époque.

      On trouve ces boules bien pleines, parfois au milieu de la jungle, sur de hautes montagnes, dans les deltas des fleuves et elles sont dispersées çà et là . Leur diamètre nous dit-on va de quelques centimètres, à près de 3 mètres.

      Ce que l'on évite aussi de dire, c'est que l'on a trouvé certaines de ces têtes mexicaines profondément enfouies dans le sol, comme par exemple celles-ci :

    

       Etant donné, le profond enfouissement de ces sculptures, cela démontre, selon nous bien sûr, leur énorme ancienneté, et finalement, c'est le cas de dire ici, que la vérité au sujet de ces géants, sort donc du puits progressivement, comme il en est de même, pour les statues de l'île de Pâques , qui a dû faire partie, il y a bien longtemps de la fameuse la Lémurie, si bien évoquée plus haut, par Edgar CAYCE.

  

      Ces admirables photos sont tirées du site :

http://www.wikistrike.com/article-incroyable-les-statues-de-l-ile-de-paques-deja-mysterieuses-possedent-un-corps-92291792.html


       Mais, allons bientôt demontrer que ces géants venaient de l'Atlantide juste avant 12 000 ans quand ce légendaire territoire s'est brutalement enfoncé sous les eaux. Mais d'autre part, comme à notre connaissance bien sûr, on n'a pas encore trouvé de squelettes de ces géants dans le sol mexicain, c'est bien qu'ils sont partis ailleurs... Pourquoi pas sur la Lune, d'où étaient basés leurs ancètres... et Lune, qu'occupent actuellement leurs descendants depuis des lustres ... C'est une hypothèse bien sûr, qui est aussi plausible, que les inepties que l'on nous sort, au sujet de ces géants inconnus.

       Mais le site ARTivision peut aussi avancer l'hypothèse, qui dirait que ces mystérieux géants, auraient pu venir de l'intérieur de notre Terre, qui est creuse, et possède un petit soleil central, qui y entretient vies et civilisations. Voir notre article clef, qui parle de ces géants de l'intra-Terre , placé à

http://www.artivision.fr/SmokyGod.html.l


       Et bien sûr voir aussi, les pratiquement 100 de nos articles qui parlent de cela, et dont les urls, sont placés à :

http://artivision.pagesperso-orange.fr/HommageExceptionnelColetteCyrilLefevreSuite.html.l


       Rappelons, à toute fins utiles, d'aucun détracteur zelé ou pas,, n'a, (depuis 13 ans au moins, en 2017), fourni, (en dépit des puissants logiciels qui circulent actuellement dans le monde informatique) , la moindre étude sérieuse, pouvant démontrer la fausseté de cette incroyable image, venue d'Allemagne, et arrivée chez nous, le 13 Février 2004:

  

      A vous de juger, tout cela, documents à l'appui.

      Mais ce jour, disons aussi que ce qui précède est largement suffisant, pour prouver techniquement parlant, ( ceci on le sait, est encore nié par la Science officielle), qu'il a bien exité sur Terre, il y a des milliers d'années, des civilisations superbement développées... et le site ARTivision affirme que les preuves incontournables de cela, nous attendent sur la Lune et dans ses les environs, et en particulier nous l'avons vu plus haut, aucun pontife officiel, ou ses fervents et zélés émules intellectuels de nos unuiversités, ne peut expliquer cette découverte faite en fin 1973, par l'imprimeur Michel Girard, (décédé en fin janvier 2003), sur la face cachée de la Lune , et dont nous vous redonnons volontairemenit ici, le très insolite aspect :


       Pour bien montrer, que nous nous sommes pas tournés machinalement les pouces, devant une telle affaire, nous nous sommes, bien sûr demandés pourquoi à l'époque en 1969, la revue Paris Match (voir plus haut l'affaire du Chef des Archives photos de Paris Match ), n'avait pas pu se procurer ses propres négatifs pour monter ses articles, et cela reste pour nous, un vrai mystère, vu que cette revue avait probablement ses entrées à la NASA, comme nous rentrons dans notre cuisine.

      D'ailleurs en 1975, nous avons, nous-mêmes, facilement obtenu à L'agence USIS (United States Information Service ), sise à l'époque au c?ur même de l'Ambassade Américaine, 2 rue Saint-Florentin Bureau 200 75042 Paris, pour la modique somme de 50 F de l'époque, un négatif presque identique à celui du Paris Match 1028, mais il s'agissait d'une photo prise non par Apollo 8, mais par Apollo 11 en Juillet 69. Hélas la partie de la face cachée de la Lune, qui nous intéressait était justement et malheureusement surexposée et l'on n'y voyait plus rien. Voici une photo du négatif en question :


     Et voici ce que l'on découvre après développement :



     Le cercle rouge tracé par nos soins, montre bien la blancheur notoire du secteur en question, où toute structure éventuelle a disparu, ce qui nous fait dire que la netteté de l'image est ici inversement proportionnelle au n° d'Apollo et autrement dit, chez Apollo 8, les images étaient bien plus révélatrices que chez Apollo 11, alors que cela, devrait être en principe l'inverse. A vous de juger.

     Voici d'ailleurs les tampons de l'Agence figurant au verso de la photo :



      L'agence USIS, n'avait chose bizarre à l'époque, que ce négatif à nous fournir et alors que nous lui avions apporté, en personne, la revue du Paris Match 1028, afin que son resposable puisse voir de visu la page 33 où se trouvait cette superstructure phénoménale d'Apollo 8. Ce responsable, dont le nom figure sur le tampon inférieur, nous avait promis de retrouver à la NASA, rapidement le négatif qui nous intéressait vivement. Mais jusqu'à présent nous n'avons reçu aucune réponse, de ce Monsieur, malgré diverses relances, et même nos vœus de bonne Année en début 1976.

     Pour entrer justement, à l'intérieur de l'Ambassade américaine, il fallait montrer patte blanche. Heureusement que nous avions, la carte de journaliste de la revue Ouranos (vue plus haut), ce qui nous a permis d'accéder à cette Agence. Mais avant de parler à ce Monsieur du Paris Match 1028, nous lui avons demandé, de nous montrer toutes les photos qu'il possédait, du Pôle Nord de la Terre. Il n'a trouvé qu'une seule que voici :


     Ce document, d'après les indications de la NASA placées au verso, serait une photo mosaïque, réalisée par le Dr David S. Johnson du "National Environnement Satellite Center", à partir des prises de vue en Avril 1967 du satellite Essa. On constate alors, une fois de plus, que la zone concernant le Pôle Nord, et qui nous intéresse justement, a été encore ici, tout simplement escamotée, sans aucune explication, ni de la NASA, ni de l'Agence USIS. On aimerait bien savoir pourquoi, n'est-ce pas !!!

       En 1975, le préposé en question, et nous mêmes, nous étions bien loin, à l'époque, d'imaginer ce qui se passe actuellement au sujet, de ces expéditions lunaires trafiquées de la NASA, et sur Google, si vous taper ceci : "La NASA a menti, au sujet du voyage lunaire", alors, on a actuellement, près de 78 200 réponses sur le sujet..

    La parole est donc désormais, aux spécialistes...

     Mais, si donc vous avez la très grande opportunité, de connaître ce Monsieur Mr Guy ÉTÉVÉ (qui est certainement à la retraite maintenant), soyez assez aimable pour lui dire que nous attendons toujours qu'il nous obtienne, le cliché promis concernant la page 33 du Paris Match 1928 du 18 Janvier 1969... (Voir plus haut)

      Nous serions aussi très interessés, par les données que ce Monsieur a pu découvrir, au sujet l'Agence World Book Science Service, et sur en particulier la date de sa troublante disparition ...

      Mais ce 9 Juillet 2017, poursuivons notre exploration des choses mysterieuses reliées à l'Atlantide et à ses développements annexes fantastiques...

      Certains détracteurs zélés et zététiques , (engoncés dans leur fière culture officielle), ont dû se se tordre de rire jusqu'à se rouler par terre, lorsque nous avons affirmé le fait que les géants comme encore celui là, placé à droite de la photo suivante :



venaient d'une manière quasi certaine, de l'Atlantide, avant sa disparition totale, il y a près de 12 000 ans.

      Mais ce qu'ils n'ont jamais appris dans leurs Universités, c'est que ces Atlantes avaient atteint un niveau de civilisation, bien plus évolué que le nôtre actuellement et que l'on trouvera obligatoirement, la trace de leur passage sur la Lune, sur Mars ...etc...

      Mais, si ces zélés détracteurs avaient d'une part, de bonnes lectures, ils se seraient aussi, d'autre part, assurément étouffés de stupéfaction, s'ils avaient eu la grande opportunité, de lire, dans le remarquable ouvrage déjà présenté plus haut :


, ce passage inouï , que l'on découvre aux pages 143-144 ::


      Dommage que l'auteur, n'ait pas jugé bon, de nous en dit plus, sur cette affaire d'aviateurs, qu'il évoque si bien, au sujet de nos géants en question et géants dont les traces historiques sont désormais, pour ARTivision, irréfutables . ( d'ailleurs personne ne nous explique qui étaient les habiles entités, qui ont pu styliser avec une telle finesse les admirables sculptures de ces têtes de géants qui semblent toutes différentes entre-elles...)

      Comme on le voit, une fois de plus, le site n'invente rien et, appuye toujours ses dires, sur des documents incontournables...

      Montrons maintenant, que ces géants ( peut-être aviateurs comme le suggère plus haut, Mr Guillaume DELAAGE), sont bien, semble-t-il allés ailleurs, que sur la Terre.

     Pour en savoir plus sur cette affaire, disons d'abord que les intrépides chercheurs, peuvent se procurer d'abord, le remarquable fascicule américain publié dès 1988, et intitulé "Unsusual Mars Surface Features" de Vincent DiPietro, Gregory Molenaar, et Dr John Brandendurg, par Mars Resaearch P.O. Box 284 GLENN DALE , MAYLAND 20769 :


, et où l'on découvre la photo claire et nette n° 76H593/17384 de la région Cydonia sur Mars, faite par la sonde Viking, le 31 Juillet 1976 :


      Nous ne nous éterniserons pas sur cette affaire de visage qui a fait couler beaucoup d'encre. Mais agrandissons plutôt un peu, si vous le voulez bien, la portion de l'image située à gauche :



       Le remarquable fascicule précédent, nous apprend en effet, clairement, que c'est sur le plateau de Cydonia sur Mars, que les sondes Vikings 76H593 et 17384, ont filmé en 1976 , ces structures surprenantes :

   Il n'est pas besoin en effet, de sortir de l'école Polytechnique, pour relever le caractère tout à fait artificiel de cette structure gigantesque placée au centre de la photo et appelée par certains chercheurs, la "forteresse", et dont l'épaisseur des "murs", formant deux angles droits, dépasse les 300m. Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. Bien évidemment, les revues spécialisées en astronomie, qui ont pignon sur rue, évitent soigneusement de parler de tout cela.

    Et on sait maintenant que la NASA et son complice un certain Michael Malin (et vous verrez que l'on devrait plutôt le nommer, plus diaboliquement parlant, Michael le Malin), ont trafiqué les photos pour en neutraliser les formes non naturelles. Voir pour cela absolument l'article incontournable de la revue Nexus n° 61 de Mars-Avril 2009 :


    Ces protagonistes pervers ont tout fait, pour maquiller sans scrupules cette admirable image.

       En effet, on a pensé, alors naïvement queMars Global Surveyor placée en orbite autour de Mars le 12 Septembre 1997, et dont les caméras auraient permis, de distinguer parait-il des objets de la taille d'une automobile, allait un jour, lever le terrible doute, qui nous assaille et divise les scientifiques, mais pas la NASA, qui elle sait parfaitement de quoi il s'agit, et camoufle tout.

       Voici, oh désastre, ce qu'à donné la "Forteresse" en question, aux murs si nets de 300 m de large, et cela d'après le n° 18 de la revue Top Secret page 37, dans un dossier de Nicolas Montigiani :


    Le texte en blanc peu lisible, ci-dessus dit exactement ceci : " Détail cliché n° 20020413a, sonde Mars Odyssey (13 avril 2002) : contrairement à toute logique, l'insolite structure de forme rectangulaire visible sur l'image Viking 1 n° 35A72 n'est plus visible ici. Comment une image d'une résolution de 19 mètres par pixel peut-elle faire disparaître des éléments visibles sur une autre, plus vieille et de, résolution moindre (47 mètres par pixel) ? C'est le paradoxe de la conquête martienne. À croire que plus les instruments embarquées sont précis, plus la lecture des images devient difficile, le résultat opaque."

      Soyons sérieux, et arrêtons d'agir comme l'autruche, en fourrant la tête sous le sable et en faisant confiance à ces Messieurs de l'Ombre. Chacun sait, qu'à notre époque, il est superbement facile de trafiquer une image avec les procédés informatiques dont on dispose.

    Tout cela est évidemment lié, aux magouilles des organismes souterrains, qui nous manipulent ouvertement. A bon entendeur salut.

      Mais, dans cette affaire scabreuse, le livre que tout chercheur en Astroarchéologie, devrait avoir en sa possession, est aussi le remarquable ouvrage de GUY GRUAIS et de GUY MOUNY paru en Avril 1997, et intitulé : "Guiseh, au-delà des grands secrets " :

  

, oú ces auteurs nous font part des recherches qu'ils ont effectuées sur près de 500 clichés de la NASA obtenus par le Service d'Imagerie Planétaire de la Faculté d' Orsay-Sud . Des agrandissements de diverses parties du site de Cydonia Mensaé autour des "pyramides" et du "fameux visage" montrent très nettement des alignements, des formes rectangulaires géantes ressemblant à des ruines anciennes de villes. Nous empruntons avec déférence , à ces auteurs le montage suivant très explicite à ce sujet :



       Et de plus, on y voit même une colline circulaire de 2200 m de diamètre à étages possédant un replat tout rond à mi-hauteur mettant bien en relief une coupole supérieure et supportant un gigantesque rectangle de près d'un km de long et le tout connecté à une sorte de rampe d'accès à bords parfaitement rectilignes de plus de 900 m. Voyez donc l'image  ci-dessous:


      Et tout cela est intégré dans un cadre géométrique où règnent le nombre d'or et les coudées égyptiennes .

      Ce qui est triste, c'est qu'à cause de ces manigances de la NASA, aucun infographiste qualifié, n'a eu le courage de tenter une reconstitution en 3 D, de cet artefact martien pourtant si bien structuré :


    Puis aussi, dans ce domaine, il y a le livre "Le mystère de Mars" de Graham Hancock, Robert Bauval et John Grigsby publié aux Editions du Rocher en Octobre 2000.

    Il y a aussi pour terminer cette affaire, le numéro spécial sur Mars d'Avril 2000 de la revue Science&Vie Junior page 57 et photo visible sur notre article, placé directement à :

http://www.artivision.fr/lettreouverteSVJunior.html

et le nom de la photo est imcydonia1b.jpg . La voici :


    Cependant (Et voilà ici comment une revue importante, fait comme l'autruche) cette revue à grand tirage (réservée à la jeunesse) en présentant cette"forteresse" , (placée ici sur la gauche de la photo) n'a à aucun moment, donné la moindre information, et encore moins, une explication utile, à son sujet, même à titre de curiosité, et seul le prétendu, "visage", a fait l'objet de commentaires de cette revue, sous forme d'illusion d'optique, bien sûr.

    C'est une honte et un défi inadmissible, à l'esprit que nous montrent ces journalistes soi-disant curieux de nature.

      Peut-être que maintenant, l'infographiste pervers, dont il est question plus bas, aura une certaine repentance, qui lui donnera enfin, l'envie d'augmenter le niveau de ses créations, et qu'il pourra alors, nous structurer un peu mieux en 3D l'artefact martien en question.

      En effet, cet infographiste ( qui a été heureusement dépisté par l'ami Fabien), s'était lamentablement mis en exergue, en prétendant avoir découvert, sur la Lune une structure très insolite ( photo de gauche) :


    L'ami Fabien, nous a démontré, vite fait, qu'il s'agissait du cratère Tycho trafiqué très maladroitement, par ce Monsieur.

       Il est donc très lamentable, que cet infographiste ait gâché son temps à une chose aussi piteuse, pour épater la galerie des gogos.

       Pour la suite, et comme disent, si bien alors les anglosaxons : "WAIT AND SEE".

      Cependant, il nous vient, l'idée de placer ici, la superbe phrase de Lionel Hubert dans son ouvrage : "les phénomènes Psi" aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :


"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

   Mais, pour ceux, qui continuent tout de même à rire sous cape, alors voyons ceci :



    Cette photo, est issue de la NASA et nous l'avons découverte à la page 46 sur une revue d'astronomie bien connue, de Septembre 2003 portant le n° 400, représente une photo de Callisto, un satellite de Jupiter, et que nous a envoyée la sonde Galileo, avant de plonger dans l'atmosphère fantasmagorique de Jupiter. Il suffit alors de regarder attentivement le bout de la flèche rouge, pour y découvrir un incroyable hexagone régulier, qui s'érige à l'intérieur du cratère, lui-même d'une blancheur extraordinaire.

      D'autre part, pas besoin non plus, de sortir de Polytechnique, pour deviner que l'image en bas à droite, ayant grossièrement la forme d'une croix de Malte :


n'a elle, aucune chance, de provenir de choc météoritique, tant elle est bizarrement structurée et d'une blancheur inouïe.

      Evidemment, la revue en question, n'a pas osé signaler ( même à titre de curiosité) dans son article, ces extraordinaires structures , ( Il s'agit du cratère Valhalla, dont le diamètre est d'environ 1500 km , donc bien plus grand que la France) : A vous de juger donc, le soi-disant"caractère météoritique" , que la revue semble affecter à ces formations hors normes . Vous trouverez plus de détails sur cette incroyable photo, à l'adresse de notre article ::

http://www.artivision.fr/remucos.htmll


      Et donc finalement, tant que ces Messieurs les sceptiques, qu'ils soient haut placés ou pas dans l'Université, et tous ces médias et autres prétendus astronomes et scientifiques de tout bord, se tairont au sujet de cette "forteresse" sur Mars (ou au sujet de cette structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune, et visible sur le Paris Match du 18 Janvier 1969 ), le site ARTivision, continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements, et les forcer à un jour à parler.

       Voilà donc une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique
;.

       Finalement, peut-être aussi est-il utile de transcrire ici, les paroles du Maître de Findhorn, en date de ce 09/07/2017, et paroles qui semblent s'adresser tout à fait à la situation cacophonique sociale et auditive actuelle, et méditation qui s'articule parfaitement avec les principes d'ARTivision, mis en exergue depuis 20 ans au moins :

Pour te mettre en rythme avec la vie

tu dois apprendre l'art de la tranquillité,

car plus tu deviens tranquille,


plus tu peux refléter clairement les qualités de ton âme.

Comme c'est facile d'accuser ton environnement,

ta situation ou tes conditions de vie

pour l'état dans lequel tu es.

Il est grand temps que tu cesses de le faire

et reconnaisses que tu n'as à t'en prendre qu'à toi.

Si tu cherches et trouves cette Paix
et cette tranquillité intérieures,

rien ni personne d'extérieur ne pourra les troubler ou te déséquilibrer.

Regarde autour de toi,

regarde la beauté et la perfection de la nature !

Tout dans la nature est en rythme:

Une loi et un ordre parfaits règnent dans l' univers

du Très Haut !



Rien n'est désaccordé;

il y a un temps et une raison pour tout

Cela existe pour que toutes les âmes les voient et y participent,

alors accorde-toi avec eux !

Coule avec eux,

et sois une partie de cette loi et de cet ordre,

de son univers !



La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 9 Juillet , après adaptation d'ARTivision

     Mais, ce 11 Juillet 2017 , dioons que si vous voulez avoir quelque détails de plus sur cette aaffaire de Callisto citée juste au dessus, voici une autre image très nette elle aussi, mais en noir et blanc :


     Cette image nous vient de la revue"Pour La Science N° 270 d'Avril 2000", et contrairement à ce que déclare aussi , la revue, ce cratère du dessus nommée Valhalla, ne peut en aucune manière, être un cratère d'impact, car on y voit bien en son centre, une structure phénomenale, (Jamais mise hélas en 3 D par les infographistes qui se prétendent dans le vent), et structure où figurent des formes géométriques classiques et des angles droits à profusion.

     , les médias ayant pignon sur rue, qui devraient bondir de satisfaction sur ce scoop d'ARTivision, publié dès la mi-septembre 2003, et ces infographistes qui croient être malins, et toujours prêts à inventer des images bidonnées (voir l'affaire du crayère Tycho plus haut), ont ont loupé lamentablement le coche; et continuent à, fourrer carrément la tête sous le sable exactement comme ceci :


      Mais nous avons bien meux a soumettre à leur fuyante sagacité :

      Voici en effet, une affaitre encore plus fantastique, et qui concerne, >Miranda, l'impossible satellite d'Uranus.

     En effet, c'est du 3 au 7 novembre 1986; que s'est tenu à Paris, un congrès de Planétologie, auquel la revue "Sciences et Avenir" a consacré un numéro spécial n°61 hors série fin 1986. Mais citons plutôt le préambule de l'article de Mr Pascal Lee de la page 14, qui est très significatif au sujet de l'incompréhension totale des scientifiques concernant le phénomène planétaire de Miranda, petite lune d'Uranus, photographiée en début d'année 1986:

     " Pour les astronomes, la plus petite lune d'Uranus représente un véritable miracle: Sur sa surface est réunie la quintessence des curiosités géologiques rencontrées sur les planètes. Reste à expliquer pourquoi ? Voir l'image n°1, incroyable de Miranda, ci-dessous:


    Sur tout le congrès, la belle ombre de Miranda aura plané. Même si ce sujet de conversation devait à tout prix être évité, la mystérieu se lune d'Uranus laisse perplexe : Miranda est taboo !.. On se souvient en effet des extraordinaires clichés transmis le 24 Janvier 1986 par voyager-2 . Passé à moins de 29000 km de Miranda, avec une vitesse proche de 72000 km/h, la sonde avait pu enregistrer au prix d'une subtile man?uvre de pivotement compensatrice , une magnifique mosaïque de huit scènes (paysages) couvrant l'ensemble de l'hémisphère austral. La résolution spatiale des meilleures , images obtenues a atteint 600 m, soit une finesse qui n'avait encore jamais été obtenue au-delà de Mars. Nous avons ainsi découvert un monde tout à fait différent de ce qu'on présumait. On imaginait volontiers, avant l'arrivée des "Voyager", Miranda comme une classique boule de glaces et de roches, criblée de cratères et sans signe d'activité importante. Or les astronomes se sont trouvés en présence de terrains extrêmement variés, contrastés, présentant des structures complexes, évoluées, qui témoignent d'une histoire très mouvementée. Même les plus imaginatifs sont surpris. Les géologues distinguent aujourd'hui sur ce monde une dizaine de types de terrains différents. Ils parleraient plutôt "d'unités géomorphologiques " que l'on peut en fait regrouper selon deux catégories principales, avec d'une part des surfaces anciennes cratérisées, émoussées, bosselées et d'autre part des terrains cannelés de sillons parallèles et serrés, moins cratérisés..
. "

    Donc nous avons bien noté les termes de "miracle", de "conversation à éviter", de perplexe", de taboo". (On se demande d'ailleurs pourquoi ? Faut-il faire absolument le silence sur les phénomènes que l'on ne comprend pas ? Si c'est cela l'esprit scientifique...? Alors vous comprenez maintenant, la raison de l'existence notre notre site Web ARTivision, qui dénonce ce genre d'attitude), et surtout on trouve aussi l'expression : "Même les plus imaginatifs sont surpris" , ce qui veut dire en clair, que la réalité dépasse de très loin la fiction même la plus imaginative.

    Ainsi pour terminer résumons que Miranda présente d'une part, des terrains anciens n'ayant pas bougé depuis un temps immémorial, et d'autre part, des surfaces qui correspondent à des modifications plus récentes très insolites, qui dessinent de vastes figures aux contours très nets renforçant le contraste avec la toile de fond ancienne . Certaines figures sont en forme d'ovales très allongés et dont les structures évoquent incontestablement des champs de courses de chars romains à la "BEN HUR".Voir l'image n°2, de Miranda, ci-dessous:


     D'autres encore présentent des formes étonnantes d'une structure anguleuse tel le désormais célèbre "chevron" situé au pôle Sud .Voir l'image n°3 de Miranda, ci-dessous:


    La seule explication scientifique trouvée de nos jours pour justifier une telle fantaisie de relief sur Miranda est toute aussi incroyable en elle même : Miranda serait une planète ressuscitée, c'est à dire qu'elle aurait volé en éclat à la suite d'une violente collision, mais ses morceaux au lieu de se disperser dans l'espace se seraient agglomérés de nouveau pour former dans le désordre, ce puzzle sphérique que nous avons découvert, montrant à sa surface des "grumeaux" provenant des entrailles de son incarnation intérieure.(sic)

      Autrement dit, c'est là qu'intervient la magie pure, dont nous parlions plus haut. en ecrivant: :.... Voilà donc une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique.

      Que celui qui a de bons yeux, pour voir, tout ce qui concerne,la stupéfiante Miranda, en tire la clef lumineuse qui s'impose, et, surtout le désir latent d'en savoir plus.

      Disons en terminant qu'il y a plus de 12 000 ans, des rescapés de l'Alantide, se sont installés sur la Lune ou ailleurs, depuis des siècles, ce que nos gouvernements nous cachent incontestablement, pour ne pas diminuer leurs impacts psychologiques et scientifiques, commerciaux... etc..., sur les populations ignorantes, du fait que la vie existe bien partout dans l' univers, comme nous le précise le Maître de Findhorn, dans la méditation suivante en date de ce jour justement, et concernant la notion de la Vie en elle-même
, ce qui nous interpelle ici, alors bien philosophiquement, et même scientifiquement, ce qui va encore faire hurler de dépit, les bien-pensants et consorts intellectuels blasés contemporains:

Que signife la Vie pour toi ?

En jouis-tu complétement ?

T'attends-tu à ce qu'il en sorte le meilleur ?

Acceptes-tu qu'elle soit infinie, qu'elle n'ait ni commencement ni fin ?

Est-ce que savoir cela te fait vibrer t'élève,
ou bien en es-tu horrifié et déprimé

Ton attitude envers la Vie en ce moment est des plus importantes,
car beaucoup de merveilles sont en train de se déployer,
et il est nécessaire que tu ailles
dans le sens de tout ce qui se passe et que tu ne le combattes pas.

C'est une époque de déploiement, non de difficulté ou de lutte;

par conséquent sois tranquille ,
vois se déployer merveille sur merveille en une vraie perfection,

et rends grâce éternellement .

Rends grâce d'être vivant et de faire partie de ce qui est en train de se passer.

Rends grâce pour les changements rapides, et change avec eux .

Tout est pour le mieux ;

n'aies donc pas peur, mais avance joyeusement .

Sens que tu es une partie de tout le processus de changement ,
de la Globalité et de la Nouveauté.


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 11 Juillet , après adaptation d'ARTivision



       Curieux n'est-ce pas, (et la Science le dévouvrira sans doute bientôt), que ce devoir, qui nous est bien répété, de remercier continuellement La Source pour ses bienfaits.

       Peut-être est-ce cela aussi, un début de réponse à certains scientifiques qui prétendent actuellement, remettre en cause l' hypothèse du Big Bang. Voyez vous-même :


      Mais ce 12 Juillet 2017, puisque dit-on, qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, disons en effet en passant que les théories scientifiques ne sont valables, que pendant un temps limité.

     Il n'y a pas en effet, si longtemps avant la découverte de la célèbre formule E=MC² d'Einstein, on admirait la théorie de la contraction du soleil, proposée par le savant allemand, Hermann Ludwig von Helmholtz , qui dès 1854, supposait qu'il y avait transformation de l'énergie de gravitation en énergie thermique, et que le Soleil devait se contracter, par simple effet de l'attraction gravitationnelle vers son centre, et produire ainsi de la chaleur par compression des masses gazeuses.

     Eh bien, on le sait maintenant, cette superbe théorie, n' a vécu que, ( comme le dit si bien le poète François de Malherbe), l'espace d'un "matin".

      Donc tout est relatif dans ce monde, et le domaine de la Science, est lui aussi, fonction du niveau d'évolution de ses chercheurs dans le Temps et l'Espace. Le Vrai, (à un certain degré de connaissance de nos universités), est donc aussi impalpable que le Faux. Les lois que l'on applique à un moment donné doivent s'adapter aux découvertes nouvelles pour s'y intégrer tant soit peu. Les révolutions culturelles sont difficilement acceptées par les mandarins, et des "martyrs", en font souvent les frais. L'histoire de la Science est criblée de cas de cette nature, comme par exemple l'histoire déjà vue, dans nombre de nos articles, du philosophe Giordano Bruno dont voici un admirable portait :


Photo extraite du n° 16 de la revue "Le Monde Inconnu" de Mars 1981.

, philosophe, théologien, poète, peintre auteur de théatre, imprimeur , astromome , alchimiste... auteur de près d'une centaine d'ouvrages, et il affirmait que la Terre n'était pas du tout le centre du Monde, et qu'en plus l' univers était infini, comme l'infinie puissance divine, et possédait des mondes innombrables, et qu'il n'y avait pas un monde unique et limité, comme l'admettait Saint-Thomas d'Aquin, après Aristote. Pour ces paroles totalement admises actuellement, et d'autres broutilles, il a horriblement été pourchassé, par la Sinistre Inquisition, qui en l'an de grâce 1600, n'a pas hésité à le brûler vif, sur ordre du Saint-office.:

Dessin tiré du n°13 de la revue Maths&malices Sept-Oct 1993

    Ce dessin pourtant admirable est incomplet, car les tortionnaires de l'Inquisition ont en plus, traversé la langue du supplicié d'une tige métallique pour bloquer ses lèvres, et l'empêcher de hurler ses dernières volontés.

     Et ce Giordano Bruno, n'a jamais, à notre connaissance, été réhabilité, ou même canonisé, ce qui n'aurait pratiquement rien coûté, actuellement à l'Église qui l'a brulé.

      A vous de juger, une fois encore cette triste affaire.

      Disons aussi que cette affaire du Maître de Findhorn qui considère, la Vie comme n'ayant ni commencement ni fin, va faire certainement grincer des dents et tiquer d'étonnement nos éminents biologistes et consorts afiliés, qui ne sont pas prêts de démontrer cela...et le Maître Pomar, nous a dit déjà pourquoi... dans notre article :

http://www.artivision.fr/HommageExceptionnelColetteCyrilLefevreSuite2.htmll


     A ce propos, comme chacun est libre de croire ce qui lui plait, disons une fois encore, que le site ARTivision, ne soutient aucun mouvement religieux, de quelque nature que ce soit. Son rôle, ne se résume qu'à presenter des textes et des images hors-normes, qui n'ont pas reçu, des médias ayant pignon sur rue, la diffusion et l'amplification, qui leurs revenaient de droit, à l'époque de leur sortie sur le marché.,

      Finalement, on s'apercevra progressivement, que le site ARTivision, n'est pas du tout un site que l'on fréquente par convivialité, pour se changer éventuellemnt les idées, mais c'est surtout un site où chaque petit détail, à son importance, et doit être explorer à fond, pour mettre en lumière sa substantifique moelle .

      Par exemple, nous avons ci-dessus, mis en avant, le fait qu'au Mexique, on trouve la preuve irréfutable, que des géants, comme celui la :


vivaient dans ce pays, il y a des milliers d' années, et plus tard, ils ont été voir ailleurs, et on ne sait pas exactement où.

     Mais, il fauit aussi savoir, lire entre la lignes de tout cela, car personne n'est capable de nous dire actuellement, qui étaient les habiles individus de la société de l'époque, , qui ont su, nous styliser, si admirablement ces têtes géantes, et quel était aussi, la nature du matériel sophistiqué, qu'ils utilisaient pour cela...

      Mais, imaginons, que le Président actuel, des État-Unis souhaite laisser pour les générations futures, un très fidèle et énorme buste. Rien de plus facile, serait pour lui, de donner ce travait à faire à une entreprise utilisant une imprimante en 3D géante...

      Or le site ARTivision , affirme que ces géants avaient une civilisation très évoluée, par rapport à la nôtre ... et, ils possèdaient certainement des machine-outils ultra perfectionnées.

     Vous avez du mal à croire cela, alors lisez attentivement, ce qui suit :

     "On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard". Chap.1 vers.11.

      "Ce qui a été, c'est ce qui sera et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y rien de nouveau sous le soleil". Chap. I vers.9.

     Mais il y a encore mieux :

     "S'il est une chose dont on dise : Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés". Chap. I vers.10.

     Pour ARTivision, il est clair que celui ou ceux , qui ont écrit ce texte, étaient capables d'explorer ce que les ésotéristes appellent, nous l'avons déjà dit plus haut, les Annales Akashiques, où est enregistré, comme sur un immense disque dur, tout ce qui arrive dans l'Univers, comme nous l'a montré le personnage tout à fait hors normes, vu plus haut, et nommé Edgar Cayce, et, étant donnée, l'importance de cette affaire, voici à nouveau, la frimousse, de ce dernier:


      Et, on sait qu'il démontre absolument que le Passé de la Terre, fut beaucoup plus fabuleux, que les meilleurs maîtres de la Science-Fiction, ne l'ont imaginé.


      Mais ce 16 Juillet 2017, poursuivons l'analyse des artefacts situés en dehors de la Terre, et que nos scientifiques, nos pontifes, et consorts intellectuels blasés, refusent de considérer dans leurs discours quotidiens. L'avenir les jugera sévèrement, ne vous en faites pas. Pourtant nous avons de nombreuses fois, démontré qu'il existaient bien avant nous, des civuilisations extraordinaires, de loin superieures à la n ôtre , comme l'Atlantide, d'où vemait sans doute, ce géant historique :

  


et une fois de plus, si l'on observe l'oreille gauche du sujet, on y voit apparaître nettement branché, une sorte d'appareillage très particulier, qui pour nous semble être clairement un dispositif pour amplifier et de capter le son à distance ...

      Comme personne ne peut actuellement nous dire, ce que sont devenus ces géants, ( Quand on a vraiment faim, à défaut de grives, on mange des merles), nous admettrons donc, une fois de plus, que ces géants peuvent être (bien sûr, il y a d'autres explications, déjà présentées sur ARTivision), à l'origine de la présence de cet ahurissant artefact, placé sur l'astéroide EROS, et dont on va, ici donner quelques détails surprenants :

   Mais, pas besoin en effet, d'aller jusqu'à Mars, ou même Callisto, pour découvrir des structures insolites placées çà et là sur des planétoides...

   Nous avons en effet, eu le grand bénéfice de découvrir dans nos dossiers , une revue merveilleusemment illustrée, qui est le Science&VieJunior n°139 d'Avril 2001 que voici :


      On découvre alors dans cette revue, super schéma, qui montre bien, la complexité de l'exploit qui a présidé à la descente finale de la sonde NEAR de la NASA, sur l'astéroïde EROS . Cet atterrissage inouï et inespéré, qui eu lieu le 12 Février 2001. Et, chose très bizarre, cette descente de Near sur Eros, a été anoncée par la NASA, au tout dernier moment, comme si cette manœuvre, n'avait pas été préparée de longue date, alors que cela doit être prévu, de très nombreux mois avant le lancement. Que signifie donc ces cachotteries notoires de la NASA ? Avait-on, déjà les photos d'Eros, avant l'arrivée de la sonde Near ? A vous de juger...

     Et voici ce super schéma, (ne pas tenir compte de la mention de la boule rouge nommée ANTI-TERRE, qui y figure) :


     Mais allons plus loin et voyez aussi par exemple cette photo incroyable avec un agrandissement d'environ 6 fois:

 

     Cette photo nous vient du site :

http://near.jhuapl.edu/iod/20000503/index.html

     Rappelons, à toutes fins utiles, que cette photo fut prise 14 Février 2000, alors que la sonde américaine Near se satellisait à 355 km environ de l'astéroïde 433 Eros, un rocher en forme d'haricot, d'environ 33 km de long, dont la masse volumique est de 2,4 gramme par cm3, et dont on nous dit bien, que les instruments de la sonde, y ont noté la présence de plusieurs types de roches dont du pyroxène et de l'olivine des minerais à haute teneur en fer.

   Une structuration en 3D, nous donne alors ceci :


    Puis aussi les autres vues suivantes :




    Et en tenant compte du relief et du bassin dans lequel est placée la structure, on a aussi :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de l' entreprise, qui a accepté, de nous structurer en 3D, cette surprenante image d'Eros.

    A vous de juger.

     Vous n'allez tout même pas nous dire que cet artefact est venu là, sur Eros, par l'opération du Saint-Esprit, et ces Messieurs les sceptiques, vont encore toujours fourrer la tête sous le sable et se taire, mais, il ne pourront pas, nous dire, que c'est une illusion d'optique ou un trucage informatique, car c'est bien là, la NASA, elle-même, qui on le sait, nous a photographié avec sa sonde Near, cette structure bizarre sur l'astéroïde Eros, où d'ailleurs cette sonde s'est posée au grand étonnement de chacun, car cet exploit, n'a été révélé qu'au dernier moment. Pourquoi tant de cachotteries de la part de la NASA ?

     Mais ce jour, disons que cet astéroïde Eros, possède beaucoup de structures insolites inexplicables, que les spécialistes de l'astronomie et consorts affiliés, évitent soigneusement de montrer dans leurs revues et à la télévision : Voyez vous-mêmes :

    On découvre ceci :



    Mais regardons de plus près :



    On découvre alors qu'il existe de nombreuses zones d'une blancheur notoire inexplicable, et on voit ici, des rayures ayant des barres parallèles coupant à angle droit un axe central. Mais il semblerait que cette blancheur cache parfois (comme le montre la flèche de gauche de la photo précédente et avec une loupe bien sûr c'est encore mieux) des formes très régulières (sortes blocs parallèles et orthogonaux)

    Nous aimerions connaître l'explication des spécialistes sur la nature du phénomène qui est à l'origine d'une telle érosion du sol de cet astéroïde, où rappelons le, il n'y a sur Eros, ni air, ni eau, ni vent, ni volcan, etc..

    Voici d'ailleurs, <une autre photo, tout aussi insolite :


    Nous avons trouvé, cependant une tentative d'explication de quelques spécialistes en vulgarisation astronomique :

    En Avril 2000, la revue "Ciel & Espace" dans son n°359 publiait d'excellentes photographies de ce rocher, et en voulant commenter ces rayures insolites du cratère précédent, elle nous dit ceci : " Dès le 14 Février cette image du pôle d'Éros a montré des détails d'une trentaine de mètres . On y voit en particulier, à l'intérieur d'un gros cratère de 6 km de diamètre, des rainures parallèles qui sugèrent la présence de strates . C'est l'indice que l'astéroide est issu d'un corps différencié bien plus important ".

     Donc si nous savons lire entre les lignes, cela signifie qu' Éros, ne peut qu'être qu'un fragment d'un beaucoup plus gros rocher, détruit probablement par une collision gigantesque avec un autre corps céleste, et cela aurait été la raison de la présence de ces strates géologiques sur Éros. Le problème est que ces prétendues strates paraissent d'une fraîcheur inouie. A vous de juger tout cela...

       Bien sûr, le Webmaster d'ARTivision, n'adhère pas du tout à cette explication magico-hasardeuse, et il préfère de loin, amplifier et rendre très logique l'hypothèse hardie que nous avait prèsentée, Monsieur Guillaume Delaage, dans son remarquable ouvrage de 2013, déjà exposé plus haut, et hypothèse que nous vous soumettons ici, à nouveau, pour ceux qui l'ont déjà oubliée :


    Mais, voici un autre spectacle tout aussi bien insollite :


ou encore :

    

    Il ne nous reste qu'à attendre aussi que l'on nous explique la nature du phénomène capable que créer dans l'espace, sur un rocher en forme d'haricot plein de rondeurs, une topographie aussi bien structurée.

      Le site ARTivision met alors ici , chacun ( écrivains, journalistes, savants officiels) au pied du mur, et ils seront bien obligés un jour, de ne plus faire comme l'autruche et de tirer la tête sous le sable, pour analyser enfin ce fait implacable et très dérangeant de notre environnement.

    Notons en plus, que d'après notre ami Roch Saüquere Directeur de la revue Top Secret, selon les commentaires de la NASA , ce rocher blanc vu plus haut, au fond du cratère :


devrait mesurer au moins 45 mètres. Faut-il encore y ajouter, 45 m, pour le bloc fin qui se déboîte en dessous ? Aux spécialistes de répondre !!

Nous attendons vos suggestions...

    Le 15 Octobre 2003, nous avons eu le grand privilège de recevoir de l'ami canadien Yves Vaillancourt (déjà présenté plus haut) le super message suivant, ayant trait, à l'étrange structure ci-dessus d'Éros:

----- Original Message -----
From:Yves Vaillancourt
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Wednesday, October 15, 2003 3:50 PM
Subject: Éros Structure

    Bonjour Fred.

    L'adresse permettant d'obtenir une image mieux définie de la structure d'Éros n'est pas fonctionnelle.
    J'ai donc récupéré directement de ton site l'image en question et je suis tout même arrivé à des résultats probants.
    Si toute fois tu pouvais me faire parvenir un fichier de plus haute définition,
alors il serait possible d'aller plus loin au niveau précision.
    Ce qui veut dire, moins d'interprétations subjectives. Je n'avais pas encore fait la modélisation de cette structure, cependant c'était dans mes projets, ton courriel m'a donné le coup d'envoi !

    La modélisation géométrique est basée sur une perspective dite « cavalière » ou « isométrique ».
     Elle fut possible suite à une observation minutieuse, basée sur 3 éléments distincts d'observation :

1-Schématisation de la structure suite à la réduction maximal du flou. Le reste est fait mentalement de manière subjective.

2-La forme des ombres est très révélatrice. En effet, c'est grâce aux ombres qu'il est souvent possible de reconstituer une structure en 3D.

    Dans la revue « Science et Vie » de ce mois-ci, il y a un article très intéressant à cet effet.

3-Les jeux d'ombres et de lumières, plus la dénivellation du terrain.

    Cette projection géométrique n'est en fait, qu'une interprétation possible du réel. Par contre, mon expérience de la schématisation et la qualité des détails observés me permettent d'estimer que cette interprétation schématique n'est probablement pas très loin de la réalité.

    À bientôt

    Yves

    P/S: En passant, le dernier « Ciel et espace » mentionne que la structure hexagonale que j'ai remarquée sur Io, est un lac de lave.

Yves Vaillancourt
Designer, spécialiste en traitement d'images.




    Fin de message

    Nous adressons nos vifs remerciements à Yves, pour ce travail remarquable.

    Mais terminons ces lignes d'aujourd'hui, par une note très transcendante, qui fera courir de frissons glacés, le long de la colonne vertébrale, des agnostiques zététiques et consorts mécréants affiliés ...

    Voici de quoi il s'agit :



Curieux n'est-ce pas que cet entrefilet !!! Et ne trouvez vous pas qu'il confirme parfaitement les paroles surprenantes vues plus haut du Maitre de Findhorn :

Que signife la Vie pour toi ?

En jouis-tu complétement ?

T'attens-tu à ce qu'il en sorte le meilleur ?

Acceptes-tu qu'elle soit infinie, qu'elle n'ait ni commencement ni fin ?


        Rappelons que le site ARTivision qui a souvent, quelques longueurs d'avance sur les médias, avait déjà parlé de ces incroyables tardigrades, dès le 10/05/03, dans son article clef :


       Mais, ce 20 Juillet 2017, il nous semble utile d'aller plus avant encore, dans la présentation de documents incontournables concernant le fabuleux Passé de notre planète ( et documents toujours mis sous le boisseau par ceux-là même dont le devoir moral serait de les mettre clairement en exergue..)

      Analysons si vous le voulez bien, à l'épilogue du premier livre de SORIA paru aux Editions Ariane des Avril 2001, (donc il y a près de 16 ans en 2017) :

 

       Et en page 253, on trouve alors (Âmes sensibles s'abstenir ):


      " En vous penchant sur cette question l'esprit ouvert et le mental détendu, et en mettant vos schémas restrictifs de côté, vous trouverez une route semée d'indices à votre égard vous éclairant ainsi sur les bouleversements réservés. Les Mayas, la Civilisation égyptienne des premiers temps, la Civilisation tibétaine, les Aztèques et la Civilisation Hopi, ( Note du Webmaster : Nous analyserons brièvement plus bas certaines de ces civilisations, avec les Incas en plus) , ont tour à tour été vos maîtres, vos dirigeants et vos coordinateurs de l'avenir de cette planète et de son futur...( Note du Webmaster : Phrase très difficile à comprendre. Nous verrons plus loin, ce qu'il faut en dire) .

    Quand vos scientifiques cesseront de penser que l'évolution que vous connaissez à l'heure actuelle est la plus évoluée que votre planète ait connue, ils pourront enfin retrouver les indices réels des hautes civilisations qui ont vécu avec un savoir et une gloire allant au-delà de votre imagination. Leur manière de vivre était un choix conscient et pas plus barbare que celle de votre humanité actuelle, que nous pourrions qualifier de retardée mentale au vu des désordres importants dans votre organe de pensée et de compréhension. (Il est évident que nous n'accordons pas de tonalité péjorative au mot « retardé »)..

    C'est la Civilisation atlantéenne, de retour en grande partie sur le sol américain, qui vous leurre et cherche à s'imposer avec son mépris du respect de la vie des autres. L'excès de la soif de pouvoir de ces êtres, les a ramenés encore une fois sur leurs vieux rails. Leur technologie de ces temps anciens les a conduits à la destruction de leur pays, à la disparition de l'Atlantide ; mais s'ils ne prennent garde, ils réservent le même sort à l'Amérique.

    Nous leur lançons un avertissement sérieux et espérons ne pas voir la réalisation de cette réalité qui, malheureusement, est déjà en train d'être enregistrée dans l'éther de votre planête.

    J'aime cette Terre qui est un petit bijou dans l'immensité de cet Univers. Nous avons décidé qu'il était temps de vous entretenir de vos responsabilités par rapport à la vie de votre planète.

    Vos schémas mentaux, vos pensées, vos rires, vos souffrances, vos excès, tout cela se mêle pour intervenir sur les humeurs de la Terre. Vos humeurs sont les détonateurs des bouleversements physiques de votre planète. Nous avons envoyé des frères pléiadiens parmi vos enfants pour essayer d'intervenir dans le cours de votre histoire et tenter de mettre un terme à l'autodestruction dont font preuve ces entités très têtues et imbues de leurs personnalités.

    La tiédeur de vos prises de positions conforte leurs exigences; Vous mangerez du bœuf nourri aux hormones et des aliments transgéniques qui vous transformeront en passoires pour maladies commandées ! Si tel est votre souhait, cela sera une expérience douloureuse...

    Dédaignez toute la gamme de ces produits , mêmes s'ils sont à votre portée; ignorez les. Laissez-les dans les étales et les rayons de vos supermarchés...
"


     Pour en savoir bien plus, priére donc de consulter sans hésitation, l'ouvrage en quesion...

    Que dire de plus, sur la civilisation atlante, si bien mise en exergue par le célèbre extralucide Edgar Cayce. (Voir notre article à ce sujet).

    Quant aux manipulations génétiques, pour accroître le rendement des aliments, nous en avons déjà vu les conséquences, même à court terme et heureusement les magasins dits bio, se developent continuellement. .

    Voyons maintenant ce que l'on peut dire au sujet des Hopis, en donnant quelques courtes informations sur les indiens Hopis de l'actuel Arizona, et infos tirées de l'ouvrage remarquable intitulé "Nos pensées créent le monde" de la journaliste scientifique Martine Castello et du polytechnicien Vahé Zartarian publié aux Editions R.Laffont dans la collection Nouvelles énigmes:

  

     Et nous lisons page 23 :

"Les Hopis, ont du temps une conception qui diffère radicalement de la nôtre.

    Ainsi ils n'ont aucune notion d'un temps s'écoulant de manière linéaire et continue, et entraînant dans sa course tous les objet de l'univers, du passé au futur à travers le présent. Leur langage même est dépourvu de tout mot, expression, tournure grammaticale, conjugaison, ou quoi que ce soit d'autre faisant référence explicitement ou implicitement à ce que nous appelons le temps, ni au passé, présent et futur, ni à la durée, ni encore au mouvement (qui serait conçu comme déplacement et pas comme un processus de transformation globale). Pourtant la langue hopi est extrêmement riche et permet de rendre compte de tous les phénomènes observables dans l'Univers. Cela signifie donc qu'ils font de la réalité un découpage complètement différent du notre dont découlent nos divergences sur le temps.... les Hopis eux, voient le monde non pas en termes d'objets comme nous le faisons, mais en termes d'événements... ces événements appartiennent à deux catégories, "les manisfestés" et les "non-manifestés".... "


    Curieux ceci,
n'est-ce pas ? Si vous voulez en savoir plus sur les Hopis, précipitez-vous sur l'ouvrage en question indiqué ci-dessus, et vous y découvrirez, bien d'autres choses intéressantes.

     Ces Hopis ont-ils pu élaborer un tel système, sans recevoir une initiation venue des dieux ancestraux, dont parlent la plupart des mythologies ? et Soria, nous dit bien jusrte au dessus, que des Pléiadiens sont venus sur Terre pour tenter d'inverser la volonté destructrice de nos concitoyens. Cela prouve que toute notre Histoire humaine, est à revoir.

     Pour les puristes, qui veulent approffondir la découverte des Hopis, voici un tableau récapitulatif ( que nous a envoyé très aimablement notre amie Chantal de Belgique), des principaux points de leur Tradition :


     Tout cela pour démontrer que ce que l'on croit être La Vérité, connue dans un temps, n'est qu'une copie d'une autre vérité plus traditionnelle, qui nous vient des temps anciens. La Théorie Unitaire de la Connaissance prônée actuellement par certains chercheurs et leurs calculs et démonstrations s'y rapportant, ne peuvent que nous mettre l'eau à la bouche et nous aiguiller sur des sentiers toujours plus énigmatiques et cosmiques. Mais croire que l'on peut dans notre petit univers à 3 dimensions (il y en a bien d'autres autour de nous qui ont aussi leurs lois ), que l'on puisse accéder à une vérité quelconque absolue actuellement, n'est qu'une illusion assurément.

     Mais parlons un peu des incas , dont les performances technologiques, laissent muette, notre science officielle, qui fait des tentatives dérisoires pour expliquer cela...

     Voyez par exemple, cette photo extraordinaire, où figure un collègue (qui donne l'échelle), visitant en 1972 l'incomparable mur de Sacsahuayman au Pérou, avec autre ami, qui a pris la photo :


     Des blocs énormes, en ( Granite ou porphyre), pesant parfois des tonnes ) ont été agencés dans un puzzle inouï et parfait, sans que l'on puisse passer une lame de rasoir entre les blocs...

      La première question qui s'impose est de savoir, avec quels outils sophistiqués, ces habiles ouvriers ont-ils pu tailler et mettre en place ces superbes blocs dont certains pèsent des tonnes ? La science actuelle n'a aucune réponse à nous fournir à ce sujet...car même avec nos puissantes machines outils et nos ordinateurs modernes, on aurait un mal fou pour réaliser de tels exploits. Comment donc ces extrordinaires ouvriers s'y sont-ils pris ?

     Mais voyez aussi ceci :


     La pierre placée derrière, la jeune femme (placée là, uniquement pour donner l'échelle et qui elle, fait environ 1,60 de haut) , mesure à peu près 5 m de large, et bien que l'on ne connaisse pas ici la profondeur, elle pourrait peser dit-on , plus de trois cents tonnes. Cette émorme pierre, est, on le voit, formée de 11 angles d'ajustement. Comment a-t-on pu non seulement déplacer un tel bloc, mais en plus le tailler et le polir de telle sorte qu'il s'ajuste si parfaitement avec les 7 autres blocs voisins ?

     Et voici, aussi le célèbre bloc avec 12 angles d'ajustement ( le petit écolier donne l'échelle) :


     Mais, il y a aussi cela :


     Voila, à Ollantaytambo au Pérou, à près de 2800 m d'altitude,, on trouve ces pierres gigantesques, dont l'échelle nous est donnée par la présence du même collègue en 1972. La taille est si parfaite que l'on voit à peine la jointure rectiligne des pierre voisines. Comment a-t-on pu d'ailleurs, les transporter à une telle altitude,, car les carrières sont très éloignées de là, dans la vallée ?

     Mais de plus, regardez bien la corniche qu'indique la fléche rouge. Elle n'a pas été encastrée dans la pierre principale, comme on pourrait le penser , mais c'est la pierre qui a été rabotée tout autour de cette mince corniche, pour la mettre en relief. Vous voyez donc, le travail que cela a dû occasionner, et aucun ingénieur, ni architecte moderne, ne peut expliquer ce travail.

     Mais regardez aussi les 5 superbes pierres, placées encore plus haut a gauche dans la montagne, derriere notre collègue:


      Comme tout cela est bien agencé, et en réalité, ce ne sont pas 5 pierres énormes, qui sont placées là-haut, mais 6 :

      En effet, un ami, hélas décédé actuellement , et de taille normale (1,70 cm), a pu grimper sur le flanc de l'une d'elles, ce qui fait que certaines d'entre elles, ont environ 4 m de hauteur :


     Et regardez bien alors, aussi la finesse extraordinaire de la jointure de ses énormes pierres :

    

     Alors donc, il faut se faire à l'idée, que les gens qui ont exécuté cette archithecture fabuleuse, existaient bien avant ces incas, qui ont été terriblement "bayayés" par les conquistadors , car étant donné la puissance de la technologie, dont ils ont fait preuve, pour construire ces murs, les espagnols auraient alors été vite lessivés en se mesurant à eux. Point Barre...

      Mais, nous avons vu aussi plus haut, cette image incroyable venant de Sibérie :


      La silhouette du bas, donne à peu près, l'échelle des énormes pierres agencées là aussi, avec une perfection stupéfiante , et aucune lame de rasoir, ne peut non plus ic,i pénétrer dans la jointure présentée .

     Allez un petit plus pour la route :

     Le 17 Sept 2007 nous avons reçu de l'aimable internaute Xavier N...., qui a eu le grand privilège de visiter l'Île de Pâques, les deux photos suivantes , d'une construction qui se trouve sur cette île, en plus des fameuses statues bien connues.

  


         Il est difficile d'imaginer que des incas, aient pu traverser l'océan sur environ 3700 km, et aller si loin du continent, appliquer leur méthode inouïe de construction, sur un édifice magnifique de cette si petite île du Pacifique.

     Donc, il y a certainement un lien, entre les constructions amérindiennes, celles de Baalbek, celles de Siberie, celles des murs de l'île de Paques, vus juste ci-dessus ... etc...

      Ne serait-ce pas, les dieux dont parlent tant de mythologies, qui en furent les responsables, et ces mêmes Maîtres constructeurs, dont justement parle si bien, Soria , et qui furent, il y a des siècles des visiteurs de cette Terre ?

     Donc soit ces Maîtres bâtisseurs sont repartis dans l'espace à un certain moment, soit ils ont été anéantis par un cataclysme quelconque...qui peut aussi, nous menacer tout aussi bien...

      A vous de choisir....

     Mais ce 20 Juillet 2017, après notre utile et bénéfique sieste réglemantaire de 15 Heures, il nous viet à l'idée pour tenter de mieux comprendre, cette phrase hors normes ,assez incompréhensible de Soria vue plus haut : "...ont tour à tour été vos maîtres, vos dirigeants et vos coordinateurs de l'avenir de cette planète et de son futur...".

     Voici alors, un autre échantillon du verbe du Grand Maître de Findhorn, qui nous donne peut-être ici les première clefs pour comprendre cette phrase, et où il faut savoir en plus, lire entre les lignes:

N'attends que le meilleur,
et attends-toi à ce que chaque besoin soit comblé,
même le plus impossible en apparence.
Ne te limite jamais. à aucun moment,

ni ne ressens que tu ne devrais pas attendre trop.
Vois tes besoins très clairement, exprime-les

et puis aie foi et confiance absolues :
ils seront comblés


La façon dont cela se fera
devra être laissée entre les mains du Très Haut.


Il sait qu'il doit travailler à travers des canaux pour accomplir cela,.

mais toute chose est possible avec LUI.
Relâche-toi et vois se produire Ses merveilles et Ses gloires,
rends grâce éternellement

et utilise chaque chose pour le bien du TOUT à tout moment.
Tu ne vis pas selon des lois humaines
mais selon des lois divines;


donc tout peut arriver à tout moment.
Attends-toi à des miracles et vois-les se produire!
Maintiens toujours devant toi
mais selon la pensée de prospérité et d'abondance

et sache que faire cela,
rend opérantes des forces qui les concrétiseront .
Plus tu es positif, plus tout cela se produira rapidement.

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 20 Juillet, après adaptation d'ARTivision

       Cette méditation semble confirmer la primauté de l'esprit dit positif sur l'esprit dit négatif qui gére la matière désorganisée. Et vous avez bien noté aussi que le Maître affirme qu'il convient surtout rendre grâce éternellement pour les bienfaits obtenus...

       Très curieuse n'est-ce pas, cette affaire de remerciements à jets continus, pour toute chose. Ne serait-ce pas là un moyen, d'entrer en résonnance avec la vibration fondamentale de l'Univers, comme nous le dit le Channel Monique concernant Machu Pichu. Voir notre article :


       A vous de juger, tout cela, documents à l'appui...

      Mais ce 23 Juillet 2017, et comme disent parfois aussi, les anglo-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), et que nous avons déjà évoqué plus haut, cette affaire extrordinaire des géants de type négroïde ou pas,


au sujet de laquelle, on l'a vu, les médias complices de la conjuration historique culturelle concernant le Mexique, font un silence mortuaire, il nous appartient aujourd'hui de révéler une autre découverte faite dans ce pays, et qui fut encore plus camouflée que la précédente et où les historiens et autres archéologues et anthropologues zététiques, vous affirmeront tout de go que les silhouettes gravées suivantes, ne sont que des masques cérémoniels, comme l'admettent les pontifes de nos universités actuelles.

       En effet, il nous est arrivé ces temps-ci, une information hors-norme, qui est racontée dans les vidéos suivantes :




      Cependant c'est notre ami Jean (http://www.banlin.fr.), qui dès le 23/10/2012, nous avait déjà envoyé l'url d'un site archéologique concernant les Mayas :


et, montrant des découvertes faites dans le centre du Mexique, il y environ 55 ans, et exposant des artefacts où sont representées, des entités extraordinaires, ayant des yeux en amandes, très inclinés :

    


    


      Pensez-vous que les Mayas auraient représenté, d'une manière si expressive, ces silhouettes, s'ils ne les avaient pas vues en chair et en os ?

      Mais de plus, nous dit aimablement, le 13/03/2013, l 'internaute Monique : " Avez vous remarqué que chaque fois que leurs mains sont visibles , elles ne comptent que 4 doigts ? "

     En effet seuls sont toujours visibles les quatre doigts, sans jamais qu'apparaisse un pouce quelconque.

     Donc on peut aisément en déduire qu'il s'agit d'une espèce non terrienne, d'entités inconnues . Point Barre...

  


    


     Bien sûr, les tenants de la science archéologique officielle, nous disent (on l'a vu plus haut), qu'il s'agit , de masques rituels. Point à la ligne

     Mais, dans les images suivantes, il ne sagit plus du tout de masques rituels, mais bien d'astronautes manipulant des instruments dans une cabine :



     Cependant, pour mieux saisir les tenants et les aboutissants, de ce qui va suivre, allons d'abord visiter brièvement le site :


    Le maïs (Zea mays), ou blé d?Inde au Canada, est une plante herbacée tropicale vivace de la famille des Poacées (graminées), largement cultivée comme céréale pour ses grains riches en amidon, mais aussi comme plante fourragère. Le terme désigne aussi le grain de maïs lui-même, de la taille d?un petit pois.

    Cette espèce, originaire du Mexique, constituait l'aliment de base des Amérindiens avant l'arrivée en Amérique de Christophe Colomb. La plante, fut divinisée, dans les anciennes civilisations d?Amérique centrale .


    Fin de citation .

    C'est alors que l'on découvre aussi, cette gravure surprenante :


     Que fait donc cet épi de maïs, sur le coté gauche de cet artefact ? Pour ARTivision, cela ne peut signifier que le fait, que ce maïs, a été effectivement apporté par les aliens aux yeux ovales et inclinés, de leur planète d'origine sur la Terre, au moment de leur arrivée. Merci donc mille fois à l'internaute qui retrouvera dans les légendes du pays, le fait que ce sont bien les dieux ( nom ancestral des extraterrestres), qui ont apporté, ce maïs, au peuple amérindien.

     De plus, nous avons été aussi particulièrement surpris, de découvrir dans l'image ci-dessus, cette représention d'une planète ressemblant incontestablement à, Saturne ...


      On ne va tout de même pas, nous dire, que se sont les "mayas" de l'époque, qui ont sculpté ces artefacts, ( il y a assurément, des centaines, voire des milliers d'années, et un grand merci à l'internaute, qui nous en précisera, la datation exacte), et qui avaient à leur disposition, des télescopes, pour capter l'image de Saturne, de notre système solaire, et qu'ils ont pu ensuite, venir graver cette image sur l'artefact en question.

      La meilleure explication est que ces êtres aux yeux ovales et très inclinés, vus plus haut, ont simplement représenté, (dans cette image d'un corps planétaire, avec son anneau), la forme de la planète, d'où ils venaient. Point barre...

      À vous de juger, cette incongruité astronomique, qui pose de nombreuses questions ...

      Merci mille fois à l'internaute, qui nous en dira plus...

      Mais, pour illustrer un peu mieux cette extrordinaire affaire, disons aussi, que dans l'Ancien Testament , on parle aussi d'entités de grandes tailles qui avaient 6 doigts à chaque main et à chaque pied. Là, on ne peut plus parler de masques rituels, ou d'autres naiseries du même calibre, n'est-ce pas !!!

     Pour le puriste qui veut en savoir plus, dans cette affaire très étrange, que nous conte l'Ancien Testament , voyons d'abord à ce sujet, ce que l'on trouve dans l'incontournable ouvrage de Mauro Biglino de 2014, déjà présenté plus haut :


     Et en pages 225-226, on trouve :



     Pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre, avec l'aide de tout ce qui précède, que, "ces groupes quelque peu particuliers", venaient ou bien de l'espace ou bien d'un trafic génétique des Maîtres sumériens...Attention il s'agit du "ou inclusif" , c'est à dire que les deux propositions peuvent être envisageables simultanément .

     Voyons, cela d'une manière plus limpide d'abord dans la Bible de 1939, du Chanoine A.Crampon en II Samuel ChapXXI vers-20-22 il y a :


     Comme on le voit, Jonathan frère de David tua cet être pourtant très suprenant ce qui prouve qu'à cette époque la vie d'un être humain n'avait pas non plus, une plus grande importance qu'à la nôtre, où les massacres sont encore légions..

     Voyons maintenant la version de Dhorme en II Chroniques Chap.20 vers.5-8 , il y a aussi:


     Mais, pour les puristes anglicistes, qui aimeraient avoir un son de cloche tiré d' un document d'origine, en voici un, venant d'une Bible très connue :


     Et en II Samuel-XXI vers.20-22 :


     Comme on le voit, il s'agit bien d'une espèce d'individus très spéciaux qui ne courent pas les rues sur Terre, et dont on ne nous dit pas hélàs, d'où ils provenaient...

     Nous attendons avec ferveur, l'avis des spécialistes de la génétique, sur cette affaire hors normes, qui sera suivie bientôt d'une autre du même genre, encore plus extraordinaire .


      Et c'est ici encore, le bon moment, pour reprendre la célèbre tirade du grand acteur que fut Louis Jouvet, dans le film de 1937 "Drôle de Drame" de Marcel Carné :

Moi, j'ai dit BIZARRE, BIZARRE ? COMME C'EST ÉTRANGE ...


        Mais ce 26 Juillet 2017, puisque nous venons de parler de géants, qui ont circulé sur cette planète, il y a des éons de cela, rappelons que c'est le site ARTivision, qui a eu, dès le 27/01/2007, dans notre article :


, l'opportunité de révéler cet extrordinaire rapprochement en exclusité sur le Net Français :

      En effet, dans son fameux Troisième Oeil , dont voici quelques couvertures de librairies :

 
 


Lobsang Rampa dit qu'il a visité une caverne sous le Tibet où ont été précieusement conservés les restes momifiés et couverts d'une pellicule d'or d' êtres fantastiques, qui ont disparu actuellement de la surface connue de la Terre :

" Regarde mon fils, me dit le doyen des Abbés. Ils vivaient comme des dieux dans notre pays à l'époque où il n'y avait pas encore de montagnes. Ils arpentaient notre sol quand les mers baignaient nos rivages et quand d'autres étoiles brillaient dans nos cieux... Regarde bien, car seuls les Initiés les ont vus.

     J'obéis; J'étais à la fois fasciné et terrifié. Trois corps nus, recouverts d'or, étaient allongés sous mes yeux. deux hommes et une femme. Chacun de leur trait était fidèlement reproduit par l'or.

    Mais ils étaient immenses. La femme mesurait plus de trois mètres et le plus grand des hommes pas moins de cinq. Ils avaient de grandes têtes légèrement coniques au sommet, une mâchoire étroite, une bouche petite et des lèvres minces. le nez était long et fin, les yeux droits et profondément enfoncés. Ils ne pouvaient être morts, ils avaient l'air de dormir."
Fin de citation.


     Mais cette description ne vous rappelle-t-elle pas la physionomie de géants, eux, bien connus ?,... Des géants dispersés par centaines sur une petite île perdue du Pacifique ? : l' île de Pâques.

     Voyez donc cela de plus près, avec cette magnifique image, tirée d'une plaquette de la "revue Inexpliqué", aux Editions Atlas :


          Cette singulière affaire de géants a fait sourire sous cape les archéologues qui se croyaient bien avisés et qui avaient oublié que, pourtant, dans un texte célèbre, on en parlait franchement :

" Quand les hommes commencèrent à se multiplier à la surface du sol et que des filles leur naquirent, il advint que les fils d'Élohim s'aperçurent que les filles des hommes étaient belles. Ils prirent donc pour eux des femmes parmi toutes celles qu'ils avaient élues. Alors Iahvé dit : "Mon esprit ne restera pas toujours dans l'homme, car il et encore chair. Ses jours seront de cent vingt ans ". En ces jours-là il y avait des géants sur la terre et même après cela : quand les fils d'Élohim venaient vers les filles des hommes et qu'elles enfantaient d'eux, c'étaient les héros qui furent jadis des hommes de renom."

     D'après la Genèse , chapitre III, versets 1 à 4. Bible d' Edouard Dhorme dans la collection "Bibliothèque de la Pléiade" publié chez Gallimard en 1956.


     Cependant d'après A. D. Grad, le Kabbaliste mondialement connu, dans son livre intitulé "Les clefs secrètes d'Israël" :


pages 29 et 30, les termes en hébreu " bnei ha Elohim " traduits par Dhorme en fils d'Élohim, signifient sans contestation possible : " les fils des Élohim" (voir aussi à ce sujet : La Lune clé de la Bible de J. SENDY Editeur J'AI LU 1974).

     
Et compte tenu de cela, (et aussi de l'avis de nombreux spécialistes de l'hébreu), dans de nombreux articles, le site ARTivision, a expliqué clairement, que le début en question du Chapitre 6 de la Genèse, devrait se traduire dans une sorte Bible cosmique, et chapître 6, qu'un courageux éditeur devrait publié prochainement, tel que :


     Cependant, il nous appartient ici d'en dire un peu plus sur le Maître tibétain Lobsang Rampa, qui a écrit cet incroyable "Troisième œil", et qui a quitté ce monde le 25 Janvier 1981. Il fut l'un des auteurs le plus décriés du 20 siècle par des bien-pensants en mal de publicité, et dont le niveau d'évolution restait très terre à terre.

     Pour ARTivision, ce lama qui connaissait les moindres petits recoins du Tibet, fut un initié de très haut rang, n'en déplaise à ses détracteurs qui le critiquaient tête baissée, (comme il en fut du contacté spatial, non officiel George ADAMSKI ), sans aucune analyse véritable préalable, où ils devraient d'abord mettre en cause, leur propre culture. Mais le Temps des Révélations est bien arrivé, comme nous le soutenons depuis 1997, et ces détracteurs sont déjà en ce moment entrain de mordre la poussière, en raison des nombreux sites qui démontrent que l'on nous trompe horriblement, dans les sphères dirigeantes .

   Ainsi donc ce Lama affirme, en premier lieu avoir découvert des squelettes d'animaux géants dans les hautes Terres du Tibet et plus avant... dans le même livre il dira : "... Même à notre époque, dit-il quiconque creuse la terre aux alentours de Lhassa peut trouver des poissons-fossiles et d'étranges coquillages, ainsi que de curieux outils de métal dont on ignore l'utilité."

      Voilà donc des révélations qui nous mettent déjà, l'eau à la bouche ...

      Que sait-on à ce sujet actuellement ?

   Le Samedi 22 Janvier 1977, l'AFP relayée par France-Antilles n°2073, publiait le communiqué suivant :


       Vous avez bien lu que des scientifiques chinois ont découvert une importante quantité de fossiles de dinosaures à 4200 mètres d'altitude au Tibet, et le plus ancien fossile trouvé par ces scientifiques serait vieux de 160 millions d'années. Pendant 3 mois, les Chinois ont mis à jour quatre tonnes de fossiles de dinosaures et surtout de poissons dispersés en cinq sites et comprenant onze catégories de dinosaures.

   Ainsi donc cette agence chinoise, corrobore 21 ans plus tard parfaitement les déclarations de ce Lama et ne pensez-vous pas que ce lama aurait dû vraiment être un médium super fortiche pour avoir découvert cela par hasard et il faut de plus savoir que cette connaissance remontait bien avant 1956 car l'auteur a vécu plusieurs années hors du Tibet avant l'écriture de son fameux livre.

   Mais, voici encore une autre confirmation de L'Agence France Presse plus de 3 ans après la précédente. Cet autre entrefilet de l'AFP, relayé encore par France-Antilles, est en date du Mercredi 29 Octobre 1980 :



     Comme vous le remarquez, on parle beaucoup de mystère dans ce communiqué et aussi de l'érection à plus de 4000m d'altitude du site où se trouvait un océan disparu . Tout cela explique bien, comme le dit Rampa, la présence au Tibet de poissons-fossiles.

     Ne pensez-vous pas alors que c'est ce Lobsang Rampa lui même, qui demeurera longtemps encore un vrai mystère, n'en déplaise à tous ses détracteurs ?...

     Mais nous allons maintenant présenter ici deux missives de notre amie parisienne Colette Cyril Lefèvre ( qui hélas a quitté ce monde le 21 Juin 1988) qui fut on le sait, la secrétaire du Courrier Interplanétaire dirigé à l' époque par Alfred Nahon. Cette Dame que nous avons connue justement en raison de la missive ci-dessous, nous a proprement inondés de son vivant de documents sur l'espace, la Lune , et sur les soucoupes volantes et elle nous a même offert, l'un des premiers livres paru en France, sur cette affaire, l'ouvrage de Frank SCULLY: Le Mystère des Soucoupes Volantes (Del Duca 1950).

     Voilà donc ce qu'elle nous disait sur L. Rampa d'abord dans le n° 392 de Nostra du 10 au 16 0ct 1979.

LES POUVOIRS DE LOBSANG RAMPA.

     TOUJOURS fidèle lectrice de Nostra, depuis sa parution, appréciant l'honnêteté de votre « revue » à éclairer vos lecteurs en tous les domaines, je me permets de répondre à votre aimable collaboratrice, Mme Anne Relizane, sur son article paru dans le n° 386 du 29 Août dernier, « Lobsang Rampa, sa vie, son œuvre ». Je ne puis rester indifférente au sujet de son article sur "notre ami", que j'estime beaucoup, malgré le fait que nous ne nous connaissons que par la voie épistolaire, depuis des années... J'ai ses 18 livres, ils confirment bien nos sentiments spirituels, en ses si précieuses et profondes "connaissances psychiques" qui nous apportent chaque fois d'intéressantes découvertes, puisqu'à, des degrés différents, nous sommes tous médiums...

     Sa "Mission terrestre actuelle" (que nous avons aussi à accomplir), fut parsemée de terribles épreuves, de souffrances physiques acceptées, et d'après son « horoscope » fort détaillé par le premier astrologue du Dalaî-Lama, (mieux décrit en son livre "C'était ainsi, éd. Stanké", il a dû prendre une nouvelle "forme terrestre, par la transmigration", qui n'a nullement altéré "ses facultés psychiques", conseillé d'ailleurs par son "guide bien-aimé, qui lui servit de père spirituel, le lama Mingyar Dondup". Après un certain laps de temps, ses molécules reprirent leur cours normal, en hârmonie avec "ses fréquences vibratoires"...

     Mais les cerveaux occidentaux ne sont guère préparés à le comprendre, trop imbus de leur importance, tout cela viendra à son heure ! Le bouddhisme, n'est pas une religion. II n'a pas de missionnaires, c'est une manière de vivre, tout comme le "nirvana", qui est une forme de penser et de se concentrer.

     Le Dr L. Rampa n'a jamais exercé le métier de balayeur des rues, corporation très utile d'ailleurs, qui est décrite dans son livre les Troies Vies, éd. Stanké. Grâce à ses facultés spéciales, il fait revivre en un même personnage, trois incarnations différentes !... Et ne pouvant s'exprimer véritablement comme il l'aurait voulu, il a refusé de parler à la radio. C'est une "entité très courageuse"... Et tous ses écrits ne décrivent que la vérité...

Mme C. L.(Paris)           
Réponse de NOSTRA

     II est vrai qu'un cerveau occidental peut éprouver des difficultés à comprendre certaines religions, ainsi que les croyances et les pratiques qui s'y rattachent. La réincarnation est évidente pour un bouddhiste, pas pour quelqu'un qui a été élevé dans la religion judéo-chrétienne.. C'est pourquoi Lobsang Rampa et bien d'autres , soulèvent tant de polémiques en Europe et aux Etats-Unis.

     Et maintenant, voilà donc ce qu'elle nous disait dans le n° 469 de Nostra du 2 Avril 8 Avril 1981

Hommage à LOBSANG RAMPA.

      Je tiens à vous remercier de l'hommage que Nostra a rendu à la mémoire du docteur Lobsang Rampa (n° 463) avec lequel j'étais en relations épistolaires depuis plusieurs années. Vous êtes les seuls, à ma connaissance, à l'avoir fait.

     Ce grand initié fut pour moi un maître psychique, quoique il n'aimait pas être ainsi nommé, mais son œuvre, composée de ses 19 livres, que je recommande, écrits avec une pointe d'humour, m'a beaucoup apporté par son enseignement astral et cosmique. Je le remercie encore d'avoir répondu à mes lettres, accompagnées parfois d'articles traduits qui l'ont intéressé.

     Malgré notre grande peine, je suis heureuse qu'après tant de souffrances terrestres, il ait regagné ce royaume en cette planète "Patra",, ainsi nommée par son grand guide bien-aimé, en la per- sonne du lama Mingyar Dondup ; il l'a bien mérité, car entouré d'entités supérieures, ils auront la mission d'œuvrer pour le bien-être des nombreuses planètes qui parcourent l'univers.

      Dans sa dernière lettre datée du 18 janvier 1981, très malade, il pensait à sa fin prochaine. J'en avais le pressentiment. Il avait apprécié mes "commentaires" sur son dernier livre, "Le sage du Tibet", ce qui me toucha beaucoup... D'ailleurs dans les dernières pages de son livre, il écrivit à mots cachés ses dernières pensées comme pour un testament spirituel. Aussi, nous devrions dire comme lui : "que l'esprit du Bien, soit avec vous".

     J'ai envoyé aussitôt une fraternelle pensée à Mrs. San Raab Rampa, qui l'entoura de tant d'affection. Je l'ai aussi félicitée pour ses livres écrits sur les bêtes, qui sont d'une grande fraîcheur poétique.

C.L. (Paris)            
NOSTRA : Nous sommes effectivement les seuls à avoir consacré un article à la mort de Lobsang Rampa, ce qui est la moindre des choses pour un magazine consacré à l'actualité insolite.

     Pour les puristes, qui aiment retrouver les documents sources d'un sujet, voici comment la revue Nostra, nous présentait à l'époque la mort de Rampa :

  


     Cette très aimable Dame, Colette Cyril Lefèvre, que nous avons pu rencontrer à Paris en 1977, par l'intermédiaire des bonnes grâces de Nostra, nous a confié confidentiellement une missive de Rampa, qu'elle avait reçue à l'époque, et elle nous précisait évidemment de ne pas la diffuser. Nous pensons cependant que désormais cette Dame (dans les hautes sphères de l'Au-delà), ne sera pas trop fachée de voir dès lors cette missive, figurer dans cet article honorant ce Grand Initié :


     Notre modeste traduction pourrait donner ceci :

Chère Madame Colette Cyril-Lefèvre


     Merci pour votre envoi contenant l'extrait relatif à Mars, et merci également pour votre traduction.

     Mais oui, bien sùr, il y a des gens sur MARS.

     Il y en a aussi sur La Lune et je m'en vais vous confier ceci : La Lune - comme la Terre - est creuse et elle abrite des gens à l'intérieur.

     Si vous, voulez savoir ce qu'ils y font, alors je vais vous le dire : Ils creusent le sol pour trouver des minéraux spéciaux, et quand ils en auront suffisamment ramassés, ils feront de même assurément sur la Terre. En fait ils l'ont déjà fait en Alaska , parce que nos programnes de radio ont été récemment submergés de nouvelles concernant des ovnis qui y auraient été vus, par des gens honorables.

     Comme vous maniez l'anglais aussi facilement, je vous suggère de vous procurer l'ouvrage "Quelqu'un d'autre est sur la LUNE" de George H. LEONARD publié chez David Mckay Company lnc, à New-York, ( En France chez BELFOND).

     Il y a des symboles en forme de chiffres sur La LUNE et sur MARS qui sont semblables à ceux de la Terre, parce que La Lune, la Terre, Mars, Venus, etc... furent toutes des planètes issues d'une source commune, et il est de ce fait très probable que leurs symboles et leurs chiffres soient basiquement analogues.

     Avant la fin de ce siècle, les gens verront des ovnis descendre sur Terre. Et on pourrait même converser avec les occupants de ces ovnis. Mais si vous pouvez obtenir le livre sus-mensionné, vous verrez qu' il vaut vraiment la peine d'être lu. Je pourrais vous en envoyer un exemplaire du Canada, malheureusement il n'est disponible pour l'instant, qu'aux USA.

          Salutations distinguées.

           Lobsang Rampa.



     Puisque Rampa parle ici de la Terre qui est creuse, faisons ici une petite digression :

     En effet cette Dame, nous a aussi fait part en Nov 1979 d'une portion de lettre d'une de ses amies, lettre qu'elle a reçue en 1971, et concernant justement le sujet de "La Terre creuse" :

     Et voici ce que cette amie lui disait :

- J'ai lu avec bonheur "la Terre creuse" de R.Bernard, et je l'ai fait connaître autour de moi, mais je n'ai rencontré que "scepticisme" et "indifférence", sauf pour une personne amie d'un médecin navigateur qui est allé jusqu'à l'entrée du centre de la calotte glacière formant entrée d'un tunnel et où il n'a pas osé s'aventurer plus loin, car il y faisait sombre. Mais, là, il y avait rencontré de la végétation et de la vie animale, son grand étonnement....
Fin de citation

     Rappelons aussi ici que c'est d'abord dans son extraordinaire ouvrage (qui a dû bien faire  rire sous cape à l'époque les géographes et autres géologues agrégés de la Faculté), "Twilight" , publié d'abord de Grande Bretagne chez Corgy Books n° 05520997675, en 1975, puis en français en fin de la même année sous le titre "Crépuscule" chez J'ai LuA226 , dans la prestigieuse collection, hélas disparue :" L'aventure mystérieuse du cosmos et des civilisations disparues", et actuellement, ce livre porte le n° 1851 dans la collection "L'Aventure Secrète".  Cet ouvrage inoui , nous introduit franchement dans le contexte incroyable des ouvertures polaires et de la Terre creuse, et ce contexte est aussi évoqué dans un autre ouvrage de Rampa intitulé " C'était ainsi" publié par l'Editeur Stanké en 1976 n°ISBN 0-88566-038-2 et puis en édition de poche "J'ai Lu" -l'aventure secrète- n° 1976/2... Le site ARTivision s'évertue, on le sait, depuis le 17/09/2000, de mettre en exergue cette extraordinaire théorie.

      Rappelons enfin que pour Lobsang Rampa , les êtres supérieurs ( dont ARTivision, a montré plus haut, le travail de "Génie Civil", effectué sur le voisinage de notre planète), s'appelaient simplement les Jardiniers de la Terre ...


      A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui...

      Mais ce 28 Juillet 2017, demandons à une revue ésotérique, très ancienne (dans laquelle autrefois, nous avions publiés certains articles) de nous en dire un peu plus, sur une civilisation engloutie au large de Cuba, à près de 600 m de profondeur...

       Voici donc le haut de la couverture de cette revue, que nous avons eu la grande opportunité, de nous procurer dans la Grande surface, à environ 4 km de chez nous.



     Cette découverte, qui remet en question, tout le Passé de notre planète, a été mise sous le boisseau, par les médias qui ont pignon sur rue, et qui souvent écoutent le chant de sirènes, entonné par les pontifes sous informés, de notre contexte culturel et qui bientôt vont raser les murs le soir, pour que l'on ne les montre pas du doigt.

     Voici donc l'entrefilet en question :





     Il est clair que si l'image des ruines vue ci-dessus a bien été obtenue par le robot d'exploration capable de descendre à plus de 600 mètres de profondeur, nul doute n'est plus possible, et ces ruines étaient à la surface, il y a au moins 12 000 ans , et faisaient partie de la fameuse Atlantide, si souvent évoquée (voir plus haut), par ARTivision.

       D'ailleurs, nous n'accordons aucun crédit, à l'âge des pyramides d'Egypte, (autour de 4500 ans), avancé par cet entrefilet.

       Nous préférons de loin, la datation d'Edgar Cayce, que nous expose Madame D.K.de BIZEMONT dans tome 1, déja présenté plus haut, et intitulé "L'univers d'Edgar Cayce" de paru aux Editions Robert Laffont 1985.



      Et que celui qui sait lire, ce qui se dessine clairement entre ces lignes...s'interroge encore plus sur tout cela...et cherche aussi, à en savoir davantage...


      Mais ce 28 Juillet, nous allons changer de braquet, dans cet exposé et presenter une fois encore un autre très important entrefilet , de la la revue Monde Inconnu n° 385, justement présentée ci-dessus, et entrefilet, qui confirme une fois de plus les fracassances déclarations du Maître tibétain Lobsang Rampa, très justement présenté plus haut :



       Une thèse en Médecine... sur la NDE ... nous n'avions jamais entendu parler de la cela, à radio et encore moins à la télé... Et vous ?

      Rappelons au novice qui oublie vite, les choses clefs d'ARTivision, que l'actuelle Médiasphère évite soigneusement de mettre en exergue pour ne pas choquer les pontifes de notre culture actuelle , que dans notre article placé à :


, nous avions déjà parlé de cela, dès le 19/12/2011, tel que :

       Début de citation :

      " Nous avons eu Mercredi 7 Décembre 2011, le privilège d'assister, à la Mairie de Basse Terre en Guadeloupe, à une conférence gratuite d'un certain Anesthésiste-réanimateur , le Dr Jean-Jacques Charbonier, sur les NDE, et intitulée: " Les preuves scientifiques d'une Vie après la vie".

     Ce Dr a une largesse d'esprit extraordinaire, et si un jour il passe dans votre ville, faire une conférence, n'hésitez pas une seconde pour y assister. nous avons ramené chez nous, deux ouvrages de lui. Il y en a 7 en tout pour l'instant :

  

  

    Un vrai régal sur la réaction de la communauté scientifique vis à vis de l'Au-delà.

    Voici d'ailleurs notre frimousse au premier plan de la conférence aux infos Guadeloupe du 10/12/11, photos que nous avons obtenues grâce au savoir faire informatique de notre grand ami Claude, de la charmante commune française de Coublanc :

Fred en première ligne, qui pose une question au conférencier :

Une moitié de l'assistance, et Fred avec sous bras droit, un livre achété sur place :


.......................................................................................................................................

    Mais revenons à cette affaire de NDE et résumons brièvement le phénomène pour le novice, qui n'a jamais entendu parler de cela, ni évidemment, jamais vu un documentaire à son sujet...

    Notons déjà, que bien que des ouvrages anciens dits sacrés, comme "Le livre des morts tibétains", et bien d'autres, nous parlent de cette affaire de NDE, la médiatisation relative du phénomène, nous est venue du livre du DR Raymond Moody intitulé "Life after Life", paru en 1975 aux USA. Cet ouvrage fut traduit en français en 1977 par Robert Laffont, sous le tire "La vie après la vie ", et fut suivi ensuite, d'autres titres tel que :

    

     Voici donc, très résumé, de quoi il s'agit à peu près : Suite à un accident, un choc cérébral, ou un coma provoqué, le sujet est totalement inerte et est incapable de voir, ni de parler, ni d'entendre ce qui arrive dans son environnement. Or près d'un quart ou plus des comateux, disent qu'ils ont assisté en dehors de leur corps à son enlèvement et à son transport jusqu'à l'hopital, par les pompiers et les services d'urgence. Certains disent même, avoir tout vu de leur opération par l'équipe chirurgicale et donnent ds détails très précis sur l'intervention des membres participants. Certains même prétendent avoir vu leurs parents évoluant dans la salle d'attente et avoir entendu leur conversation. Là, les détracteurs des NDE, qui parlent souvent, pour nier le phénomène, d'hallucinations, n'ont pas d'explication et évitent de parler de cela.

    Beaucoup de comateux, prétendent aussi avoir été entraînés dans une sorte de tunnel au bout duquel, il y avait une lumière d'une pureté extraordinaire, qui représentait, selon eux, un contexte d'amour inouï, qui n'existe pas sur Terre. Le célèbre tableau de Jérôme Bosh, réalisé vers 1500, nous donne une petite idée de cette affaire de tunnel :


    Certains comateux disent qu'ils ont rencontré dans ce tunnel des parents décédés, ou des êtres pleins de sagesse, qui leur ont dit qu'ils ne pouvaient pas franchir le seuil de cette lumière, car le Temps n'était pas encore venu...

    Mais il y a mieux, voyons donc ce que nous en dit le Dr J-J Charbonier, en page 90 de son livre "Les preuves scientifiques d'une Vie après la vie", qu'il convient de lire avec soin et qui nous plonge dans un grand état d'admiration :


    Il va sans dire qu'à son réveil, une telle expérience transforme totalement le sujet, puis cela change complètement son appréciation de la vie terrestre, et il s'intéresse après, beaucoup plus, aux choses "spirituelles", ayant trait à l'Amour de l'Humanité et à son bien-être ...

    Les ouvrages du Dr J-J Charbonier présentent bien sûr, de très nombreux exemples, illustrant ces transformations de comateux à leur réveil..."

Fin de citation

       Mais nous voilà arrivés au 31 Juillet 2017, qui marque un tournant capital dans le cursus ésotérique d'ARTivision, car en plus des preuves planétaires obtenues par ce site, qui montrent que l'on cache indéniablement en Haut Lieu, des vérités inouies au monde entier, il nous faudra démontrer de plus l'existence d'un univers parallèle authentique, où les humains se rendent après un certain séjour sur cette planète Terre. Cette dernière démarche vient d'être initiée, on l'a lu ci-dessus, par la Faculté de Médecine de Reims (où comme par hasard la mystique Jeanne d'Arc, après des victoires incroyables sur les anglais, a conduit Charles 7, pour y être sacré roi, le 17 Juillet 1429)

      Il faut aussi savoir que des pays comme la France, le Canada, le Brésil, seront d'après les Hautes Entités du monde parallèle en question, la clé de voûte, de l'édification du Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre, qui approchent, et dont nous parle si souvent, le Grand Maître de Findhorn.

      Nous allons donc, ce matin soumettre à votre sagacité, deux textes qui ne manqueront pas de faire courir des frissons le long de l'épine dorsale des bien-pensants et consorts intellectuels blasés, bien blottis dans leurs cocons moelleux de cette société en pleine mutation.

      Voici donc le premier texte, tiré du France-Antilles du 29 Juillet 2017:


      Jusque là, rien de particulièrement surprenant n'est-ce pas !!!

      Mais voici la suite, bien plus renversante :


"On a tous une mission sur Terre". C'est justement l'aphorisme souvent utilisé, par ARTivision, et vu le contexte culturel actuel hors normes, qui pointe à l'horizon et que nous venons tout juste, de souligner plus haut, nous ne pouvons qu'en déduire, que c'est un très Grand Maitre, qui s'est exprimé par l'intermédiaire de ce jeune garçon. Bien sûr, le grand cinéaste humaniste qu'est Yann Arthus Bertrand, ne pouvait le savoir, car ce que les psychiatres et autres consorts psychologues appellent pudiquement le dédoublement psychique de la personnalité, n'est pas enseigné dans nos écoles et nos universités... Point-Barre...

      Rappelons que dans notre article :


, nous avons fait état, dès Mai 2000, du fait que nous avons personnellement rencontrés au début des années 70, un extraordinaire individu, qui s'appelait Emmanuel, boulanger-patissier de son état, et qui avait au moins cinq personnalités totalement différentes, à son actif, et en particulier, arrivait parfois, avec un accent européen très caractérisé, un certain Comte de Saint-Germain, qui nous transmettait, de temps à autre, des messages par la bouche de ce médium.

      Cet aimable Monsieur, Yann Arthus Bertrand, aurait donc, certainement mieux saisi l'affaire de ce jeune SDF très philosophe, s'il avait, il y a quelques années, découvert le paragraphe suivant, à notre article clef :


url,, déja présenté plus haut :

      Et voici le paragraphe ahurissant, en question :

      Début de citation :

" Quand Super Hasard, décide de monter le niveau, de cette affaire étrange de personnalités multiples d'un individu (Paragraphe en date du 10/02/2010) .


     En effet, si vous n'avez pas vu téléfilm américain intitulé "Sybil "réalisé en 2007 par Joseph Sargent et basé sur le livre de la journaliste scientifique Flora Retha Schreiber intitulé aussi Sybil, paru aux USA en 1973, alors regardez bien ces deux photos :

 


     Sur la première photo, Margaux est bien officiellement qualifiée d'aveugle. Sur la deuxième photo, elle ne l'est plus, et peut vous décrire par exemple, votre habillement dans le moindre détail.

     Pour en savoir plus, lisez alors ceci que le 08/02/2010, nous avons reçu du fidèle ami Jérémy :

----- Original Message -----
From: Jérémy N...........
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Sunday, February 07, 2010 7:45 PM
Subject: Une affaire de multiples personnalités.

          Bonjour Fred,

     J'étais en train de lire votre remarquable article concernant le Lama Rampa, et à la fin de votre article, vous parlez du cas de gens ayant des personnalités multiples. Il se fait que récemment, je suis tombé sur cette intriguante histoire, qui mérite vraiment d'être visionnée :


     Vous souhaitant de bonnes choses, je vous dis à bientôt.

          Cordialement Jérémy.


     Merci mille fois à Jérémy, pour cette sublime vidéo.

     Le site ARTivision, qui justement le 8/02/2010 au matin, a dépassé le million de visiteurs, accorde dans cette affaire, très peu de crédit, aux déclarations des psychiatres et autres psychologues, mettant en avant, leurs bancales théories freudiennes, pour expliquer le phénomène. Pour ce site, il est de loin préférable, d'admettre simplement, que cette jeune fille, sensible à des vibrations très particulières, sert malgré elle, de canal privilégié à des entités évoluant dans un univers parallèle. Point barre.

     Affaire à suivre, bien sûr."

     Fin de citation.

      Nous avons donc chacun un rôle à jouer ici bas, et plutôt que de s'entretuer ou se suicider pour les niaiseries psychiques, prosaïques, ou autres , on a intérêt, à vivre en harmonie et en paix avec son semblable, car les conséquences, sont directement liées à notre comportement agressif et orgueilleux.

       Dans l' entrefifet suivant (sans vouloir, le moins du monde rappeler à sa famille, ce triste souvenir) :


, il est très dommage, que le suicidé en question, qui dit-on était un garçon intelligent et cultivé ( certainement pas dans le sens prôné par nous) , n'ait pas connu le site ARTivision. avant son geste fatal et totalement vain maintenant, car nous sommes bien arrivés, au Temps des Révélations, qui va subjuguer les novices, et aussi montrer la vanité des actions médiatiques actuelles...

      Par exemple , ce Monsieur, qui a eu hâte de quitter ce monde, aurait attendu un petit peu, (pour en savoir les prochaines explications), s'il avait lu le paragraphe suivant paru dans divers de nos articles :

Début de citation :

" Quand Cassini Huygens, nous photographie l'impossible satellite de Saturne : Japet (Iapetus en anglais) (paragraphe en date du 13/10/2010).


     En nous présentant Japet (qui avait été photographié par Voyager 2 en Août 1981), lors de son Sixième tirage en 1994, les auteurs de l'ouvrage "Constellation et Planètes" sous la forme cartographiée stylisée :



, étaient loin de s'imaginer que ce satellite allait plus tard étonné, (au sens le plus fort du terme), toute la communauté scientifique, car il présente une caractéristique unique dans le système solaire.

     On savait déjà, que ce satellite, à peu près en forme de noix, avait un diamètre d'environ 1460 Km et, comme on le voit sur la photo, qu'il avait un hémisphère orienté dans le sens de son mouvement autour de Saturne aussi noir que du charbon (nommée Cassini Régio), et qui ne reflétait à peine 5% de la Lumière, tandis que l'autre hémisphère était blanc comme de la neige sale et réfléchisait 50% de la lumiére reçue.

     Mais voyons donc maintenant, comment officiellement, en 2005, on voyait cette affaire de Japet :



     Notre modeste traduction pourrait donner :

" Japet une lune de Saturne montre un ceinturon exorbité . 7 Janvier 2005


(Source : Jet Propulsion Laboratory )

     Images renvoyées par les caméras de Cassini de la NASA lors de survol à la Saint-Sylvestre de Japet, satellite de Saturne (tuss oeil-APP-eh) montrent des caractéristiques étonnantes à sa surface, qui alimentent chaudement les discussions scientifiques, sur leur origine, .

     Une de ces caractéristiques est une longue crête étroite qui se trouve presque exactement sur l'équateur de Japet, et qui le divise en un hémisphère sombre et qui atteint 20 kilomètres d'altitude (12 miles). Cette crête s'étend sur 1 300 kilomètres (808 miles) d'un côté à l'autre, le long de son équateur. Aucune autre lune du système solaire n'a une aussi surprenante caractéristique géologique. Par endroits, la crête est composée de montagnes. En hauteur, ces montagnes rivalisent avec l' Olympus Mons sur Mars, et sont environ trois fois la hauteur du Mont Everest, ce qui est surprenant pour le si petit corps qu'est Japet. Mars est presque cinq fois la taille de Japet."


Fin de la traduction.

     Mais voyons cela de plus près :


    Puis rapprochons nous, un peu plus :



     ...Et en couleur c'est encore plus beau :



     Pas mal n'est-ce pas, ce bourrelet de 20 kilomètres de hauteur, et autant de largeur...

     ...Enfin en stylisation complète, tout est imaginable :



     Les Dieux, qui ont su téléporter une lune autour de la Terre, (nous allons expliciter cela bientôt), n'ont sans doute eu, pas grand mal à construire et placer Japet aux alentours de Saturne... n'est-ce pas !! "

       Fin de citation, et à vous de juger tout cela, documents à l'appui ...

      Mais peut-être est-il ici utile de rappeler ici, la fin du message du Grand Maître de Findhorn, en date du 29 Mai, où il faut savoir en plus, lire entre les lignes:

Est-il très étonnant qu'il te faille renaître pour accepter cette Vérité?

Tant d'ames se sont égarées si loin de Cette Source ,
et se sont séparées au point qu'elles L'ont placé ,
si haut dans les cieux qu'on ne peut pas L'approcher.

La Source en toi, cachée dans tes profondeurs mêmes,
et Elle attends que tu La reconnaisses et La fasses émerger.


***********************

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 29 Mai, après adaptation d'ARTivision.

     Certains penseurs à l'esprit étroit, et consorts intellectuels blasés, auront vite fait de dire que l'expression mise en relief ci-dessus telle que : qu'il te faille renaître , ne concerne qu'une remise en cause de notre spiritualité actuelle, de bas niveau... Nous avons déjà démontré, dans de nombreux articles, qu'il s'agit , du principe de la Réincarnation, connu depuis des siècles par certaines civilisations, et principe que nous avons si souvent évoqué sur ARTivision :


      Notez aussi surtout, ces propos extraordinaires du Grand Maître de Findhorn, en date du 11 Avril , tels que :

Tu es dans le monde mais tu n'es pas de ce monde.

il est inutile de laisser les façons d'être du monde t'enfoncer.

Jouis-en mais n'essaye pas de les posséder

et ne leur permets pas de te posséder...


      Ces propos sont pour nous, sans ambiguité aucune, et sont indubitablement relatifs, cette notion de la Réincarnation, évoquée ci-dessus, et non encore enseignée dans nos écoles et nos universités.

     Nous n'avons hélas pas le temps de développer ici cela, longuement, mais pour les internautes qui veulent approfondir vraiment la question, disons que le Collectif Soria , (on le sait, constitué de 4520 entités transcendantes), nous précise, à la page 119 du tome V, intitulé "Fleurs d'Esprit", et publié aux Éditions Ariane, en Avril 2003, cette courte, mais très significative phrase :

    
"N'oublions pas qu'un être , s'incarne dans un groupe, en fonction des lectures de la vie déjà effectuée..."

    Et dans le 4e ouvrage intitulé "l'Être Solaire " nous lisons aussi en page 253 :

    " Vous avez donc une chance inouie : celle d'avoir reçu l'autorisation de vous incarner durant une période exceptionnelle et tout à fait rare dans l'histoire du système solaire. Aujourd'hui, quelle que soit l'apparence physique que vous avez accepté de prendre, vous avez reçu le plus beau et le plus grand des cadeaux dans tous les univers : l'autorisation de vivre à l'intérieur d'un corps physique."


     Et voici alors, quelques ouvrages clefs, qui en parlent :

     



      Si vous n'avez jamais pris en compte ce principe, vous avez là, de quoi vous mettre l'eau à la bouche...

      Terminons cependant notre texte actuel, justement par la méditation de ce jour, tirée directement de l'ouvrage La petite Voix d'Eleen Caddy de 2008 :


      Ce discours se repète souvent chez ce Grand Maître, mais il insiste aussi sur le fait, qu'il faut régulièrement rendre grâce et remercier souvent la Nature pour ses bienfaits..., et tout cela confirme entièrement, les tenants et les aboutissants, de notre article tout à fait, hors norme, placé à :



      Mais ce 3 Août 2017, avant d'aborder, la très ahurissante affaire de Rose C, il convient ici de présenter les faits significatifs suivants :

      En effet c'est le 1er Août 2017, que nous réussi à découvrir les photos tant recherchées, de la NASA nommées n° AS8-18-2872 et n° AS8-18-2884.

      C'est d'abord pour l'image AS8-18-2872, placée sur le site ;



      Voyons maintenant, la même image, où nous avons placé une flèche rouge :


au bout de laquelle, apparaît une sorte de structure en forme d'ovale, pouvant peut-être, représenter une pastille de camouflage. A vous de juger...

     Pour l'image AS8-18-2884, placée à :


que l'on découvre la photo en question :


     Voyons maintenant la même image où nous avons placé aussi une flèche rouge :


, indiquant aussi une sorte d'ovale pouvant être, une pastille de camouflage. Les internautes bénis, possèdant le logiciel TUNGSTENE, pourraient éclaircir sans doute cette affaire.

      Et voici dans l'ordre, les caractéritiques de ces photos, données par la NASA:

  

       Hélas, il y manque l'essentiel : Les dates de réalisation de ces clichés.... Ont-ils été captées avant ou après celui que l'Agence World Book Science Service (dont il est largement question dans cet article ) a transmis avant le 18 Janvier 1969, à la revue Paris-Match et qui l'a publié en près d'un million d'exemplaires tel que :


Aux spécialistes de repondre...et à vous de juger...

       Voyons maintenant, un deuxième fait tout aussi surprenant :

       C'est en Novembre 2014 que nous avons eu la grande opportinité d'acheter dans la Grande Surface voisine de 4 km de chez nous, cette revue ésotérique Monde inconnu, où nous avons, il y a bien longtemps, publié certains articles : Voici donc, le haut gauche de la couverture de la revue en question :


       Comme vous le voyez, cette revue fait état, de la découverte sur le sol visible de la Lune, d'une structure circulaire très insolite, qui selon nous, ne peut être qu'artificielle. Une reconstitution en 3D, en haut à gauche, nous laisse bouche bée...        Nous avons attendu vainement jusqu'à maintenant (soit environ 3 ans après), que la Mediasphère (toujours à l'affut du moindre banal petit scoup), parle tant soit peu de cette incroyable découverte, mais là encore, ce fut le silence insondable de la tombe.

      Découvrons un peu mieux tout cela, aux pages condensées 22 et 23, de la revue en question :


      Comme cette revue, ne peut, selon nous, avoir inventé tout cela, nous avons ici encore, la preuve irréfutable qu'en Haut Lieu , on nous cache, une vérité inouîe... Et, à vous de juger...documents à l'appui.


     Nous voilà arrivés, à l'histoire qui a dû, assurément, faire tomber à la renverse , nos meilleurs auteurs de Science-Fiction des années 79 et suivantes.

     Prière alors de prendre d'abord connaissance du texte, que nous a envoyé le 21 Juin 2017, l'amie Isabelle , et texte placé à :


     Pour commencer, voyez donc la couverture du n°287 d'Oct-Nov 2000, de la revue qui s'appelait à l'époqué : Le Monde de l'inconnu, et où figure notre article concernant Rose C :


     Et voici, le début de cet article :


     Nous vous faisons alors grâce des tous petits caractères de cet article, et surtout du manque de couleurs significatives du texte si chères au site ARTivision .

     Voici donc l'affaire telle que nous l'avons décrite, dès le 4/12/1999, sur le Web français:

L'incroyable aventure de Rose C.

    Rassurez-vous, il ne s'agit pas de la "Rose Calvert" du fameux film "Titanic" de James Cameron, qui a su si bien nous faire revivre, en 1998, une tragédie mémorable. Nous avons attendu cependant bien longtemps avant de lancer sur le Web, l'histoire qui va vous être contée ici, car elle est si fantastique, qu'elle dépasse de loin tout ce que vous pouvez imaginer en matière d'aventures et d'enseignements cosmiques. Mais il faut désormais faire vite, si l'on apprend que la principale intéressée de l'histoire, a eu 72 ans en l'an 2000 et que les gens qui l'ont connue jeune femme, ne doivent plus être bien nombreux pour confirmer les faits inimaginables de cette histoire, dont on trouve pourtant des corrélations remarquables dans la théorie révolutionnaire, la plus avancée, jamais émise, de deux savants soviétiques : Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov et dont l'hypothèse a été cependant formulée dès 1968 par Jean SENDY (à qui nous rendons ici hommage) à la page 110 de son livre "La Lune clé de la Bible" paru chez Julliard.

    Rose C. pouvait-elle connaître, cette théorie en Juillet 1970, année où le magazine Spoutnik la publia pour la première fois en russe ? Rose C. A-t-elle parlé de son aventure ( du 10 Avril 1952) à quelqu'un d'autre avant 1970 ? A-t-elle aussi pu lire le livre de J. SENDY en 68 ? Seules les personnes l'ayant connue entre 52 et 68 peuvent nous le confirmer. Si l'on pouvait en trouver une seule, cela serait une preuve avancée que tout cela n'est pas de la Science Fiction. L'ésotériste bien connu Guy Tarade qui a préfacé le Livre publié sous le titre "Rencontre avec les Extra-terrestres" de ROSE.C aux Editions du Rocher au début de 1979 ,

  

et racontant l'histoire qui résumée ci-dessous, prétend avoir connu Rose C depuis "plusieurs années" et pourrait donc confirmer notre interrogation, s'il lui arrivait de rentrer dans notre site, qui est d'ailleurs un forum ouvert où chacun doit apporter sa petite pierre. Le Web sert avant tout à cela. Nous invitons donc toute personne ayant des informations à ce sujet de nous en faire part, car il y va de notre saine recherche de la vérité et même vous allez vous en rendre compte par la suite, de notre meilleure compréhension de notre Univers.

II Genèse de l'affaire.

    C'est le 10 Avril 1952, on le sait déjà, que Rose qui avait 24 ans, à l'époque, ayant confié sa fille en vacances, à ses beaux parents, et sur les conseils de son père, quittait sa maison de la banlieue nîmoise (après avoir fait quelques provisions pour deux ou trois jours et acheté un catalogue de mode) pour se rendre, accompagnée, chose d'une importance capitale, de deux chiens, avec sa bicyclette, à quelques kilomètres de là, dans une petite habitation familiale provençale où se dressaient deux constructions, le grand et le petit "mazets". En Provence, on nomme un "mazet", une petite construction, perdue dans la garrigue, et ne comportant qu'une seule grande pièce avec une cheminée, un évier ainsi qu'un mobilier très sommaire (placard, lit, table, chaises). Pour atteindre sa destination, Rose devait quitter la route nationale, puis emprunter des sentiers escarpés et sinueux. Après deux bonnes heures de marche, en poussant son vélo, elle arriva vers une heure de l'après midi. Les chiens tiraient la langue et Rose alla immédiatement leur chercher de l'eau au puits. Après s'être installée au grand mazet et avoir nourri les chiens , Rose se cassa une petite croûte se reposa un peu, puis se rendit au petit mazet longtemps fermé, où elle devait récupérer la laine d'un vieux matelas pour en faire des paquets afin d'en reconstituer un plus grand pour sa fille à Nîmes. Poussière, toiles d'araignées et crottes de rats, s'étalaient un peu partout, mais le vieux matelas était là enroulé dans une bâche protectrice. Rose l'inspecta un peu et aussi les environs feuilleta un peu son catalogue, mais comme il se faisait déjà un peu tard pour commencer à défaire le matelas, elle décida de regagner le grand mazet en abandonnant sur une vieille commode le catalogue et verrouilla d'un tour de clef la porte et plaça la clef sous une pierre plate non loin de là.

     Arrivée au Grand Mazet, la nuit tombée, elle alluma deux bougies, installa une vieille couverture pour les chiens sous la table, ferma volets et portes et se glissa dans le vieux lit pour goûter d'un repos bien mérité.

     Combien de temps a-t-elle dormi ? elle ne saurait le dire, mais elle fut réveillée par le grognement et l'agitation des chiens, grattant la porte avec leurs pattes pour sortir. Rose pris sa lampe de poche, se rhabilla rapidement et pensant qu'il s'agissait un couple de lapins passant à côté , elle décida d'entrouvrir la porte, ce qui permis aux chiens de se faufiler l'un derrière l'autre et de filer en direction du "petit mazet" et ils disparurent dans la nuit. Ne les voyant pas revenir, après un bon bout de temps, Rose après bien des hésitations, se décida à aller voir en se disant que le petit mazet n'avait vraiment rien qui puisse attirer un voleur, et comme elle connaissait chaque petit recoin du terrain, elle pourrait toujours se cacher quelque part pour observer ce qui se passait.

     Saisissant sa lampe de poche et son imperméable, elle sortit furtivement en évitant le moindre bruit. En s'approchant d'un petit mur , elle se redressa un peu, sur la pointe des pieds afin d'essayer de distinguer quelque chose, quand soudain, elle fut éblouie par un éclair de lumière blanche qui illumina tout autour d'elle en un fraction de seconde. A peine avait-elle repris ses esprits qu'une voix murmura tout près d'elle:

     "Que faites-vous ici ? "

"Et vous même ?" répliqua-t-elle en regardant dans la direction de la voix, où elle distingua alors un homme de taille normale, d'environ 1m70, vêtu de sombre et qui n'avait manifesté aucun geste d'agressivité.

     "Elle est bien bonne celle-là! Je suis ici sur mes terres et c'est à moi de demander ce que vous y faites à pareille heure !" . Poursuivit-elle.

     Les chiens reconnaissant la voix de leur maîtresse, arrivèrent en jappant et repartirent aussitôt, mais un bruit d'herbe foulée se fit entendre derrière Rose qui en se tournant eu la plus belle frayeur de sa vie. Un être gigantesque de 2m30 à 2m40, se tenait près d'elle et l'attrapa par le cou avec des mains énormes sans trop serrer, ni lui faire de mal. Puis il la relâcha en prononçant quelques mots dans une langue inconnue en direction de l'homme normal qui déclara :

"D'après lui, vous avez très peur. Il ne faut pas. Nous n'avons pas l'intention de vous faire du mal. Ne craignez-rien."

     Malgré ces paroles rassurantes, Rose fut liquéfiée de frousse et fut incapable, ni de répondre, ni de crier, ni même de bouger. C'est alors qu'arriva un autre géant, qui dialogua dans cette même langue, avec les deux autres. Et l'homme normal reprit :

     "Surtout rassurez-vous, vous n'avez rien à craindre de nous , nous sommes pacifiques. Mes amis demandent, si vous n'aviez pas quelques vieux livres à nous donner ? N'importe quels livres...".

     "Je possède quelques livres, mais ils sont en mauvais état." , dit Rose péniblement.

      "Voudriez- vous avoir l'amabilité de nous les donner? Ce serait un immense service que vous nous rendriez là !"

     Un immense service pour vieux livres dévorés par les rats!... Cela fit sourire Rose et tout en tremblotant, elle se posa la question de savoir qui étaient ces gens, d'où venaient-ils pour réclamer une chose aussi insolite ?

      "Alors ces livres ?" dit à nouveau l'homme normal qui avait de la suite dans les idées.

     "Ils sont dans ce mazet. Allons-y, si vous y tenez tellement ?" répliqua Rose.

     En se dirigeant vers le bâtiment du petit mazet, un autre géant apparu et chose bizarre les chiens allèrent à lui en remuant la queue, comme s'ils avaient l'habitude de rencontrer des géants à tous les coins de rues.

     "Mais enfin, qui êtes vous donc ? D'où venez-vous? Comment êtes-vous venus jusqu'ici ?" interrogea Rose.

     "- Nous venons de la-haut" dit l'homme moyen en désignant le ciel.

     " -Vous venez de la Lune ?" répliqua Rose qui s'aperçut en regardant vers le ciel que c'était la pleine Lune.

     "Pas du tout, nous venons de beaucoup plus loin."

     -Vous êtes des martiens ? demanda Rose...

     "Nous ne venons pas de Mars!" fut la réponse.

     -Mais enfin comment êtes-vous venus jusqu'ici. ?

     "Avec ça.!.." dit l'homme normal en braquant un court instant, le rayon d'un appareil (sans doute une lampe) sur un coin du terrain.

Mordious! fut le juron provençal de Rose, qui lui demande à voir un peu mieux. La lampe s'alluma de nouveau et Rose pu apercevoir suffisamment, une sorte d'énorme chose circulaire, d'un gris mat, ressemblant à de l'ardoise, et ayant la forme d'un immense canotier, en suspension à environ un mètre du sol, sans support.

     "Alors ces livres ?" réclame encore l'homme qui décidément y tenait. Rose récupéra la clé sous la pierre plate et ouvrit la porte. L'homme normal projeta le rayon de sa lampe à l'intérieur et entra le premier. Rose le suivit et pensait que les grands resteraient dehors. Mais ils entrèrent aussi en se baissant considérablement, ce qui fait que le petit mazet était plein à craquer. La lampe éclairait comme en plein jour et Rose en profita pour jeter un clin d'œil sur ses étranges visiteurs . Les grands avaient la peau brune et ressemblaient plutôt à des hindous non faméliques, mais bien en chair. Ils étaient tous vêtus d'une sorte de combinaison d'homme grenouille, avec aux pieds des sortes de pataugas. Ces pieds mesuraient au moins du 60. L'un des géants avait planté sur le front, une moitié de bille de verre noir et autour de son coup pendait une courroie à laquelle était accrochée à la hauteur de l'estomac, une boîte noire avec des boutons multiples.

     "Mais pourquoi parlez-vous français, et pourquoi n'êtes-vous pas aussi grand que les autres?" interrogea Rose en s'adressant à l'homme normal, et c'est là que notre histoire prend une tournure très particulière :

     - Mais tout simplement, parce que je suis français, et je suis avec eux depuis 20 de vos années terrestres. Une nuit que je marchais dans la campagne, je les ai rencontrés et je vis depuis dans leur monde à eux.

     - Mais vous étiez un enfant alors, car vous paraissez à peine agé de 30 ans !

     - J'avais 25 ans.. dit -il.

     Rose fit un calcul élémentaire 25 + 20 = 45.

     -Vous n'avez pas 45 ans ! en tout cas, vous n'en avez pas l'air!

     - Mais je ne les ai pas. Le temps ne compte pas pour nous comme pour vous !

     Rose n'en revenait pas et était plutôt éberluée. On n'en serait à bien moins, surtout si l'on n'avait pas plongé dans les méandres de la théorie de la relativité d'Einstein, peu divulguée à l'époque.

     - Que venez-vous chercher ici ? demanda Rose en faisant croire qu'elle comprenait cette notion du "temps élastique".

     - Regardez vous même,... dit-il en lui présentant le contenu d'un sac que portait l'un des grands personnages. Et Rose aperçut, des repousses d'oliviers, d'amandiers, de thym, diverses feuilles et des pierres etc...

     - Mais cela ne vaut pas un si long voyage! répliqua Rose.

     - Mais si...; nous récoltons les mêmes choses en plusieurs endroits de la planète. Cela nous permet d'évaluer les dégâts occasionnés par les bombes que vous avez fait exploser au Japon, il y a 7 de vos années !

     - Mais ce n'est pas nous, ce sont les américains !

     - Pour nous, c'est quand même vous ! Sur le moment, Rose fut bien vexée, mais 25 ans plus tard après la valse des bombes atomiques, celle soviétique, (déjà le 29/08/49 et Rose l'ignorait), puis anglaise quelques mois après son aventure (3/10/52), puis française (13/02/60), puis Chinoise (15/10/64) etc... elle dû alors convenir qu'il avait raison.

     Rose ouvrit alors une vieille armoire remplie de bric à brac, de toiles d'araignées et où madame rat avait installé sa famille au grand complet. Elle se sentit obligée de révéler à ces étranges visiteurs, qu'elle ne vivait pas dans cette baraque, mais qu'elle habitait une jolie maison ailleurs. Puis elle sortit quelques vieux livres couverts de poussière dont l'un était gros et épais :"le Comte de Monte-Cristo" d'A. Dumas. Elle souffla sur le paquet pour chasser un peu la poussière et l'offrit à l'homme normal, ainsi que des vieux journaux et le catalogue tout neuf qu'elle avait acheté la veille, car "le français" lui demanda poliment s'il pouvait aussi l'emporter. Seuls les débris du livre "les Misérables de V. Hugo" que les rats avaient vraiment massacré, restèrent dans le placard.

     C'est alors que Rose pour faire croire qu'elle allait nétoyer le coin, dit qu' elle détruirait les rats le lendemain. Et la réponse la fut :

     - Vous ne devez pas tuer ces animaux, laissez-vivre !

     Rassurée, Rose, qui évidemment ne l'aurait pas fait , reprit :

     - Je ne les tuerai point, mais au contraire je vais leur porter du pain ! Et la réponse fut:

- Vous ne devez pas leur porter de la nourriture. Ce sont des animaux habitués à se suffire à eux même, les nourrir les rendrait tributaire de vous; laissez-les se débrouiller seuls.      Rose pensa, "Il ne veut pas que je les tue, ni que je les nourrisse. Quel drôle de type " . Mais des années après, elle allait comprendre ce que cela voulait dire. (L'écologie a en effet pris de l'essor depuis.)

     Mais une question brûlait ses lèvres :

     -Vous avez pas pensé à votre famille, quand vous êtes parti avec eux ?

     - Je n'avais pas de proches parents. Personne n'a dû s'inquiéter pour moi, à part peut-être mes élèves car j'étais instituteur.

     Voilà donc une révélation intéressante, car il ne doit pas y avoir beaucoup d'instituteurs qui ont disparu brusquement en 1932, sans que l'Education Nationale ne s'en trouve informée. Donc voilà une piste à vérifier, et nous invitons donc les internautes qui ont les moyens de faire cette recherche, de se faire connaître au plus vite. Merci d'avance.

     La suite du dialogue va maintenant prendre une tournure tout à fait exceptionnelle.

     -Vous n'avez jamais regretté d'avoir quitté la Terre ?

- On a tout à gagner à la quitter, savez -vous ? Rose sur le moment ne saisit pas bien le contenu de cette affirmation.

     -Voulez-vous venir avec nous ?

     Rose se mis de nouveau à prendre peur en pensant qu'ils pourraient l'enlever dans leur machine diabolique. Elle revit en pensée, son père âgé et sa fille toute blonde et répliqua :

     - Je veux rester ici !

     A ce moment là, le géant à la bille s'adressa à l'instituteur qui demanda à Rose:

     - Il veut savoir qui est le vieil homme et qui est l'enfant ?

     C'est ainsi que Rose s'aperçut que ce géant au moins, était un parfait télépathe. Elle leur expliqua donc les détails de sa famille et tout aurait pu s'arrêter là, si Rose n'avait pas constaté que les chiens se tenaient gentiment aux pieds du géant à la bille qui semblait être le chef du groupe.

     -Vous avez l'air d'aimer les chiens, en avez-vous là-haut ? demanda innocemment Rose.

     -Tout ce que vous avez sur Terre, nous l'avons aussi, car ce sont leurs lointains ancêtres qui ont tout amené. Seulement tout est plus grand. Ainsi les chats ressemblent à de petits tigres et les arbres sont immenses . Même les hommes descendent d'eux...

     - Impossible! sur Terre, il n'y nulle part des hommes aussi grands que ceux là !

     - Mais parce qu'au fil des générations, tout a rapetissé .

     - Mais dans ce cas pourquoi avoir forcé des hommes à vivre dans un lieu qui les diminuait ? demande Rose en ironisant.

     - Cela n'a pas toujours été ainsi. Préparer cette planète à recevoir la vie n'a pas été aussi simple ! Il fallut ensemencer afin de créer, puis amener une atmosphère, puis amener des animaux et ce fut un travail de longue haleine. Ce n'est que plus tard qu'on déporta les hommes, car ces derniers n'étaient pas n'importe quels hommes ! Sur terre quand vous punissez les voleurs, les bandits, les assassins, vous les mettez soit dans des prisons, soit dans des bagnes, bref, en des endroits où sans liberté, les punis sont à la charge de la société laborieuse; Eux, ces géants qui nous ont envoyé, ils ont résolu le problème en aménageant une planète pour les punis. Ils les déportaient donc après qu'ils eussent été amputés d'une partie de leurs connaissances, ensuite ils les laissaient libres , n'étant à la charge que d'eux-mêmes. D'eux seuls dépendait alors leur survie. Vous descendez-de ceux là !

     Vexée d'apprendre qu'elle descendait de bagnards, Rose répliqua immédiatement "Vous aussi, il me semble": "Exact" fut la réponse.

     - Et tout cela n'est rien , le plus dur pour eux fut d'amener un satellite convenant à cette planète.

     - Un satellite, vous voulez dire une lune ?

     - Exactement, et ce ne fut pas si facile ! il y eu une erreur sans doute dans le choix de cette lune, car un jour en amenant une cargaison de punis, ils tombèrent sur des géants, trois plus grands qu'eux, et la flore et la faune avait subi elles aussi la même transformation. Beaucoup plus tard, le satellite s'écrasa sur la planète, et il s'écoula du temps, avant qu'ils puissent en trouver un autre qui convienne à la Terre; Ils le découvrirent pourtant dans un autre système solaire et le ramenèrent sur l'orbite où vous pouvez le voir aujourd'hui.

     Nous arrêtons ici la narration de cet incroyable aventure afin que vous cherchiez à vous procurer le livre de Rose C, si vous avez encore la chance de tomber dessus, car ce n'est pas le genre d'ouvrages que les médias aiment à mettre en exergue puisqu'il défie notre plus élémentaire logique. (Notons en passant que ce scénario de "la Terre bagne-cosmique" est décrit d'une manière quasi identique dans le livre de G. Adamsky "Inside the Space Ships" de 1955 et traduit en français en Mai 1979 sous le titre "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace", chez M. Moutet. page 92)

     De plus, il est nécessaire que vous puissiez apprécier l'humour continuel et provençal qui se dégage du livre de Rose C. et pour terminer, nous vous dirons seulement que Rose n'était pas au bout de ses surprises, car en plus de la télépathie, elle connue aussi la téléportation de la pierre plate, de la clef du petit Mazet et d'elle même. Elle apprit que leur Lune est trois fois plus grosse que la notre, prit une sévère leçon sur notre éducation scolaire, sur notre prétendue connaissance historique, sur le fait que tous les 12000 ans environ la Terre subit un cataclysme déclenché par la bêtise des hommes et que nous sommes bien mal partis, si nous continuons dans la même stupide voie. etc... et enfin qu'à cause d'expériences similaires, la Terre a subi un cataclysme épouvantable, il avait exactement 11357 ans (en partant de 1952 bien sûr).

     Rose a été profondément affectée par son aventure, mais aujourd'hui, elle pense encore, à toutes les questions qu'elle aurait pu poser à ces visiteurs hors normes, comme par exemple simplement de demander à l'instituteur quel était son nom et dans quelle école, il travaillait, ce qu'il n'aurait pas hésité à dire, vue la gentillesse dont il a fait preuve. Mais en 1952, nous n'avions pas les mêmes préoccupations qu'aujourd'hui.

     Cependant Rose a gardé une preuve irréfutable de son incroyable aventure: En recevant certaines radiations quand les visiteurs l'ont touché de près et après qu'ils s'en sont allés, Rose ressentit un vague raidissement dans toute la longueur de son annulaire droit, et deux mois après elle s'aperçut avec effroi que son annulaire droit avait grandi et sa main se trouvait avec deux majeurs, ce qui à notre connaissance, est probablement unique dans l'histoire de la physiologie humaine :


     De plus, il y avait au centre de la paume de Rose de la même main, une cicatrice d'un centimètre et demi environ alors qu'elle n'avait jamais eu de blessure au centre de la main. Elle allait aussi s'apercevoir, qu'elle avait le soir, des flashs dans son cerveau et que sur un fond violet apparaissaient diverses inscriptions, que nous ne détaillerons pas ici et que vous trouverez dans le livre de Rose C. précité.

     Voilà donc l'histoire de Rose C, très succinctement racontée, et il nous appartient donc maintenant d'en tirer toutes les implications possibles, si son authenticité pouvait être établie.

     En premier lieu, nous nous adressons aux personnes qui ont connu Rose c, afin qu'elles puissent chercher à découvrir si un jour elle a pu faire analyser les éléments témoins de son aventure extraordinaire, : clef, pierre plate, traces sur le terrain qui ont subi des radiations spécifiques, en plus des radios de sa main qui sont absolument nécessaires pour établir l'élongation insolite de son annulaire.

     De plus nous invitons toutes les personnes ayant assisté à la conférence organisée par le groupe VERONICA, le 14 nov 1974 de 14h30 à 16h au Centre Culturel Pablo Neruda de Nîmes et qui ont eu à connaître l'intervention inopinée de Rose C à cette conférence, affirmant que les occupants des Ovnis "étaient tous des géants de 2m30 environ et que leur teint n'était pas vert, mais bistré," de nous contacter sur le Web, dès que possible... Car cela confirmerait sa méconnaissance, à l'époque, des caractéristiques du phénomène "Ovni" et justifierait amplement toute la bonhomie, dont elle a fait preuve dans cette étrange aventure.

     Et surtout il est d'une importance capitale que l'on puisse joindre une personne que Rose C a connu entre 1952 et 1970 date de publication de l'article du magazine soviétique Souptnik dont on peut lire l'intégralité page 99 dans l'ouvrage de DON WILSON "Un Vaisseau spatial nommé Lune" publié chez Albin Michel en Septembre 1979, mais en anglais en 1975.

     Résumons en très peu de lignes cet article :

     L'origine de la Lune est l'un des plus grands problèmes du cosmos intéressant directement la Terre. Trois hypothèses principales s'affrontent :

-Première Hypothèse : La Lune faisait partie de la Terre dont elle s'est détachée. Mais comme on n'a pas trouvé l'énorme emplacement, sur notre Terre, où elle aurait pu s'extraire à la suite d'un choc avec une planète grosse comme Mars, on devrait ne plus penser à cette hypothèse.


Théorie de la collision gigantesque de la Terre avec un corps céleste
de la taille de Mars qui va projeter en oebite des débris
qui par accrétion donneront par la suite naissance à la Lune.
(Voir n° 203 de "Pour la Science" de Sept 94.)

-Deuxième hypothèse : La Lune est issue du même nuage de poussière et de gaz que la Terre, et est immédiatement devenue le satellite naturel de la Terre.


Théorie de formation simultanée de la Terre et de la Lune
par agrégation de grains de poussière.


     Mais comment expliquer alors la différence de composition des roches et de densité de 3,33g par cm3 pour la Lune et de 5,5g par cm3 pour la Terre et aussi nous le verrons ci-dessous, l'ancienneté incroyable de certaines roches lunaires.

-Troisième hypothèse : La Lune a une autre origine loin de la Terre, et comme une comète, elle s'en s'est approchée. Et par un effet complexe des forces de gravité de la Terre, elle s'est trouvé prise à l'intérieur d'une orbite géocentrique presque circulaire.


Théorie de la capture de la Lune venue d'ailleurs
par la gravité terrestre.


     Le hic c'est que cette capture est virtuellement impossible sans un freinage caractérisé (voir aussi notre article sur les Mystères de la Lune).

     Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov, eux, en Juillet 1970 proposèrent l'hypothèse osée suivante et qui pourtant fut celle que Rose C. a eu à découvrir, on le sait, dès 1952, grâce à ses étranges visiteurs :


" La lune serait un satellite artificiel de la Terre, mis sur orbite autour d'elle par des êtres intelligents qui nous sont inconnus."

     Sans rentrer dans les détails de cette théorie révolutionnaire des savants soviétiques, la Lune serait formé d'un blindage (extrêmement résistant que les grosses météorites n'arrivent même pas à percer, car le fond de certains cratères est convexe au lieu d'être concave) d'environ 32 Km d'épaisseur et d'un revêtement extérieur de 4800 m et serait bourrée à l'intérieur d'appareils et de machines qui auraient servi à son déplacement et à sa stabilisation merveilleuse. Elle a en effet une rotation obligée, c'est à dire qu'elle tourne sur elle même dans le même temps qu'elle tourne autour de la Terre soit environ 27,3 jours, ce qui fait qu'elle nous présente toujours la même face ( Il y aurait parait-il, près de 50 autres satellites naturels dans le même cas dans le système solaire dont le fameux Titan ), et de plus, elle est si bien placée entre la Terre et le Soleil (son diamètre apparent est 400 fois plus petit que celui du soleil et sa distance à la Terre est aussi bizarrement justement 400 fois plus petite que la distance de la Terre au Soleil) que cela nous permet d'admirer de magnifiques éclipses qui n'existent pas sur les autres planètes.

     Nous ne pouvons ici donner toutes les raisons qui ont porté ces savants soviétiques à admettre une telle théorie, pourtant si peu orthodoxe, mais pour en savoir plus, l'internaute aura la bonne curiosité, s.v.p, de se reporter au livre de Don Wilson précité.

III Conclusion


     Nous voilà donc arrivé à la conclusion inquiétante de cet article :

- Soit cette dame Rose C. (qui ne connaissait en 1952 rien à l'astronomie puisqu'elle n'avait jamais entendu parler de l'étoile Sirius), a eu, à cette époque, une idée géniale, qui lui aurait permis d'écrire un best seller de Science-Fiction avec bien plus de succès que celui du livre qu'elle a publié en 1979, sous le conseil de ses amis, alors qu'elle a gardé le silence pendant des années.

- Soit que savants russes aient lu un reportage quelque part, s'il en existe un, publié dans une revue quelconque, de l'histoire de Rose C, ou qu'ils aient lu aussi peut-être le livre de Jean SENDY de 1968, et qu'ils s'en sont servis pour appuyer leur théorie fantastique (cas pas impossible, mais très improbable, vu la censure sur l'information qui régnait à l'époque en URSS).

- Soit, pour noyer le poisson gênant, (mais c'est assez difficile de noyer un poisson dans la mer), et beaucoup le diront, c'est par hasard que cette concordance d'idées a eu lieu et que Rose C, a , sans scrupules, tout imaginé dans cette affaire.

-Soit enfin que l'aventure de Rose C, est authentique et nous devons en tirer rapidement les conséquences notoires qui s'imposent.

     Notons en passant que cette incroyable hypothèse est aussi totalement accréditée par une autre voie parfaitement ésotérique (puisque les informations sont obtenues par channelling), venue du Canada à la page 198 du livre "Terre Clé Pléiadiennes de la bibliothèque vivante" de Barbara MARCINIAK
publié en 1998 aux Ed. ARIANE. Pour ceux qui n'ont pas eu encore la chance d'avoir en main ce livre remarquable, citons ces quelques mots :

     "La Lune est un satellite fabriqué. Elle fut ancrée à l'extérieur de l'atmosphère terrestre pour agir comme un appareil de méditation et de surveillance, comme un super-ordinateur, ou un oeil dans le ciel. Elle affecte toutes les formes de vie sur cette planète, bien au-delà de ce qui vous est actuellement perceptible. Votre histoire fait état de deux Lunes orbitant la Terre. Vous n'entendez pas cela souvent, mais certains savent..."

     Dans un autre ouvrage, absolument de même nature, paru au premier trimestre 2000, chez l'Editeur S.O.I.S. et intitulé "Alliance" d'Anne Givaudan, auteur de nombreux livres best-sellers à contenance très spirituelle, dont certains en collaboration avec Daniel Meurois, nous révèle qu'autrefois notre Lune était en mouvement sur elle-même, puis elle fut immobilisé, et par la suite, elle a bel et bien été "stabilisée" par des "entités de haut niveau", sur lesquels nous ne pouvons actuellement, donner plus de détails ici. Citons aussi cependant, ces quelques mots :

     "Votre lune est depuis longtemps maintenue artificiellement sur son axe, ainsi vous ne voyez toujours qu'une de ses faces, tandis que l'autre que vous nommez parfois la face cachée, sert de point de rencontre aux différents vaisseaux venant des planètes confédérées. Ces bases permettent des regroupements et des départs vers d'autres mondes tels que le vôtre par exemple."

     On reste n'est-ce pas, confondu, par ces deux autres analogies issues de sources apparemment divergentes de celles en provenance de Rose C..

     Méditons cependant, en terminant cet exposé, sur cette leçon transcendante de modestie et de savoir-vivre, que nous ont laissé, ces gens venus d'ailleurs, avec de si puissants moyens, ces géants, qui pourraient nous écraser comme des mouches et qui pourtant viennent ramasser des roches et des végétaux de notre planète, tout en respectant la vie de petits rongeurs, et qui disent que la Terre est magnifique et s'inquiètent du sort que nous lui réservons, alors qu'actuellement plus de 40 foyers de guerre la déchirent, les affamés y prolifèrent, la pollution frénétique la menace, sans parler des coups tordus que nous y réservent encore les apprentis sorciers.

     Une citation de mémoire, pour finir, semble de circonstance ici : "A l'échelle du Cosmos , seul le fantastique a des chances d'être vrai "... Pierre TEILHARD de CHARDIN (1881-1955).

Dernières nouvelles :

     Le vendredi 28 Janvier 2000, nous avons eu le privilège de recevoir, de Madame Rose C., en personne, un coup de fil, dont la provenance se situait pourtant, à 7000 km de nous, et nous avons aussi, rappelé cette dame, le dimanche suivant. Elle nous faisait alors, entre autre chose, part de ses ennuis de santé.

     Le Mardi 18 Avril 2000, un très sympathique internaute, nous apprenait son départ pour l'Autre Monde, au début de la deuxième semaine d'Avril. Nous avons aussi appris et cela est d'une importance capitale pour établir, en partie, l'authenticité de cette affaire hors norme, qu'un observateur écrivain, que nous ne pouvons pas citer sans son autorisation, a déclaré :

1°)"J'ai constaté de visu le fameux doigt. Je peux affirmer qu'il n'y avait pas de trucage."

2°)"Qu'un enquêteur très officiel du GEPAN a également été surpris par cette sorte de métamorphose..."

3°)"Quelques mois avant sa mort, son doigt avait encore allongé !"


      Mais, ce 6 Août 2017 poursuivons notre exposé sur cette incroyable affaire Rose C qui défraya la chronique, dans les années 1980 et suivantes.

      Disons déjà, que cette Dame, a pu nous contacter, tout simplement parce que nous avions demandé à son éditeur, d'avoir la très grande gentilesse de lui transmettre, une enveloppe timbrée, sans son adresse bien sûr, que l'éditeur a bien voulu écrire, puis la poster.

      Mais, allons plus avant dans cette affaire, et voyez d'abord les couvertures des 2 revues américaines suivantes, de Mai et Juillet 1976 :


     Ces deux revues ufologiques, nous montrent des photos d'ovnis, qui ont été étudiées en long et en large, sans que l'on ait jamais pu démontrer qu'elles étaient truquées, surtout à l'époque, où les ordinateurs étaient très balbutiants. Pourtant la commuauté scientifique académique, n'a pas levé le petit doigt , pour confirmer les études remarquables qui ont été faites à ce sujet. Cette communauté est restée aussi de marbre, quand, dans le n° de Juin 1976 de la même revue :


on pouvait lire, ce qui suit, et qui est, un article remarquable de huit pages, de Don Wilson , et article tiré probablement de son livre paru aux Etats-Unis en 1975, et seulement en 1979 en France :


     Jetons, voulez-vous, un coup d'œil furtif, sur l'information hors norme que contient cet article qui est en anglais bien sûr, et voici pour les puristes les pages 36 à 39 :



et dont nous vous donnons une modeste traduction ci-dessous de certains passages :

     "..Mais le premier spécimen de roche que l'astronaute Neil Armstrong ramassa dans la Mer de la Tranquilité après son alunissage (Note du Webmaster : il y a de très fortes et grandes chances et que ce soit quelqu'un d'autre qu'Armstrong, qui a rapporté ces roches lunaires sur Terre), se révéla dater de plus de 3,6 milliards d'années. mais ce ne fut qu'un début dans l'histoire de ce mystère d'ancienneté. L'une des pierres rapportées au cours de ce premier voyage, se révéla d'un âge déconcertant de 4,3 milliards d'années. Une autre roche (la n°13) atteint la datation encore plus exceptionnelle de 4,5 milliards d'années.. Et un échantillon de sol rapporté par Apollo 11 (Cela reste encore à démontrer que c'est bien Apollo 11 qui l'a fait) , se révéla vieux de 4,6 milliards d'années - l'âge même que les scientifiques attribuent à la Terre et au système solaire. De même, les sondes inoccupées soviétiques, décelèrent dans l'une des plus anciennes mers de la Lune , la Mer de la Fertilité, des pierres âgées de 4,6 milliards d'années. Cependant selon le périodique d'astronomie bien connu , Sky and Telescope", la Conférence sur la Lune de 1973, à laquelle participèrent la plupart des spécialistes lunaires de la NASA, révéla que l'on avait découvert une roche lunaire datant de 5,3 milliards d'années. Un autre rapport, fondé sur la méthode potassium-argon qui est aujourd'hui, le système de datation, le plus précis, établit que "certaines pierres" ont atteint l'âge incroyable de 7 milliards d'années.

     Et s'il faut croire un autre rapport "deux pierres rapportées par Apollo 12 (Cela reste aussi encore à démontrer) ont été estimées pour avoir l'âge de 20 milliards d'années." Incroyable ? Apparemment, car il s'agit là de 4 fois l'age de notre planète et notre système solaire... Autant que nous le sachions, c'est la limite d'âge extrême qui ait jamais été attribuée à une partie de l'Univers....

     Dans un article de Chemistry de Février 1974 , le Dr Urey avance que des pierres lunaires ont révélé qu'elles contenaient des isotopes du Xenon produites par la fission du plutonium 244 , qui n'existe pas sur la Terre, ce qui indiquerait que la Lune est beaucoup plus ancienne."

     References: prière de consulter les revues :Sciences News June 73 p 355; et aussi "Pensées" N° special : Immanuel Velikovsky reconsidered : how much of Yesterday's Heresy is Todays Sciences page 13; et enfin Chemistry : Feb 74 p 19-20. (Si vous avez la grande chance de découvrir ces revues soyez assez aimable pour nous le signaler. Un grand merci à l'avance.)

     Que dire de plus si ce n'est encore que :" Le sol et les roches lunaires ont suscité tant de contradictions qu'une équipe de savants de l'institut technologique de Californie (Caltech) a présenté un rapport intitulé "The Lunatic Asylum" ( L'Asile de Fous)..."      Ou encore: "Au lieu de nous donner des réponses aux questions clefs et aux problèmes cruciaux que l'on se pose au sujet de la Lune, un scientifique a déclaré à l'époque:" La Lune nous a donnés des réponses pour lesquelles nous n'avons pas encore formulé de questions"..

     Alors, chère Madame Rose C, n'est-ce pas vous qui avez pu nous guider pour découvrir cet excellent article qui semble confirmer votre fabuleuse aventure ?...

     Le point de départ de ces informations incroyables, serait paru dans les publications suivantes extraites page 156 du livre précité de Don Wilson :

- Sciences News (juin 1973), page 355.

-Pensées : n° Spécial dans l'article : Immanuel Vélikovsky Reconsidered: How Much of yesterday's Heresy is To Day's Science page 13.

- Chemistry (Février 1974), pages 19 et 20.

      -Voir aussi, concernant cette incroyable affaire, l'article de 5 pages du "Nouveau Planète n° 19 de Novembre 1970" , que nous avons dans notre bibliothèque, et intitulé "La Lune astre artificiel ?" par Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov.

     Il va s'en dire quenous implorons, les deux mains jointes, tout internaute possédant des informations sur cette conférence sur la Lune de 1973 et sur les rapports publiés , à cette occasion, sur l'ancienneté extraordinaire de certaines pierres lunaires ramenés de notre satellite, et aussi des informations sur les publications précédentes, d'avoir l'extrême gentillesse de nous en avertir.

     Notons bien, pour terminer cet article, qu'il ne s'agit pas ici d'apporter la preuve que la Lune est un "astre artificiel de la Terre" ce que beaucoup refuseront d'admettre pour des raisons de possibilités théoriques et techniques, bien que si l'on apprenait (évidemment à l'aide d'un voyage imaginaire dans le temps) à un habitant de la Terre, y vivant, il y a seulement deux siècles, où le cheval était le moyen de locomotion incontournable, ce que l'on est capable de faire maintenant avec nos avions long-courriers, véritables hôtels volants, nos télévisions et nos gadgets électroniques etc.., il déclarerait que c'est impossible et que tout cela relève de la magie. Dans quelques centaines d'années, on découvrira probablement, comment projeter la matière à distance, comme on a réussi, de nos jours, à projeter l'image à des milliers de kilomètres, (et ce sera sans doute alors, la fin des transports en mode actuel, avec en moins, tous les tracas de la circulation automobile etc..) alors pourquoi pas, le déplacement d'une petite planète comme la Lune, dans quelques milliers d'années .

     Mais ce n'est pas ce qui nous préoccupe ici. Ce qui est en cause dans cet article, c'est le fait qu'une modeste ménagère qui repassait du linge à l'époque pour gagner sa vie, ait eu l'audace ou le génie de "proposer" (certes, nous dit-elle, par l'intermédiaire de visiteurs inconnus), une théorie révolutionnaire, qui ne sera adoptée, que des années plus tard, d'abord remarquablement par un écrivain français nommé Jean Sendy , puis ensuite, deux ans plus tard , par des savants soviétiques très avant-gardistes.

      Il est alors clair, que c'est l'antériorité pragmatique de l'idée que notre Lune puisse être artificielle que nous cherchons à octroyer à cette Dame .

     Nous supplions donc tous les membres de sa famille, qui liront peut-être, cet article, de garder précieusement toute sa correspondance, car si l'on peut y trouver, le nom d'une seule personne dans une seule lettre ou même une petite carte postale, qui fait état de son histoire, de préférence avant 1968, alors les détracteurs et autres sceptiques zététiques n'auront alors plus qu'à faire intervenir leur éternel dieu hasard pour trouver une explication adéquate, à cette situation extraordinaire.

Autre Développement : Le 4/09/2000, à la recherche d'une information concernant notre soleil, nous sommes tombés sur une lettre superbe en date du Février 1982, Docteur es Sciences John F. Gille, qui vivait à l'époque aux USA, à Houston au Texas. nous avions en effet pris contact avec ce grand scientifique à la suite de la parution d'une longue et très sévère lettre ouverte , qu'il avait adressée à son Directeur de Laboratoire et parue dans la revue Nostra n°510 du 14-20 Janvier 1982. Dans sa réponse de 3 pages dactylographiées, à notre lettre du 19/01/82, le Dr J.F.Gille a eu l'extrême gentillesse de nous préciser que ses propos n'avaient rien de confidentiel. Aussi donc ici, après 18 ans, vous transcrire le passage suivant qui prouve qu'il existe au moins un savant français qui a osé prendre en considération l'hypothèse des russes :

      "Je suis persuadé que vous avez raison, ainsi que Mr Alfred Nahon, et que bien entendu, les extra terrestres (faute de mieux, je n'ai pas de pudeur à employer cette désignation bateau) ont construit des artefacts sur la Lune et qu'à tout le moins, ils y sont présents de temps à autre (ce qui ne veut pas dire que je considère comme impossible qu'ils y soient à temps complet et /ou que la lune soit un satellite artificiel). Il pourrait aussi s'agir d'un planétoïde naturel qui aurait été "transporté" en orbite terrestre. Je manque de bases pour évaluer ces différentes spéculations "


      Il ne nous reste plus donc, qu'à faire un nouvel article, pour rendre hommage à ce courageux chercheur qui n'a pas eu peur de ternir sa réputation pour faire jaillir ses conceptions hors normes. On peut tout de même, à juste titre, se poser la question de savoir si ce chercheur a tiré son idée de planétoïde naturel transporté de la théorie des soviétiques en 1970 ou du livre de Rose C. en 1979 ou même ailleurs ? Lui seul, avec sa franchise habituelle, pourra sans doute, nous répondre un jour . En attendant reconnaissons que cette affaire de Rose C.(dont nous avons encore des points à révéler), n'a pas fini de nous surprendre superbement.

Autre rebondissement.

     A la page 76 du n° spécial Planètes : Les nouveaux mondes d'Oct-Nov-Dec 1989 de la revue "Ciel et Espace", nous apprenons que comme le couple extraordinaire, formé par la Terre et la lune , il existe un autre couple tout aussi fantastique qui se situe aux confins du système solaire: C'est le couple "Pluton-Charon".

     En effet à 5,9 milliards de Km du Soleil, tourne Pluton, la dernière planète découverte le 18 Fév. 1930 par un astronome amateur nommé Clyde Tombaugh. On apprend alors que Pluton, qui ne fait que 2300 Km de diamètre donc qui plus petit que la Lune (3476km), possède pourtant un énorme satellite (par rapport à sa propre taille), nommé Charon, qui fait 1200 Km de diamètre, si bien que l'on peut parler là, d'une planète double.

     Mais ce qui est encore plus extraordinaire, c'est le fait que Charon tourne autour de Pluton en 6,39 jours et que la planète Pluton tourne sur elle-même, chose bien bizarre, exactement en 6,39 jours également, si bien que Pluton possède un hémisphère où Charon apparaît totalement immobile dans le ciel, comme l'est un de nos modernes satellites géostationnaires, l'autre hémisphère ne le voyant jamais. Gageons que les scientifiques auront, encore ici, bien du mal à trouver une théorie orthodoxe quelconque pour expliquer ce phénomène si incroyable, à moins que, une fois de plus, qu'ils aient l'audace de faire appel à la théorie révolutionnaire (dont ils évitent de parler en public) des soviétiques Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov et théorie qui, on le sait , s'aligne, parfaitement avec celle avancée par les visiteurs nocturnes de notre Rose C, modeste ménagère à l'époque et bien incapable, à notre avis, d'imaginer tout cela. Le débat est lancé, nous attendrons avec ferveur, les pirouettes explicatives concernant ce dernier phénomène...

Événement littéraire hors pair d'une revue scientifique.  

     Le 2 juillet 2001, nous avons reçu la missive suivante de notre ami Joël Baran, l'ingénieux surfeur qui a, nous le rappelons, un remarquable article sur notre site à l'adresse:


            Cher Fred

      Sur le site de la revue "Pour la science" : http://www.pourlascience.fr/, qui n'est pas réputée pour être versée dans l'ésotérisme, se trouve un article étonnant que je te livre ci-dessous et qui pourrait bien conforter tes articles sur Rose C. et les mystères de la lune. Je dois quand même te prévenir : vu la date de parution, je ne serais pas surpris qu'il s'agisse en fait d'un poisson d'avril. A vérifier !.

     Voici donc un extrait de cet article incroyable:



N° 270 avril 2000

La Lune, artefact extraterrestre?

Une mission sera lancée vers la Lune afin de le vérifier.

 

Si, quelque part dans notre Galaxie, il existe une civilisation extraterrestre plus évoluée que la nôtre, les modèles mathématiques montrent que cette civilisation aurait dû coloniser la Galaxie rapidement. Dans ce cas, cette civilisation aurait vraisemblablement atteint notre Système solaire il y a des millions d’années. Y aurait-elle laissé des traces?

En 1948, l'écrivain britannique Arthur C. Clarke imagine dans sa nouvelle La sentinelle que des extraterrestres avaient placé sur la Lune une balise qui se déclencherait dès qu’elle serait découverte, signalant à ses constructeurs que l'homme avait atteint l'âge de l'astronautique. L'idée de ces balises bien proches est reprise et étendue, en 1968, dans 2001, l'Odyssée de l'espace : enterré sur la Lune, un monolithe parallélépipédique noir émet un signal en direction de Jupiter.

Entre temps, l'idée d'une présence extraterrestre sur la Lune avait été exploitée par différents auteurs, notamment par les Français Alfred Nahon et Jean Sendy qui proposaient d'interpréter dans ce sens les émissions lumineuses énigmatiques, repérées par les astronomes et connues sous le nom de phénomènes lunaires transitoires.....

Considérons le problème soulevé voici quelques années par l'astrophysicien américain Gregory Benford : quelle est la probabilité que, sur un astre abritant la vie, la taille apparente de son satellite «naturel» coïncide exactement avec la taille apparente de l'astre solaire? Très faible, et il est manifeste que la Terre est le seul lieu du Système solaire d’où l'on peut contempler des éclipses totales de Soleil. D'où l’idée d’arrêter la recherche d’artefacts ou de signaux extraterrestres et de tester l'hypothèse selon laquelle la Lune est elle-même un artefact extraterrestre. Il n’est même pas nécessaire d'imaginer que la Lune soit artificielle. Ce qui est artificiel, c'est qu’elle soit placée exactement là où elle se trouve.

  Cette idée, absurde au premier abord, se révèle pourtant d'une logique implacable. Pour plusieurs raisons. La première, et la plus évidente, est bien entendu l’existence des éclipses de Soleil. Ces spectacles impressionnants ont joué un rôle majeur dans les religions antiques, et leur compréhension a nécessité des siècles de recherche en mathématiques et en astronomie tant théorique qu’observationnelle. Les éclipses de Soleil ont donc indéniablement été un facteur important d’évolution culturelle.

   Ensuite, on a reconnu ces dernières années que plusieurs circonstances, négligées jusqu’alors, avaient joué un rôle clé dans l'apparition de la vie sur Terre. L’un de ces événements «miraculeux» concerne justement la Lune. Dotée d’une masse relativement importante par rapport à celle de la Terre, elle a stabilisé la position de l'axe de rotation terrestre grâce aux forces de marées, ce que Galilée analysa comme l’«effet des forces liantes de marées». En empêchant la Terre de danser la gigue sur son axe, la présence de la Lune évite les catastrophes climatiques que ces déplacements chaotiques répétés auraient entraînées. En effet, la variation saisonnière de la durée des nuits et des jours est due à l’inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de son orbite autour du Soleil. Si cet axe se couchait dans le plan orbital, les saisons seraient terriblement contrastées : une moitié du Globe serait plongée dans une nuit d’environ six mois, tandis que l'autre serait, pendant la même période, soumise au rayonnement solaire. Certains scientifiques pensent que ce scénario catastrophe a privé Mars de son atmosphère initiale, y interdisant à jamais le développement de la vie. La Lune ayant stabilisé l'axe de rotation terrestre, les saisons seraient restées relativement stables sur Terre, assurant la clémence des conditions climatiques et permettant l'émergence de la vie. Y aurait-il, quelque part dans la Lune, des réacteurs qui serviraient à modifier son orbite et qui l’aurait amené à sa position actuelle?

  Enfin, la sonde Lunar Prospector, qui s'est écrasée sur le sol de notre satellite en juillet 1999, a décelé dans le spectre infrarouge de certaines régions lunaires des signatures spectrales inexpliquées.

  Fort de ces indices convergents, la NASA vient de décider de lancer SETOM (pour Search for Extraterrestrial Origin of the Moon, soit «recherche de l'origine extraterrestre de la Lune»), un nouveau projet de recherche en marge du fameux programme SETI (pour Search for Extraterrestrial Intelligence, soit «Recherche d'intelligence extraterrestre»). La première étape de ce projet consistera en la construction et l’envoi en orbite lunaire d’une sonde nommée LOVE (Lunar Orbiter Vehicle Expedition) qui analysera de manière fine la gravité lunaire afin de détecter d’éventuelles anomalies souterraines : si la Lune comporte des creux qui abritent des réacteurs ou des systèmes de commande, sa gravité sera différente de celle d'une sphère pleine. Plusieurs petits modules d'excavation seront aussi largués à la surface lunaire. Outre détecter d’éventuels sons, leur rôle sera de s’enfouir dans le sol lunaire afin d'analyser de plus près les anomalies décelées par la sonde, après avoir noté la cote des creux. Cette mission ambitieuse et originale devrait être lancée au tournant du siècle.

P. Thebarn et R. Lyehook,
Département d'exo-sociologie
& Chaire de bioastronomie,
Université Miskatonic, Rhode Island

 

___________________

POUR EN SAVOIR PLUS :

___________________


     Si nous avons tenu à donner de larges extraits de cet article, qui nous vient d'une revue des plus sérieuses, c'est bien pour montrer combien nous sommes confrontés ici, (bien que cet article ait des chances d'être non authentique et être une bonne blague), au plus impensable rebondissement de l'affaire " Rose C ", que d'aucuns ont voulu rire sous cape en l'évoquant et s'en moquer sournoisement, quand nous avons été le premier à oser, la sortir de l'oubli.

     Le matin du 10/07/01, nous avons fait  une petite enquête à la médiathèque de Basse-Terre (Guadeloupe) au sujet de cet article incroyable "La Lune artefact extraterrestre ?" d'Avril 2000 de la revue "Pour la Science" et malheureusement justement ce n° en question, chose impensable,  avait disparu. Mais nous n'avons cependant rien trouvé dans les numéros  ultérieurs, qui annonce que c'était un article poisson d'Avril.

     Il est à noter que dès 13/02/98,  nous avons  publié sur le Web,  "les mystères de la Lune" et dès le 4/12/99 , notre  article "sur Rose C" et l'on ne pourra pas nous accuser donc  de plagiat.

      Nous nous sommes aussi posés la question de savoir, quelle avait été la réaction des lecteurs de "Pour la Science" à la suite de cet article d'Avril 2000. Dans le n° suivant de Mai 2000, il n'y avait rien dans la "tribune des lecteurs" et c'est normal, car le courrier reçu est toujours imprimé au moins deux mois après. Le n°  de Juin 2000, lui possédait bien des missives de lecteurs parlant de "l'apport arabe" de "l'autisme à l'envers" aussi de  "l'Euthanasie   d'exception " paru dans ce même n° d'avril 2000, mais il n'y avait rien sur cette affaire de "lune artificielle" qui est pourtant, à notre avis, l'un des articles les plus révolutionnaires jamais publié à ce jour dans cette revue et même, nous le pensons, dans aucune autre revue de cette nature.

     Autre rebondissement : Le 25 juillet 2001, nous avons pu consulter enfin,  ce n° d'Avril 2000 de la revue "Pour la Science", et cela grâce à l'amabilité d'un ancien camarade de Lycée, rencontré bizarrement, comme par hasard dans une Grande Surface de notre région. Voici d'ailleurs la couverture de ce fameux numéro :



     Nous avons alors constaté que l'article extraordinaire, cité plus haut, "la lune artefact extraterrestre?", s'étend uniquement sur toute la page 16, possède une photo de la Lune d'un diamètre d'environ 6 cm en illustration, ne présente, cela est très bizarre aucune bibliographie en annexe, alors que plus haut nous en avons une, et fait surtout partie d'une série d'articles allant de la page 16 à la page 94 regroupés sous la rubrique : "Perspectives scientifiques".

     Et, voici pour les puristes, la surprenante page 14 en question :



     Il nous semble donc, impensable, qu'un article écrit dans ces conditions (et de plus dans une revue qui n'a pas du tout l'habitude de faire des farces), soit un article totalement "bidon" .

     De plus, d'après certaines vérifications que nous avons faites, nous avons trouvés tout à fait sérieux, les arguments présentés qui sont parfaitement structurés et logiques sans aucune incohérence sous-jacente. Par exemple seul, un chercheur authentique peut savoir qu'en 1948, l'écrivain britannique Arthur C. Clarke a publié une nouvelle nommée "La Sentinelle", où il imagine que des extraterrestres avaient placé sur la Lune une balise, qui se déclencherait dès qu’elle serait découverte, signalant à ses constructeurs que l'homme avait atteint l'âge de l'astronautique.  Cette idée de balise, restituée en 1968, dans l'ouvrage et le film, bien sûr, "2001 l'Odyssée de l'espace" est un monolithe en forme de pavé droit, qui a été enfoui il y a des lustres dans un cratère de la Lune, et qui est en résonance avec un signal en provenance de Jupiter. Mais nous avons cet ouvrage de 320 pages, publié en début 1970 dans la collection "J'ai lu" d'après le manuscrit original de 1968 publié chez Robert Laffont et nulle part, il n'y est fait mention de cette première nouvelle d' A.C.Clarke "la sentinelle" pourtant à l'origine du succès de ce grand film. Donc les chercheurs qui nous parlent de cela, semblent être parfaitement documentés et nous pensons finalement que leur article est tout à fait sérieux, tout en étant soi-disant bidon. Nous avons cependant noté, qu'ils ont omis de mentionner "la rotation synchrone" de la Lune autour de la Terre, qui à notre avis, est toute aussi surprenante, même si d'autres corps célestes de notre système solaire, présentent la même caractéristique, difficilement imputable, nous le pensons fermement,aux "caprices du Hasard"

     Pour tirer cela au clair nous avons adressé à la revue en question,le message suivant en date du 19/08/01 :

     Bien chère équipe de "Pour la Science".

     Fidèle lecteur de votre revue que je me procure dans la Grande Surface voisine de chez moi, je suis particulièrement intéressé par vos articles ayant trait à notre système planétaire. En effet, par exemple, j'ai été particulièrement heureux d'apprendre dans l'article remarquable d' Éric Bois, de votre numéro 285 de Juillet 2001, qu'à part sa rotation obligée autour de la Terre, la Lune possédait un deuxième synchronisme bien expliqué dans cet article et que je ne reprendrai pas ici.

     Si je vous écris à nouveau aujourd'hui, c'est pour que vous ayez l'extrême amabilité de me confirmer que les scientifiques P .THEBARN et R. LYEHOOK auteurs de l'article extraordinaire intitulé "La lune, artefact extraterrestre ?" publié dans votre n° 270 d'Avril 2000, sont bien des membres de l'Université Miskatonic à Rhode Island et qu'ils ont bien publié en anglais cet article dans les pages de votre homolgue américain "the Scientific American"

     D'autre part,  pourriez vous aussi avoir la gentilesse de m'expliquer le fait que sur votre site à l'adresse web suivante: http://www.pourlascience.com/numeros/pls-270/lune.htm , vous avez mis, en annexe à l'article précité de ces scientifiques, une bibliographie sommaire qui ne figure nullement en fin de l'article page 16 du n° 270 en question.

     Recevez messieurs l'expression de meilleurs sentiments.

          Fred Idylle



     Nous avons alors reçu le 20/08/01, la réponse suivante :

     M Idylle,

     J'ai bien reçu votre e-mail et je vous remercie pour l'intérêt que
vous portez à notre revue.

L'article "La Lune, artefact extraterrestre?" du N° 270, avril 2000, de Pour la Science est une (mauvaise?) blague du 1er avril ;-)) En revanche les compléments à cet article mentionnés sur notre site Web sont très sérieux.

D'autre part, je vous envoie, en fichier joint, l'index des articles publiés dans Pour la Science depuis le numéro 0........ (articles.rtf)
En vous remerciant de votre participation, je vous prie de croire à l'assurance de ma considération.

> Cyril Lamotte
> cyril.lamotte@pourlascience

>
> Pour la Science
> 8, rue Férou
> 75278 Paris Cedex 06
> Tél : 01 55 42 84 00
> Fax : 01 55 42 84 39
>
> Http://www.pourlascience.com


      La cause est donc entendue cet article est bien bidon. Nous en prenons acte. Mais il arrive parfois que notre "subconscient", nous joue des tours pendables, et cela fait partie du domaine de la parapsychologie, discipline que nous avons très peu abordée sur ce site.

     D'ailleurs il faudrait vérifier si cette revue a déjà publié aussi allégrement d'autres articles bidons, en Avril des autres années.

     En effet pourquoi cette revue se permet-elle d'agrémenter d'une bibliographie bizarrement appelée "commentaires très sérieux", un article qui se veut bidon et que Monsieur Cyril Lamotte, qualifie lui même pudiquement de "mauvaise blague".

     Alors que c'était le devoir de cette revue de révéler à cet endroit, qu'il fallait ignorer cet article bidon, elle y ajoute comme pour regretter de l'avoir fait, les ouvrages "sérieux" à consulter sur le sujet. Vous ne trouvez pas cela très curieux ?...

      Il conviendrait d'ailleurs alors, de se demander aussi pourquoi des scientifiques de haut niveau éprouvent le besoin de se défouler en publiant des articles bidons sur des concepts et des interrogations qui les embarrassent grandement et au sujet desquels, ils n'apportent aucune réponse satisfaisante...

      Il est aussi anormal qu'aucune lettre, même de protestation, n'ait été publiée au sujet de cet article, afin que la revue ait au moins l'honnêteté de révéler qu'il s'agissait d'un canular.

     Cela pourrait signifier que ces lettres auraient été évincés pour être étudiées souverainement par ceux la même qui ont monté ce canular dans le seul but d'avoir des informations substantielles sur un sujet tabou en haut lieu ...

      Ces scientifiques par exemple s'interrogent, sans le crier sur les toits, au sujet de la rotation synchrone de la Lune autour de la Terre, et aussi au sujet la distance de la Lune à la Terre 400 plus petite que celle de Terre au Soleil et cela en concordance avec le fait que le diamètre apparent de la Lune est lui aussi 400 fois plus petit que celui du Soleil, si bien que la Lune peut recouvrir parfois, exactement le globe solaire dans une éclipse totale. Donc si cet article est bidon à notre avis, c'est sournoisement de la part de ces scientifiques, une manière de "prêcher le faux pour savoir le vrai", et étudier en douce, les réactions des lecteurs au sujet de concepts évidemment non enseignés dans leurs universités. C'est une tactique vieille comme le monde qui frise ce que l'on appelle actuellement la "désinformation ciblée " .

      Mais quittons cette triste affaire d'article bidon, pour parler justement d' un autre rebondissement de l'affaire Rose C, encore plus incroyable, qui allait nous venir , toujours grâce à l'ami inspiré Joël Baran, en la matière d'un texte d'une densité révélatrice inouïe tiré à l'époque du site :

     Il s'agit de l' interview d'un certain Dr en Physique, du nom d' Alfred Bielek, auteur "de l'Expérience de Philadelphie", interview réalisée par Kenneth Burke au Congrès mondial des Sciences , Daytona Plage, la Floride en Août 1997.

     Voici donc une modeste traduction du passage qui parle de la Lune. Mais si vous êtes cardiaque, veuillez sauter ce paragraphe svp :

"Bien sûr la lune possède des exploitations minières que régissent des intérêts Russo-américains et évidemment des intérêts extraterrestres. Nous exploitons la face cachée de la Lune pour y soustraire du titanium.La lune est un objet artificiel. Elle n'est pas naturelle. Elle fut construite comme un véhicule spatial par une entité il y a longtemps et fut mise sur orbite car apparemment on avait des problèmes avec elle. Que vous le croyez ou non, parce qu'on a aucune preuve de cela, l'histoire révèle que ceux qui résidaient dans la lune orbitale originelle d'antan, ont construit eux mêmes, une plus petite lune et sont partis. Il existe des récits dans la littérature védique indiquant qu'à une certaine période il y avait deux lunes orbitant autour de la Terre. Antérieurement à une période de 25000 ans il n'y avait pas de lune en orbite terrestre. Elle y a été apportée et mise en orbite. Nous y sommes montés et nous  extrayons du titanium de la face cachée. "

     Nous avons comme, à notre habitude, souligné en rouge les passages qui corroborent ce que nous a révélé Rose C, et que viennent de supposer les scientifiques précités de la revue "Pour la Science", dans leur article "potentiellement bidon".

     Quant à cette affaire d'exploitations minières sur la Lune, nous ne sommes pas qualifiés pour en discuter. Rendez-vous sur le site :


     Comme vous le savez, notre amie Rose C, qui pourtant n'avait aucune qualification pour le faire, nous avait déjà mis en évidence, il y a des années, cette affaire de Lune artificielle, alors qu'aucun écrivain, à l'époque , même de science fiction, n'aurait osé, en évoquer seulement la possibilité. Aussi nous supplions encore une fois, tous ceux qui ont eu l'incomparable privilège de connaître cette dame, de tout mettre en œuvre pour retrouver dans sa correspondance, ou auprès de ses proches, la preuve définitive et inestimable de ses dires et de son incroyable aventure. Affaire à suivre donc...

       Mais, ce 09/08/2017, nous allons poursuivre, la présentaion de textes qui montrent comment le site ARTivision a su s'impliquer avec ses très faibles moyens, dans cette extraordinaire affaire de Rose C.

      Nous avions même pris contact à l'époque avec un détective de métropole, pour tenter de retrouver, quel était l'instituteur qui avait brusquement disparu en 1932, sans que l'Education Nationale ne sache pourquoi ? Hélas cela n'a pu se faire et alors que cette recherche aurait pu aboutir en 1979, ou surtout avant, si des chercheurs passionnés, avaient voulu, en savoir plus sur cette affaire inouïe.

      Voici par exemple, parmi tant d'autres, la missive que nous avions adressée à cette dame le 5 Février de l'an 2000 ( Le nom et l'adresse de cette dame, ont été volontairement norcis, et nos adresses internet sont bien sûr, obsolètes) :



       Précisons ici aujourd'hui, qu'avant le décès (dans la 2e semaine d'Avril 2000), une simple lettre de Madame Rose C , d'avant Juillet 1970 (mois de publication du magazine russe SPOUTNIK), ou encore une simple carte postale d'un de ses correspondants, parlant de cette affaire de Lune téléportée, aurait suffit pour prouver ses dires. Mais hélas personne n'a pensé rechercher un tel document, ni avant, ni après son décès...
.

       Quant à l'affaire de Jean Sendy et de son livre "La Lune clé de la bible ", nous ne nous souvenons pas du tout actuellement, si cet auteur a parlé une seule fois d'une Lune téléportée par des Dieux... Merci mille fois à l'internaute béni, qui pourra nous le confirmer.

       Mais, puisqu'on en parle, dans la missive ci-dessus, voici pour les puristes, les pages importantes du n° 19 de la revue "Le Nouveau Planète", de Novembre 1970 :



      Et voici, le début de l'article en page 43 :



       Puis, voici les pages 44 et 45 :

 


       Puis, voici les dernières pages 46 et 47 :

 


      Le caractère essentiellement pointu, de cet article, montre bien que Rose C, n'avait pas selon nous, en 1952 les connaissances requises, pour élaborer une telle hypothèse. Point à la ligne...

      A bon entendeur salut !.. et que celui qui a bien lu, ce qui précède, en tire les lumineux éclaicissements qui s'imposent, et surtout le désir profond, d'apporter, tant soit peu, en la demeure, les preuves élémentaires requises, par cette extraordinaire affaire.

       Mais, ce 13/08/2017, nous allons poursuivre, la présentaion de textes qui montrent comment le site ARTivision a suivi, en son temps, cette extraordinaire affaire de Rose C.

       Pour débuter notre propos, voic iune autre missive, que nous avions adressée le 28 Janvier 2000 à Madame Rose C , pour la remercier justement de son coup de fil du même jour :



et puisque nous faisons allusion dans cette missive à la page 110 du livre de Jean Sendy " La Lune Clé de la Bible" , déjà présenté plus haut . Voici aussi pour les puristes d'un coup, les pages 110 et 111, de cet ouvrage :



      Bien sûr ce Maitre de l'humour ésotérique que fut Jean SENDY, ne parle par d'une Lune téléportée d'une lointaine galaxie jusqu'à nous, mais il affirme bien ici que la Lune aurait subi un freinage déliberé par les Dieux, et que le mouvement de rotation de la Lune autour de la Terre (rotation obligée) a été provoqué . C'est bien là un grand avant goût de l'affirmation surprenante que Rose C. .

      Confirmons cela en presentant aussi pour les puristes, quelques passages de L'ouvrage de jean Sendy intitulé : "Les dieux nous sont nés" publié chez bernard Grasset en 1966:



      En pages 35-36 on trouve :



      puis page 37 :



      Enfin page 39 :



      Finalement, on voit que Jean Sendy avait bien évoqué le fait que : la Lune pouvait être creuse, et que son orbite pouvait avoir été manipulée, ce qui nous rapproche indirectement de l'hypothèse ahurissante de Rose C...

       Soyons donc fair play pour satisfaire un éventuel rationaliste pointilleus et très académique, at admettons que Rose C, ait peut avoir lu,ce qui précède du livre de 1966, de ce Maitre Es-humour ésotérique, Jean Sendy et gardons donc pour l'instant, la limite à 1966 concernant les preuves que Rose C devrait avancer pour sa fantastique histoire soit crédible. Il ne me reste qu'à attendre qu'un internaute béni,, nous apporte sur un plateau d'argent, une simple lettre de Madame Rose C, d'avant 1966, ou encore une simple carte postale d'un de ses correspondants, parlant de cette affaire de Lune téléportée et datée avant 1966, et là, il n'y aura plus aucune équivoque possible.

       Mais nous voila arrivés à un autre point crucial de cette afaire inouie et l'on va vite savoir pourquoi ;

       Lisez-donc le petit texte qui suit, tiré tojours du livre "Les dieux nous sont nés", en page 36 :


       Si vous savez lire entre les lignes, voilà, une sorte de raccourci littéraire dont Jean Sendy, a le secret, et il nous fait là une sorte d'analyse prospective des futurs exploits de la NASA et chose très surprenante, il est tombé pile poil, sur les dates en question : Apollo 8-décollage 21 décembre 1968 et Appolo 17-décollage 7 Décembre 1972...

       Donc :

- Soit ce Sendy, avait un espion à la NASA, qui a pu lui communiquér les années exactes des prochaines missions Apollo...

- Soit ce Jean Sendy, voyageait dans le temps, pour nous sortir les données si exactes des missions Apollos.. .

- Soit inversement, c'est la NASA qui a calqué, les dates de ses prétendues missions sur le contexte du livre précité de Jean Sendy....

- Soit tout cela n'est dû qu'à un hasard très aléatoire....

A vous de choisir... !!! Mais comme nous ne croyons du tout, au hasard, nous allons ajouter, en plus, notre grain de sel, dans cette affaire ...

     Nous disons en effet, que Jean Sendy, comme beaucoup d'autres observateurs des affaires du Cosmos ( astronomes, astrophysiciens, Directeurs de revue d'astronomie, journalistes à l'affût du moindre scoop insignifiant, et toujours aptes à encenser la NASA depuis les prétendus exploits d'Apollo 8 en 1968, jusqu'à Apollo 17, en fin 1972) , ce sont fait avoir comme des bleus, et nous-mêmes sommes tombés dans le panneau, jusqu'à l'arrivée de l'année 2000 (voir notre article : http://www.artivision.fr/lettreouverteSA.html datée du 30/04/2000)

     Pour bien comprendre ce qui va suivre, il faut d'abord revoir l'affaire Barboto, que nous avons déjà présentée dans de nombreux articles :


     C'est dans cette incontournable affaire, que l'on apprend ceci :

     " Du point de vue chronologique, l'événement qui a déclenché la création du SIV ( en italien, Service d'information du Vatican), s'est produit aux États-Unis en Février 1954. Ce fut la rencontre à Muroc Airfield (future Edwards Air Force Base), en Californie, d'une délégation d'aliénigènes avec le président Dwight D. Eisenhower, en présence de l'évêque de Los Angeles, James Francis Mclntyre. La rencontre fut filmée par des militaires, utilisant trois caméras 16 mm placées en des endroits différents et chargées de pellicules couleur ".

     Tout cela serait encore classé par les bien-pensants comme niaiseries, s'il n'y avait pas ces jours-ci de plus en plus de fracassantes déclarations de ceux que l'on appelle désormais, les lanceurs d'alertes, (en anglais a whistleblowers), comme les nommés McClelland, Johnston, Musgrave, Andrew D. Basiago, Michael Relfe, Arthur Neumann, Henry Deacon, et surtout Carolyn Hamlett, qui dit avoir vu une base de la Lune, où elle a été emmenée, après avoir été enlevée, et il y a aussi Niara Terela Isley ( et cette dernière a même publié un ouvrage intitulé Facing the Shadow, Embracing the Light (2013)). Il y a aussi Laura Magdalen Eisenhower (petie fille du Président bien connu), qui parlent de bases installées sur Mars, depuis belle lurette.

      Mais, il y a encore mieux, quand les Corey Good, et Vladimir Terziski, parlent de consortium astronautique de diverses flottes militaires de terriens, utilisant des énergies inconnues ici bas comme l'antigravitation, et expliquant l'arrivée des allemands sur la Lune, dès 1942, puis des russes et des américains dès les années 50.

      Ces lanceurs d'alertes arrivent à extraire des dossiers secrets de la NASA, certaines photos inouies , comme par exemple celle-ci, tout à fait ahurissante :


, que nous avons tirée du site :


     Merci donc mille fois, à l'internaute initié, qui pourra nous en dire plus, au sujet de cet extraordinaire cliché.

     Mais disons aussi que, si le Webmaster d'ARTivision, et d'autres internautes lambdas, comme Philippe Lheureux,( dont l'admirable livre a déjà été présenté plus haut, mais dont voici à nouveau un aspect réduit, étant donnée son importance ):

  

,ont pu des années après, s'apercevoir que les photos produites par les américains de leurs escapades sur la Lune, étaient absolument truquées. Donc les spécialistes soviétiques de l'Espace, auraient dû s'en apercevoir dès 1969, grâce aux puissants moyens dont ils disposaient, et on sait que pourtant, ils n'ont rien dit....

      C'est donc qu'ils étaient parfaitement complices de cette macarade, et le concept de Guerre froide, qui battait son plein à l'époque, n'est qu'un autre bluff, mis au point par les soviétiques et les américains, pour noyer le poisson, et poursuivre en douce leur scélérate collaboration, avec Les Petits Gris et les Dracos, dont nous avons parlé dans de nombreux articles. De plus les soviétiques n'auraient jamais abandonné, leur dur système politique, sans , une raison d'Etat supérieure, à tout ce qui est économiquement et socialement valable. S'ils ont laché prise, c'est parce qu'ils ont appris l'existence effective d'un troisième larron, plus puissant que les américains et les soviétiques, et donc que ces deux derniers pays, n'avaient plus aucune raison de se taper dessus. Peut-être allons nous comprendre dès lors, un peu mieux, le dénouement surprenant, le 26 octobre 1962, de l'affaire des fusées de Cuba, et l' affaire de la Guerre froide, que l'on nous a rabâchée pendant des décénies dans les livres d'Histoire et dans les médias.

       De plus, il n'y a désormais plus de raison, de ne pas croire les déclarations extraordinaires de Milton William Cooper, ( Le lanceur d'alerte le plus osé), et déclarations faites dans son ouvrage vraiment hors normes (Âmes sensibles s'abstenir) :

  


      Milton William Cooper, a été assassiné, (sans doute par les forces de répression américaines ou autres) le 5 novembre 2001, à l'âge de 58 ans, dans des circonstances particulièrement troubles, à Eagar en Arizona.

      William Milton Cooper a servi dans la Marine américaine (la NAVY), dans un sous-marin d’abord, puis, il a été affecté sur un pétrolier, et peu après, au Vietnam lors de la guerre. Après quoi, il a été affecté à un travail de côte aux quartiers généraux du Commandeur en chef de la Flotte Pacifique.

      Voyons, ce qu'il nous dévoile sur cette affaire américano-soviétique , et aux pages 31 et 32 de son livre :

      "C'est le président Kennedy , qui a lancé le programme spatial "officiel" quand, dans son discours inaugural, (Le 12 Septembre 1962 note du webmaster ), il a confié aux Etats-Unis le mandat d'envoyer un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Malgré l'honnêteté de ses intentions, ce mandat permit néanmoins aux responsables de couler des sommes gigantesques vers les projets clandestins tout en détournant le peuple américain du véritable programme spatial. L'Union soviétique élabora un plan similaire qui visait le même objectif, car, en réalité, au moment même où Kennedy s'adressait à la nation, les deux superpuissances, de concert avec les aliénigènes, avaient déjà installé une base conjointe sur la Lune. Le 22 mai 1962, une sonde spatiale atterrit sur Mars et confirma que l'environnement y était propice à la vie. Il n'en fallait pas davantage pour qu'on s'y rendit aussitôt fonder une colonie. Il s'y trouve aujourd'hui des villes peuplées d'individus spécialement sélectionnés pour leurs compétences particulières , et provenant de toutes les cultures de la Terre. Si l'Union soviétique et les États-Unis ont, durant toutes ces années, affiché publiquement des politiques soi-disant antagonistes, c'était simplement pour avoir le loisir d'élaborer des projets de ce genre au nom de la Défense nationale, puisque, au fond ce sont les plus grands alliés du monde...

Curieux n'est-ce pas..!!!
Mais voici mieux, en pages 32 et 33 :

      " Depuis que nous avons commencé à pactiser avec les aliénigènes, nous avons acquis une technologie qui va bien au-delà de nos rêves les plus fous. Nous possédons et faisons voler actuellement au Nevada des engins de type anti-gravité alimentés à l’énergie nucléaire. Nos pilotes ont déjà fait des voyages interplanétaires dans ces engins et sont allés sur la Lune, Mars et d’autres planètes. On nous ment au sujet de la vraie nature de la Lune, des planètes Mars et Venus, et de l’état réel de la technologie que nous possédons aujourd’hui, à ce moment même.

      Il existe des régions sur la Lune où se développe une vie végétale (Note du Webmaster: Adamski, ne disait pas autre chose. Voir notre article :FlashbackAdamskien1955.html ). Les plantes y changent de couleurs avec les saisons, car il y a aussi des saisons sur la Lune puisque la Lune ne nous présente pas toujours exactement la même face, comme on le pense généralement [NDT: c’est le mouvement de précession de la Lune, qui la fait légèrement osciller sur elle-même, nous découvrant un peu plus des bords de sa face visible]. Il y a aussi des lacs artificiels ainsi que des étangs sur sa surface, et des nuages ont été observés et filmés dans son atmosphère. La pression atmosphérique lunaire étant beaucoup plus faible que sur la Terre, les cosmonautes doivent s'y adapter selon une technique de dépressurisation analogue à celle des plongeurs de profondeur. Cette pression est néanmoins suffisante pour qu'il ne leur soit pas nécessaire de revêtir une combinaison spatiale. Grâce au champ gravitationnel de la Lune, ils peuvent se maintenir à sa surface, munis simplement d'une bouteille d'oxygène comme des hommes-grenouilles.

      J'ai personnellement des photographies officielles de la NASA à ce sujet. Quelque unes sont publiées dans le livre de Fred Steckling intitulé We discovered Alien Bases on the Moon, et dans Someone Else is on the Moon. (Note du Webmaster : Nous avons déjà présenté ces ouvrages que nous posédons, dans d'autres articles). En 1969, une confrontation eu lieu entre les soviétiques et les américains sur la base lunaire. Les soviétiques ont essayé de prendre le contrôle de la base et ont pris les scientifiques américains et le personnel en otage. Nous avons pu restaurer l’ordre après pas moins de 66 morts. Les soviétiques ont suspendu leur programme pendant une période de 2 ans. Il y eu finalement réconciliation et nous avons recommencé à agir ensemble...
"

Dur... Dur, à encaisser n'est-ce pas !!!, que tout cela

      Comme nous venons d'évoquer une déclaration du spationnaute non officiel nommé George Adamski, voici donc un document ( hélas un peu défraichi) venant de lui qui confirme ce qui précède, et qui été traduit très approximativement. Nous vous demandons finalement très humblement de le mettre en lieu très sûr, car il vaudra bientôt son pesant d'or , et les éditorialistes rechercheront bientôt, avec avidité à retrouver son original en anglais, bien sûr.


      On voit avec stupéfaction qu' Adamski , explique clairement les surprenantes révélations précedentes des lanceurs d'alertes, en affirmant que les russes ( les soviétiques de l'époque), ont été aidés par les astronautes spatiaux d' Aliens dont les navettes ont atterri au dessus de L'Union Soviétique, et que les progrès scientifiques des soviétiques de l'époque, sont directement tributaires des avancées technologiques inédites offertes par ces Aliens, en guise d'une coopération bilatérale.

      Mais mieux encore, Adamski affirme que ces soviétiques sont arrivés à maitriser une énergie électrogravitationnelle pour des usages industriels, et surtout pour la propulsion spatiale...

     Dur.. dur, n'est-ce pas à encaisser, que cette circulaire incroyable !!!

     Merci mille fois à l'internaute béni qui connaissant l'italien, pourra nous retrouver à la Bibliothèque Nationale du pays, une copie de la page en question de Décembre 1959, du journal n° 3 du journal "Spazio e Vita...", ou pourra aussi contacter dans cette langue italienne l'e-mail : info@spazioevita.com.

     Que celui, qui a de bons yeux, pour voir tout cela, en tire l'illumination logique qui s'impose, et surtout, le désir latent, d'en savoir plus...

       A suivre...


      Pour éviter, un temps trop long de chargement, sur certains appareils, cet article est coupé en deux et sa suite se trouve donc à :


           Fred IDYLLE

     Article mis en page le 24/05/2017, et revu le 26/05/2017, et revu le 28/05/2017, et revu le 30/05/2017, et revu le 31/05/2017. et revu le 02/06/2017, et revu le 04/06/2017, et revu le 07/06/2017, et revu le 09/06/2017, et revu le 10/06/2017, et revu le 12/06/2017, et revu le 14/06/2017, et revu le 04/07/2017, et revu le 06/07/2017, et revu le 09/07/2017, et revu le 11/07/2017, et revu le 12/07/2017, et revu le 16/07/2017, et revu le 20/07/2017, et revu le 23/07/2017, et revu le 26/07/2017, et revu le 28/07/2017, et revu le 31/07/2017, et revu le 3/08/2017, et revu le 6/08/2017, et revu le 09/08/2017, et revu le 13/08/2017, et revu le 14/08/2017, et revu le 17/08/2017, et revu le 15/09/2017.


Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil